Rontalon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rontalon
Clocher de l'église de Rontalon.
Clocher de l'église de Rontalon.
Blason de Rontalon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Vaugneray
Intercommunalité Communauté de communes du Pays mornantais
Maire
Mandat
Christian Fromont
2014-2020
Code postal 69510
Code commune 69170
Démographie
Population
municipale
1 203 hab. (2014)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 40″ nord, 4° 37′ 58″ est
Altitude Min. 377 m – Max. 820 m
Superficie 12,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Rontalon

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Rontalon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rontalon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rontalon
Liens
Site web www.rontalon.com

Rontalon est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panorama hivernal de Rontalon.

Localisation[modifier | modifier le code]

Située aux portes des Monts du Lyonnais, la commune se situe à 31 kilomètres, au sud-ouest du centre de Lyon.

Au début du siècle dernier (1890-1905), on situe néanmoins la commune comme « dans les Monts du Lyonnais, au-dessus du ravin du Garon naissant »[1].

Rontalon fait partie des seize communes de la communauté de communes du Pays mornantais[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rontalon
Thurins Soucieu-en-Jarrest
Saint-Martin-en-Haut Rontalon
Saint-André-la-Côte Chaussan

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte 73 lieux-dits répertoriés[3]dont les plus importants sont :

  • Tiremanteau ;
  • Les Grandes Bruyères, Les Ravières ;
  • Le Surgeon, Le Roman, Le Rantonnet, Le Villard, Le Niguet.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 267 hectares ; son altitude varie entre 377 et 820 mètres[4].

Le territoire de Rontalon est organisé autour de deux vallées : les vallées de l’Artilla et du Cartelier, séparées par un éperon rocheux sur lequel se situe le bourg. Il forme un espace de transition entre les hauts sommets des monts du Lyonnais à l’ouest et le plateau de Soucieu à l’est. Quatre zones sont propices à des risques de mouvements de terrain par retrait ou gonflement d’argile (Le Rantonnet, Le Giraudier, Le Niguet, Tiremanteau / Les Pernières)[5].

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[6].


Vue vers Les Ravières depuis le haut des Grandes Bruyères.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de Rontalon se compose de trois ruisseaux principaux qui se jettent tous dans le Garon sur la commune de Thurins :

  • le ruisseau de l’Artilla[7], long de 7,4 km, suit la limite de la commune au nord-ouest de la Croix-Forest et longe la D 311 au nord du bois du Grand Bacha ; il est alimenté par le ruisseau de la Bâtie[8], long de 1,6 km (également sur la commune) ;
  • le ruisseau de Cartellier ou ruisseau de Rontalon[9], long de 6,5 km, prend sa source près de la D 34 à Saint-Genoux et traverse la commune dans l’axe sud-ouest /nord-est ;
  • le ruisseau de Roman prend sa source dans le secteur du Bezin et remonte également vers le nord-est[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec été tempéré (Classification de Köppen: Cfb)[10]. La station météorologique la plus rapprochée se trouve à Saint-Martin-en-Haut (Rue de Vaganay,) à environ 7,4 km du centre ville de Rontalon[11].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Route de Thurins (D 75).

On accède à Rontalon, soit par la route départementale 75, de Saint-Martin-en-Haut au nord ou de Thurins au sud, soit par la route départementale 115 venant de Mornant à l’ouest.

Il n’existe qu'une seule ligne de transport en commun dans la commune. Il s'agit de la ligne 166 des cars du Rhône assurant la jonction avec la ligne 2EX située à Thurins. Elle est en service du lundi au vendredi le matin et le soir.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Quartier des Grandes Bruyères.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 468, alors qu'il était de 375 en 1999[Insee 1].

Parmi ces logements, 89,0 % étaient des résidences principales, 6,9 % des résidences secondaires et 4,0 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 79,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 20,0 % des appartements[Insee 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 69,9 %, en hausse sensible par rapport à 1999 (64,0 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était en diminution : 5,8 % contre 6,9 % en 1999[Insee 3].

On constate une augmentation du rythme de construction depuis 1982, avec une estimation en 2011 de 479 logements. La diversité du parc immobilier s’accentue depuis 2006 avec une majorité composée de maisons (79 %) mais aussi des petits logements relativement présents (13 %). Depuis 1968, on observe une augmentation constante des résidences principales au détriment des résidences secondaires[5].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Pour la période 2006‐2020, le schéma de cohérence territoriale (SCOT) de L’Ouest Lyonnais a fixé comme objectifs à la commune de Rontalon : 125 nouveaux habitants, 108 logements au maximum et un développement organisé autour du concept de « village densifié »[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L’origine du nom de la commune reste inconnue. On peut toutefois trouver une explication dans le patois local avec les termes rantal signifiant petite pente ou talon désignant un éperon ou une arête montagneuse. Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Rontalon-l'Union[12]. Le nom de Rontalon sera rétabli en 1793.

Ses habitants sont appelés Rontalonnais, surnommés les Alanqués qui signifie Les Penchés[13], appellation dont l'origine probable est dans la forte déclivité de 443 mètres de la commune.

Une publication locale existe sous le nom Le P’tit Alanqué, ainsi qu’une maison communale, 14 place de l’Église[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

De l’Antiquité au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jarez.

Rontalon était autrefois traversée par une voie romaine (ou un embranchement) reliant Lyon à Montbrison et servant de route militaire[15].

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

Rontalon (Rantalon) devrait son origine à des bénédictins qui y fondèrent une communauté au IXe siècle ou Xe siècle, pour son lieu solitaire et boisé, propice à la méditation.

Après le défrichement des lieux, ils constatèrent la qualité exceptionnelle des fruits et des légumes recueillis sur ces terres. Les habitants transportèrent ce maraîchage à Lyon, qui bientôt leur délivra une place de vente, désignée sous le nom de Port Rontalon, sur les bords de la Saône, près du quai des Célestins. En 1574, ce lieu prit le nom de Port Royal après le passage du roi Henri III qui s'y était embarqué pour traverser la Saône[16].

Le domaine des moines fut sécularisé en 1100 et acquis par une des branches de la famille de Damas.

En 1148, une petite église fut construite sur l’emplacement de l’église actuelle[15].

La seigneurie fut donnée en fief en 1252, à Jourdain Ruffier. Sa nièce Eliotte Ruffier, sans enfant, testa en 1396, en faveur de ses neveux Guillaume et Pierre de Mondor dit Pillet, ce dernier écuyer dans la compagnie d'armes du sire de Beaujeu. Guillaume décédant avant sa tante, c'est Pierre qui hérita des terres de Rontalon[17]. Cette très ancienne famille prétendait descendre de Roland – selon la légende – neveu de Charlemagne[18].

Le 19 février 1422, Ennemond de Syrieu (ou Sirieu) dit Le Jeune, acquiert le château de Rontalon en échange du Port de Vimy, aujourd’hui Neuville-sur-Saône, puis il le revend le 2 juillet 1429 à un drapier de Lyon, Bernard de Varey. Le 9 juillet 1518, Gaspard de Varey son fils, vend la seigneurie à Étienne Balarin de Foudras[19].

En 1624, une épidémie de peste ravagea la contrée et notamment le hameau de Tiremanteau (à l’ouest du quartier actuel des Grandes Bruyères). Rontalon ayant été protégé, la chapelle Saint-Roch fut édifiée en signe de reconnaissance. Aujourd’hui détruite, elle fut reconstruite en 1903.

En 1780, la seigneurie appartenait à Arthaud de la Feuillade[20].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1914, la Compagnie des Chemins de fer départementaux de Rhône et Loire (CRL) ouvre une ligne de 31,100 kilomètres, reliant Messimy à Saint-Symphorien-sur-Coise. Trois trains par jour dans les deux sens joignent ces deux villes, avec des arrêts à Thurins, La Burlière, Rontalon (la gare aujourd'hui disparue était à environ 500 mètres du centre du bourg), La Croix Forrest, Saint-Martin-en-Haut et Larajasse-Nézel[21].
À cette date, une ligne de tramway (OTL) reliant Messimy à Lyon-Saint-Just existant déjà, Rontalon se trouve à 1 heure 30 de la grande cité rhodanienne, mais, en 1933, la ligne de chemin de fer cesse son activité.

Vieilles maisons du centre du bourg en 1901/1902.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Élections nationales[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Lors du scrutin de 2008, il y a eu un seul tour de scrutin (quinze élus au premier tour). Le taux de participation a été de 72,08 %[25].

Lors du scrutin de 2014, il y a eu un seul tour de scrutin (quinze élus au premier tour). Le taux de participation a été de 58,25%[26].

De par sa taille, la commune dispose d'un Conseil municipal de 15 membres (le Maire, 4 adjoints au Maire et 10 conseillers)[27].


La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2008 Jean-Claude Buyer    
2008 en cours Christian Fromont    


Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 26 octobre 2013, Rontalon n'est jumelée avec aucune commune[28].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[30],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 203 habitants, en augmentation de 6,18 % par rapport à 2009 (Rhône : 5,17 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600 461 599 684 651 651 671 872 913
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
950 901 820 768 740 713 763 807 802
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
750 671 644 581 597 614 603 659 602
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
593 599 635 641 717 896 1 077 1 164 1 203
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Malgré la diminution de la tranche d'âges 15/29 ans, qui quittent Rontalon pour leurs études, la population reste assez jeune avec 42% de moins de 30 ans. Les personnes âgées désertent également la commune par manque d’équipements adaptés.

En 2008, la structure familiale des ménages s'établit comme suit : couples avec enfants 44%, couples sans enfant 27%, ménages d'une personne 20%, familles monoparentales 6%, autres ménages sans famille 3%[5].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Rontalon dispose d’une école primaire publique comprenant une section maternelle et une école élémentaire, située dans le centre du bourg (entrée place de l’Église).

Cet établissement public, inscrit sous le code 0691364H, comprend 129 élèves (chiffre 2013 de l'Éducation nationale)[32], et dispose d’un restaurant scolaire et d’une garderie périscolaire[27].

La commune dépend de l'académie de Lyon et l'école primaire dépend de l'inspection académique du Rhône. Pour le calendrier des vacances scolaires, Rontalon est en zone A[33].


École maternelle et primaire.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Grâce au dynamisme du Comité d’animation, Rontalon propose tout au long de l’année des activités variées ludiques, culturelles et sportives[34].

  • Vide grenier-brocante : début juin, place du village.
  • Fête de la musique : 21 juin, place du village.
  • Vogue (fête foraine) : mi-septembre.
  • Fête des Lumières : 8 décembre, place du village.
  • Brocante aux jouets : début novembre, salle des fêtes.

Santé[modifier | modifier le code]

  • La commune dispose d'un ostéopathe et d'une psychologue et d'un médecin généraliste[27].
  • Autres professionnels de santé et pharmacies les plus proches à Saint-Martin-en-Haut (7,4 km) et (Thurins 4,3 km).
  • Centre hospitalier Lyon-Sud : 69495 Pierre-Bénite à 23 km.

Sports (équipements)[modifier | modifier le code]

  • Plateau sportif, derrière l’école, route de Fondrieu.
  • Terrain de sports, Espace de Loisirs des Grandes Bruyères.
  • Jeux de boules, route de Mornant et Hautes Bruyères.
  • Salle d'activité de la Flache, impasse de la Flache.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune dépend de la paroisse catholique Saint-Vincent-en-Lyonnais qui couvre huit communes et dispose d'un lieu de culte dans la commune : l'église Saint-Romain.

Le lieu de culte orthodoxe le plus proche est l'église Saint-Just à Lyon.

Le lieu de culte protestant le plus proche est celui de l'Église protestante évangélique à Brignais à 19 km.

Le lieu de culte israélite le plus proche est la synagogue d'Oullins à 20 km.

Le lieu de culte musulman la salle de prières située à Brignais à 19 km.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 33 896 €, ce qui plaçait Rontalon au 7 947e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[35].

En 2009, les foyers fiscaux imposables représentaient 56,8% de l'ensemble des foyers fiscaux[Insee 4]..

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 741 personnes, parmi lesquelles on comptait 78,4 % d'actifs dont 75,1 % ayant un emploi et 3,3 % de chômeurs[Insee 5].

On comptait 148 emplois dans la zone d'emploi, contre 162 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 558, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 2] est de 26,6 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre seulement un emploi pour quatre habitants actifs[Insee 6].

La répartition de la population active selon les catégories socioprofessionnelles s'établit comme suit : ouvriers 25%, employés 25%, professions intermédiaires 18%, agriculteurs exploitants 14%, artisans, commerçants, chefs d'entreprise 9%, cadres et professions intellectuelles supérieures 9%[5].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Rontalon comptait 111 établissements : 52 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 5 dans l'industrie, 10 dans la construction, 40 dans le commerce-transports-services divers et 4 étaient relatifs au secteur administratif[Insee 7].

Une ferme à Rontalon illustrée par Joannès Drevet (1854–1940).

En 2011, six entreprises ont été créées à Rontalon[Insee 8], dont trois par des autoentrepreneurs[Insee 9].

L’agriculture est la principale activité économique de la commune avec 40 exploitations en 2012 (les agriculteurs et exploitants agricoles représentaient 14% de la population en 2008).

Au début du XXe siècle , la vigne représentait 100 hectares pour une surface communale cultivée d’environ 1 150 hectares. Le vin était qualifié de « tendre et de bonne qualité »[36]. Aujourd’hui, Rontalon n’est plus tournée vers l’activité viticole. Elle ne fait d’ailleurs pas partie de l’aire d’appellation du vignoble des Coteaux-du-lyonnais. La surface agricole communale utilisée ne représente plus qu’environ 667 hectares, orientée vers les céréales, les estives et prairies, les légumes et vergers[27].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux remarquables[modifier | modifier le code]

La commune ne compte pas de monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques[37] ou à l'inventaire général du patrimoine culturel[38].

Par ailleurs, elle compte un objet répertorié à l'inventaire des monuments historiques[39] et aucun objet répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[40] : il s'agit de la cloche datant de 1494, dite Cloche des Templiers dans le clocher de l'église Saint-Romain, classée depuis le 14 avril 1904[41]

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de style néo-gothique, dédiée à saint Romain date de 1870.
  • La chapelle Saint-Roch, construite en 1903, dont la façade est surmontée d'une statue de la Vierge.
  • Les 26 croix en fer forgé et/ou en pierre réparties sur toute la commune[27].
  • Les restes de l’ancien château de Rontalon.
  • Le château de la Roche.
  • La ferme du Roman.
  • Quatre sites archéologiques (le Rochet, le Bezin, le Bourg et les Templiers)[5].

Par ailleurs, le musée Paul-Buyer retrace l'histoire de la machine agricole, du valus gaulois à la moissonneuse-batteuse.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Par sa situation aux portes des monts du Lyonnais, la commune de Rontalon est propice à la marche et aux activités de plein air.

Quatre sentiers balisés partent du « parking des Randonneurs » situé dans le centre du bourg. De difficultés et de dénivelés différents, ils offrent une palette de cheminements pour tous les niveaux, de la balade pour les débutants à la randonnée sportive pour les plus confirmés[27].

Par ailleurs, un sentier botanique d’environ 5,5 km, propose un parcours ludique, accessible à tous, marcheurs et vététistes, à la découverte de la végétation mais aussi de la faune locale. Une section du parcours emprunte une partie du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle[42].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le téléfilm "La clé des champs" réalisé par Bertrand Van Effenterre avec François Berléand a été en partie tourné à Rontalon début 2014. Il a été diffusé sur France 3 le samedi 7 juin 2014[43].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Rontalon se blasonnent ainsi : De gueules à la croix de Malte d'argent, au chef d'or chargé de trois pommes feuillées de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Fougerouse, Les Paysans du Giraudier : histoire et économie rurale d'une ferme à Rontalon en Lyonnais du XIIIe au XXe siècle, éditions Manoirante, 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  9. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies - 6, Q/SD - page 3942
  2. La Copamo : les communes de l'Intercommunalité
  3. Annuaire des communes françaises
  4. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  5. a, b, c, d, e, f et g Plan Local d‘Urbanisme
  6. « Plan séisme consulté le 29 avril 2016 »
  7. Sandre, fiche V3030520
  8. Sandre, fiche V3031060
  9. Sandre, fiche V3031160
  10. Site DB City.com
  11. Station-meteo.com
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. La Copamo : Commune de Rontalon > La Commune
  14. Réhabilitation de la maison des Alanqués
  15. a et b La France par cantons et par communes - pages 306 à 308
  16. Lyon ancien et moderne, par les collaborateurs de la Revue du Lyonnais, sous la direction de L. Boitel
  17. Recueil de documents pour servir à l'histoire de l'ancien gouvernement de Lyon, contenant des notices chronologiques et généalogiques sur les familles nobles ou anoblies
  18. Dictionnaire illustré des communes du département du Rhône - Tome 2, page 351 et 352</
  19. Histoire de l'acquisition des terres nobles par les roturiers dans les provinces du Lyonnais, Forez et Beaujolais, du XIIIe au XVIe siècle / par A. Vachez - pages 26, 30 à 32
  20. Géographie du département du Rhône / par F.-A. Varnet - page 212
  21. Livret Chaix, page 105
  22. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  23. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  24. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur
  25. Résultats des élections municipales 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur
  26. Résultats des élections municipales 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur
  27. a, b, c, d, e et f Site officiel de la Commune
  28. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 26 octobre 2013).
  29. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  32. Site du Ministère de l‘Éducation Nationale
  33. Site Annuaire-Mairie
  34. Comité d’Animation de Rontalon
  35. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  36. Dictionnaire illustré des communes du département du Rhône - Tome 2, page 351
  37. « Liste des monuments historiques de la commune de Rontalon », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. « Liste des lieux et monuments de la commune de Rontalon à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  39. « Liste des objets historiques de la commune de Rontalon », base Palissy, ministère français de la Culture.
  40. « Liste des objets de la commune de Rontalon à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  41. « Cloche », notice no PM69000637, base Palissy, ministère français de la Culture.
  42. Site Centre news
  43. Le P'tit Alanqué, mars 2014