Primaire présidentielle socialiste française de 1995

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau de la France 2006 Suivant
Primaire présidentielle socialiste française de 1995
Type d’élection Élection primaire fermée
Lionel Jospin 2008.jpg Lionel Jospin – PS
Voix 52 250
65,85 %
Emmanuelli.jpg Henri Emmanuelli – PS
Voix 27 095
34,15 %
Candidat à l'élection présidentielle
Candidat en 1988 Candidat en 1995
François Mitterrand Lionel Jospin

L'élection du candidat socialiste à l'élection présidentielle française de 1995 dans le cadre d'une « primaire socialiste » se déroule le , mais les résultats seront proclamés le . Le scrutin voit la victoire de Lionel Jospin au premier tour, avec 65,85 % des voix.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le principe de la primaire interne, réservée aux adhérents du parti, est inscrite dans les textes du PS depuis le congrès d'Épinay en 1971 mais il s'agit de la première fois que l'opportunité de son organisation apparaît[1].

À la fin de l'été de 1992, les problèmes de santé du président François Mitterrand sont rendus publics et il n'est pas considéré comme candidat possible à la prochaine élection présidentielle du printemps 1995[2].

Le président de la Commission européenne, Jacques Delors, fortement sollicité par les socialistes, refuse finalement de se présenter à l'élection présidentielle en décembre 1994, alors que les sondages le donnaient gagnant face à Jacques Chirac ou Édouard Balladur[3]. Après la défaite des élections législatives de 1993, le PS est en situation de crise et n'a plus de leader incontesté[1].

Lionel Jospin est le premier à annoncer sa candidature à la primaire socialiste, suivi d'Henri Emmanuelli quelques jours plus tard. Jospin l'emporte nettement contre Emmanuelli, mais est finalement battu par Chirac au second tour de l'élection présidentielle.

Plus tard, dans son récit auto-biographique Lionel raconte Jospin, le candidat PS confie qu'il ne se serait pas présenté si Delors avait été candidat et qu'il savait qu'il ne pouvait pas battre Jacques Chirac[4].

Candidats à l'investiture[modifier | modifier le code]

Personnalités pressenties ayant renoncé

Résultats[5][modifier | modifier le code]

Primaire du 3 février 1995
(unique tour de scrutin)
Partis Candidats Voix %
Parti socialiste
Lionel Jospin
52 250
65,85
Parti socialiste
Henri Emmanuelli
27 095
34,15

D'après un sondage CSA, les préférences des adhérents socialistes et celles des sympathisants non encartés étaient comparables[1].

Suites[modifier | modifier le code]

Après sa défaite, Henri Emmanuelli cède son poste de Premier secrétaire à Lionel Jospin à la fin de l'année 1995[1].

À l'occasion de cette confrontation, Ségolène Royal, un temps pressentie pour une candidature, démissionne de la présidence du Conseil national du PS et déclare le  : « Deux trains sont lancés à toute allure l'un contre l'autre, pilotés par les mêmes acteurs du détestable Congrès de Rennes. Je dis aux militants : Écartez-vous des voies ! »[6]. Cette phrase a depuis régulièrement été citée par la presse pour traduire les tensions qui émailleront régulièrement par la suite le fonctionnement interne du parti, notamment lors du Congrès de Reims en 2008[7], ou lors de la primaire citoyenne de 2017[8].

Analyses[modifier | modifier le code]

Pour l'universitaire Philippe Marlière, « ce vote interne fut historique » en « officialisa[nt] la présidentialisation du PS » avec l'investiture d'un candidat favori des sondages plutôt que le premier secrétaire, jusqu'ici « candidat naturel » du parti : « les militants socialistes ont depuis intériorisé la logique de l’élection présidentielle au suffrage universel qui tend au plébiscite d’une personne et relègue au second plan la question du choix d’un candidat et d’un programme socialistes »[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Benjamin Pietrapiana et Cédric Rouquette, « Pour comprendre les primaires de 2017 il faut revivre celle de 1995 », sur Slate, (consulté le 22 janvier 2017).
  2. 1993-1995 : la “cohabitation de velours”
  3. Jacques Delors - EVEN
  4. (fr) Lionel raconte Jospin
  5. Source: http://www.france-politique.fr/chronologie-ps.htm
  6. « Trésors de l'INA : 24 janvier 95, Royal attaque Jospin », sur lefigaro.fr, (consulté le 23 janvier 2017)
  7. Jean-Michel Helvig, « PS: ce que cachent les trains Royal et Delanoë », sur mediapart.fr, (consulté le 23 janvier 2017)
  8. François-Xavier Bourmaud, « Hamon-Valls : le duel tourne au règlement de comptes », sur lefigaro.fr, (consulté le 23 janvier 2017)
  9. Philippe Marlière, « De Lionel Jospin à Ségolène Royal : l’introuvable troisième voie du socialisme français », Mouvements, vol. 2, no 50,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]