Poulet Marengo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Poulet Marengo
Image illustrative de l’article Poulet Marengo
Poulet Marengo, à la tomate, champignon de Paris, huile d'olive, vin blanc, persil.

Lieu d’origine Marengo (Drapeau de l'Italie Italie)
Créateur François Claude Guignet (dit Dunan, cuisinier attitré de Napoléon Bonaparte)
Date (bataille de Marengo)
Place dans le service Plat principal
Température de service Chaude
Ingrédients Poulet (ou veau, ou lapin) huile d'olive, beurre, tomate, vin blanc, cognac, œuf, champignon, écrevisse, persil
Mets similaires Coq au vin, sauté Marengo, osso buco, ragoût, poulet à la cacciatore, poulet sauce rouilleuse, poulet basquaise, piperade, bohémienne, ratatouille
Accompagnement Vins du vignoble du Piémont, gevrey-chambertin (vin de table de l'ordinaire de l'empereur)
Classification Cuisine française, cuisine italienne, vin et cuisine

Le poulet Marengo ou veau Marengo ou lapin Marengo ou sauce Marengo[1] est une recette de cuisine traditionnelle de la cuisine française à base de morceaux de poulet mijotés dans une sauce à la tomate et au vin blanc[2]. Elle est créée et baptisée du nom de la victoire historique du premier consul (et futur empereur) Napoléon Bonaparte du 14 juin 1800, à la bataille de Marengo dans le Piémont (de la campagne d'Italie (1799-1800) des guerres napoléoniennes)[3]. Ce « poulet de la victoire » est une de ses recettes préférées (en souvenir de cette importante victoire militaire de son règne[4]) devenue depuis une célèbre recette de cuisine française, déclinée en « veau Marengo » ou « lapin Marengo »[5]

Histoire[modifier | modifier le code]

Napoléon Bonaparte à Marengo le 14 juin 1800.

La légende napoléonienne de l'histoire de France et de l'histoire de la cuisine française veut que cette recette ait été créée par le cuisinier François Claude Guignet (dit Dunan[6], un des cuisiniers attitrés de Napoléon Bonaparte[7]) le soir de l'importante victoire historique décisive de la bataille de Marengo contre l'armée impériale autrichienne du Saint-Empire romain germanique.

Dunan aurait alors improvisé cette recette inspirée de l’osso buco italien, avec tous les produits locaux qu'il put trouver aux alentours du champ de bataille, pour préparer le repas de la victoire du soir de Bonaparte, avec poulet, tomate, œuf, champignon, huile d'olive, écrevisse, vin blanc, cognac, pain, persil… Il aurait découpés des morceaux de poulet au sabre (un des aliments préférés de Bonaparte) qu'il aurait fait sauter au beurre et à l'huile d'olive[8],[9], auxquels il aurait ajouté tomates, champignons, vin blanc, cognac, ail, persil, servi avec des écrevisses, des œufs frits, et des croûtons de pain dorés[10],[9]… (le tout probablement accompagné de gevrey-chambertin, célèbre vin de Bourgogne de l'ordinaire de Bonaparte). Napoléon aurait adoré ce plat et aurait demandé à Dunan de lui resservir à l'identique après chacune de ses futures batailles, à titre superstitieux de porte chance[11]. Cette recette de victoire devenue célèbre et emblématique en France à cette époque contribue à la diffusion des tomates dans la cuisine française depuis la Révolution française (diffusion des tomates en Europe et dans le monde).

Recettes[modifier | modifier le code]

La recette historique originale présumée du poulet Marengo se décline depuis sous diverses variantes, en particulier de « veau Marengo » ou de « poularde Marengo » ou de « lapin Marengo »…

Ce ragoût est à ce jour cuisiné avec des morceaux de viande colorés à l'huile d'olive et au beurre, puis cuits longuement à l’étouffée dans une sauce à la tomate, champignon de Paris, et vin blanc, avec éventuellement des croûtons de pain.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le veau Marengo », sur www.defense.gouv.fr.
  2. « Le poulet Marengo », sur www.noblesseetroyautes.com.
  3. « Poulet Marengo », sur www.napoleon.org.
  4. « Les plats préférés de Napoléon Ier », sur www.lefigaro.fr.
  5. « Marengo », sur www.lemonde.fr.
  6. « Veau Marengo ? », sur www.actualites.musee-armee.fr.
  7. « Qui a donné son nom au sauté de veau Marengo ? », sur www.caminteresse.fr.
  8. « La gastronomie sous l'Empire », sur www.gastronomiehistorique.com.
  9. a et b « La bataille (et le veau) Marengo », sur www.francetvinfo.fr.
  10. « Melba, Marengo… ces noms qui mitonnent », sur www.next.liberation.fr.
  11. « Le poulet à la Marengo, ou l'orgueil de Dunand », sur www.lacuisinefrancaisedantan-jadere.blogspot.com/.
  12. Point BW, journal d'information officiel de la Province du Brabant wallon, n°11, été 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]