Météorologue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Météorologue
NWS-IMET-deployed.jpg
Appellation
Drapeau : France : Météorologue / Ingénieur en météorologie
Drapeau : Suisse : Météorologue
Drapeau : Belgique : Météorologue
Drapeau : Québec : Météorologue / Prévisionniste
Secteur d'activité
Recherche et prévision en météorologie
Compétences requises
Cours universitaire en météorologie
Niveau de formation
Drapeau : France : École nationale de la météorologie
Drapeau : Suisse :
Drapeau : Belgique :
Drapeau : Québec : Baccalauréat en météorologie
Codes
CITP
CNP (Québec)
2114 Météorologues et climatologues
ROME (France)
M1809 Météorologue

Le météorologue ou météorologiste est le scientifique qui travaille en météorologie. Il peut être, soit un chercheur qui travaille à expliquer les phénomènes météorologiques, soit un praticien de cette science qui applique ses connaissances pour produire des prévisions. Dans ce second cas, on parlera souvent de prévisionniste[1],[2].

Description[modifier | modifier le code]

Les météorologues étudient l'atmosphère et ses interactions avec la Terre, les océans et la biosphère. Leurs connaissances en mathématiques appliquées et en physique leur permettent de comprendre toute la gamme des phénomènes atmosphériques, de la formation du flocon de neige jusqu'au climat général de la Terre[3].

Les météorologues prévisionnistes analysent des données et les modèles de prévision numérique du temps afin de préparer quotidiennement des prévisions météorologiques[3]. Les météorologues des applications collaborent avec les premiers au développement d'indices ou de modèles pour des secteurs tributaires des conditions météorologiques (météorologie agricole, indice forêt météo, météorologie aéronautique, météorologie maritime, etc.)[3].

Les météorologues peuvent aussi être des chercheurs. Ces derniers sont spécialisés dans des domaines comme[3] :

  • La climatologie pour estimer les diverses composantes du climat et leur variabilité pour déterminer, par exemple, le potentiel éolien d'une région donnée ou le réchauffement climatique ;
  • La qualité de l'air où ils s'intéressent aux phénomènes de transport, de transformation et de dispersion des polluants atmosphériques et peuvent être appelés à concevoir des scénarios de réduction des émissions polluantes ;
  • La convection atmosphérique pour raffiner les connaissances sur la structure et les forces en jeu dans les orages ou les cyclones tropicaux ;
  • La modélisation de l'atmosphère et le développement de prévisions numériques du temps.

Formation[modifier | modifier le code]

Pour devenir météorologue, une personne doit suivre au moins un diplôme de premier cycle universitaire en météorologie. Pour les chercheurs, cette formation se poursuit par des études supérieures, alors que pour les prévisionnistes, chaque pays a sa propre façon de les former. Par exemple, le service météorologique du Canada a son propre cours de formation après l'université alors que Météo-France prend en charge toute la formation dès lors que la personne a réussi le concours d'entrée à l'école nationale de la météorologie[4].

Dans certains pays, comme aux États-Unis d'Amérique, les présentateurs météo ont une formation en météorologie et en communication de niveau collégial ou universitaire, ce qui fait une troisième voie.

Météorologues célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Prévisionniste météo », L'Étudiant (consulté le 17 mars 2017) : « Un météorologue prévisionniste ou prévisionniste météo analyse les relevés effectués sur le terrain pour prévoir le temps qu’il fera dans les prochaines heures et les prochains jours, et prévenir les catastrophes naturelles (Source Météo-France) ».
  2. Organisation météorologique mondiale, « Prévisionniste », Eumetcal (consulté le 17 mars 2016).
  3. a, b, c et d « Baccalauréat en sciences de la Terre et de l'atmosphère, concentration météorologie », UQAM, (consulté le 17 mars 2016).
  4. « Admission et concours », Météo-France, (consulté le 17 mars 2016) : « Ce concours peut se passer après le lycée, pour le grade de technicien ou après une licence ou des classes préparatoires pour devenir ingénieur. Le candidat qui a réussi le concours peut même être payé pendant ses études s'il travaille à terme pour Météo-France pendant 10 ans. Il a le statut de fonctionnaire. ».
  5. Reding, Raymond., Beaufort : l'amiral du vent : une vie de Sir Francis Beaufort (1774-1857) (ISBN 9782361995591, OCLC 1013596077, lire en ligne)
  6. Meteo France, « Glossaire », sur www.meteofrance.fr (consulté le 19 décembre 2017)
  7. Friedman, Robert Marc, 1949-, Appropriating the weather : Vilhelm Bjerknes and the construction of a modern meteorology, Cornell University Press, 1993, ©1989 (ISBN 9780801481604, OCLC 30264429, lire en ligne)
  8. E. van der Swaluw, S. S. Drijfhout et W. Hazeleger, « Bjerknes Compensation at High Northern Latitudes: The Ocean Forcing the Atmosphere », Journal of Climate, vol. 20, no 24,‎ , p. 6023–6032 (ISSN 0894-8755, DOI 10.1175/2007JCLI1562.1, lire en ligne)
  9. Lequeux, James., Le Verrier : savant magnifique et détesté, EDP sciences, (ISBN 9782759804221, OCLC 731694234, lire en ligne)
  10. Carlos Madrid (préf. Etienne Ghys), Le papillon et la tornade, Barcelone, RBA France, coll. « Le monde est mathématique », , 135 p. (ISBN 978-2-8237-0126-5), p. 58-65
  11. Jacques, Guy. et Hervé Le Treut, Le changement climatique, Unesco, (ISBN 9232039389, OCLC 62711046, lire en ligne), p. 98
  12. « Les nouvelles promesses de la météorologie », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :