Vitellus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le vitellus constitue les réserves énergétiques utilisées par les embryons durant le développement embryonnaire. Il est produit par l'organisme maternel et s'accumule dans l'ovocyte au cours de l'ovogenèse. Ce sont les corps gras qui le produisent chez les insectes et le foie chez les vertébrés puis acheminés par l'hémolymphe (insectes) ou par le sang (vertébrés) vers les ovaires. Chez les vertébrés, ce sont les œstrogènes qui déclenchent dans le foie la production de vitellus sous forme d'une lipoprotéine : la vitellogénine. Chez les pleurodèles (amphibiens qui ne perdent pas leur queue lors de leur métamorphose), on trouve le vitellus sous forme de plaquettes composées en majorité de phosvitine et de lipovitelline.

Le vitellus le plus connu est le jaune d'œuf. Le vitellus est essentiellement composé de réserves lipidiques (lipoprotéines).

On parle aussi de vitellus pour les gemmules d'éponges[1].

Classification des ovocytes[modifier | modifier le code]

Les ovocytes sont classés selon leur richesse en vitellus :

  • Les ovocytes alécithes (sans vitellus — exemple : les mammifères placentaires)
  • Les ovocytes oligolécithes (avec peu de vitellus — exemple : les échinodermes)
  • Les ovocytes mésolécithes (avec une quantité moyenne de vitellus) [2]
  • Les ovocytes hétérolécithes (avec peu de vitellus réparti en un gradient — exemple : les amphibiens)
  • Les ovocytes télolécithes (avec énormément de vitellus — exemple : céphalopodes, sauropsides (reptiles, oiseaux) ainsi que les Mammifères Monotrèmes)
  • Les ovocytes centrolécithes (avec énormément de vitellus au centre — exemple : la plupart des arthropodes)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ex : Carrière D, Connes R & Paris J (1974) Ultrastructure et nature chimique de la coque et du vitellus gemmulaires chez l’éponge marine: Suberites domuncula (Olivi) Nardo. C. r. Acad. sci. Paris, 278, 1577-1580.
  2. Dico de bio de Romaric Forêt aux éd. DE Boeck Université.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ajzenshtadt, J. B. (1965). Quelques particularités de l'ultrastructure des ovocytes en rapport avec la synthèse du vitellus. Zh. Obsch. Biol., SSSR, 26(2), 230-236.
  • Dubuisson H (1906). Contribution à l'étude du vitellus. Reinwald.
  • Panijel, J. (1950). L'organisation du vitellus dans les oeufs d'amphibiens. Biochimica et Biophysica Acta, 5, 343-357 résumé.