Viviparité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la zoologie image illustrant la biologie
Cet article est une ébauche concernant la zoologie et la biologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La viviparité est un mode de reproduction des animaux où l'embryon se développe à l'intérieur de l'utérus, en recevant des apports nutritifs de la mère (sans apport nutritif, il s'agit d'ovoviviparité).

Le terme viviparité est aussi utilisé en biologie végétale pour désigner un mode de reproduction où la germination de graines se produit alors que les graines sont encore dans le fruit accroché à la plante-mère.

Règne animal[modifier | modifier le code]

Une espèce est dite vivipare lorsque le développement embryonnaire prend place dans l'utérus maternel avec un apport nutritif de type matrotrophie durant tout ou partie du développement. Il existe de nombreux taxons vertébrés présentant diverses stratégies de nutrition de l'embryon, depuis la placentotrophie complète jusqu'à l'adelphophagie. De même il existe un taxon (les syngnathidés) chez qui c'est le mâle qui effectue la gestation.

Chez les thériens, la nutrition se fait via le placenta et le cordon ombilical. Il n'y a donc pas de stade externe libre pour l'œuf, celui-ci est conservé dans les voies génitales de la femelle jusqu'à son expulsion. La viviparité est la règle commune chez de nombreux mammifères actuels (placentaires et marsupiaux, exception étant faite des monotrèmes) mais on la retrouve également chez certains reptiles (comme le serpent caméléon), quelques amphibiens (la salamandre), des arthropodes comme chez certains insectes (la pédogenèse des pucerons) ou certains scorpions (le scorpion empereur), certains poissons (la famille des Goodeidés, certains requins (comme le requin marteau) la loquette d'Europe), ainsi que quelques nématodes (par exemple la trichine) et insectes (mouche tsé-tsé ou glossine)

Le fossile représentant la forme la plus ancienne de viviparité d'un vertébré a été découvert dans la formation Gogo par l'équipe de John A. Long, du Museum Victoria à Melbourne. Il s'agit du poisson Materpiscis attenboroughi (un placoderme aujourd'hui éteint) datant d'il y a -380 Ma[1] ; ce qui signifie que la viviparité serait apparue 200 millions d'années plus tôt qu'estimé auparavant. La découverte a été publiée dans le journal Nature en 2008.

Règne végétal[modifier | modifier le code]

La viviparité se traduit chez les végétaux par la germination de graines alors qu'elles sont encore dans le fruit accroché à la plante-mère.

C'est un cas extrême de semences dites récalcitrantes. On peut observer un tel développement dans les mangroves, sur les palétuviers et chez certaines cactées épiphytes cultivées (Epiphyllum phyllanthus ou Rhipsalis pilocarpa par exemple, avec des graines qui s'avèrent viables[2]. Ce phénomène présente probablement un intérêt évolutif[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Luc Goudet, « Le poisson fossile qui allait accoucher », sur Futura-Sciences,‎
  2. Lombardi, JA, Viviparity in Rhipsalis pilocarpa Loefgren (Cactaceae) ; Ciencia e cultura (Sao Paulo) [CIENC. CULT.]. Vol. 45, no. 6, 407 p. 1993.
  3. J. Hugo Cota-Sánche Vivipary in the Cactaceae: Its taxonomic occurrence and biological significance, Flora - Morphology, Distribution, Functional Ecology of Plants ; Volume 199, Issue 6, 2004, Pages 481-490 DOI:10.1078/0367-2530-00175

Articles connexes[modifier | modifier le code]