Pietraserena

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pietraserena
Pietraserena
Vue de Pietraserena.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Haute-Corse
Arrondissement Corte
Canton Ghisonaccia
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oriente
Maire
Mandat
Jean-Pierre Alessandri
2014-2020
Code postal 20251
Code commune 2B226
Démographie
Population
municipale
78 hab. (2016 en augmentation de 8,33 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 14′ 10″ nord, 9° 20′ 47″ est
Altitude 700 m
Min. 231 m
Max. 770 m
Superficie 6,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Pietraserena

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Pietraserena

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pietraserena

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pietraserena

Pietraserena est une commune française située dans la circonscription départementale de la Haute-Corse et le territoire de la collectivité de Corse. Elle appartient à l'ancienne piève de Rogna.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panorama de Pietraserena.

Situation[modifier | modifier le code]

Pietraserena est une commune de l'extrême sud de la Castagniccia, dans le « Deçà des monts » ou « Corse schisteuse » au nord-est de la Corse. Elle appartient à l'ancienne piève de Rogna, constituée de villages en corniche sur les deux rives de la basse vallée du Tavignano. Elle domine la Costa Serena, la partie centrale de la plaine orientale de l'île dite encore « plaine d'Aléria », qui regroupe vingt-sept communes. Elle est limitrophe du parc naturel régional de Corse auquel elle n'a pas adhéré.

Communes limitrophes
Rose des vents Piedicorte-di-Gaggio Zuani, Ampriani Ampriani, Zalana Rose des vents
Piedicorte-di-Gaggio N Zalana
O    Pietraserena    E
S
Piedicorte-di-Gaggio Giuncaggio Pancheraccia

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Pietraserena occupe la partie méridionale du massif du Monte San Petrone, dans la « Corse orientale Alpine », composée de terrains divers, issus d’un océan disparu appelé liguro-piémontais (océan Thétys dont l’âge est compris entre -170 à -60 Ma) et de ses marges continentales. Son sol est fait de schistes métamorphiques (ou schistes lustrés) et d'ophiolites d’âge Jurassique et Crétacé[1].

Avec Pancheraccia et Giuncaggio communes plus au sud, Pietraserana se trouve sur la terminaison méridionale de la chaîne principale du massif, orientée vers le midi depuis la punta di Caldane (1 724 m d'altitude), sommet remarquable de sa dorsale. Cette ligne de crête pénètre dans la commune au nord par la Punta Suale, culmen communal à 770 m d'altitude, pour « mourir » au sud dans le lit du Tavignano au lieu-dit « Corsigliese ».

Son territoire se divise en deux parties, matérialisées par le chaînon montagneux précité sur lequel a été construit le village :

  • au nord, il s'agit d'une partie occidentale du bassin versant du ruisseau de Corsigliese[2] affluent du Tavignano ;
  • au sud, le bassin versant du ruisseau de Carbo[3] (il prend en aval le nom de ruisseau de Suarte), autre affluent du Tavignano.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Corsiglièse en dessous du village de Pietraserena par le sentier devant l'église.
Article détaillé : Corsiglièse.

Pietraserana est à quelques kilomètres au nord du Tavignano[4] et au sud de son affluent le Corsiglièse[2]. Ce dernier, qui marque la limite communale au nord-est, est le principal cours d'eau communal.

Durant la traversée de la commune, le Corsiglièse reçoit sur sa rive droite les eaux de plusieurs petits cours d'eau, les principaux étant le ruisseau de Cognolare[5] et le ruisseau de Rejone[6].

Le ruisseau de Padula[7], affluent du ruisseau de Suarte[3], marque la limite communale au sud.

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Le rue principale.

Pietraserena est un des villages en balcon de la vallée du Tavignano. Tous ces villages sont desservis par la route D 14 qui démarre de la route D 39 au lieu-dit « Pinello » (Favalello) et rejoint la RT 50 le lieu-dit « Corsiglièse » (Giuncaggio).

Transports[modifier | modifier le code]

Pietraserena n'est desservi par aucun service de transports de voyageurs en autocars.

Le village se trouve à 32 km de la gare de Corte et à 97 km du port de commerce de Bastia. L'aéroport le plus proche est celui de aéroport de Bastia Poretta, distant de 80 km.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Chevet de l'église paroissiale.

Le village a été construit sur une arête montagneuse et s'étire sur près de 700 m. Il est traversé par la route D 14. Il est le seul lieu habité de la commune. Au cœur du village se trouvent les principaux points d'intérêt : mairie et église paroissiale. Le cimetière communal se trouve au nord du village. Le bureau de poste le plus proche se situe à Piedicorte-di-Gaggio, village voisin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Selon Ptolémée, cartographe grec, le site était habité par le peuple des Opini[8].

« Les Opini dont le territoire embrassait l'ancien pays de Pino, avec un oppidum au mont Oppido près de Chiatra, se trouvaient resserrés entre les colons de Mariana et ceux d'Aléria. Repoussés par les conquérants, ils ont dû se réfugier sur les plateaux d'Alesani et d'Orezza. »

— Xavier Poli in La Corse dans l'Antiquité et le Haut Moyen Âge - La Corse d'après Ptolémée, chap. IV §3

Après leur installation à Aléria, les Romains ont pénétré l'intérieur de l'île en remontant la vallée du Tavignano (Rhotani fluvius), une voie naturelle qui les a conduit jusqu'à Corte et qui a dû, pour des nécessités stratégiques, être occupée fortement. S'y trouvaient les oppida de Venicium, Talcinum, Sermitium et Cenestum[9].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Les seigneurs de Gaggio.

Le site appartenait au « pays Cortinco », un territoire englobant la Castagniccia, ainsi que les pièves de Casinca, de Venaco et de Rogna. Il s'agissait d'un grand fief unifié par les Cortinchi au XIVe siècle, mais qui, jusque-là, restait divisé entre les mains de nombreux lignages.

L'historien Xavier Poli est convaincu que sur un mamelon rocheux de 339 mètres d'altitude nommé aujourd'hui Castellare, porté sur les cartes sur la rive gauche du Tavignano, au confluent de cette rivière et du ruisseau de Casalorio, un oppidum devait s'y trouver et ne pouvait être autre que l'emplacement de l'antique cité romaine Cenestum. Et de se poser la question : existait-il le castello di Gaggio au lieu-dit « Castellare » ?

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Vers 1520, la pieve de Rogna comptait environ 4 250 habitants. Ses lieux habités avaient pour nom : Vivario (li Gati, le Murachiole, Arche), Herbajolo, la Valle di Sera, la Fosigia, la Lamella, Altiani, lo Petragio, lo Pè di la Corte, lo Lunello, Porra, lo Piano Buono, la Petra Serena, Santa Maria de Talsini, Corte, Omessa, Santa Lutia, Tralunca, lo Soarello, Castirla[10].

Au début du XVIIIe siècle, dans son rapport demandé par les Génois, l'abbé Francesco Maria Accinelli écrivait que la pieve de Rogna se trouvait dans la juridiction de Corte :

« L’ultima di questa Giurisditione è la pieve di Rogna con 2 380.abitanti compartiti in 850.fuoghi, passa in mezzo di questa il fiume Tavignani, che avendo la sua sorgente dal monte Gualango in vicinanza del lago Creno, scende al luogo di Corte, et in vista di un ponte e del Convento de Frati minori di S.Francesco, riceve nelle sue acque il fiume Restonica, e vicino al Ponte detto dell’Elice il fiuminale detto fiume, longhissima di Sito è questa Pieve, mentre ancora essa dalle spiagge della distrutta Alleria, continua sino à monti detti dell’oro. Li suoi Villaggi sono Vivario, Moracciola, Peri, Catti, Noceta, Rospigliani, et Antisanti, in vicinanza del quale in longa pianura è il Procoio detta di SS.ri Scaglia Genovesi, gli altri luoghi sono Giucagio, Pancaraccia, Pietraserena, Piedicorte di grigio, Altiani, Fogiccia, Arbagiola, e Casanova : termina con questa Pieve la Giurisditione di Corte, e qui anco la descrittione Geografica dell’Isola. »

— Francesco Maria Accinelli in L’histoire de la Corse vue par un Génois du XVIIIe siècle - Transcription d’un manuscrit de Gênes - ADECEC Cervioni et l’Association FRANCISCORSA Bastia 1974

  • 1768 - La Corse passe sous administration militaire française. La pieve prend le nom de Tavignano.
  • 1789 - La Corse fait partie du royaume de France. La pieve se trouve dans la juridiction royale de Corte.
  • 1790 - Peu après la Révolution française, le département de Corse est créé. Le district est partagé en cantons (ex-pievi), le canton en communes. Les anciennes communautés ou paroisses prennent le nom de communes.
  • 1793 - La Corse est divisée en deux départements : El Golo (l'actuelle Haute-Corse) et Liamone (l'actuelle Corse-du-Sud). La commune porte le nom de Pietraserena. Elle se trouve dans le canton du Tavignano, le district de Corte et le département d'El Golo.
  • 1801 - Au bulletin des Lois, la commune porte le nom de Pietraserena. Elle se trouve dans le canton du Tavignano, l'arrondissement de Corte et le département d'El Golo.
  • 1811 - La Corse ne fait plus qu'un seul département.
  • 1828 - La commune se trouve dans le canton de Piedicorte-di-Gaggio.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Dominique VANNUCCI DVG Conseiller général
mars 2014 En cours Jean-Pierre ALESSANDRI DVG[11] Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Au centre du village.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2016, la commune comptait 78 habitants[Note 1], en augmentation de 8,33 % par rapport à 2011 (France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
332226221340355314318330393
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
340353346446442420526510511
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
532565539604606624554406156
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
138134131928076757778
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il n'y a aucun établissement d'enseignement à Pietraserena. L'école élémentaire publique la plus proche se trouve à Piedicorte-di-Gaggio, village voisin distant de 2 km. Les collège et lycée Pascal-Paoli de Corte sont les plus proches, distants de 32 km. Le collège Pescetti-Philippe de Cervione est quant à lui distant de 55 km.

Santé[modifier | modifier le code]

Les médecins les plus proches ont leur cabinet à Aléria (25 km).
Les plus proches hôpitaux sont :

  • le Centre hospitalier intercommunal Corte-Tattone à 32 km ;
  • le Centre hospitalier de Bastia à 94 km.

Culte[modifier | modifier le code]

Église Saint-Roch.

Il n'y a qu'un seul lieu de culte à Pietraserena : l'église paroissiale de San Roccu, catholique, qui relève du diocèse d'Ajaccio.

Économie[modifier | modifier le code]

Existe au village un restaurant.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument aux morts.

Église paroissiale Saint-Roch[modifier | modifier le code]

Façade principale de l'église paroissiale.

L'église paroissiale Saint-Roch, de style baroque, a été construite au XVIIe siècle. Elle a été remaniée au XIXe siècle et ses façades peintes au XXe siècle. Sa façade principale comporte deux niveaux, séparés par d'épaisses corniches. Un fronton avec niches la couronne.

L'édifice religieux est classé au titre des Monuments historiques[16].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de 2e génération :

Châtaigneraies et bois des versants sud et ouest du massif du San Petrone

La ZNIEFF 940004202 (2e génération) concerne les formations boisées de vingt-trois communes de la Castagniccia occidentale et du Bozio. La couverture forestière de ce secteur est moins homogène et morcelée en différentes unités. Les châtaigneraies constituent un élément marquant dans le paysage[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Letteron : Histoire de la Corse - Tome I, Bulletin de la Société des sciences naturelles et historiques de la Corse, imprimerie et librairie Vve Eugène Ollagnier Bastia 1888.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Découverte géologique de l'île de Beauté, Centre de géologie de l’Oisans, p. 12-13
  2. a et b Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Corsigliese (Y9100580) » (consulté le 29 mai 2016)
  3. a et b Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Suarte (Y9101540) » (consulté le 29 mai 2010)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Tavignano (Y9--0200) » (consulté le 18 octobre 2008)
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Cognolare (Y9102080) » (consulté le 29 mai 2010)
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Rejone (Y9102100) » (consulté le 29 mai 2010)
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Padula (Y9101520) » (consulté le 29 mai 2010)
  8. Claude Ptolémée, Italia antica / di Cl. Tolomeo, Éditeur : G. A. Magini - 1596 (notice BnF no FRBNF40670108)
  9. Xavier Poli in La Corse dans l'Antiquité et le Haut Moyen Âge - La Corse d'après Ptolémée, chap. IV §3
  10. [2] Éléments pour un dictionnaire des noms propres Corse A-D. Monti
  11. https://www.lemonde.fr/corse/haute-corse,2B/pietraserena,2B226/
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. Notice no PA00099231, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. ZNIEFF 940004202 - Châtaigneraies et bois des versants sud et ouest du massif du San Petrone sur le site de l’INPN.