Ampriani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ampriani
Ampriani
Ampriani et la plaine de Tallone.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Haute-Corse
Arrondissement Corte
Canton Ghisonaccia
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oriente
Maire
Mandat
Pierre-François Dompietrini
2014-2020
Code postal 20272
Code commune 2B015
Démographie
Population
municipale
22 hab. (2016 en augmentation de 57,14 % par rapport à 2011)
Densité 9,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 15′ 18″ nord, 9° 21′ 28″ est
Altitude 600 m
Min. 320 m
Max. 749 m
Superficie 2,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Ampriani

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Ampriani

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ampriani

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ampriani

Ampriani est une commune française située dans la circonscription départementale de la Haute-Corse et le territoire de la collectivité de Corse. Elle appartient à l'ancienne piève de Serra.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Ampriani est une commune de la façade orientale de la Corse qui est située au cœur de la pieve (juridiction d'ordre religieux), de la Serra dans le canton de Moita Verde.

Communes limitrophes
Rose des vents Zuani Zuani, Zalana Zalana Rose des vents
Zuani
Pietraserena
N Zalana
O    Ampriani    E
S
Pietraserena Pietraserena, Zalana Zalana

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Ampriani se trouve à une trentaine de kilomètres d'Aléria par la route, et un peu moins de la plaine. C'est un petit village de guet, aligné sur une crête à une altitude moyenne de 600 mètres environ (minimum : 320 m ; maximum : 749 m) qui domine la vallée, et quasiment toute la plaine. La route desservant le village est une voie sans issue et s'achève sur l'ancienne « place d'hélicoptère ».

Transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'après Albert Dauzat et Charles Rostaing, ce toponyme provient du nom d'homme Latin *Ampurius (de Ampius) et du suffixe -iacum, comme Empurany, Empuré et Empury[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, Ampriani faisait partie de la Pieve di a Serra avec deux autres villages dont la commune actuelle de Zuani. Vers 1520, les trois villages composants la Pieve portaient les noms de :

– Alpriano pour Ampriani ;
– Cuiani pour Zuani ;
– La Valle di Sagano.

Avant le XVIIIe siècle, Ampriani faisait toujours partie de la Pieve di a Serra mais aux trois villages de 1520 s'étaient rajoutés les villages de :

– Moitta (Moita) ;
– Mattra (Matra) ;
– Pianello (Pianello) ;
– Zallana (Zalana).

Les trois villages initiaux quant à eux, étaient devenus :

– Ampriani, (et plus Alpriano) ;
– Zuvani (Zuani), (et plus Cuiani) ;
– La Valle di Sagano a disparu.

En 1790, avec la Révolution française les Pieve deviennent des cantons. La Pieve di a Serra devient donc le canton de la Serra, avant de prendre le nom de canton de Moïta en 1830.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1954 les communes d'Aléria, d'Ampriani, de Matra, de Moïta, de Pianello, de Tallone, de Zalana, et de Zuani forment le canton de Moïta.

Entre 1971 et 1973, Les deux cantons de Moita, et de Pietra di Verde se voient imposer la fusion. Ils forment ainsi le canton actuel de Moita Verde.

Aujourd'hui le canton de Moita Verde est composé de quatorze communes. Il s'agit des six communes du canton de Pietra : Canale-di-Verde, Linguizzetta, Tox, Campi, A Petra, et Chiatra (auxquels nous pouvons rajouter les deux hameaux de Monticchio et d'Ersagie, qui appartiennent maintenant respectivement aux communes de Pietra-di-Verde, et de Chiatra et celui d'U Monte). À ces communes il faut rajouter les huit du canton de Moita afin de créer le canton de Moïta-Verde.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1995 Ange-Michel Renucci    
1995 mars 2008 Huguette Ghilardi    
mars 2008 En cours Pierre-François Dompietrini UMP-LR Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 22 habitants[Note 1], en augmentation de 57,14 % par rapport à 2011 (France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
88124142160162158168171164
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
13714211611794110112111111
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
135135958894127743944
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016
34413631149152022
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument aux morts.

Couvent Saint-François d'Ampriani[modifier | modifier le code]

Le couvent d Ampriani.

Le couvent Saint-François.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Guiseppe Antomarchi, surnommé "Gallochio", célèbre bandit Corse.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat, Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 15
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.