Solstice (label)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Solstice est un éditeur phonographique français créé en 1972 à Sigean.

Historique[modifier | modifier le code]

Créée en 1972 et éditée à l’origine sous licence RCA Records, la firme de disques qui allait plus tard devenir Solstice s’est d’abord fait connaître sous le nom FY (initiales des prénoms de leurs fondateurs, François et Yvette Carbou). Son premier disque — dont le succès ne se dément pas depuis sa parution initiale — s’intitulait “Grandes heures liturgiques à Notre-Dame de Paris”. L’organiste Pierre Cochereau compte, avec la pianiste Yvonne Lefébure et le haute-contre Henri Ledroit, parmi les artistes-fondateurs de ce qui n’était encore qu’une modeste entreprise artisanale — au sein de laquelle devaient bientôt venir œuvrer entre autres les pianistes Thérèse Dussaut, Dominique Merlet, Alain Raës et Setrak ; les clavecinistes Huguette Grémy-Chauliac et Noëlle Spieth ; les organistes George C. Baker, François-Henri Houbart, Philippe Lefebvre et Pierre Pincemaille.

Années 1980[modifier | modifier le code]

Le label Solstice quant à lui n’est apparu qu’en 1980 lorsque RCA Records est devenu BMG Entertainment — ce qui a mis fin à la licence originelle et permis à la nouvelle société de voler de ses propres ailes. Assurant dans un premier temps sa propre distribution, elle en a ensuite confié le soin à MEDIA-7 puis à WOTRE-MUSIC avant de recouvrer son autonomie dans ce domaine en 1998.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Parmi les réalisations dont s’enorgueillit Solstice (et qui lui ont valu nombre de Grands-Prix du Disque), figurent maintes intégrales. Citons:

Solstice compte en outre à son actif de véritables créations discographiques. Elle a en particulier produit le tout premier disque de Giacinto Scelsi et révélé Marie Jaëll.

Autres répertoires[modifier | modifier le code]

De façon plus épisodique, elle s’est également tournée vers le violon (Philip Bride et, depuis peu, l’étoile montante qu’est Diego Tosi [1]), le violoncelle (David Simpson), la trompette (Bernard Soustrot) et la musique de chambre. Mais son activité ne se limite pas à la musique instrumentale. Dans le domaine vocal, elle a initié la trop brève carrière d’Henri Ledroit. Son manque structurel de moyens l’a certes empêché de viser plus haut et de s’attaquer aux grands ensembles. Elle n’en a pas moins réalisé en 1976 la première version française de “Jeanne au bûcher” d’Arthur Honegger et a publié les Requiems de Luigi Cherubini et Camille Saint-Saëns, le Concerto de piano de Gabriel Pierné, les Symphonies pour orgue et orchestre de Aaron Copland et Joseph Jongen, “Les Caprices de Marianne” d'Henri Sauguet et “les Rayons du jour” d’Édith Canat de Chizy.

Actualité[modifier | modifier le code]

Depuis 1998 Solstice possède son propre site Internet doté d’un système d’achat en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]