Philippe Kaeppelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Kaeppelin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Philippe Kaeppelin, né le 22 octobre 1918 au Puy-en-Velay (Haute-Loire), et décédé le 7 juillet 2011[1], est un artiste plasticien français, sculpteur, peintre, d'art liturgique et d'art profane.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Kaeppelin vient d'une famille d'origine alsacienne, qui, après la guerre de 1870, est venue s'installer au Puy-en-Velay, où il est né, en 1918. Son père était médecin. Il a suivi l'école des Beaux-Arts de Paris, mais mobilisé durant la Seconde Guerre mondiale, il doit interrompre ses études[2]. Il revient en 1941 dans sa ville natale, démobilisé, et, à 23 ans, est engagé dans l'atelier de l'artiste Henri Charlier, qui lui apprend à tailler la pierre[3].

En 1946, il se marie au Puy-en-Velay avec Marie-José Boudignon[4], et aura deux enfants, dont Dominique Kaeppelin, né en 1949, qui deviendra lui aussi artiste sculpteur et graveur, d'art sacré et d'art profane[5].

Il s'installe en 1956 près de Paris, à Vanves, où il créé un immense atelier[4].

Il partage alors sa vie entre sa maison à Vanves et celle de sa ville natale, au Puy-en-Velay, un hôtel du XVIIe siècle qu’il avait entièrement restauré, au pied de la Cathédrale Notre-Dame ; cathédrale à laquelle il était très attaché, ayant travaillé dès 1946 sur le mobilier du chœur et créé une croix de verre-cristal[6], ainsi qu'écrit un ouvrage sur sa Vierge Noire, en 1997. C'est dans cette cathédrale que ses obsèques ont eu lieu, le 11 juillet 2011[7].

Amitiés auvergnates[modifier | modifier le code]

Il se lie avec deux grandes personnalités d'Auvergne, sa région natale : les écrivains Henri Pourrat[4] et Alexandre Vialatte.

Henri Pourrat[modifier | modifier le code]

Au-delà de son amitié avec Henri Pourrat, il travaillera sur les illustrations de six de ses livres, travail qui s'accompagnera d'une grande correspondance.

Alexandre Vialatte[modifier | modifier le code]

Il rencontre Alexandre Vialatte en 1945 en Allemagne[8], lors de la fin de la Seconde Guerre mondiale, où tous deux y étaient correspondants de guerre. Cette amitié durera jusqu'au décès de Vialatte en 1971. Leur correspondance sera en partie éditée, et Alexandre Vialatte, dans ses chroniques journalistiques, évoque à plusieurs reprises le travail de son ami Kaeppelin. Il l'évoquera aussi, accompagné de ses sculptures, lors de son passage en 1969 à la télévision, durant l'émission de Remo Forlani L’Invité du dimanche.

Leur amitié déborde sur le travail de Kaeppelin, puisque pour ses œuvres sculptées d'animaux, ses bestiaires, Vialatte invente des noms pour ces animaux fantaisistes[8], et ensemble, à partir de ces noms, en font ensuite des sortes de définitions cocasses. Ce travail croisé sur les bestiaires de Kaeppelin seront édités par deux fois : en 1969, avec une préface de Vialatte, et en 1983. Ces bestiaires seront aussi exposés à diverses reprises.

Dans Bestiaire de Philippe Kaeppelin, Alexandre Vialatte écrit :

« Kaeppelin est sculpteur jusqu’à l’os. Il n’imagine que par volumes. Il ne voit jamais qu’avec ses doigts. Il refait la réalité… La réalité frappe son regard, puis sort de ses doigts, réinventée comme une plaisanterie monstrueuse. Ironique, caricaturale, bougonne, cocasse et tourmentée. C’est pourtant elle, à n’en pas douter. Poétique, lyrique, compliquée : simplifiée en même temps. Synthétique et charmante. Elle tient du cauchemar, de Daumier, de l’humour noir, et du rire d’enfant. »

Philippe Kaeppelin réalise une sculpture de la tête de Vialatte, en son hommage[9] : elle est exposée en extérieur, près de la gare d'Ambert (Puy-de-Dôme), où a vécu l'écrivain, et où il est inhumé.

Distinction[modifier | modifier le code]

  • 1979 : Prix Francisque-Mège, de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Clermont-Ferrand.

Quelques œuvres liturgiques[modifier | modifier le code]

En Auvergne[modifier | modifier le code]

En Haute-Loire[10][modifier | modifier le code]

La croix de verre-cristal sertie de laiton doré, dans le chœur de Cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay.
  • Au Puy-en-Velay
    • Philippe Kaeppelin a œuvré dans la Cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay, où dès 1946, il a rénové le chœur, en créant son mobilier, et une croix de verre-cristal sertie de laiton doré le surplombant[6]. (Le chœur sera modifié dans les années 1990).
    • Il a créé les autels de plusieurs églises : église Saint-Laurent, église du Collège, église du Val-Vert...
    • La statue de l'église du Val-Vert.
    • Le Christ du Grand Séminaire, et du Centre Hospitalier Sainte-Marie.
  • À Aiguilhe
  • À Retournac
    • L'autel et la Croix de l'église Saint-Jean Baptiste
  • À Rosières
    • L'autel, le Christ et le tabernacle de l'église Saint-Martin

Autres régions de France[modifier | modifier le code]

Le chœur et le maître-autel de la Cathédrale Saint-Louis de Versailles.
  • En Alsace, dans le Haut-Rhin, il a créé un autel pour l'église d'Hirsingue[1], et a rénové l’église Notre-Dame de l’Assomption au lieu-dit Logelbach, à Wintzenheim[11], et a travaillé sur celle de Feldbach[12].
  • En Occitanie, dans l'Aveyron, à la fin des années 1950, pour la chapelle Sainte-Emilie-de-Rodat de Villefranche-de-Rouergue, il a sculpté le tympan oriental représentant la Sainte Famille, une frise de 50 mètres reprenant la vie du Christ et de la Vierge et la table d'autel illustrant les quatre Evangélistes et des motifs eucharistiques.
  • En Bourgogne, dans la Côte d'Or, dans les années 1960, pour l'église de Bligny-le-Sec, il a sculpté le Christ en Croix[13] et la porte du tabernacle[14].
  • En Île-de-France :
    • à Paris
    • dans les Yvelines :
      • pour la Cathédrale Saint-Louis de Versailles, il a créé l'autel : « autel revêtu d'étain repoussé et surmonté d'une table de marbre gris », et décoré de « fines feuilles d'or : à l'avant trois soleils rayonnants symbolisant la Sainte Trinité, des anges Cathédrale St Louis - Autelsaisis en plein vol sur les côtés et à l'arrière la couronne d'épines en hommage à Saint-Louis »[7], et consacré en avril 2002.
      • pour l'église de Jouy-en-Josas, il a sculpté deux statues : une Vierge à l'Enfant, et Saint-Pierre[15].
  • En Haute-Normandie, dans la Seine-Maritime, il a créé le maître-autel de la Cathédrale Notre-Dame du Havre[16], en 1974.

Quelques œuvres profanes[modifier | modifier le code]

Bestiaires[modifier | modifier le code]

  • Bestiaire en collages : une soixantaine d’œuvres[17]
  • Bestiaire en sculptures : une cinquantaine d’œuvres[18], dont plusieurs noms de sculptures ont été inventés ou co-inventés avec Alexandre Vialatte.

Autres[modifier | modifier le code]

  • Diverses sculptures, peintures, collages.
  • À Auvers (Haute-Loire)[10], groupe sculpté sur la Bête du Gévaudan[19], en bronze, installée en 1995. Ce monument commémore le combat de Marie-Jeanne Valet servante du curé Bertrand-Louis Dumont de Paulhac contre la Bête du Gévaudan (11 août 1765).
Sculptures en bronze du combat de Marie-Jeanne Valet contre la Bête du Gévaudan, installée en 1995 à Auvers (Haute-Loire).
  • À Ambert (Puy-de-Dôme), sculpture de la tête de son ami et écrivain Alexandre Vialatte, en son hommage[9] : elle est exposée en extérieur, près de la gare d'Ambert, où a vécu l'écrivain, et où il est inhumé.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Kaeppelin, Bestiaire, présentation d’Alexandre Vialatte, Anne-Colin Galerie Dauphine, Paris, 1969
  • Philippe Kaeppelin, Bestiaire, Les Cahiers Bleus, 1983
  • Philippe Kaeppelin, Plumages, Éditions de la Borne, 1985
  • Philippe Kaeppelin, La Sainte image de Notre-Dame du Puy : Deux hypothèses, Le Puy, Le Fil, 1997.
  • Alexandre Vialatte, Philippe Kaeppelin, Lettres d’amitié, Cahier des amis d’Alexandre Vialatte n°28, 2002
  • Alexandre Vialatte, Philippe Kaeppelin, Bestiaire Insolite, Catalogue de l’exposition au Musée Lecoq à Clermont-Ferrand, édité par le CRDP d’Auvergne , 2001-2002
Posthume
  • Catalogue des œuvres profanes de Philippe Kaeppelin, Association des amis de Philippe Kaeppelin, 2013[20]

Dernières expositions[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Philippe Kaeppelin, entre terre et ciel , printemps 2013, Hôtel-Dieu du Puy-en-Velay[21] : exposition inédite de 150 œuvres, et diverses manifestations et conférences parallèles autour de l'exposition[22].

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Article sur le site de Association pour la conservation du patrimoine religieux en Alsace.
  2. « Le Puy-en-Velay : Une conférence haute en couleurs de Jérôme Trollet sur Philippe Kaeppelin », article du journal l'Eveil, du 18 mai 2013.
  3. Biographie, sur le site des Amis de Philippe Kaeppelin.
  4. a, b et c Biographie de Kaeppelin, sur le site Bestiaire de Kaeppelin.
  5. La biographie de Dominique Kaeppelin, sur son site.
  6. a et b Article sur Kaeppelin, sur le site de la Cathédrale du Puy-en-Velay.
  7. a, b et c « Philippe Kaeppelin a marqué la cathédrale saint Louis de Versailles », site Arts, Cultures et Foi de Versailles.
  8. a et b Reportage sur l'amitié entre Kaeppelin et Vialatte.
  9. a et b « Sur la route des personnes célèbres d’Ambert »,Article journal La Montagne, du 27/08/2012.
  10. a et b Liste des œuvres de Kaeppelin en Haute-Loire, site de l'Hôtel-Dieu du Puy-en-Velay.
  11. L'église de Logelbach, sur le site national de l'inventaire du patrimoine culturel.
  12. L'église de Feldbach, sur le site national de l'inventaire du patrimoine culturel.
  13. Le Christ en Croix, sur le site national de l'inventaire du patrimoine culturel.
  14. La porte du tabernacle, sur le site national de l'inventaire du patrimoine culturel.
  15. Les statues, sur le site national de l'inventaire du patrimoine culturel.
  16. Le maître-autel, sur le site national de l'inventaire du patrimoine culturel.
  17. Les collages, sur le site Bestiaire-Kaeppelin.
  18. Les sculptures, sur le site Bestiaire-Kaeppelin.
  19. « Découvrir la bête du Gévaudan », article du journal Le Progrès, du 05/05/2011.
  20. Fiche du livre, sur le site des Amis de Philippe Kaeppelin.
  21. Page de l'exposition, sur le site de l'Hôtel-Dieu du Puy-en-Velay.
  22. Dépliant autour de l'exposition de l'Hôtel-Dieu du Puy-en-Velay.