Anno Domini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le moine Denis le Petit a inventé les années Anno Domini pour prévoir la date de Pâques

Anno Domini (« en l'Année du Seigneur »), ou plus exactement Anno Domini Nostri Iesu Christi qui signifie littéralement « en l'Année de notre Seigneur Jésus-Christ », est un terme qui désigne l’année supposée de la naissance de Jésus-Christ telle qu'elle fut évaluée au VIe siècle. Décrétée an 1, cette année inaugure l’ère chrétienne, également appelée ère commune, ère conventionnelle ou notre ère pour éviter toute référence religieuse ; ce système de datation est compris — sinon approuvé — par toutes les organisations mondiales.

Datation[modifier | modifier le code]

Cette datation a été calculée en se basant sur le Liber de Paschate[1] de Denys le Petit, publié vers 525 ; il avait été chargé par le chancelier papal Bonofacius de concevoir une méthode pour prévoir la date de Pâques selon la « Règle Alexandrine ». Cette règle avait été transcrite dans des tables (dites latines) préparées vers 444 par un subordonné de l'évêque Cyrille d'Alexandrie. Ces tables couvraient des périodes de 95 ans (ou cinq cycles de 19 ans du grec Méton) et dataient les années selon le calendrier dit de l'ère de Dioclétien dont la première année est notre année 285.

Jusque-là, la date de naissance de Jésus reposait sur l'indication de l'évangéliste Luc : Jésus avait 30 ans en l'an 15 de Tibère (an 28/29 du calendrier actuel). Clément d'Alexandrie faisait coïncider cette datation avec la 28e année suivant la prise d'Alexandrie par Auguste (c'est-à-dire en l'an -2 du calendrier actuel), Hippolyte de Rome et l'historien Orose avec l'année 752 Ab Urbe Condita (an -2 du calendrier actuel), Eusèbe de Césarée avec la 42e année d'Octave/Auguste (an -2 du calendrier actuel).

En 525, Denys ajouta un cycle de 95 ans à partir de l'année 247 de l'ère de Dioclétien là où s'arrétaient les tables alexandrines qu'il avait en sa possession, (c'est-à-dire à partir de 285 + 247 = 532 de notre calendrier actuel). Mais il décida en même temps de modifier l'année du début du calendrier pour ne plus se référer au calendrier de Dioclétien, empereur qui avait sévèrement persécuté les Chrétiens. Il déclara donc que l'année où il réalisait ce complément aux tables d'Alexandrie était l'année 525 après l'Incarnation du Christ, qui devenait l'année de départ du nouveau calendrier. On ne sait de manière certaine s'il avait noté que l'année 532, à partir de laquelle il avait ajouté un cycle de 95 ans, correspondait au produit de 19 (cycle de Méton), par 4 (pour les années bissextiles), par 7 (pour les jours de la semaine), c'est-à-dire au cycle de 532 ans du calendrier alexandrin, cycle pour lequel Pâques tombe le même jour du même mois.

Denys le Petit prit comme jour de départ le 25 mars (jour de l'équinoxe de printemps dans le calendrier julien initial) de l'année 753 ab urbe condita, parce qu'elle offrait une coïncidence avec la Nouvelle Lune de Printemps. En effet, cette année-là, qui correspond à l’an -1 du calendrier actuel, soit l'an 0 sur l'échelle des astronomes[2], la nouvelle lune de printemps se produisit le 24 mars à 11 h 28 TU. Les années proches n'offraient pas cette coïncidence.

Depuis le IVe siècle l'Annonciation, fête de l'Incarnation, était commémorée le 25 mars. Aussi Denys le Petit n'hésita pas à sacrifier la rigueur des repères donnés par l'évangéliste Luc, à une coïncidence astrale. Son calendrier des dates de Pâques, approuvé par le pape Jean II en 533, servit à déterminer la nouvelle ère qui devait succéder à celle de Dioclétien. La naissance de Jésus s'en trouvant reportée au 25 décembre 753, l'an 1 de l'Anno Domini fut aligné sur l'année julienne 754 ab urbe condita, commençant le premier janvier (les années commençaient le 1er janvier à Rome depuis six siècles) qui tombe donc le jour de la circoncision du Christ, puisque les Juifs circoncisent les garçons une semaine après leur naissance. Le calendrier de Denys ne fut cependant pas adopté immédiatement et on continua, même à Rome, à utiliser le calendrier de Dioclétien (Anno Diocletiani) jusqu'au VIIIe siècle.

Anno Domini est abrégé en A.D. Ce terme est utilisé par les anglophones pour caractériser les années postérieures à cette naissance dans le calendrier julien puis le grégorien. En français, on parle des années après Jésus-Christ (« apr. J.-C. » en abrégé). Dans les textes anciens, on retrouve la locution après Notre-Seigneur Jésus-Christ (apr. NSJC).

En France, elle sera utilisée à partir du VIIIe siècle. À cette époque, Bède le Vénérable avait introduit son usage dans le monde anglo-saxon et à cause de la grande renommée de Bède, il se répandit dans tout l'Occident chrétien. Cette référence sera cependant longtemps en concurrence avec d’autres points d'origine[3]

Inversement aux années « A.D. », les Anglo-Saxons parlent des années « B.C. » (before Christ) ou « B.C.E. » (before Christian Era ou before Common Era) pour les années qui précèdent l’Anno Domini. Les francophones parlent d’années avant Jésus-Christ (« av. J.-C. » en abrégé). Il y existe aussi la forme « av. NSJC » pour avant Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Le calendrier grégorien est employé par la majeure partie du monde, qui utilise de fait une datation faisant référence au christianisme.

Validité historique[modifier | modifier le code]

L'ère chrétienne basée sur le calendrier de Denys le Petit offrait donc deux ans de retard sur les repères chronologiques de l'évangile de Luc et les correspondances proposées par les historiens de l'Antiquité. Il y avait plus de quatre ans de retard sur les repères de l'évangile de Matthieu, selon qui Jésus serait né au moins deux ans avant la mort d'Hérode le Grand en -4, si on considère le récit du « massacre des Innocents ».

Il convient de reconnaître que les deux évangiles sont contradictoires.
Les repères lucaniens, parce qu'ils s'y prêtent, ont pu être étudiés en fonction des sources de l'Histoire romaine, notamment ces premiers versets du second chapitre :

« En ce temps-là parut un édit de César Auguste, ordonnant un recensement de « toute la terre » (tout l'empire romain). Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie. Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville. Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la ville de David, appelée Bethléem parce qu’il était de la maison et de la famille de David, afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte. »

Une autre traduction, constatant l’absence d’article dans le texte grec, donne la version suivante : « Quand Quirinius devint gouverneur de Syrie, celui-ci devint le premier recensement », cf. article de Vinandi paru dans la Revue biblique en 1997.

La lecture offerte par le Codex Bezae ne présente pas de difficulté grammaticale et correspond à une tournure du grec classique : « Cet enregistrement s’avéra être le premier, Quirinius étant gouverneur de Syrie ». Cependant le recensement effectué par Publius Sulpicius Quirinius eut lieu en 6 de notre ère ainsi que le précise l'historien Flavius Josèphe (Livre XVIII, chap. III). Outre l'incohérence chronologique, le texte de l'évangéliste soulève plusieurs autres problèmes historiques.

Selon l'historien Fergus Millar l'usage que Luc fait du cens de Quirinius, pour expliquer comment Jésus est né à Bethléem, est « totalement trompeur et ahistorique[4] ». Car le cens de Quirinius n'a pas été étendu à la Galilée, où vivait la famille de Jésus, puisque cette dernière était dirigée par Hérode Antipas et ne faisait pas encore partie de la province. Selon cette thèse la mention du cens ne peut donc pas être retenue comme indice chronologique.

Année zéro[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Année zéro.

Il n'existe pas d'an 0 dans l'ère chrétienne (Anno Domini). En effet l’usage du nombre 0 en Europe est postérieur à la création de l’Anno Domini. On passe donc directement de l’an 1 av. J.-C. à l’an 1 ap. J.-C.. Ainsi 1er janvier 1 marque le début de la première année, de la première décennie, du premier siècle, du premier millénaire de l'ère chrétienne, qui finissent respectivement le 31 décembre 1, le 31 décembre 10, le 31 décembre 100, le 31 décembre 1000. Ainsi le XXe siècle et le IIe millénaire se sont achevés le  ; le IIIe millénaire et le XXIe siècle ont commencé le 1er janvier 2001.

Cependant pour simplifier les calculs d’éphémérides, les astronomes modernes définissent une année 0 qui correspond à l’année -1 des historiens, notée an 1 av. J.-C. L’an -1 des astronomes correspondant à l’an 2 av. J.-C. des historiens, et ainsi de suite.

À noter que le calendrier révolutionnaire français, bien après l'invention du zéro, commence lui aussi directement à l'année 1. Cela vient du fait que les calendriers sont considérés comme un système de comptage, qui commence donc à 1, au lieu d'un système de mesure, qui commencerait à 0. Si les millénaires, les siècles, les années, les mois et les jours sont comptés (temps présent), d'autres systèmes utilisent la mesure tels que l'âge, les heures ou les secondes (temps passé)[réf. nécessaire].

Noël ou le jour de l'an ? Ou le « jour J » du début du calendrier[modifier | modifier le code]

La circoncision de Jésus qui marque le début du calendrier chrétien. Sculpture de la cathédrale de Chartres.

Si le calendrier commence avec la naissance du Christ, pourquoi l'année ne commence-t-elle pas elle aussi le jour de sa naissance ?

Dans le judaïsme, la circoncision a lieu au huitième jour du nouveau-né mâle, en présence de dix hommes adultes (miniane) et est un rite fondateur. Il marque l'entrée du nouveau-né mâle dans la communauté des hommes.

Dans le christianisme, la circoncision de Jésus était célébrée chaque année le 1er janvier (sept jours après la naissance du Sauveur fixée symboliquement au 25 décembre) et commémorée le début de l'an 1. Cette date est inscrite, jusqu'en 1970 dans le calendrier catholique romain. Le Saint Prépuce fut même une relique vénérée mais aujourd'hui reléguée. Le début du calendrier chrétien est ainsi profondément ancré dans la tradition juive, même si désormais, le catholicisme a modifié le contenu des offices du 1er janvier, aujourd'hui dédié à la Vierge Marie.

L'orthodoxie regroupe sous le vocable de Théophanie du Sauveur les trois évènements : naissance (et adoration des mages), présentation (et/ou circoncision au Temple), et baptême dans le Jourdain. Cette fête est fixée non au 25 décembre mais selon les rituels au premier dimanche de janvier, et le plus traditionnellement le 6 janvier, date où l'Église Catholique fêtait l'adoration des Mages, avant de placer cette fête au premier dimanche de l'année, pour éviter qu'elle ne sombre dans la désaffection en devenant une fête de semaine inaccessible aux fidèles salariés. Les églises issues de la Réforme, lorsqu'elles célèbrent Noël, le font sur le calendrier catholique dont elles se sont détachées.

Dans le catholicisme, ce n'est ni Noël, ni le premier jour de janvier qui marque le début de l'année, d'un point de vue liturgique (or la liturgie est le comput temporel catholique). Chaque année liturgique commence avec l'Avent : attente du triple avènement du Sauveur, dans la chair à Nazareth, dans l'âme en chaque homme, dans la gloire à la fin des temps. Si les trois sont les dimensions réelles de la fête de Noël (voir Sermon de S. Léon pour la Nativité), le premier concerne plus directement la Nativité, le second le temps « ordinaire » et le dernier la fête du Christ Roi, célébrée le dernier dimanche de novembre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://hbar.phys.msu.ru/gorm/chrono/paschata.htm
  2. http://www.bdl.fr/fr/ephemerides/astronomie/Promenade/pages4/441.html
  3. Par exemple dans cette définition de l’édition de 1798 du dictionnaire de l'Académie française :
    ère. s. f. Terme de Chronologie. Point fixe d’où l’on commence à compter les années. L’ère d’Espagne est plus ancienne que l’ère Chrétienne. L’ère de Nabonassar. L’ère des Séleucides. Fixer l’ère. La naissance de Jésus-Christ est l’ère des chrétiens ; et celle des mahométans ou l’Hégire est la fuite de Mahomet. Il se dit aussi de la suite des années que l’on compte depuis ce point fixe. L’ère des Espagnols commence environ 38 ans avant l’ère des chrétiens, et finit vers 2352.
  4. « wholly misleading and unhistorical », F. Millar, 1994, p. 46

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]