Palalda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Palalda
Palalda
Vue générale de Palalda
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Céret
Commune Amélie-les-Bains-Palalda
Statut Ancienne commune
Code commune 66131
Démographie
Population 1 363 hab. (1936)
Densité 235 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 29′ 02″ nord, 2° 40′ 29″ est
Superficie 5,81 km2
Élections
Départementales Arles-sur-Tech
Historique
Date de dissolution
Commune(s) d'intégration Amélie-les-Bains-Palalda
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 15.svg
Palalda
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 15.svg
Palalda
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Palalda
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Palalda

Palalda Écouter est une ancienne commune du département français des Pyrénées-Orientales. Elle fait aujourd'hui partie de la commune d'Amélie-les-Bains-Palalda.

Géographie[modifier | modifier le code]

Palalda est située sur les hauteurs de la rive gauche du Tech. La commune avait une superficie de 5,81 km2[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Palaldà ou Palaudà[2].

Palalda est citée dès 814 sous le nom de villam Paladdanum. Les mentions suivantes donnent de Palatiodano (874), in Palatioatan (881) puis in Palaldano et Palatio Dan (1091). Une famille de Palauda est mentionnée au XIIIe siècle[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue du village de Palalda, depuis la route d'Amélie-les-Bains à Céret (1862)

Le nom du lieu de Palalda est mentionné pour la première fois en 814, comme étant une des limites du territoire de Céret, situé à l'ouest. Le territoire est ensuite connu par les nombreux dons ou privilèges attribués à différent bénéficiaires. Le , c'est un certain Dido et son épouse Raso qui font don d'une vigne à Palalda à l'abbaye d'Arles. Puis, le , l'abbé d'Arles, Suniefred, reçoit dans un précepte du roi Carloman le bénéfice pour son monastère du droit de pêche depuis le riu Ferrer jusqu'à Palalda. Cette même abbaye y accumule un ensemble de propriétés qu'elle fait reconnaître en 1011 par une bulle du pape Serge IV. D'autres alleus appartenaient au monastère Saint-Pierre de Camprodon ou à l'abbaye Saint-Michel de Cuxa[3].

Bien qu'une famille de seigneurs de Palada soit mentionnée au XIIIe siècle, le territoire était déjà inféodé à l'époque aux seigneurs de Cabrenç puis, par la suite, aux seigneurs de Serralongue[3].

Les fortifications que l'on peut voir aujourd'hui sont l'œuvre de Guillaume-Hugues de Serralongue, qui les fit construire vers 1250.

Charles Quint visite l'église de Palalda en 1538[4].

Un arrêté préfectoral du rattache la commune de Palalda à celle d'Amélie-les-Bains pour former la nouvelle commune d'Amélie-les-Bains-Palalda[5] à partir du le [réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Canton[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune de Palalda est incluse dans le nouveau canton d'Arles, dont elle fait encore partie après sa fusion avec la commune d'Amélie-les-Bains pour former la nouvelle commune d'Amélie-les-Bains-Palalda[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
         
1844 1847 François Vilascèque    
1847 1849 Martin Bardetis    
1849 16 avril 1855 Martin Pagès    
16 avril 1855 2 mai 1857 Martin Forga    
2 mai 1857 1870 Jean Camboulier    
1870 février 1874 François Alduy    
février 1874 8 octobre 1876 Jean Bartre    
8 octobre 1876 30 septembre 1883 Sauveur Dalmau    
30 septembre 1883 21 mai 1884 Pierre Dejaule    
21 mai 1884 20 mai 1888 Joseph Cabanes    
20 mai 1888 26 novembre 1899 Laurent Alduy    
26 novembre 1899 15 mai 1904 Joseph Dagues    
15 mai 1904 25 mai 1914 Joseph Dagues (fils)    
25 mai 1914 10 décembre 1919 Louis Villacèque    
10 décembre 1919 22 décembre 1921 François Dague    
22 décembre 1921 24 janvier 1922 Jean Garrigue    
29 janvier 1922 17 mai 1925 Joseph Pauly    
17 mai 1925 19 mai 1929 Antoine Forga    
19 mai 1929 19 mai 1935 Joseph Baux    
19 mai 1935 27 juillet 1941 Michel Fons    
21 août 1941 1er octobre 1942 Marti    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1378 1470 1515 1553 1709 1720 1730 1767 1774
21 f10 f14 f14 f101 f100 f112 f546 H120 f
1789 1790 - - - - - - -
200 f646 H-------
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre d'habitants.

Évolution de la population
1794 1796 1800 1804 1806 1820 1826 1831 1836
397529522524573594610614655
1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881
710772783758757839810908850
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
8001 1179148008869539021 1421 172
1936 - - - - - - - -
1 363--------
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Note :

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village a une allure médiévale, avec la place au centre de l'ancien château donnant sur l'église Saint-Martin.

  • L'église Saint-Martin est mentionnée pour la première fois en 967, est composée d'une nef unique voûtée d'un berceau "écrasé" du XIe siècle ou du XIIe siècle. La partie orientale de l'édifice fut totalement reconstruite au XVIe siècle. Le chœur conserve un superbe retable baroque daté de 1656 ainsi que d'autres œuvres.
  • Le calvaire, haut de 8 m est situé au sommet d'une colline.
  • Musée postal (départemental) et musée d'art et traditions populaires dans le même bâtiment, sont situés à côté de l'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alphonse Mias (1903-1950) : homme politique et écrivain né à Palalda.
  • Anny de Pous (1908-1991) : archéologue et historienne née à Palalda.
  • Paul Alduy (1914-2006) : homme politique, député et sénateur-maire de Perpignan de 1959 à 1993, inhumé au cimetière de Palalda.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Poésie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère de l'Intérieur, « La situation financière des communes de France et d'Algérie en 1923 », (consulté le ), p. 494.
  2. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  3. a b et c Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  4. Yves Hoffmann, Vallespir, Pays des traditions catalanes, Font-Romeu, éd. I.S.O., , 94 p. (ISBN 2950388337 et 978-2950388339)
  5. a et b Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9)
  6. MairesGenWeb
  7. Fabricio Cardenas, Vieux papiers des Pyrénées-Orientales, Ode aux environs d'Amélie-les-Bains en 1912 , 24 juin 2015