Église Saint-Martin de Palalda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir église Saint-Martin.
Église Saint-Martin
de Palalda
Vue d'ensemble de l'église
Vue d'ensemble de l'église
Présentation
Culte catholique romain
Type église paroissiale
Rattachement Diocèse de Perpignan-Elne
Début de la construction XIIe siècle
Autres campagnes de travaux XVe siècle : reconstruction de la partie orientale
Style dominant Roman
Protection Aucun
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
Ville Amélie-les-Bains-Palalda
Coordonnées 42° 29′ 04″ nord, 2° 40′ 30″ est

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Orientales)
Église Saint-Martin de Palalda

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Église Saint-Martin de Palalda

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Martin de Palalda

L'église Saint-Martin de Palalda est une église romane située à Palalda, dans la commune d'Amélie-les-Bains-Palalda, dans le département français des Pyrénées-Orientales[1]. Son portail, orienté à l'ouest, est appareillé de granit et muni de ferrures à volutes[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église est mentionné pour la première fois en 967 dans un acte de donation pour l'abbaye Sainte-Marie d'Arles-sur-Tech[2].

Néanmoins, le bâtiment actuel remonte au XIIe siècle. Il n'en reste que la nef, la partie orientale ayant été reconstruite au XVe siècle ou XVIe siècle[3],[4].

Description[modifier | modifier le code]

Située au cœur du village médiéval de Palalda, l'église est complètement englobée par des constructions, sauf la façade occidentale. Deux tours cylindriques, éléments des anciennes fortifications, se dressent au nord.

L'édifice possède une nef unique de trois travées, voûtée en berceau sur doubleaux, terminée à l'est par un chevet carré de style gothique, couvert d'une voûte sur croisées d'ogives quadripartite.

Plusieurs chapelles latérales, postérieures, s'ouvrent de part et d'autre de la nef.

Mobilier[modifier | modifier le code]

L'église conserve plusieurs retables baroques, dont le retable du maître-autel, daté de 1656, œuvre du sculpteur Jean-Pierre Giralt[5].

On y trouve également une croix de procession du début du XVIe siècle, classée monument historique[6].

Photographies[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noël Bailbé, Les portes des églises romanes du Roussillon, Perpignan, Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales,
  • Albert Cazes, Amélie-les-Bains-Palalda, Prades, Imprimerie de Prades, coll. « Conflent », , 32 p.
  • Albert Cazes, Le Roussillon sacré, Perpignan, Imprimerie Catalane, coll. « Conflent », , 2e éd. (1re éd. 1976), 195 p.
  • Géraldine Mallet, Églises romanes oubliées du Roussillon, Montpellier, Les Presses du Languedoc, , 334 p. (ISBN 978-2-8599-8244-7, présentation en ligne)
  • (ca) « Sant Martí de Palaldà », dans Catalunya romànica, t. XXV : El Vallespir. El Capcir. El Donasà. La Fenolleda. El Perapertusès, Barcelone, Fundació Enciclopèdia Catalana,

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]