Oldenbourg (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oldenbourg (homonymie).
Oldenbourg
Jument oldenbourg moderne à la robe baie sooty
Jument oldenbourg moderne à la robe baie sooty
Région d’origine
Région Ancien comté d'Oldenbourg, en Allemagne Wappen oldenburg.png
Caractéristiques
Morphologie Cheval de selle à sang chaud.
(de) Standard allemand de la race
Taille 1,65 m à 1,75 m
Robe Toutes les robes franches et simples
Tête Assez grossière, avec un chanfrein convexe
Caractère Tempérament équilibré
Autre
Utilisation Saut d'obstacles, dressage et attelage principalement

L'oldenbourg ou oldenburg est une race de cheval de selle de type demi-sang originaire de l'ancien comté d'Oldenbourg, qui fait maintenant partie de la Basse-Saxe, en Allemagne. La race naquit au XVIe siècle à partir d'une jumenterie à usage agricole et carrossier à l'origine. L'ancien type de ce cheval, destiné à la traction, est connu sous le nom d'ostfriesen. L'oldenbourg fut croisé de nombreuses fois pour aboutir au modèle qu'on lui connaît aujourd'hui. La race est gérée par une association internationale qui tient un stud-book strict et veille à ce que chaque génération s'améliore par rapport à la précédente. L'oldenbourg est désormais un cheval puissant aux allures recherchées, avec une grande capacité de saut qui lui permet de se distinguer dans les sports équestres, notamment le saut d'obstacles et le dressage où des représentants de la race furent primés de nombreuses fois. L'élevage de ces chevaux se caractérise par un pedigree très libéral et l'usage exclusif d'étalons privés plutôt que la centralisation autour d'un haras national.

Histoire[modifier | modifier le code]

La race oldenbourg possède une longue histoire au cours de laquelle elle a changé de statut, passant de celui de cheval de trait à celui de cheval de sport.

Du XVe au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Peinture d'un cheval gris présentant son profil gauche sur un arière-plan marron; son antérieur gauche et son postérieurs droit son levés; sa crinière et sa queue sont ondulées et longues au point de toucher le sol, une main provenant de l'extérieur de la toile soulève d'ailleurs la longue queue; la cuisse gauche du cheval est marquée d'un "A" entourés d'un cercle semblable à un soleil.
L'étalon fondateur Kranich, propriété d'Anton Günther vers 1640. Son type ibérique et baroque était à la mode à l'époque.
Gravure d'un cavalier en costume composé d'un chapeau à bord bleu, d'un long habit bleu, d'une culotte bouffante rouge avec de la dentelle et de bottes noires; son cheval gris est richement harnaché; sa longue crinière a été tressée, ornée d'un ruban bleu et rouge, elle touche le sol; sa queue est ondulée et touche elle-aussi le sol; un paysage de campagne et une ville sont en arrière plan; n haut à droite on distingue des armoiries.
Gravure représentant Anton Günther, dit le sage, sur un cheval baroque.
Article connexe : Ostfriesen.

Les premiers écrits répertoriant la présence de chevaux dans la région d'Oldenburg remontent au XVe siècle[1]. C'était probablement des animaux simples et robustes, de petite taille, mais assez forts pour être utilisés comme animaux de trait et tirer le matériel agricole sur la côte frisonne. Le berceau du cheval d’Oldenbourg se situe entre le fleuve Weser et les Pays-Bas. Les animaux qui y vivaient étaient assez proches du cheval frison[2], confondu à l'époque avec l'oldenbourg[3]. Les chevaux de cette région forment la souche fondatrice des races oldenbourg et ostfriesen, mais aussi des holsteiner et du groningen[2]. C'est à partir du XVIe siècle que la population équine de la région commence à être étudiée[1]. L'un des premiers à s'intéresser à l'élevage de chevaux dans la région fut le comte Johann von Oldenburg (1540-1603), mais c'est surtout grâce à son successeur, le comte Anton Günther von Oldenburg (1583-1667), qui donna son nom à la race[2] et ramena de ses voyages les étalons les plus recherchés de l'époque, que l'oldenbourg se développa. En 1603, il acheta des étalons de prestige de race Frederiksborg au Danemark, des chevaux raffinés de race turkmène, des chevaux tartares[4], polonais[4], anglais[4], de puissants étalons napolitains d'Italie[2],[4] et des étalons ibériques[2],[4] pour son propre élevage. Il mit ses étalons à disposition des habitants de la région et croisa les juments frisonnes locales avec un étalon demi-sang oriental nommé Kranich, lequel devint rapidement célèbre[5]. Il ajouta du sang de genêts d’Espagne et de napolitains pour créer un cheval carrossier solidement charpenté[6]. Il permit ainsi à la race d'obtenir une reconnaissance européenne, si bien que, dans toute la région, 5 000 de ces chevaux de prix s'exportaient annuellement[4].

On raconte que Léopold Ier, archiduc d'Autriche et empereur germanique, traversa Vienne le jour de ses noces sur un étalon noir de race oldenbourg[6]. Il était suivi par sa femme, une princesse espagnole dans un carrosse tiré par six oldenbourgs pie-noirs[4].

Du XVIIIe siècle au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

gravure d'un cheval au modèle à la robe foncé et présentant son profil gauche; il porte un licol et sa queue est coupée.
L'oldenbourg Marschschlag « Cremone », né en 1894 à Bardenfleth.

Avec le temps, les oldenbourgs et ostfriesen devinrent des « chevaux de luxe », de style et de prestige recherchés pour l'attelage. Une sélection rigoureuse eut lieu vers 1715 chez la race ostfriesen, et se propagea à l'oldenbourg en 1755. En 1781, la race avait dégénéré à la suite de la suppression des haras et de l'inondation des Marches due à la rupture des digues[4]. Les haras d'Oldenbourg furent donc rétablis pour permettre la production de chevaux d'armes pendant la guerre du Saint-Empire romain germanique[4]. La guerre demandant un grand nombre de chevaux, la production s'épuisa et les éleveurs eurent recours à des étalons de deux ans et à des juments porteuses de tares qui dégénérèrent à nouveau la race. À partir de 1820, l'état mit en place de fortes primes d'encouragement à l'élevage qui passèrent de 50 à 100 écus d'or, puis à 180 et 300 écus[4].

Les inspections des élevages devinrent obligatoires en vertu de cette régulation par l'État en 1820. Ces processus permirent aux éleveurs de faire évoluer rapidement leurs chevaux en fonction du marché et de la demande. La réputation des chevaux s'améliora grandement grâce à un étalon importé par un certain Stave de Brunswick, et dont les descendants sont à l'origine d'une célèbre lignée de chevaux oldenbourg : Neptune, Toréador 1er, Alcibiade, Héros et Stammtafel[4]. Dès la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les éleveurs allemands tentèrent à nouveau d'améliorer la race en la croisant avec des pur-sang anglais, pur-sang arabes, barbes, bais de Cleveland, lesquels eurent une importante influence[3], et carrossiers de Yorkshire[7]. Des apports de sang hanovrien, anglo-normand et normand permirent d'adapter l'oldenbourg aux besoins de l'artillerie militaire. En 1864, l'oldenbourg était devenu un cheval de trait populaire[4]. Aucun étalon reproducteur ne pouvait être autorisé dans la région sans le passage devant une commission ad hoc, bien que tout éleveur ait le droit de faire appel à une nouvelle commission pour faire autoriser son cheval à la reproduction[4].

Début XXe siècle[modifier | modifier le code]

Lithographie d'un cheval bai-brun au modèle à la robe foncé présentant son profil gauche; l'arrière-plan est composé d'un paysage de campagne; on distingue parfaitement la marque sur sa cuisse gauche présentant un "O" couronné ainsi que d'autres marques sur l'encolure qui ressemblent à des cercles.
Lithographie de 1898 montrant un oldenbourg de l'ancien type carrossier.

En 1904, l'oldenbourg était réputé comme le cheval carrossier typique de sa région d'origine[8], employé à la traction hippomobile[3], sa maturité rapide par rapport aux autres chevaux de trait le rendait également populaire pour les travaux agricoles[2].

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'oldenbourg joua un grand rôle pour le transport de l'artillerie et le trait léger, mais dès la fin de la Première Guerre mondiale, l'avènement de l'automobile et la motorisation amorcèrent le déclin de l'élevage des chevaux carrossiers, déclin qui s'accentua fortement dans les années 1940 et 1950. L'oldenbourg fut un temps reconverti en cheval de ferme polyvalent[9] mais l'utilisation du tracteur obligea les éleveurs à orienter leur production vers celle d'un cheval de selle[10]. L'émergence des loisirs et des sports équestres offrait alors un nouveau débouché durable pour la race, les éleveurs firent des efforts dans ce sens en orientant le modèle de l'oldenbourg vers celui d'un cheval de sport de même renommée que l'oldenbourg carrossier[9].

Ils réalisèrent des croisements avec des chevaux à sang chaud légers comme le pur-sang anglais[11]. L'oldenbourg passe alors du statut de cheval d'attelage à celui de cheval de selle demi-sang. Il devient plus léger tout en restant malgré tout le plus grand et le plus lourd des chevaux de selle allemands[12]. Au fil des croisements, il perdit ses caractéristiques de cheval d'attelage, comme ses épaules droites et son dos long, mais conserva généralement des actions relevées[2].

Parmi les étalons utilisés pour affiner la race, on peut citer le pur-sang anglais Lupus xx en 1935[13]. Le premier étalon étranger importé en vue d'améliorer les qualités sportives du cheval oldenbourg fut Condor en 1960[13], un anglo-normand bai sombre qui servit la jumenterie oldenbourg. Il fut suivi par le pur-sang anglais Adonis xx en 1959[13], et une véritable pléiade d'étalons pur-sang anglais approuvés pour saillir des juments oldenbourg au cours des 15 années suivantes : Manolete xx, Miracolo xx, Guter Gast xx, Plus Magic xx, Makuba xx, et surtout Vollkorn xx[6],[14] qui produisit l'un des premiers oldenbourgs de haut niveau parmi les chevaux de sport : Volturno, médaillé d'argent par équipe aux Jeux olympiques de 1976[15].

Le succès de Condor à la reproduction encouragea les éleveurs à choisir des chevaux français pour améliorer la souche allemande. Parmi les étalons influents, citons Furioso II en 1968 et Futuro en 1969, par Furioso xx, ainsi que Tiro et Zeus, issu de l'Anglo-arabe Arlequin x. Le trakehner, Magister eut une influence notable également, même si le trakehner ne fut pas la race la plus utilisée pour améliorer l'oldenbourg. L'hanovrien, race d'un länder voisin, influença également le cheptel. En 1972, l'étalon anglo-arabe Inschallah x transmit ses allures et ses caractéristiques à sa descendance[6].

La technologie et les progrès de l'insémination artificielle permirent de faire progresser l'élevage beaucoup plus vite car les étalons n'eurent plus besoin d'être sur place pour saillir des juments. Depuis les années 1970, l'utilisation de chevaux reproducteurs en provenance de toute l'Europe a augmenté de façon exponentielle. Des chevaux de sport allemands comme l'hanovrien, le holsteiner, le westphalien et le trakehner, en plus du KWPN et du selle français, ont continué à moderniser l'oldenbourg.

Le slogan de la Fédération allemande d'Oldenburg est que « la qualité est la seule norme qui compte », en témoignent leurs orientations libérales et l'acceptation d'une grande variété de croisements au sein de la race. Contrairement à d'autres registres qui sont limités à des chevaux de race locale, ou qui préfèrent une robe à une autre, le stud-book de l'oldenbourg moderne sélectionne des étalons et des juments uniquement sur leurs qualités de dressage et de saut. Les oldenbourgs sont devenus très populaires aux États-Unis où leur polyvalence est recherchée[2].

Description[modifier | modifier le code]

Dans un manège couvert un cavalier portant un pull rouge et ce qui ressemble à un bonnet monte un cheval pie noir et blanc au pas.
Quelques oldenbourgs peuvent présenter exceptionnellement une robe pie, comme celui-ci.

L’oldenbourg mesure entre 1,65 m et 1,75 m au garrot en moyenne, ce qui en fait le plus grand et le plus lourd des chevaux allemands[12],[2]. Toutes les robes franches et simples sont admises chez cette race[12], toutefois le bai, l’alezan, le bai-brun, le gris et le noir sont les robes les plus répandues[9].

Morphologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Morphologie du cheval.

L'aspect général de l'oldenbourg est celui d’un cheval de morphologie médioligne[12], puissant mais élégant.

Tête[modifier | modifier le code]

Sa tête est généralement bien faite, de taille moyenne avec un profil légèrement convexe ou busqué, mais elle peut parfois être grossière, un peu lourde ou un peu longue[12]. Bien attachée, elle donne à l'oldenbourg un port de tête noble et fier[16]. La gorge est épaisse, bien arquée, les naseaux évasés et les ganaches un peu renflées[17]. Les oreilles sont bien dressées[18].

Avant-main et corps[modifier | modifier le code]

L'encolure est longue[12] et très robuste[2], puissante et portée haute à la base. Quant aux épaules, elles sont longues, musclées et obliques[12]. Le garrot est bien formé. La poitrine est caractérisée par sa profondeur[2] et sa largeur, donnant ainsi un poitrail ample[12] qui révèle encore l'influence des carrossiers[17]. Le corps est particulièrement puissant[17] et se caractérise par une ligne dorsale droite[11] et un dos robuste, fort et généralement long[12].

Arrière-main et membres[modifier | modifier le code]

L'arrière-main est également puissante[12] avec des reins solides qui se terminent par une croupe large et musclée. La queue est portée haut[2]. L'oldenbourg possède des jambes courtes[12] et fines par rapport au reste du corps, ce qui ne les empêchent pas d'être résistantes du fait d'une ossature développée et d'articulations fortes[12],[2]. Les sabots ont une forme régulière et appropriée[17].

Tempérament[modifier | modifier le code]

L'oldenbourg est un cheval gentil au caractère équilibré et égal ce qui le rend fiable et apte à l'obstacle[11],[16]. Contrairement à la plupart des animaux de grande taille, il atteint rapidement sa maturité[2] et cette précocité lui permet d'entamer son apprentissage très tôt. Il est également doté d'un tempérament énergique, tout en étant doux et courageux. L'oldenbourg n'est pas aussi endurant et résistant que les autres chevaux de selle à sang chaud. Il bénéficie néanmoins d'une longévité assez exceptionnelle[11].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Sur la détente d'un concours, un cavalier et son cheval bai franchissent un très gros oxer tricolore sous l’œil des spectateurs et des juges.
Nich Skelton et l'oldenbourg Arko III au concours international de saut d'obstacles 5 étoiles de Dublin en 2008.

L'utilisation de l'oldenbourg varie selon les deux périodes clés de son évolution qui lui ont permis de s'adapter à la demande. À la suite du premier mélange des races, l'oldenbourg devient un cheval d'attelage de type carrossier, réputé dans les cours ducales européennes[19]. Dans sa région d'origine, il était très employé pour les travaux agricoles. Il a servi dans l'armée mais dès la fin de la Première Guerre mondiale, le cheval de travail est remplacé par un cheval de selle, plus léger et adapté aux sports équestres.

L'oldenbourg moderne est un cheval imposant tout en restant léger. Il a une démarche expressive, élastique avec beaucoup de suspension. Son trot est élégant et il se rassemble facilement au galop. Ses qualités sont utilisées pour des activités de loisir, mais l'oldenbourg reste avant tout un cheval de sport. Il est très utilisé en attelage, aussi bien en compétition qu'en cérémonie. L'oldenbourg se distingue aussi en saut d'obstacles et en dressage, ce qui en fait un cheval polyvalent. Il n'y a qu'en concours complet qu'il ne se distingue guère, car il reste un cheval assez lourd, handicapé dans l'épreuve de cross[7]. De nombreux chevaux oldenbourg sont primés à l'issue de compétitions de sports équestres.

Dressage[modifier | modifier le code]

Olympic Bonfire est médaille d'or de dressage aux Jeux olympiques de Sydney sous la selle d'Anky van Grunsven (Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas)[20]. Donnerhall est champion d'Europe et du monde de dressage par équipe sous la selle de Karin Rehbein (Drapeau de l'Allemagne Allemagne)[21]. Renoir-Unicef est médaille d'or de dressage par équipe aux Jeux équestres mondiaux de 2002, sous la selle de Ann Kathrin Linsenhoff (Drapeau de l'Allemagne Allemagne)[22]. Relevant a remporté la médaille d'argent de dressage par équipe lors de la même compétition, sous la selle de Lisa Wilcox (Drapeau des États-Unis États-Unis)[22].

Saut d'obstacles[modifier | modifier le code]

Sur un parcours officiel, une cavalière et son cheval bai foncé franchissent un gros et large oxer surplombant un bidet entouré de plantes vertes.
Judy Ann Melchior et l'oldenbourg Grande Dame Z à la coupe du monde de saut d'obstacles, sous les couleurs de la Belgique en 2007.

Weihaiwej, médaille d'or par équipe et individuelle de sauts d'obstacles aux Jeux équestres mondiaux de La Haye (1994), sous la selle de Franke Sloothaak (Drapeau de l'Allemagne Allemagne)[2], est plus connue pour son physique particulier puisqu'elle est surnommée « la jument aux yeux bleus ». Arko III a remporté de nombreux grands prix de sauts d'obstacles, sous la selle de Nick Skelton (Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni)[23]. Sandro Boy, étalon vainqueur de nombreux Grand Prix de saut d'obstacle et ex-cheval de tête de Marcus Ehning en Drapeau de l'Allemagne Allemagne, a fait ses adieux à la compétition suite aux championnats de Leipzig. Il est le père de Sabrina, jument de tête de Marcus Ehning.

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

L'oldenbourg est considéré comme une race transfrontière à diffusion internationale, présente dans au moins 5 pays dans le monde (en 2010)[24]. Il est élevé principalement en Allemagne, et tout particulièrement dans sa région d'origine à savoir l'ancien Oldenbourg qui appartient aujourd'hui au Land de Basse-Saxe[25]. Mais il l'est aussi dans une grande partie de l'Europe[25] ainsi qu'aux États-Unis où il est très populaire[2].

En Allemagne[modifier | modifier le code]

En 2010, le « Verband der züchter des oldenburger pferdes » recense 6 000 éleveurs actifs, 5 800 poulinières, 409 étalons en activité et une moyenne de 5 000 poulains par an en Allemagne[25].

Statut d'élevage[modifier | modifier le code]

Dans un pré où l'herbe est haute, une jument bai foncé présente son profil gauche dont le ventre est très arrondi dû à la présence du futur poulain.
Jument oldenbourg pleine.
Détail de la cuisse gauche d'un cheval bai foncé où l'on distingue parfaitement le "O" couronné ainsi que le chiffre 32.
Marque d'un oldenbourg montrant le « O » et sa couronne.

Le premier statut d'élevage de l'oldenbourg date de 1819[26] puis fut modifié en 1897[27] et en 1923, date à laquelle le stud-book des races de l'ostfriesen et de l'oldenbourg furent fusionnés pour former la Société des Éleveurs de chevaux d'Oldenbourg (GOV) et arriver à la version encore employée de nos jours[28]. Grâce à ce statut, la Société des Éleveurs de chevaux d'Oldenbourg détient l'entière responsabilité de la race, y compris l'admission des étalons, ce qui leur donne aussi une plus grande liberté pour l'achat des animaux. Ceci explique le haut degré d'uniformité de la race oldenbourg[9],[29]. Il n'existe pas de haras national pour cette race, l'élevage de ces chevaux est exclusivement entre les mains de particuliers[6]. Les chevaux oldenbourg et ostfriesen ont été exportés dans le monde entier. L'oldenbourg moderne se reconnaît grâce à la présence, sur sa hanche gauche, d'un O surmonté d'une couronne[30].

Sélection pour le saut d'obstacles[modifier | modifier le code]

Un cavalier et son cheval bai marchent au pas sur la détente d'un concours officiel, les spectateurs les observant en arrière plan.
Le cavalier britannique Nick Skelton et Arko III, cheval de saut d'obstacles de race oldenbourg.

La « Spingpferdezuchtverband Oldenburg ev-international », une association créée en 2001, annonce pour objectif « l'élevage de chevaux de saut d’élite pour le sport international »[31]. Elle travaille en étroite collaboration avec le « Verband der züchter des oldenburger pferdes » ou Société des Éleveurs de chevaux d'Oldenbourg. Leurs efforts se concentrent sur la combinaison des meilleurs chevaux de saut d'obstacles de toutes les races afin d'améliorer l'oldenbourg. Des normes strictes de qualité ont été appliquées pour l'admission et l'attribution des licences des étalons qui produisent des chevaux de saut oldenbourg. À terme, leur objectif est d'attirer les éleveurs de toute l'Allemagne et l'Europe[31]. La reconnaissance de cette sélection se fait par un marquage particulier dans lequel la marque de l'oldenbourg comporte un S de plus à l'intérieur d'un O incomplet, avec une couronne au-dessus[31].

En Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

« The International Sporthorse Registry » (ISR) et « the Oldenburg Registry North America » (OL NA) ont été créés en 1983 dans le but d’offrir un large panel de chevaux de sport aux éleveurs nord-américains. Le registre mène une politique identique à celle des associations oldenbourg allemandes, à savoir un registre ouvert aussi bien aux chevaux de sport ayant fait leur preuve en compétition qu'aux chevaux possédant un réel potentiel génétique. Le registre américain n'est pas une branche des associations de races européennes[32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Schüssler 2013, p. 18
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p Draper 2006, p. 58-59
  3. a, b et c Collectif 2006, p. 52
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Guy de Charnacé, Études sur les animaux domestiques: amélioration des races, consanguinité, haras, Victor Masson et Fils, , 384 p. (lire en ligne), p. 371
  5. Schüssler 2013, p. 22
  6. a, b, c, d et e (en) « Oldenburg », (consulté le 23 juillet 2014)
  7. a et b Encyclopédie générale de l'équitation, fiche 1-36 : L'oldenbourg, Italie, Editions Atlas
  8. Paul Diffloth, Zootechnie: Zootechnie général; production et alimentation du bétail. Zootechnie spéciale; cheval, âne, mulet, J.-B. Ballière et fils, , 504 p. (lire en ligne), p. 362
  9. a, b, c et d Hartley Edwards 2006, p. 84-85
  10. Bertrand de Perthuis, Larousse du Cheval, Larousse, , p.253 p. (ISBN 2-0351-7128-8)
  11. a, b, c et d Ravazzi 2002, p. 81
  12. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « Oldenburg », sur Le site cheval (consulté le 26 juin 2009)
  13. a, b et c (de) Germany (East). Ministerium für Land- und Forstwirtschaft, Vereinigung der Gegenseitigen Bauernhilfe, Akademie der Landwirtschaftswissenschaften der DDR, Tierzucht, vol. 11-12, VEB Deutscher Landwirtschaftsverlag., , p. 164-165
  14. (de) Universität Halle-Wittenberg. Landwirtschaftliches Institut, Kühn-Archiv: Arbeiten aus dem Landwirtschaftlichen Institut der Universität Halle, vol. 81, P. Parey,
  15. (en) « Volturno », sur 1derful Sport Horses (consulté le 17 mai 2010)
  16. a et b Fitzpatrick 2008, p. 210-212
  17. a, b, c et d Elwyn Hartley Edwards, L'œil nature - CHEVAUX, Nord Compo, Villeneuve-d'Ascq, Larousse, , 134-135 p. (ISBN 2-03-560408-7)
  18. Hendricks et Dent 2007, p. 323-325
  19. Wolfgang Kresse, Les Chevaux et les poneys, Allemagne, Ulmer, , p.40 p. (ISBN 2-84138-009-2)
  20. (en) H. Singh, 33 Olympic Games, Discovery Publishing House, , 212 p. (ISBN 9788171417643), p. 136
  21. (en) sporthorse breeder, « Donnerhall 1981 », sur Stallions Online (consulté le 23 juillet 2014)
  22. a et b (en) « Equestrian - World Equestrian Games : Jerez de la Frontera (Spain), 11th September 2002 - Results », sur the-sports.org (consulté le 23 juillet 2014)
  23. « Fiche d'Arko III » (consulté le 23 juillet 2014)
  24. (en) Rupak Khadka, « Global Horse Population with respect to Breeds and Risk Status », Uppsala, Faculty of Veterinary Medicine and Animal Science - Department of Animal Breeding and Genetics, , p. 32 ; 63.
  25. a, b et c (de) « Verband der züchter des oldenburger pferdes » (version archivée)
  26. Schüssler 2013, p. 25
  27. Schüssler 2013, p. 30
  28. (en) « Oldenburg Overview », sur Equestrian Outreach (consulté le 23 juillet 2014)
  29. Lynghaug 2009, p. 621
  30. Schüssler 2013, p. 27
  31. a, b et c (de) « Die Vision: Der Spitzensport ist unser Ziel », Spingpferdezuchtverband Oldenburg international (consulté le 23 juillet 2014)
  32. « Registry », sur The International Sporthorse Registry - Oldenburg Registry North America (consulté le 4 mai 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : Ouvrage utilisé pour la rédaction de cet article

Ouvrages spécialisés[modifier | modifier le code]

  • (de) Claus Dencker, Das Oldenburger Pferd, Blv Buchverlag, , 128 p. (ISBN 9783405132941)
  • (en) J. Schüssler, The Oldenburg Horse, BoD – Books on Demand, , 124 p. (ISBN 9783845725147). 

Ouvrages généralistes[modifier | modifier le code]

  • Gianni Ravazzi, L'encyclopédie des chevaux de race, Bergame, Italie, De Vecchi, (ISBN 9782732884172), p. 81. 
  • Judith Draper, Le grand guide du cheval : Les races, les aptitudes, les soins, Éditions de Borée, , 256 p. (ISBN 9782844944207), p. 58-59. 
  • Collectif, Les races de chevaux et de poneys, Éditions Artemis, , 127 p. (ISBN 9782844163387), p. 52. 
  • Elwyn Hartley Edwards, Les chevaux, Éditions de Borée, , 272 p. (ISBN 9782844944498), p. 84-85. 
  • (en) Bonnie L. Hendricks et Anthony A. Dent, International Encyclopedia of Horse Breeds, University of Oklahoma Press, , 486 p. (ISBN 9780806138848), p. 323-325. 
  • Andrea Fitzpatrick, L'encyclopédie des chevaux, Paris, Nov'edit, , 437 p. (ISBN 9782350332086), p. 210-212. 
  • (en) Fran Lynghaug, « Oldenbourg », dans The Official Horse Breeds Standards Guide: The Complete Guide to the Standards of All North American Equine Breed Associations, Voyageur Press, (ISBN 9780760334997, lire en ligne), p. 621
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 20 juillet 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 20 juillet 2010 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.