Garrot (anatomie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Garrot (quadrupède))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garrot (homonymie).
Emplacement du garrot chez un cheval

Le garrot est, chez les quadrupèdes, une zone du corps située sur le dessus, à la jonction du cou et du dos. La dimension du garrot au sol, « hauteur au garrot », est le standard de taille d'un certain nombre de quadrupèdes, notamment chevaux et chiens. Il est mesuré en plaçant la toise à l'arrière de la jambe.

Chez le cheval, le garrot est une zone sensible qu'il convient de protéger des frottements de la selle par l'utilisation d'un tapis ou encore d'un pad de garrot. Avant de sangler une selle, le cavalier « dégarotte ». Certains chevaux réputés difficiles peuvent être simplement sensibles du garrot. Chez les bovins, le test du réflexe du garrot est une manière de déterminer l'existence d'un problème d'ordre gastrique.

Étymologie et terminologie[modifier | modifier le code]

Le mot est employé le plus souvent pour les équidés. Il est attesté en langue française dès 1444, dans un document vétérinaire, sous la forme « gerrot ». Il apparaît en 1549 sous sa forme actuelle. « Garrot » semble provenir du gaulois « garra » qui désigne le jarret, une partie de la jambe[1]. Le garrot est la « partie du corps située au-dessus de l'épaule et qui prolonge l'encolure »[2].

Description[modifier | modifier le code]

Zone correspondant au garrot chez le cheval.
Anatomie du garrot d'un cheval

Sont constitutifs du garrot d'un équidé, représentés sur le schéma ci-contre à droite :

  1. l'omoplate ;
  2. le cartilage terminal de l'omoplate ;
  3. le ligament cervical
  4. la bourse séreuse du garrot;
  5. l'apophyse épineuse de la vertèbre dorsale ;
  6. le tissu conjonctif.

La conformation du garrot est très importante pour déterminer s'il est possible de harnacher un équidé. Par exemple, les zèbres ont un garrot très bas, ce qui rend extrêmement difficile la tenue d'une selle en place[3]. Les chevaux et les bovins apprécient d'être grattés à cet endroit : cela peut constituer une manière d'approcher un animal peu sociabilisé en limitant les risques. Chez les bovins, il est conseillé de commencer à gratter la base de la queue puis de remonter le long du dos jusqu'au garrot[4].

Mesures de taille au garrot[modifier | modifier le code]

Classiquement, le garrot est utilisé comme référent pour mesurer la taille (on parle alors de taille au garrot) de nombreux quadrupèdes[2], notamment les chiens, équidés, bovins, ovins... L'avantage d'une mesure au garrot est d'obtenir une taille fixe, beaucoup plus fiable par exemple que la hauteur au niveau de la tête, qui peut varier avec l'inclinaison de celle-ci.

Maladies et prévention[modifier | modifier le code]

L'hygroma du garrot, ou « mal de garrot »[5], est provoqué par le frottement de la selle sur cette région de l'anatomie équine. Il peut être dû à une mauvaise adaptation de la selle au cheval qui la porte[6], à un oubli de dégarroter (le cavalier doit tirer sur le tapis de selle afin que ce dernier recouvre le garrot mais sans y être plaqué avec des plis ou de manière trop ferme, pour éviter tout frottement), ou simplement à une mauvaise assiette ou un poids trop élevé du cavalier, provoquant un frottement entre le garrot et le marériel[7].

Évolution d'un mal de garrot en fistule chez un jeune cheval

Contrairement à ce qui apparaît sur les deux dernières photos, il convient de bien nettoyer les alentours de la fistule avant toute exploration.

S'il évolue en fistule, le mal de garrot devient difficile à guérir[6] car l'infiltration du pus vers le ligament cervical et les muscles sous-jacents rend le drainage impossible, et la stérilisation très difficile[7]. Dans les cas les plus graves, le mal de garrot peut atteindre l'os et causer la mort de l'animal. S'il n'est pas trop avancé, un repos de quelques jours suffit en général à le guérir[6]. Un massage et une vérification de l'état du garrot et du dos après chaque séance sellée est conseillé afin de prévenir l'apparition de tout problème[7].

Réflexe du garrot en sémiologie bovine[modifier | modifier le code]

Emplacement du garrot d'un veau

Chez les bovins domestiques, le pincement du garrot (dit « épreuve du garrot » ou « réflexe du garrot ») permet de déterminer si l'animal est bien portant. Il est réalisé en pinçant les apophyses épineuses du bovin en arrière du garrot. Normalement, le réflexe provoque l'incurvation du dos. Le bovin refusera de s’incurver s’il souffre de tensions douloureuses dans le rumen, y compris d'une péritonite ou d'une pleurésie[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques d'« Garrot » (sens etymologie) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques d'« Garrot » (sens definition) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  3. (en) Sarah Hartwell, « Hybrid Equines », Messy Beast,‎ .
  4. Christian Dudouet, Manipuler et contenir les bovins: sécurité des hommes, sécurité et bien-être des animaux, gain de temps, France Agricole Éditions, coll. « Produire mieux »,‎ , 253 p. (ISBN 2855570743 et 9782855570747), p. 89-90.
  5. Catherine Ancelet, Les fondamentaux de l'équitation: Galops 5 à 7, Éditions Amphora,‎ (ISBN 2851807374 et 9782851807373), p. 262.
  6. a, b et c Alexandre-Henri Tessier, André Thouin et Auguste-Denis Fougeroux de Bondaroy, Encyclopédie méthodique. Agriculture, vol. 5, chez Panckoucke,‎ (lire en ligne), p. 246.
  7. a, b et c « Gare au garrot ! », Cheval magazine (consulté le 27 octobre 2015).
  8. « Réseau (estomac de rejet) », École nationale vétérinaire d'Alfort (consulté le 27 octobre 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Hugues Michel Delacoux, Contribution à l’étude du mal de garrot chez le cheval, École Nationale Vétérinaire de Toulouse (impr. aux Imprimerie Parisienne),‎ , 55 p.