No grites, tonta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ne crie pas, idiote

Dessin préparatoire
Dibujo preparatorio Capricho 74 Goya.jpg
No grites, tonta

L'eau-forte No grites, tonta (en français Ne crie pas, idiote) est une gravure de la série Los caprichos du peintre espagnol Francisco de Goya. Elle porte le numéro 74 dans la série des 80 gravures. Elle a été publiée en 1799.

Interprétations de la gravure[modifier | modifier le code]

Il existe divers manuscrits contemporains qui expliquent les planches des Caprichos. Celui qui se trouve au Musée du Prado est considéré comme un autographe de Goya, mais semble plutôt chercher à dissimuler et à trouver un sens moralisateur qui masque le sens plus risqué pour l'auteur. Deux autres, celui qui appartient à Ayala et celui qui se trouve à la Bibliothèque nationale, soulignent la signification plus décapante des planches[1].

  • Explication de cette gravure dans le manuscrit du Musée du Prado :
    ¡Pobre Paquilla, que yendo a buscar al lacayo se encuentra con el duende, pero no hay que temer: se conoce que Martinico[2] está de buen humor y no le hará mal.
    (Pauvre Paquilla, qui partie pour chercher un laquais, rencontre un lutin, mais il n'y a rien à craindre : on voit que Martinico est de bonne humeur et ne lui fera pas de mal)[3].
  • Manuscrit de Ayala :
    Las feas y devotas se entregan a los frailes o primer espantajo[4] que se meta por la ventana.
    (Les laides et dévotes se donnent aux frères ou au premier épouvantail qui passe par la fenêtre)[3].
  • Manuscrit de la Bibliothèque nationale :
    A las mujeres feas de distinción, se las entran los frailes por las ventanas a pares: ellas hacen como que se asustan; pero no tienen otra cosa y les reciben con los brazos abiertos.
    (Chez les femmes laides et distinguées, les frères entrent par les fenêtres par paires: elles font comme si elles s'effrayaient ; mais elles n'ont pas d'autres solutions et elles les reçoivent les bras ouverts)[3].

Technique de la gravure[modifier | modifier le code]

L'estampe mesure 213 × 151 mm sur une feuille de papier de 306 × 201 mm. Goya a utilisé l'eau-forte et l'aquatinte brunie. Dans l'angle supérieur droit : “74”.

Le dessin préparatoire est à la sanguine. Dans l'angle inférieur gauche, au crayon : “19”. Le dessin préparatoire mesure 201 × 140 mm.

Catalogue[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Helman, op. cit., p. 54.
  2. Martinico : “Lutin” (Academia Española, Diccionario de la lengua castellana, Madrid, 1992)
  3. a b et c Helman, op. cit., p. 227.
  4. Espantajo : “Surnom qui s'applique à un nigaud de grande apparence et sans valeur” et “Personne bizarre et méprisable” (Academia Española, Diccionario de la lengua castellana, Madrid, 1992).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • José Camon Aznar, Francisco de Goya, tome III, Caja de Ahorros de Zaragoza, Aragón y Rioja. Instituto Camon Aznar
  • Juan Carrete Parrondo, Goya. Los Caprichos. Dibujos y Aguafuertes, Central Hispano. R.A.de Bellas Artes de San Fernando. Calcografía Nacional, , « Francisco de Goya. Los Caprichos »
  • Rafael Casariego, Francisco de Goya, Los Caprichos, Madrid: Ediciones de arte y bibliofilia,
  • Gabinete de Estudios de la Calcografía., Clemente Barrena, Javier Blas, José Manuel Matilla, José Luís Villar et Elvira Villena, Goya. Los Caprichos. Dibujos y Aguafuertes, Central Hispano. R.A.de Bellas Artes de San Fernando. Calcografía Nacional, , « Dibujos y Estampas »
  • Edith Helman, Transmundo de Goya, Madrid: Alianza Editorial,
  • Pierre Gassier et Juliet Wilson, Vie et Œuvre de Francisco Goya, Fribourg: Office du Livre,
  • F.J. Sánchez Catón, Goya Los Caprichos, Barcelone: Instituto Amatller de Arte Hispánico,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]