Despacha, que dispiértan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dépêche-toi, qu'ils se réveillent

Dessin préparatoire
Dibujo preparatorio Capricho 78 Goya.jpg
Despacha, que dispiértan

L'eau-forte Despacha, que dispiértan[1] (en français Dépêche-toi, qu'ils se réveillent) est une gravure de la série Los caprichos du peintre espagnol Francisco de Goya. Elle porte le numéro 78 dans la série des 80 gravures. Elle a été publiée en 1799.

Interprétations de la gravure[modifier | modifier le code]

Il existe divers manuscrits contemporains qui expliquent les planches des Caprichos. Celui qui se trouve au musée du Prado est considéré comme un autographe de Goya, mais semble plutôt chercher à dissimuler et à trouver un sens moralisateur qui masque le sens plus risqué pour l'auteur. Deux autres, celui qui appartient à Ayala et celui qui se trouve à la Bibliothèque nationale, soulignent la signification plus décapante des planches[2].

  • Explication de cette gravure dans le manuscrit du musée du Prado :
    Los duendecitos[3] son la gente más hacendosa y servicial que puede hallarse: como la criada los tenga contentos, espuman la olla, cuecen la verdura, friegan, barren y callan al niño; mucho se ha disputado si son Diablos o no; desengañémonos, los diablos son los que se ocupan de hacer el mal, o en estorbar que otros hagan el bien, o en no hacer nada.
    (Les petits lutins sont les gents les plus habiles et serviables que l'on puisse trouver : comme la servante les satisfait, ils écument la marmite, cuisent les légumes, récurent, balaient et font taire l'enfant ; on a beaucoup discuté pour savoir si ce sont des Diables ou non ; ne nous trompons pas, les diables sont ceux qui s'occupent de faire le mal, ou d'empêcher que les autres fassent le bien, ou poussent à ne rien faire )[4].
  • Manuscrit de Ayala :
    Los frailes y monjas tienen francachelas[5] de noche para cantar bien de día.
    (Les frères et sœurs font dans banquets la nuit pour bien chanter le jour)[4].
  • Manuscrit de la Bibliothèque nationale :
    Los frailes tienen sus comilonas a solas de noche con las monjas; ellos friegan los platos y ellas soplan la lumbre.
    (Les frères font leurs gueuletons seuls la nuit avec les sœurs ; ils lavent les plats et elles soufflent la lumière)[4].

Goya dessine encore une satire des religieux, représentés comme des lutins.

Technique de la gravure[modifier | modifier le code]

L'estampe mesure 212 × 150 mm sur une feuille de papier de 306 × 201 mm. Goya a utilisé l'eau-forte et l'aquatinte brunie. Dans l'angle supérieur droit : “78”.

Le dessin préparatoire est à la sanguine. Dans l'angle supérieur droit, au crayon : “6”. Dans l'angle inférieur gauche, au crayon : “55”. Le dessin préparatoire mesure 204 × 144 mm.

Catalogue[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dispiértan est une forme ancienne de « despiertan ».
  2. Helman, op. cit., p. 54.
  3. Duende: “Esprit qui pour le peuple, infeste les maisons et fait des espiègleries, causant en elles des bruits” (Academia Española, Diccionario de la lengua castellana, Madrid, 1791). Le mot « duende » apparaît fréquemment comme synonyme de « frère » dans la littérature satirique de la seconde moitié du XVIIIe siècle.
  4. a, b et c Helman, op. cit., p. 228.
  5. Francachela : “Fête, banquet, repas” (Esteban Terreros y Pando, Diccionario castellano con las voces de ciencias y artes, Madrid, 1786-1793).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • José Camon Aznar, Francisco de Goya, tome III, Caja de Ahorros de Zaragoza, Aragón y Rioja. Instituto Camon Aznar
  • Juan Carrete Parrondo, Goya. Los Caprichos. Dibujos y Aguafuertes, Central Hispano. R.A.de Bellas Artes de San Fernando. Calcografía Nacional, , « Francisco de Goya. Los Caprichos »
  • Rafael Casariego, Francisco de Goya, Los Caprichos, Madrid : Ediciones de arte y bibliofilia,
  • Gabinete de Estudios de la Calcografía., Clemente Barrena, Javier Blas, José Manuel Matilla, José Luís Villar et Elvira Villena, Goya. Los Caprichos. Dibujos y Aguafuertes, Central Hispano. R.A.de Bellas Artes de San Fernando. Calcografía Nacional, , « Dibujos y Estampas »
  • Edith Helman, Transmundo de Goya, Madrid : Alianza Editorial,
  • Pierre Gassier et Juliet Wilson, Vie et Œuvre de Francisco Goya, Fribourg : Office du Livre,
  • F.J. Sánchez Catón, Goya Los Caprichos, Barcelone : Instituto Amatller de Arte Hispánico,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]