La novillada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La novillada
La Course de jeunes taureaux
La novillada.jpg
Artiste
Date
Type
Technique
Dimensions (H × L)
136 × 259 cm
Mouvement
Localisation
Numéro d’inventaire
Gassier-Wilson : 133

La novillada (« La Course de jeunes taureaux[2] »), est une peinture de Francisco de Goya réalisée en 1780 à l'époque où il s'essayait lui-même à la tauromachie (époque de sacripant). Elle fait partie de la quatrième série des cartons pour tapisserie destinée à l'antichambre du Prince des Asturies au Palais du Pardo.

Contexte[modifier | modifier le code]

Goya était un aficionado et il fréquentait le monde de la tauromachie considéré alors comme « le refuge de la canaille où vauriens ruffians et aventuriers sont à l'aise[3]. » Il fait une description du tableau La Novillada en indiquant qu'il s'agit d'une passe de cape à laquelle participent plusieurs jeunes gens, sans toutefois se nommer lui-même alors qu'il s'est plus ou moins autoportraituré[4]. Il a par la suite fait plusieurs portraits de toreros dont le plus connu est celui de Pedro Romero[5].

Historique[modifier | modifier le code]

Tous les tableaux de la quatrième série sont destinés à l'antichambre du Prince des Asturies, c'est-à-dire de celui qui allait devenir Charles IV et de son épouse Marie Louise de Parme, au palais du Pardo[6]. Le tableau fut livré à la Fabrique royale de tapisserie le 24 janvier 1780[7] et reçu par son directeur, Cornelio Vandergoten. Par un document daté du 2 octobre 1777, mais dont on ne connait pas la provenance, il est dit que la tapisserie La Novillada devait être accrochée sur le mur sud de l'antichambre des princes à côté d'une autre tapisserie : El Resguardo de tabacos[8].

Il fut considéré perdu jusqu'en 1869, lorsque la toile fut découverte dans le sous-sol du Palais royal de Madrid par Gregorio Cruzada Villaamil, et fut remise au musée du Prado en 1870 par les ordonnances du 19 janvier et du 9 février 1870, où elle est exposée dans la salle 91[7]. La toile est citée pour la première fois dans le catalogue du musée du Prado en 1876[8].

La série était composée de El Ciego de la guitarra, El Columpio, Las Lavanderas, La Novillada, El Resguardo de tabacos, El Muchacho del pájaro et El Niño del árbol, Los Leñadores, El Majo de la guitarra, La Cita, El Médico, El Balancín et deux cartons perdus, El Perro[9] et La Fuente[10].

Description[modifier | modifier le code]

C'est une fête semblable aux Taureaux de Carabanchel de Francisco Bayeu. L'historien José Camón Aznar y voit un rapport avec les souvenirs de jeunesse de Goya (époque où il s'essayait à la tauromachie)[11]. On dit que les couleurs vives rendaient fous les tisserands de la fabrique royale chargés de composer les tapisseries d'après l'esquisse de Goya[11].

L'ensemble présente un groupe de jeunes gens en costume coloré, et dans le personnage principal qui tourne la tête vers les spectateurs, on a vu un portrait de l'artiste lui-même[12]. C'est également ce qu'affirme Claude Pelletier : « Témoin de son temps, Goya fut probablement torero amateur dans sa jeunesse. Il s'est représenté ici en costume rouge, dans le personnage principal de cette humble novillada[13]. »

Les couleurs vives sont caractéristiques de la « première période » de Goya, de même que l'abondance de Majos qui étaient, selon la circonstance, soit des gens du peuple, soit des nobles vêtus comme tels. Édouard Manet a donné la description dans un de ses tableaux les plus connus, Jeune Homme en costume de majo. Les majos et majas étaient connus pour leur recherche vestimentaire inspirées des coutumes populaires[14].

Toutefois, le directeur de la fabrication, Cornelio Vandergoten, donne une version différente de Goya sur l'interprétation de la scène. Selon lui, les personnages seraient ici dans une position de tirage au sort (sorteo)[6].

La Balançoire et La Novillada pourraient représenter un passage écrit par Nicolás Fernández de Moratín, père de Leandro, dans le poème clandestin Arte de las putas[15] :

Huya el diestro costumbre tan maldita
dé siempre el hurgonazo de pasada
a Cándido incitando, el gran torero
qué, por la pronta, es limpia su estocada

— Nicolás Fernández de Moratín, Arte de las putas (II, 135-138)

« 

Fuyez de cette bonne habitude si maudite
donnez toujours un coup de râble en passant
en incitant Candide, le grand torero
dont, tout d'un coup, l'estocade est propre

 »

Cependant, selon Jeannine Baticle, Goya n'aurait commencé à fréquenter les Lumières de la capitale qu'à partir de 1779, et il est probable qu'il n'ait eu accès à ce poème — écrit au début des années 1770 — qu'à travers eux, et donc après la réalisation de ce carton[16].

La tauromachie de Goya[modifier | modifier le code]

Outre La Tauromaquia, Goya a été très inspiré par les jeux tauromachiques populaires. On trouve plusieurs répliques de ses Enfants jouant au taureau dont une au musée Lázaro Galdiano de Madrid ; Le Picador, est une huile sur toile (56 × 47 cm) se trouvant au musée du Prado qui serait une étude pour un tableau plus grand destiné à la Almeda de Osuna intitulé : Choix de taureaux.

Après sa maladie qui le rend sourd, Goya se consacre presque uniquement à la tauromachie lors d'un séjour en Andalousie en 1790. Il en sortira une série de douze petits tableaux sur métal intitulés Scènes de divertissements nationaux qu'il présente comme le moyen « d'occuper son imagination mortifiée[17]. » On a coutume de désigner huit de ces petits tableaux qui forment un ensemble cohérent vingt ans avant la Tauromachie gravée sous le nom de Série Torrecilla, nom du marquis auquel cette collection avait appartenu[18].

Les œuvres sur la corrida sont innombrables et pas toujours très bien localisées. Beaucoup sont dans des collections particulières comme La Pose des banderilles (1793-1794, huile sur fer blanc, 43 × 31 cm).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Fiche de La Novillada », sur museodelprado.es (consulté le 1er avril 2014)
  2. Rita de Angelis (trad. Simone Darses), Tout l'œuvre peint de Goya, Paris, Flammarion, , 144 p. (ISBN 2-08-011202-3), p. 96
  3. Pelletier 1992, p. 47.
  4. Martinez-Novillo 1988, p. 52.
  5. Martinez-Novillo 1988, p. 51.
  6. a et b Collectif Prado 1996, p. 307
  7. a et b (es) « Fiche de La Novillada », sur museodelprado.es (consulté le 27 avril 2014)
  8. a et b Collectif Prado 1996, p. 308
  9. (es) « Fiche d’El Perro », sur fundaciongoyaenaragon.es, (consulté le 15 avril 2014)
  10. (es) « Fiche de La Fuente », sur fundaciongoyaenaragon.es, (consulté le 15 avril 2014)
  11. a et b Martinez-Novillo 1988, p. 52
  12. Camón Aznar 1980, p. 110-111
  13. Pelletier 1992, p. 45
  14. de Cossío 1980, p. 748-750
  15. (es) Janis Tomlinson, « Fiche encyclopédique sur les [[Cartons de Goya]] », sur museodelprado.es (consulté le 22 avril 2014)
  16. Jeannine Baticle, Goya d'or et de sang, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard / Arts » (no 7), , 176 p. (ISBN 9782070530236), p. 24
  17. Martinez-Novillo 1988, p. 55
  18. de Cossío 1980, p. 751-759

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]