Pobrecitas!

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pauvres petites !

Dessins préparatoires
Dibujo nº82 Album B preparatorio Capricho 22 Goya.jpg Dibujo preparatorio Capricho 22 Goya.jpg
Pobrecitas!

L'eau-forte Pobrecitas! (en français Pauvres petites ![1]) est une gravure de la série Los caprichos du peintre espagnol Francisco de Goya. Elle porte le numéro 22 dans la série des 80 gravures. Elle a été publiée en 1799.

Interprétations de la gravure[modifier | modifier le code]

Il existe divers manuscrits contemporains qui expliquent les planches des Caprichos. Celui qui se trouve au Musée du Prado est considéré comme un autographe de Goya, mais semble plutôt chercher à dissimuler et à trouver un sens moralisateur qui masque le sens plus risqué pour l'auteur. Deux autres, celui qui appartient à Ayala et celui qui se trouve à la Bibliothèque nationale, soulignent la signification plus décapante des planches[2].

  • Explication de cette gravure dans le manuscrit du Musée du Prado :
    Vayan a coser las descosidas. Recojanlas, que bastantes anduvieron sueltas.
    (Elles vont coudre les décousues. On les recueille car elles ont suffisamment marché seules)[3].
  • Manuscrit de Ayala :
    Las rameras pobres van a la cárcel: las de rumbo a donde les da la gana.
    (Les prostituées pauvres vont en prison: celles de la classe au-dessus font ce qu'elles veulent)[3].
  • Manuscrit de la Bibliothèque nationale :
    Las infelices que se hacen prostitutas, tal vez por miseria, son llevadas a las cárceles, cuando se les antoja a los alguaciles; las de rumbo viven como les da la gana, porque las leyes sólo se han hecho para los pobres.
    (Les malheureuses qui se prostituent, peut-être à cause de la misère, sont conduites en prison, quand les gendarmes en ont envie ; celles de la classe au-dessus font ce qu'elles veulent, car les lois sont seulement faites pour les pauvres)[3].

Les manuscrits soulignent la différence que fait Goya dans les estampes entre les amours illicites des dames mariées que la loi permet et las humbles prostituées peut-être à cause de la misère que la loi poursuit. Ces dernières sont montrées avec indulgence. Ici on nous montre les victimes de cette justice inégale : deux tristes personnes sans défense avec la face cachée par des mantilles sont conduites par deux gendarmes à la prison de San Fernando[4].

Technique de la gravure[modifier | modifier le code]

Le premier dessin préparatoire, correspondant à l'Album B, porte au bas l'inscription : Pobres. ¡Cuantas lo merecerán mejor!. ¿Pues qué es esto?. Que ha de ser que las llevan a San Fernando. (Pauvres. Combien elles mériteraient mieux!. Mais qu'est-ce ? Pourquoi les amène-t-on à San Fernando). On voit les deux femmes très semblables à celles de la gravure, escortées par deux soldats avec un fusil à l'épaule. Le second dessin préparatoire est une sanguine très rapide, comme il est coutumier dans ces dessins rapides d'être assez différents de la composition définitive[5].

Goya reflète son antipathie envers les gendarmes représentés comme des félins, non seulement dans l'estampe précédente et dans celle-ci sinon également dans d'autres occasions[6].

Catalogue[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Goya graveur, Paris Musées, Petit Palais, , 350 p. (ISBN 978-2-7596-0037-3), p. 201.
  2. Helman, op. cit., p. 54.
  3. a b et c Helman, op. cit., p. 217.
  4. Helman, op. cit., p. 88.
  5. Sánchez Catón, op. cit., p. 79.
  6. Casariego, op. cit., estampa 22.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • José Camon Aznar, Francisco de Goya, tome III, Caja de Ahorros de Zaragoza, Aragón y Rioja. Instituto Camon Aznar
  • Juan Carrete Parrondo, Goya. Los Caprichos. Dibujos y Aguafuertes, Central Hispano. R.A.de Bellas Artes de San Fernando. Calcografía Nacional, , « Francisco de Goya. Los Caprichos »
  • Rafael Casariego, Francisco de Goya, Los Caprichos, Madrid: Ediciones de arte y bibliofilia,
  • Gabinete de Estudios de la Calcografía., Clemente Barrena, Javier Blas, José Manuel Matilla, José Luís Villar et Elvira Villena, Goya. Los Caprichos. Dibujos y Aguafuertes, Central Hispano. R.A.de Bellas Artes de San Fernando. Calcografía Nacional, , « Dibujos y Estampas »
  • Edith Helman, Transmundo de Goya, Madrid: Alianza Editorial,
  • Pierre Gassier et Juliet Wilson, Vie et Œuvre de Francisco Goya, Fribourg: Office du Livre,
  • F.J. Sánchez Catón, Goya Los Caprichos, Barcrlona: Instituto Amatller de Arte Hispánico,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]