Nick Fury: Agent of SHIELD (téléfilm)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nick Fury: Agent of SHIELD)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nick Fury: Agent of SHIELD
Réalisation Rod Hardy
Scénario David S. Goyer
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox Television
Fury Productions Limited Partnership
Marvel Enterprises
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre action
Durée 90 minutes
Sortie 1998

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Nick Fury: Agent of SHIELD est un téléfilm américain réalisé par Rod Hardy, diffusé sur la Fox en 1998[1]. Il s'inspire des comics mettant en scène le personnage de Nick Fury, publiés par Marvel.

Résumé[modifier | modifier le code]

Nick Fury est l'ancien directeur du S.H.I.E.L.D. (Strategic Homeland Intervention, Enforcement, and Logistics Division), maintenant à la retraite dans le Yukon, depuis la fin de la Guerre froide. On lui propose de reprendre du service afin de mettre hors d'état de nuire les agents de l'organisation terroriste HYDRA, dirigée par les enfants du baron Wolfgang von Strucker, l'ancien nazi que Fury a jadis combattu. HYDRA a synthétisé un agent pathogène, le « virus de la Tête de mort », et menace de le répandre dans Manhattan à partir de missiles cachés dans un camion-poubelle[2], à moins que ne lui soit versé un milliard de dollars. Les enfants du baron von Strucker veulent édifier un quatrième Reich. Au cours du film, Andrea von Strucker administre à Fury le « baiser de la mort », lui innoculant ainsi un venin mortel au bout de 48 heures. Pour préparer un sérum anti-venimeux, Fury a besoin du sang d'Andrea et lance donc une attaque contre le porte-hélicoptère qui sert de quartier général à HYDRA[1]. Son équipe est capturée mais Nick Fury se fait passer pour mort, grâce à un robot à son image, et s'évade. Il s'empare de l'antidote et des codes de tir des missiles, entretemps découverts à New York par le reste de son équipe[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis : (première diffusion TV)

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Le téléfilm a été tourné à Britannia Beach, en Colombie-Britannique (Canada).

Commentaires[modifier | modifier le code]

Différences entre le comic et le téléfilm[modifier | modifier le code]

Valentina Allegra de Fontaine : « Nick ! Dieu soit loué. Je pensais que tu étais mort. »
Nick Fury : « Je l'étais. Mais maintenant, je vais mieux. »[4]

Les agents de l’HYDRA sont vêtus de noir, comme des Men in Black, plutôt qu'avec les uniformes verts des comics. Dans la série Nick Fury, agent of SHIELD, le baron von Strucker a trois enfants, les jumeaux Andrea et Andreas appelés Fenris et leur demi-frère Werner. Dans le téléfilm, Andreas n'apparaît pas mais Andrea a un frère cadet prénommé Werner et aucun des deux n’a de super-pouvoirs apparents. Andrea porte le nom de code Viper. Arnim Zola apparaît sous les traits du Dr Arnim Zola, un vieux chimiste de l'HYDRA, responsable de la création du virus de la Tête de mort.

Le corps du Baron Strucker est cryogénisé. À la fin du téléfilm, il est ramené à la vie. Dans les comics, Dugan a des cheveux roux, une moustache et porte un chapeau melon. Rien de ceci n'est présent dans le téléfilm.

DVD[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, le film sort en DVD le 30 septembre 2008, en exclusivité dans les magasins Best Buy[5]. La version DVD ne dure que 90 minutes. Les langues disponibles sont l'anglais et l'espagnol. En France, le film est sorti en DVD chez Opening, sous le titre Nick Fury le dernier des super héros[6].

Postérité[modifier | modifier le code]

Le téléfilm est cité dans l'épisode 16 de la saison 1 de À la Maison-Blanche, 20 Hours in L.A., diffusé en 2000.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nick Fury: Agent of SHIELD sur filmjunk.com
  2. a et b Nick Fury sur choucrouteweb.net
  3. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  4. Valentina Allegra de Fontaine : « Nick! Thank God. I thought you were dead. »

    Nick Fury : « I was. But now I’m better. »

  5. uk.dvd.ign.com
  6. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]