Louestault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louestault
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Château-Renault
Intercommunalité C.C. Gâtine et Choisilles - Pays de Racan
Code postal 37370
Code commune 37135
Démographie
Gentilé Louestaultiens
Population 404 hab. (2014)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 05″ nord, 0° 39′ 09″ est
Altitude Min. 85 m – Max. 180 m
Superficie 16,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 15.svg
Louestault

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 15.svg
Louestault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Louestault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Louestault

Louestault est une ancienne commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Louestault est desservi par la départementale 29 qui relie Tours à La Chartre sur le Loir (Sarthe) et la départementale 54 qui relie Château-la-Vallière à Château-Renault.

Louestault est à 20 min de Tours nord et à 10 min de l’entrée de l’autoroute A28 à Neuillé Pont Pierre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les mentions anciennes du bourg de Louestault datent du XIIe siècle (charte de l'abbaye de Gastines) : Loistaut, Loestati. Ce nom pourrait être d'origine germanique. Au XIe siècle, Louestault était une châtellenie relevant de la baronnie de Chateauneuf, à Tours. Elle passa ensuite à l'aumônerie de la Collégiale de Saint-Martin de Tours qui la vendit le 15 mai 1588 à Pierre Molan, contrôleur et intendant général des finances.

Par la suite elle fut la propriété des familles du Gast, Bouault et de la Grue. Le bourg s'est développé autour de l'église paroissiale Saint-Georges. En 1837, le percement de la route reliant Château la Vallière à Château-Renault créant un axe Est-Ouest (D54) transforma Louestault.

Les maisons qui composent le bourg sont réparties selon un axe Nord-Sud, et un axe Est-Ouest de l'église à la chapelle Saint-Côme. La structure des maisons est ancienne : la présence de pans de bois, de murs appareillés en moellons peut attester de périodes de construction s'étendant du XVIe siècle à la première moitié du XIXe siècle. La plus intéressante est la maison dite de "la Salle" située au carrefour de la route départementale 54 et la rue de l'église, qui conserve des éléments décoratifs du XVIe siècle. Au XVIIIe siècle, une demeure de notable est construite dans la partie sud du bourg : "La Rocheboiterie". Certaines maisons ont été transformées partiellement dans la seconde moitié du XIXe siècle par l'ajout d'éléments de pierre de taille, corniches, placage de façades, encadrement des baies, alors que d'autres constructions entièrement en pierre de taille se développent à l'est du bourg.

Le , Louestault fusionne avec Beaumont-la-Ronce au sein de la nouvelle commune de Beaumont-Louestault[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 31 décembre 2016 Catherine Côme LR puis UDI Agricultrice
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 404 habitants, en augmentation de 10,38 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : 2,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
495 504 521 402 352 385 390 387 373
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
394 398 355 324 328 349 332 414 403
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
403 412 415 369 389 372 360 338 378
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
291 266 230 229 206 290 348 366 404
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Nombreuses maisons du XVIe siècle.
  • L'église Saint-Georges, édifiée dès le XIe siècle, possède encore une galerie extérieure en bois, située devant la façade et portant le charmant nom de caquetoire par allusion aux discussions de la messe. À l'intérieur, un tableau représente sainte Néomadie. Cette sainte a la particularité d'être affublée d'une patte d'oie. Selon la légende, cette disgrâce physique fut demandée à Dieu par la sainte elle-même, afin d'empêcher son mariage avec un riche païen.
  • À un kilomètre au sud du bourg s'élève le château de Fontenailles. Du château primitif construit au XIVe siècle subsistent, baignés par l'eau des douves, le vestige d'un bastion et une large tour cylindrique. La légende veut que Charles VII ait donné ce château à sa favorite Agnès Sorel. Le château a été profondément modifié au milieu du XIXe siècle dans le style néo-gothique. Depuis 1983, le château est occupé par un centre de rééducation professionnelle, le CRP de Fontenailles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Le site de la mairie

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]