Beaumont-la-Ronce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaumont.
Beaumont-la-Ronce
Image illustrative de l'article Beaumont-la-Ronce
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Château-Renault
Intercommunalité Gâtine et Choisilles - Pays de Racan
Code postal 37360
Code commune 37021
Démographie
Population 1 224 hab. (2014)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 34′ 15″ nord, 0° 40′ 19″ est
Altitude Min. 85 m – Max. 175 m
Superficie 39,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 15.svg
Beaumont-la-Ronce

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 15.svg
Beaumont-la-Ronce

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Beaumont-la-Ronce

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Beaumont-la-Ronce

Beaumont-la-Ronce est une ancienne commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 402[réf. nécessaire], saint Armel se construisit un ermitage sur une colline couverte de ronces (ceci est la légende…), là où plus tard fut bâti le village de Bellus Mons de Runcia, Beaumont-la-Ronce au XIIe siècle.

Le , Beaumont-la-Ronce fusionne avec Louestault au sein de la nouvelle commune de Beaumont-Louestault dont elle devient le chef-lieu[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Gérard Martineau    
mars 2014 31 décembre 2016 Jean-Paul Robert DVD Agriculteur retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 224 habitants, en augmentation de 5,79 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : 2,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 612 1 545 1 619 1 620 1 681 1 660 1 525 1 440 1 411
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 316 1 232 1 222 1 135 1 134 1 143 1 158 1 152 1 220
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 265 1 182 1 129 1 020 998 978 930 941 1 025
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
1 045 1 041 1 046 1 040 901 994 1 132 1 187 1 224
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le dolmen de la Pierre Levée.
L'orphelinat de la Haute-Barde, en 2014, à l'abandon.
Dans cette commune siège un château appartenant à la même famille depuis le XVIIe siècle. Ronsard chanta le donjon carré du XIIIe siècle. Il fut par la suite très remanié et perdit un étage et son chemin de ronde. À ce donjon, fut ajouté au XVIe siècle une tour à huit « pans » en briques. En 1691, Claude Bonnin de la Bonnière acquit Beaumont qui fut érigé en marquisat en 1757.
Entre 1874 et 1880, le château de Beaumont s'augmenta d'une aile rappelant l'époque Louis XII, sous la direction de Gustave Guérin, et Charles Guérin, son fils, architectes à Tours.
Pierre de Beaumont, propriétaire actuel, est un descendant direct.
  • Mégalithe de Pont Champion.
Le menhir de Montifray ou Pierre du Pont-Champion est classé parmi les Monuments historiques : arrêté du 25 juin 1943.
  • Domaine de la Haute-Barde : il s'agit d'un ancien orphelinat, dont le nom était « Orphelinat de l'avenir du prolétariat », ensuite transformé en hospice, ce bâtiment est aujourd'hui à l'abandon total.
  • Dolmen de la Pierre Levée.
Le dolmen dit la Pierre levée est classé parmi les Monuments historiques : liste de 1887. Le dolmen est situé juste devant l'entrée arrière de l'orphelinat de la Haute-Barde.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nées dans la commune[modifier | modifier le code]

Liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]