Monestier (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monestier.
Monestier
L'église de Monestier.
L'église de Monestier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Canton Gannat
Intercommunalité Communauté de communes Saint-Pourçain Sioule Limagne
Maire
Mandat
Yves Maupoil
2014-2020
Code postal 03140
Code commune 03175
Démographie
Population
municipale
298 hab. (2014)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ 22″ nord, 3° 06′ 51″ est
Altitude Min. 290 m – Max. 413 m
Superficie 29,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Monestier

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Monestier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monestier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monestier

Monestier est une commune française située dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Monestier est une commune située au sud du département de l'Allier, à environ 28 km à l'ouest-nord-ouest de Vichy[1] et 53 km au nord de Clermont-Ferrand[2]. Ses 29,68 km2 de superficie en font une des communes les plus étendues du département.

Le village de Monestier (« le Bourg ») est entouré de forêts et prend place dans un paysage vallonné. L'altitude moyenne de la commune est de 320 m.

D'un point de vue géologique, la majorité du sous-sol de la commune est constituée de granit et de gneiss. On trouve aussi des dépôts sédimentaires du Tertiaire (essentiellement du sable et des galets quartzeux).

Ses communes limitrophes sont[3] :

Communes limitrophes de Monestier
Target Voussac Fleuriel
Chirat-l'Église Monestier Deneuille-lès-Chantelle
Bellenaves Chezelle Chantelle

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'autoroute A71 reliant Paris à Clermont-Ferrand. Deux aires de repos sont implantées : l'aire de la Bouble, dans le sens vers Clermont-Ferrand, et l'aire de Chantelle-en-Bourbonnais en direction de Paris. Les routes départementales 22 (depuis Voussac), 42 (depuis Montmarault), 43 (de Chantelle-la-Vieille à Bellenaves), 280 (vers Fleuriel), 282 (vers Deneuille-lès-Chantelle et Target) et 582 (vers Target) la desservent également[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village prend successivement les noms de « Monesterium » (milieu XIIIe siècle), « Monestier-le-Comble » (milieu XVe s.), « Monnetier » (milieu XVIIIe siècle), puis finalement « Monestier » (début XIXe siècle). « Monestier » vient du latin Monasterium, qui signifie « monastère, cloître, lieu habité par des moines ». Plusieurs monastères ont effectivement existé sur le territoire de Monestier et ses environs : le monastère des bénédictins du Pérou au-dessous du village de Charroux (rasé par les Huguenots en 1568) ; le monastère de Chantelle (existant toujours)… Après l'an mille, un monastère s'établit aussi au cœur de l'actuel village de Monestier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de Monestier sont assez mal connues. En effet, il n'y a eu que très peu de découvertes archéologiques majeures, et les archives de la commune ne remontent qu'à 1675 (majoritairement des registres d'état civil).

Période préhistorique[modifier | modifier le code]

Il apparaît que depuis des temps très anciens, le territoire de l'actuelle commune de Monestier a été fréquenté par des hommes. Des restes d'outils en silex datés du Néolithique et du Chalcolithique ont été découverts dans des champs de la commune. Ceci s'explique par le fait que ce territoire était sur une voie de passage importante reliant les actuelles régions de Clermont-Ferrand et de Bourges.

Période gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Le village de Monestier en lui-même n'a pas une origine très ancienne. Il en est fait mention par écrit qu'à partir du milieu du XIIe siècle. Cependant, des vestiges gallo-romains ont été découverts sur tout le territoire de la commune, attestant notamment de la présence d'exploitations agricoles (villae) et de voies romaines, le tout s'articulant autour de la bourgade romaine de Cantilia (actuelle Chantelle-la-Vieille, village dépendant de Monestier). Elle contrôlait le point de passage de la Bouble, sur la voie Clermont-Ferrand-Bourges.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les premiers témoignages écrits (milieu XIXe siècle) attestant de l'existence du village de Monestier montrent qu'il était composé de quelques maisons bâties autour de l'église romane du XIe siècle. Le village, qui s'est développé progressivement tout au long du Moyen Âge, était peuplé essentiellement de paysans qui cultivaient le seigle, les fèves et un peu de blé ; et qui élevaient des bovins et des porcs. Nombreux étaient les monastères présents dans la région, dont un construit au sein du village de Monestier, jouxtant l'église. Par la suite, ce monastère a été remplacé par un prieuré-cure (XIVe siècle ?). Jusqu'en 1789 la paroisse faisait partie de l'ancienne l'ancienne province d'Auvergne[4].

À partir de 1792[modifier | modifier le code]

La population, majoritairement paysanne, ne cesse de croître jusqu'en 1846 (1793 : 581 hab. ; 1846 : 904 hab.). De 1846 à 1871, la population baisse un peu, avec 791 habitants en 1871. Puis, jusqu'à la fin du XIXe siècle, un nouvel essor démographique porte la population à 909 habitants en 1896. À partir du début du XXe siècle, le déclin démographique s'amorce et demeure constant jusqu'à aujourd'hui : 1904 : 795 hab. ; 1939 : 626 hab. ; 1962 : 436 hab. ; 1982 : 274 hab. ; 1999 : 266 hab. La mécanisation de l'agriculture (surtout depuis 1946), le remembrement des terres agricoles, et l'évolution de la société en général, sont autant de facteurs qui expliquent le déclin de cette commune rurale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Edmond Maupoil Rad. puis UDF-Rad Conseiller général du canton de Chantelle (1966-1992)
1998 juin 2013 Alain Guillaumin FG, PS, PRG  
juillet 2013 en cours Yves Maupoil[5] UMP, DVD Agriculteur retraité

Alain Guillaumin, décédé en juin 2013, avait succédé à Edmond Maupoil, ancien maire Rad., décédé en 1998. Ce dernier était le père d'Yves Maupoil.

Lors des élections municipales, une seule liste se présente à Monestier, sans appartenance politique, regroupant des personnes de droite et de gauche.[réf. nécessaire]

Edmond Maupoil a été conseiller général du canton de Chantelle Rad. puis Parti radical de 1966 à 1992. Il était exploitant agricole. Le foyer socio-culturel de la commune de Monestier a été renommé Foyer Socio-culturel Edmond Maupoil.

Yves Maupoil a été adjoint de 1999 à 2013, année où il devient maire. Il est décrit comme l'une des « figures de la politique bourbonnaise ».

Depuis le , afin que les arrondissements du département « correspondent à une meilleure cohérence administrative et [à une] adaptation aux bassins de vie », la commune est retirée de l'arrondissement de Moulins pour être rattachée à celui de Vichy[6].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 298 habitants, en augmentation de 12,03 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
589 646 716 885 809 842 858 904 886
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
887 842 803 791 832 877 890 909 836
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
795 809 780 661 601 646 632 535 467
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
436 437 359 274 282 266 268 296 298
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Monestier dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école élémentaire publique[11].

Hors dérogations à la carte scolaire, les collégiens se rendent à Bellenaves[12] et les lycéens à Saint-Pourçain-sur-Sioule[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pourçain, église romane du XIe siècle.
  • Calvaire.
  • Le Prieuré de Monestier, restaurant gastronomique construit au sein de l'ancien prieuré.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'écrivain Victor Margueritte, né à Blida (Algérie) en 1866, a passé les dernières années de sa vie à Monestier, où il est mort le 23 mars 1942. Il est l'auteur de La Garçonne (1922) et a coécrit, avec son frère Paul, Les Braves gens (1901), La Commune (1904).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C. Grégoire, Le Canton de Chantelle, 1910 ; réimpr. sous le titre Chantelle (et ses environs), coll. « Monographies des villes et villages de France » (Micberth), Paris, Res Universis, 1990, p. 243-260. (ISBN 2-87760-259-1)
  • Hugues Delaume, Monestier et Chantelle-la-Vieille, Limoges, 1973.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie entre Monestier et Vichy », sur Lion 1906 (consulté le 13 novembre 2015).
  2. « Orthodromie entre Monestier et Clermont-Ferrand », sur Lion 1906 (consulté le 13 novembre 2015).
  3. a et b Carte de Monestier sur Géoportail.
  4. Gouvernemens généraux de la Marche, du Limousin, et de l'Auvergne, Robert de Vaugondy, 1753.
  5. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 6 juin 2014).
  6. Préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Arrêté préfectoral no 16-534 du 21 décembre 2016 portant modification des limites des arrondissements du département de l'Allier », Recueil des actes administratifs no 03-2016-061, Préfecture de l'Allier, (consulté le 26 avril 2017), p. 40.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « École élémentaire publique », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 13 novembre 2015).
  12. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique de l'Allier, (consulté le 13 novembre 2015).
  13. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique de l'Allier, (consulté le 13 novembre 2015).