Fleuriel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleuriel (homonymie).
Fleuriel
L'église Notre-Dame de Fleuriel.
L'église Notre-Dame de Fleuriel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Canton Gannat
Intercommunalité Communauté de communes Saint-Pourçain Sioule Limagne
Maire
Mandat
Gérard Laplanche
2014-2020
Code postal 03140
Code commune 03115
Démographie
Population
municipale
339 hab. (2014)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 16′ 57″ nord, 3° 10′ 44″ est
Altitude Min. 255 m – Max. 446 m
Superficie 28,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Fleuriel

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Fleuriel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fleuriel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fleuriel

Fleuriel est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village se situe dans l'ancien canton de Chantelle — depuis fin mars 2015, à la suite du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée au canton de Gannat[1] — et dans la zone de production du vin AOC saint-pourçain.

À vol d'oiseau, la commune est située à 5,1 km au nord-nord-est de Chantelle[2], à 9,1 km à l'est-nord-est de Saint-Pourçain-sur-Sioule[3], à 20 km au nord de Gannat[4], à 25,4 km au nord-ouest de Vichy[5] et à 34 km au sud-sud-ouest de Moulins[6].

Neuf communes sont limitrophes de Fleuriel[7] :

Communes limitrophes de Fleuriel
Voussac Laféline,
Le Theil
Cesset
Fleuriel
Deneuille-lès-Chantelle,
Monestier
Fourilles,
Chantelle
Chareil-Cintrat

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Deux parties de son territoire sont boisées : le bois des Mosières, au nord, et l'extrémité de la forêt domaniale de l'Abbaye-Giverzat, au sud-ouest.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Veauvre, ruisseau qui se jette dans la Bouble.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par la route départementale 36, qui permet d'accéder à Montmarault par la RD 46 au nord-ouest de la commune, ou à Chantelle par la RD 987 au sud-est[7].

Elle est en outre desservie par la RD 280 reliant Monestier à Cesset[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village était situé sur l'un des chemins menant à Saint-Jacques-de-Compostelle au Moyen Âge (chemin de Saint-Jacques en Bourbonnais), comme le montrent la rose polylobée et le chapiteau représentant saint Jacques.

Avant 1789, la commune faisait partie de l'ancienne province d'Auvergne[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Gérard Laplanche[9] DVD Retraité Fonction publique
réélu en 2014

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 339 habitants, en diminution de -3,97 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
769 650 791 832 741 808 827 857 939
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
900 884 911 964 1 010 955 961 957 963
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
989 970 925 771 745 750 704 613 554
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
527 429 335 330 330 311 352 348 339
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par le GR 300 venant de Cesset au nord-est et allant vers Deneuille-lès-Chantelle au sud-ouest.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame, église romane du XIIe siècle de style bourguignon qui conserve un portail avec pilastres cannelés, une rose polylobée, un clocher gothique octogonal et une nef voûtée entièrement romane. L'édifice est classé Monument Historique depuis le 31 mai 1954[14]. À l'intérieur de l'église, un chapiteau représente saint Jacques à la fois apôtre et pèlerin ; il serait unique au monde.
  • Historial du paysan soldat. Dans l'ancien corps de ferme du Corgenay, l'Historial du paysan soldat met en exergue l'implication du monde rural dans la Grande Guerre. Dirigé par Cyrielle Danse et Florence Panciatici, son projet est à l'initiative de la communauté de communes en Pays Saint-Pourcinois associée à plusieurs partenaires. Le site a notamment obtenu les labels Pôle d'excellence rurale et celui de la Mission Centenaire. Cet établissement culturel est ouvert au public depuis le 8 mai 2016. Il accueille tous les types de public.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile Bourgier (1872-1957), maire de Nevers de 1912 à 1919 et député de la Nièvre de 1919 à 1924, a été maire de Fleuriel de 1930 à 1932.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Camille-Gustave Grégoire, Chantelle (et ses environs) [« Le Canton de Chantelle »], Paris, Micberth (Res Universis), coll. « Monographies des villes et villages de France », (1re éd. 1910), 377 p., 20 cm (ISBN 2-87760-259-1), p. 209-233

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier
  2. « Orthodromie entre Fleuriel et Chantelle », sur Lion 1906.
  3. « Orthodromie entre Fleuriel et Saint-Pourçain-sur-Sioule », sur Lion 1906.
  4. « Orthodromie entre Fleuriel et Gannat », sur Lion 1906.
  5. « Orthodromie entre Fleuriel et Vichy », sur Lion 1906.
  6. « Orthodromie entre Fleuriel et Moulins », sur Lion 1906.
  7. a, b et c Carte de Fleuriel sur le Géoportail.
  8. Robert de Vaugondy, Gouvernemens généraux de la Marche, du Limousin, et de l'Auvergne, 1753.
  9. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 7 juin 2014).
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « Eglise Notre-Dame », notice no PA00093104, base Mérimée, ministère français de la Culture consultée le 10 janvier 2012