Chirat-l'Église

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chirat (homonymie).
Chirat-l'Église
Église Saint-Pierre-et-Saint-Étienne.
Église Saint-Pierre-et-Saint-Étienne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Canton Gannat
Intercommunalité Communauté de communes Saint-Pourçain Sioule Limagne
Maire
Mandat
Josiane Henry
2014-2020
Code postal 03330
Code commune 03077
Démographie
Population
municipale
124 hab. (2014)
Densité 6,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 38″ nord, 3° 02′ 07″ est
Altitude Min. 311 m
Max. 494 m
Superficie 18,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Chirat-l'Église

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Chirat-l'Église

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chirat-l'Église

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chirat-l'Église

Chirat-l'Église est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Chirat-l'Église occupe la partie septentrionale de la grande boucle que forme la Bouble en coulant vers le nord-est jusqu'au pont Pacaud et au confluent avec le Venant puis en redescendant vers le sud-ouest en direction de Chantelle. Le cours de la Bouble marque la limite communale sauf au sud-ouest et au sud-est. Seul le terroir de Banassat le Château se trouve sur la rive gauche de la Bouble. Au sud-ouest, le territoire de la commune englobe la lisière du Bois Mal, tandis qu'au sud-est, au-delà du vallon boisé du Belon, il est occupé par les bois qui entourent la grande clairière de Banassat la Ville.

La commune a la particularité de ne pas avoir de bourg-centre ; elle est constituée de nombreux villages, hameaux ou fermes isolées. La mairie est un bâtiment presque isolé, au bord de la D 118, de même l'ensemble formé, un peu plus au nord par l'église, le cimetière et le vieux prieuré.

Ses communes limitrophes sont[1] :

Communes limitrophes de Chirat-l'Église
Vernusse Target
Chirat-l'Église Monestier
Louroux-de-Bouble Coutansouze Bellenaves

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la paroisse de Chirat est le siège de l'importante seigneurie de Banassat. Avant 1789, la commune faisait partie de l'ancienne province d'Auvergne[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 mars 2001 Lucien Aufaure Apparenté PCF  
mars 2001 juin 2012 André Theveniot PCF  
juin 2012 mars 2014 Nicolas Duboisset PCF  
mars 2014 en cours Josiane Henry[3]   Retraitée

Depuis le , afin que les arrondissements du département « correspondent à une meilleure cohérence administrative et [à une] adaptation aux bassins de vie », la commune est retirée de l'arrondissement de Montluçon pour être rattachée à celui de Vichy[4].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 124 habitants, en diminution de -8,15 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
525 300 512 525 499 500 513 541 499
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
460 423 403 435 474 494 513 480 466
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
458 472 469 384 364 359 335 303 291
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
267 221 162 166 129 119 136 129 124
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Imposte du pilastre de gauche en entrant : la prière
Imposte du pilastre de droite en entrant : la déroute des démons
  • Église Saint-Pierre-et-Saint-Étienne
Construite à la fin du XIe siècle, l'église de Chirat mêle style roman et style gothique. Grâce aux témoignages des prêtres consignés dans les registres paroissiaux, on dispose de renseignements précis sur la vie de cette commune depuis 1673. À l'intérieur, les pilastres sud et nord présentent des scènes opposant la déroute des démons au bien-fondé de la prière. Une porte de style Renaissance a été ajoutée au XVIe siècle, lors de la construction de la sacristie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail (consulté le 26 avril 2017).
  2. Robert de Vaugondy, Gouvernemens généraux de la Marche, du Limousin, et de l'Auvergne, 1753.
  3. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 7 juin 2014).
  4. Préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Arrêté préfectoral no 16-534 du 21 décembre 2016 portant modification des limites des arrondissements du département de l'Allier », Recueil des actes administratifs no 03-2016-061, Préfecture de l'Allier, (consulté le 26 avril 2017), p. 40.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .