Abdelmajid Charfi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille Charfi.
Abdelmajid Charfi
Abdelmajid Charfi, 23 novembre 2016 (cropped).jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (75 ans)
SfaxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Domaine

Abdelmajid Charfi (arabe : عبد المجيد الشرفي), né le à Sfax, est un universitaire tunisien spécialiste de la civilisation et de la pensée islamiques.

Professeur émérite à l'université de Tunis, il entend analyser le texte coranique de l'intérieur avec le regard et les outils intellectuels d'un homme du XXIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de l'ancienne notabilité d'origine andalouse, installée à Sfax depuis le XIVe siècle et qui compte des oulémas, cadis, imams et muftis au XVIIIe siècle, il obtient un doctorat ès lettres de l’université de Tunis en 1982[1].

Enseignant de civilisation et de pensée islamique[2], il est désigné doyen de la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis entre 1983 et 1986[2]. Il occupe aussi la fonction de chargé de mission au ministère de l'Enseignement supérieur (1988-1989). Membre du comité national d'évaluation (1993-1996) et du conseil de la Fondation arabe pour la pensée moderne, il est titulaire de la chaire Unesco de religions comparées entre 1999 et 2003.

Professeur invité, il donne des cours dans diverses universités : Paris-IV, Lyon-II, Rome (La Sapienza et Institut pontifical d’études arabes et d'islamologie), université libre de Berlin, université de Leyde et université de Genève[3]. Il devient membre du comité de rédaction de plusieurs revues, dont Ibla, Islamochristiana, Études maghrébines, la Revue arabe des droits de l'homme et Prologues[2],[3]. Membre de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique[4] et du Conseil économique et social entre 1993 et 1997[3], il est directeur de la collection Ma'âlim al Hadâtha (Caractéristiques de la modernité) chez Sud Éditions et de la collection Al-islâm wâhidan wa muta'addidan (L'islam un et pluriel) chez Dâr Taliaa. Le 15 décembre 2015, il est élu à la présidence de l'Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts[5].

Il cherche des solutions pour la réconciliation du musulman contemporain avec sa religion[1]. L'alternative qui se dégage de ses travaux s'inscrit dans sa réflexion sur le retard historique qui accable les sociétés arabo-musulmanes. Il défend dans ses livres et articles la possibilité de moderniser la pensée islamique si l'on adopte, à son égard, une conscience scientifique[6].

Abdelmajid Charfi ne s’est pas contenté de théoriser et d’enseigner, il s’est investi sans hésitation dans le développement et le renforcement du dialogue islamo-chrétien.

Publications[modifier | modifier le code]

  • (ar) Abdelmajid Charfi, Maqāmi' as-sulbān, Tunis, Cérès,
  • (ar) Abdelmajid Charfi, Ar-Risāla al-asgadiyya, Tunis, Maison arabe du livre,
  • (ar) Abdelmajid Charfi, Al-fikr al-islami fi al-radi 'ala 'al-nasara, Tunis, Maison tunisienne d'édition, , rééd. Dâr Madar, Beyrouth, 2007
  • Abdelmajid Charfi (en collaboration avec les membres du GRIC), Ces Écritures qui nous questionnent, la Bible et le Coran, Paris, Centurion,
  • Abdelmajid Charfi (en collaboration avec les membres du GRIC), Foi et justice, Paris, Centurion,
  • (ar) Abdelmajid Charfi, Al-islâm wa-l-hadâtha, Tunis, Maison tunisienne d'édition, , rééd. Dâr Taliaa, Beyrouth, 2009
  • (ar) Abdelmajid Charfi [sous la dir. de], Dhawahir hadhariya fi Tounis al-karn al-'aichrin, La Manouba, Publications de la faculté des lettres de La Manouba,
  • (ar) Abdelmajid Charfi, Le musulman dans l'histoire, t. I, La Manouba, Publications de la faculté des lettres de La Manouba,
  • (ar) Abdelmajid Charfi, Le musulman dans l'histoire, t. II, Casablanca, Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les études islamiques et les sciences humaines,
  • (ar) Abdelmajid Charfi, Al-islâm bayn ar-risâla wa-t-târîkh, Beyrouth, Dâr Taliaa,
  • (ar) Peter L. Berger (trad. de l'anglais par Abdelmajid Charfi), Al-Qurs al-muqaddas [« The Sacred Canopy »], Tunis, Centre de publication universitaire,
  • Abdelmajid Charfi (trad. André Ferré), L'Islam entre le message et l'histoire, Paris, Albin Michel, coll. « L'islam des lumières », , 230 p. (ISBN 978-2226154316)
  • Abdelmajid Charfi, Le fait religieux, Tunis, Sahar,
  • (ar) Abdelmajid Charfi et Murad Wilfried Hofmann (en), Mustaqbal al-Islam fī al-Gharb wa-al-Sharq, t. I, Damas, Dar Al Fikr,
  • Abdelmajid Charfi (préf. Abdou Filali-Ansary), La Pensée islamique, rupture et fidélité, Paris, Albin Michel, coll. « L'islam des lumières », , 253 p. (ISBN 978-2226182814)
  • (ar) Abdelmajid Charfi, Labinet, Tunis, Sud Éditions,
  • (ar) Abdelmajid Charfi, Al-Thawra wal-hadatha wal-islâm, Tunis, Sud Éditions,
  • Abdelmajid Charfi, Révolution, modernité, islam, Tunis, Sud Éditions,
  • (ar) Abdelmajid Charfi, Marjaiyet al-islam al-siyassi, Beyrouth, Tanwir,
  • (ar) Abdelmajid Charfi [sous la dir. de], Le Coran et ses lectures, Carthage, Beït El Hikma, [7]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dominique Mataillet, « Abdelmajid Charfi », sur jeuneafrique.com, (consulté le 1er octobre 2016)
  2. a, b et c « Charfi Abdelmajid », sur iesr.ephe.sorbonne.fr (consulté le 1er octobre 2016)
  3. a, b et c « Tunisie. La religiosité selon Abdelmajid Charfi », sur kapitalis.com, (consulté le 1er octobre 2016)
  4. « La liste complète des membres du Conseil de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution », sur leaders.com.tn, (consulté le 23 décembre 2016)
  5. « Abdelmajid Charfi nouveau président de Beit al-Hikma », sur businessnews.com.tn, (consulté le 1er octobre 2016)
  6. « L'islam aujourd'hui face à la modernité, par Abdelmajid Charfi », sur lemonde.fr, (consulté le 22 août 2016)
  7. (ar) « Dr. Abdelmajid Charfi : questions de société », sur ar.leaders.com.tn, (consulté le 1er octobre 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]