Cité de la Culture (Tunisie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cité de la Culture
Cité de la Culture Chedli-Klibi
Image dans Infobox.
Façade de la Cité de la Culture en 2014.
Présentation
Type
Ouverture
Site web
Localisation
Adresse
Coordonnées

La Cité de la Culture (arabe : مدينة الثقافة) ou Cité de la Culture Chedli Klibi (مدينة الثقافة الشاذلي القليبي) est un complexe culturel tunisien de neuf hectares situé en plein centre de la ville de Tunis, à l'emplacement de l'ancienne Foire internationale de Tunis sur l'avenue Mohammed-V. Les travaux sont entamés en 2003 et interrompus à multiples reprises, pour être achevés en 2018.

Le , elle est officiellement baptisée du nom de Chedli Klibi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet est piloté par une unité de gestion par objectifs relevant du cabinet du ministre de la Culture.

Vue de la Cité de la culture en 2010.

En 2011, le projet a déjà coûté 75 millions de dinars, entre douze et quinze millions étant nécessaires à son achèvement ; il nécessiterait un budget annuel pouvant atteindre huit millions de dinars, avec jusqu'à 400 employés[1]. Interrompus par la révolution, les travaux doivent reprendre début 2014 après un accord entre le ministère de la Culture et la société chargée des travaux pour le terminer[2].

Cependant, le , le marché passé avec le promoteur chargé du projet est annulé pour cause de violation des obligations contractuelles[3]. Les travaux reprennent à l'occasion de la visite du chef du gouvernement Habib Essid le [4].

Le complexe est inauguré le en présence de l'actrice Claudia Cardinale[5], du compositeur Marcel Khalifé et du chanteur Lotfi Bouchnak, avec la participation du National Radio Company of Ukraine Symphony Orchestra (en).

Le , le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh décide de baptiser le complexe au nom du défunt Chedli Klibi, pour ses efforts considérables au service de la culture[6].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le bâtiment, qualifié de bâtisse « stalinienne, esthétiquement ennuyeuse » par le ministre Azedine Beschaouch[1], est construit selon un modèle architectural exprimant un panachage entre la modernité, par l'utilisation de structures et matériaux nouveaux, et une empreinte patrimoniale, à travers les formes et les couleurs[7].

Intérieur de la Cité de la Culture.

Il s'ouvre sur quatre côtés : la façade occidentale comporte l'entrée officielle d'architecture futuriste et précédée d'une géode en verre suspendue sur des colonnes hautes de soixante mètres ; la façade méridionale donnant sur le parc des Droits de l'homme comporte une porte typée aux couleurs locales et pourvue d'une arcade de quarante mètres ; la façade orientale comporte les voûtes des cloisons séparant les différents compartiments de la cité ; l'entrée nord enfin comporte un design représentant les sept arts majeurs[7]. Le tout s'articule autour d'un espace central en atrium, avec toit ouvrant, qui doit être constamment ouvert au public pour les jeux et les promenades[7].

Équipements[modifier | modifier le code]

À l'intérieur, la cité est pourvue de plusieurs espaces culturels, avec trois théâtres (théâtre de l'opéra avec 1 800 places[8], théâtre des régions avec 700 places et théâtre des jeunes créateurs avec 300 places) et des espaces pour les répétitions, deux salles de cinéma (350 et 150 places), un auditorium de 100 places et des salles d'expositions[9].

Institutions[modifier | modifier le code]

La Cité de la Culture héberge les institutions suivantes[10] :

  • Centre international de Tunis pour l'économie culturelle numérique ;
  • Centre national des arts de la marionnette ;
  • Centre national du cinéma et de l'image ;
  • Établissement national pour la promotion des festivals et des manifestations culturelles et artistiques ;
  • Forum international de Tunis sur les civilisations ;
  • Forum de la pensée moderniste tunisienne ;
  • Institut tunisien de traduction ;
  • Maison du roman ;
  • Musée national d'art moderne et contemporain ;
  • Théâtre de l'opéra qui inclut l'orchestre symphonique de l'Opéra de Tunis, le ballet de l'Opéra de Tunis, l'Orchestre symphonique tunisien, la Troupe nationale de musique, de la Troupe nationale des arts populaires et la Maison du malouf.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Héla Hazgui, « Une histoire de coquilles vides »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lapresse.tn, .
  2. « Le chantier de la Cité de la Culture de Tunis redémarrera début 2014 », sur kapitalis.com, (consulté le ).
  3. « Tunisie - Le gouvernement annule le contrat pour la réalisation du projet de la cité de la Culture », sur businessnews.com.tn, (consulté le ).
  4. « Les travaux de construction de la Cité de la Culture de Tunis ont enfin officiellement repris », sur webdo.tn, (consulté le ).
  5. « Opéra, théâtre, cinéma, musée... Tunis inaugure sa Cité de la Culture », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  6. « La Cité de la Culture officiellement baptisée du nom de Chedli Klibi », sur leconomistemaghrebin.com, (consulté le ).
  7. a b et c Ali Driss, La Gazelle, no 45, 2010, p. 40-44.
  8. Inès Dimassi, « La Cité de la culture : entretien avec l'architecte Riadh Bahri », sur archibat.info (consulté le ).
  9. Hamza Marzouk, « Inauguration aujourd'hui, en grande pompe, de la Cité de la culture », sur leconomistemaghrebin.com, (consulté le ).
  10. « Pôles et institutions de la Cité », sur citedelaculture.gov.tn (consulté le ).