Langues altaïques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Altaï (homonymie).
Langues altaïques
Région Moyen Orient, Europe de l'Est, Asie centrale, Asie du Nord, Asie de l'Est
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 tut
ISO 639-5 tut
IETF tut
Carte
Répartition globale des langues altaïques.
Répartition globale des langues altaïques.

Les langues altaïques sont un ensemble de langues parlées en Eurasie, depuis la Turquie et la Moldavie jusqu'à l'Asie de l'Est, en passant par l'Asie centrale, la Sibérie et l'Extrême-orient russe. Elles rassemblent au minimum les langues turques, les langues mongoles et les langues toungouses, ainsi que dans certaines conceptions le coréen et les langues japoniques. Le nom dérive de celui de l'Altaï, une chaîne de montagnes d'Asie centrale aujourd'hui partagée entre Chine, Kazakhstan, Mongolie et Russie.

Les linguistes s'accordent à retrouver dans toutes ces langues de nombreuses caractéristiques communes, de nature typologique et lexicale, mais divergent quant à l'explication à en donner. La première possibilité, envisagée dès le XIXe siècle, est que les langues altaïques forment une famille de langues au sens généalogique, et que leurs traits partagés reflètent une origine commune. L'alternative, proposée à partir la seconde moitié du XXe siècle, est que ces similitudes proviennent de contacts historiques prolongés entre ces locuteurs de ces langues, qui les aurait amenées à échanger des traits jusqu'à développer des profils très semblables : les langues altaïques seraient alors le reflet d'une ancienne aire linguistique. La controverse se poursuit toujours aujourd'hui[1].

Langues incluses[modifier | modifier le code]

Répartition des différentes familles de langues potentiellement altaïques.
  •      langues turques
  •      langues mongoles
  •      langues toungouses
  •      coréen
  •      langues japoniques
  •      aïnou

Dans son acception la plus restreinte, l'ensemble des langues altaïques se compose de trois groupes généalogiquement bien établis comme familles de langues :

Depuis les années 1960, il a été régulièrement envisagé de rattacher aux langues altaïques le coréen et les langues japoniques (lesquelles comprennent le japonais et les langues ryūkyū). Cette conception étendue est appelée spécifiquement macro-altaïque, tandis que la conception restreinte à l'ensemble turc-mongol-toungouse devient alors le micro-altaïque.

L'aïnou (historiquement parlé à Hokkaidō, Sakhaline et aux îles Kouriles) a quelquefois été rapproché des langues altaïques[2], mais il est très généralement considéré comme un isolat.

Typologie linguistique[modifier | modifier le code]

Du point de vue de la typologie syntaxique des langues, les langues altaïques sont fortement centripètes : au sein du syntagme, le noyau (élément central) suit ses satellites (éléments dépendants). Cette caractéristique se manifeste de multiples façons :

Du point de vue de la typologie morphologique des langues, les langues altaïques sont des exemples typiques de langues agglutinantes : la déclinaison et la conjugaison reposent sur l'ajout de suffixes qui indiquent un par un les divers traits grammaticaux, sans qu'ils ne fusionnent en une terminaison unique.

L'absence de genre grammatical est universelle dans les langues altaïques.

En phonétique et phonologie, les langues altaïques présentent fréquemment des phénomènes d'harmonie vocalique : il existe plusieurs classes de voyelles (par exemple : antérieures et postérieures) qui ne peuvent coexister au sein des lexèmes (unités lexicales simples), et le radical impose son vocalisme aux suffixes qui lui sont ajoutés, qui comportent dont des allomorphes selon les différents vocalismes possibles des radicaux.

Histoire des études altaïques[modifier | modifier le code]

Premières formulations[modifier | modifier le code]

Les montagnes de l'Altaï en Asie centrale ont donné leur nom aux langues altaïques.

L'idée qu'il existe un lien entre les langues turques, mongoles et toungouses paraît avoir été publiée pour la première fois en 1730 par Philip Johan von Strahlenberg, un officier suédois qui parcourut l'est de l'Empire russe en tant que prisonnier après la grande guerre du Nord, et entreprit par suite la classification d'un grand nombre de langues, dont certaines font partie de l'ensemble actuellement appelé « altaïque »[3]. Le terme lui-même, en tant que désignation d'une famille de langues (au sens généalogique : un ensemble de langues ayant évolué à partir d'une origine commune), fut introduit en 1844 par Matthias Alexander Castrén, un pionnier de la philologie finlandaise aux travaux d'une importance considérable. Telle que formulée à l'origine par Castrén, la famille des langues altaïques ne comprenait pas que les langues turques, mongoles et tougouses, mais aussi les langues finno-ougriennes et samoyèdes.

Plus tard, les groupes finno-ougrien et samoyède furent rassemblés en une famille distincte : les langues ouraliennes (quoique le doute eut longtemps persisté sur sa validité). Le terme « altaïque » se réduisit alors à désigner le regroupement des trois branches turque, mongole et toungouse, tandis que la famille telle que définie à l'origine se vit renommée en « ouralo-altaïque ». Cette théorie fut très répandue jusqu'au milieu du XXe siècle, et se retrouve encore aujourd'hui dans certains ouvrages généraux. Cependant, la théorie de l'ouralo-altaïque comme famille de langues a été abandonnée par la plupart des linguistes à l'heure actuelle[4].

En 1857, le savant autrichien Anton Boller proposa d'ajouter le japonais à la famille ouralo-altaïque[5]. Dans les années 1920, Gustaf John Ramstedt et Evgueni Polivanov prônèrent d'y inclure également le coréen. Plus tard, Ramstedt dans son ouvrage Einführung in die altaische Sprachwissenschaft (« Introduction à la linguistique altaïque ») publié en trois volumes de 1952 à 1966 réaffirma qu'il incluait le coréen dans l'altaïque (suivi par la plupart des altaïcistes à ce jour) mais rejeta l'hypothèse ouralo-altaïque. Le premier volume, Lautlehre (« Phonologie »), présente la première tentative d'identification de correspondances phonétiques régulières entre les différentes branches des langues altaïques.

En 1960, Nicholas Poppe publia l'équivalent d'une version fortement révisée du volume de Ramstedt sur la phonologie[6], devenu depuis un classique des études altaïques. Il y considère que la question de la relation du coréen à l'ensemble turc-mongol-toungouse n'est pas tranchée, avec trois possibilités[7] :

  1. le coréen n'appartient pas généalogiquement à l'ensemble altaïque, mais en a reçu des influences de substrat ;
  2. le coréen fait partie des langues altaïques au même niveau que les trois autres branches communément admises ;
  3. le coréen est apparenté à l'ensemble turc-mongol-toungouse, mais s'en est détaché avant que les trois branches ne se séparent elles-mêmes, leur laissant le temps de passer par une série de changements caractéristiques.

Développement de la théorie macro-altaïque[modifier | modifier le code]

Roy Andrew Miller publia en 1971 Japanese and the Other Altaic Languages (« Le japonais et les autres langues altaïques ») et convainquit la majorité des altaïcistes que le japonais faisait également partie de la famille altaïque[8]. L'ensemble des langues comparées par les altaïcistes s'étend depuis lors aux langues turques, mongoles, toungouses, au coréen et au japonais.

Une théorie alternative mais moins bien reçue parmi les altaïcistes fut proposée en 1962 par John C. Street[9]. Elle postule une famille « nord-asiatique » composée de deux branches principales : turc-mongol-toungouse d'une part, coréen-japonais-aïnou d'autre part. Joseph Greenberg reprend ces deux branches (2000-2002) mais en fait deux membres indépendants d'une superfamille beaucoup plus vaste qu'il nomme langues eurasiatiques[10].

Controverse sur la validité de l'altaïque comme famille de langues[modifier | modifier le code]

Gerard Clauson[11],[12],[13], Gerhard Doerfer[14],[15],[16],[17],[18] suivis d'autres linguistes ont soutenu que les points communs de grammaire et de lexique entre les langues turques, mongoles et toungouses sont principalement dus à l'emprunt, et que le reste peut être attribué à des ressemblances fortuites. Ils font remarquer que les langues turques et toungouses ont peu de vocabulaire en commun, bien qu'elles en partagent davantage chacune de leur côté avec les langues mongoles, et que cette répartition s'accorde avec une explication des mots en commun par l'emprunt : si les trois groupes avaient un ancêtre commun, on pourrait s'attendre à ce que les pertes de vocabulaire hérité se répartissent au hasard, plutôt que de se concentrer aux marges géographiques de l'aire de répartition. Ils indiquent de plus que nombre des traits typologiques typiques des langues altaïque, tels que l'agglutination et l'ordre SOV, se retrouvent souvent ensemble parmi les langues et ne sont pas indépendants les uns des autres. En résumé, leur idée est que ces langues forment une aire linguistique (Sprachbund), c'est à dire un ensemble de langues qui ont développé des caractéristiques communes du fait de contacts prolongés entre leurs locuteurs, sans nécessairement impliquer une origine commune.

La parenté du japonais et du coréen a également été mise en cause ; en particulier, certains auteurs tentent de rapprocher le japonais des langues austronésiennes[19].

J. Marshall Unger soutient en 1990[20] l'existence une famille constituée des langues toungouses, du coréen et des langues japoniques, à l'exclusion des langues turques et mongoles. Doerfer rejette en 1988[21] toute parenté généalogique entre tous ces groupes.

Sergueï Starostine publie en 1991 une étude lexicostatistique[22] où il affirme que les groupes proposés comme altaïques partagent de 15 à 20% de cognats sur une liste Swadesh de 110 mots (20% entre turc et mongol, 18% entre turc et toungouse, 17% entre turc et coréen, 21% entre mongol et toungouse, 16% entre mongol et coréen, 21% entre toungouse et coréen). Il considère globalement que ces résultats corroborent l'existence d'une famille, mais « plus ancienne que la plupart des autres familles de langues d'Eurasie, comme l'indo-européen ou le finno-ougrien, raison pour laquelle les langues altaïques modernes conservent peu d'éléments communs ».

En 2003, Claus Schönig dresse un tableau critique de l'histoire de l'hypothèse altaïque[23] et conclut que « de manière générale, plus l'on a considéré avec soin le facteur aréal, plus la taille du résidu susceptible d'une explication génétique a tendu à se réduire. Selon de nombreux chercheurs, il ne comprend qu'un petit nombre de radicaux lexicaux monosyllabiques, dont les pronoms personnels et quelques autres éléments déictiques et auxiliaires. D'autres explications de ces derniers ont également été proposées. Surtout, les langues « altaïques » ne semblent pas partager un vocabulaire de base commun qui se retrouve normalement en cas de parenté génétique[24]. »

En 2003, Sergueï Starostine, Anna Dybo et Oleg Moudrak publient Etymological Dictionary of the Altaic Languages « Dictionnaire étymologique des langues altaïques », contenant 2 800 cognats putatifs d'où sont tirées un ensemble de lois phonétiques, des correspondances grammaticales, ainsi que des changements importants apportés à la reconstruction du proto-altaïque. Par exemple, bien que la majorité des langues altaïques actuelles présentent des phénomènes d'harmonie vocalique, ce n'est pas le cas du proto-altaïque selon leur reconstruction : les différents types d'harmonie se seraient mis en place ultérieurement du fait de diverses métaphonies qui se seraient produites séparément dans les différentes branches. Le dictionnaire s'efforce de distinguer les emprunts des cognats entre turc et mongol d'une part, mongol et toungouse d'autre part, et propose de nouveaux cognats présents en turc et en toungouse mais pas en mongol. Toutes des autres combinaisons de branches deux à deux sont également représentées. Les auteurs dressent une liste de 144 éléments lexicaux partagés entre toutes les branches (la majorité déjà cités par Starostine en 1991) dont des mots pour « œil », « oreille », « cou », « os », « sang », « eau », « pierre », « soleil » et « deux ». Cette publication n'a cependant pas modifié les opinions des principaux participants au débat, lequel se poursuit aujourd'hui – ex. Stefan Georg 2004[25] et 2005[26], Alexander Vovin 2005[27](défavorables à la théorie de l'altaïque comme famille de langues) ; Sergueï Starostine 2005[28], Václav Blažek 2006[29], Martine Robbeets 2007[30], Anna Dybo et Gueorgui Starostine 2008[31] (favorables).

Selon Roy Andrew Miller[32], la critique de l'altaïque par Clauson et Doerfer porte exclusivement sur le lexique, alors que les preuves fondamentales de la théorie altaïque reposent sur la morphologie verbale. Lars Johanson[33] suggère que l'étude de la morphologie verbale pourrait aboutir à résoudre la controverse, et appelle à l'apaisement des polémiques.

Rapprochements externes[modifier | modifier le code]

Les langues ouraliennes, parlées en Europe du Nord et de l'Est ainsi qu'en Sibérie ont un profil typologique très similaire à celui des langues altaïques (centripètes, agglutinantes, harmonie vocalique fréquente). Par le passé, les deux groupes ont donc souvent été rassemblés au sein du groupe des langues ouralo-altaïques. Aujourd'hui cependant, on considère qu'il s'agit d'une simple ressemblance typologique qui n'implique pas de parenté généalogique entre les deux groupes.

Certains linguistes établissent des relations à longue distance entre familles de langues pour établir des superfamilles. Les langues classées comme altaïques ont ainsi été classées parmi les langues nostratiques (Holger Pedersen, Vladislav Illitch-Svitytch (en), Aharon Dolgopovsky (en)) ou les langues eurasiatiques (Joseph Greenberg). Peu de linguistes toutefois tiennent ces regroupements pour valides dans l'état actuel des connaissances : il s'agit tout au plus d'hypothèses de travail.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stefan Georg, Peter A. Michalove, Alexis Manaster Ramer et Paul J. Sidwell, « Telling general linguists about Altaic », Journal of Linguistics, Cambridge, Cambridge University Press, vol. 35, no 1,‎ , p. 65-98 (ISSN 0022-2267, lire en ligne).
  2. (en) James Patrie, The Genetic Relationship of the Ainu Language, Honolulu, University Press of Hawaii, , xi-174 p. (ISBN 0-8248-0724-3, OCLC 7975341, présentation en ligne).
  3. Poppe 1965, p. 125.
  4. Starostine, Moudrak et Dybo 2003, p. 8.
  5. (en) Roy Andrew Miller, Nihongo : In Defence of Japanese, Londres, Athlone Press, , 262 p. (ISBN 0-485-11251-5, OCLC 12722210, présentation en ligne).
  6. (en) Roy Andrew Miller, « Genetic connections among the Altaic languages », dans Sydney M. Lamb et E. Douglas Mitchell, Sprung from Some Common Source : Investigations into the Prehistory of Languages, Stanford (Californie), Stanford University Press, , xii-411 p. (ISBN 0-8047-1897-0, OCLC 22386307, lire en ligne), P. 298.
  7. Poppe 1965, p. 148.
  8. (en) Nicholas Poppe, « Review of Karl H. Menges, Altajische Studien II. Japanisch und Altajisch », The Journal of Japanese Studies, vol. 2, no 2,‎ , p. 470-474 (ISSN 0095-6848, JSTOR 132066).
  9. (en) John C. Street, « Review of N. Poppe, Vergleichende Grammatik der altaischen Sprachen, Teil I (1960) », Language, vol. 38,‎ , p. 92-98.
  10. (en) Joseph Greenberg, Indo-European and Its Closest Relatives : The Eurasiatic Language Family, Stanford (Californie), Stanford University Press, 2000-2002, VIII-326 & 216 p., 2 vol. (ISBN 0-8047-3812-2 et 0-8047-4624-9, OCLC 41967249).
  11. (en) Gerard Clauson 1956. « The case against the Altaic theory. » Central Asiatic Journal 2, p. 181–187, 1956. [1]
  12. (en) Gerard Clauson. « The case for the Altaic theory examined. » Akten des vierundzwanzigsten internationalen Orientalisten-Kongresses, sous le direction de H. Franke. Wiesbaden : Deutsche Morgenländische Gesellschaft, in Komission bei Franz Steiner Verlag, 1959.
  13. (en) Gerard Clauson. « A lexicostatistical appraisal of the Altaic theory ». Central Asiatic Journal 13, p. 1–23, 1968.
  14. (de) Gerhard Doerfer. « Bemerkungen zur Verwandtschaft der sog. altaische Sprachen. » Dans : Türkische und mongolische Elemente im Neupersischen, vol. I: Mongolische Elemente im Neupersischen. Wiesbaden: Franz Steiner Verlag, 1963. p. 51–105.
  15. (de) Gerhard Doerfer. « Lautgesetze und Zufall: Betrachtungen zum Omnicomparativismus. » Innsbrucker Beiträge zur Sprachwissenschaft 10, 1973.
  16. (de) Gerhard Doerfer. « Ist das Japanische mit den altaischen Sprachen verwandt? » Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft 114.1, 1974.
  17. (de) Gerhard Doerfer. Mongolica-Tungusica. Wiesbaden : Otto Harrassowitz, 1985.
  18. (de) Gerhard Doerfer. « Grundwort und Sprachmischung: Eine Untersuchung an Hand von Körperteilbezeichnungen. » Wiesbaden: Franz Steiner Verlag, 1988.
  19. Starostine et al. 2003: 8–9
  20. (en)J. Marshall Unger. « Summary report of the Altaic panel. » Dans : Linguistic Change and Reconstruction Methodology, sous la direection de Philip Baldi. Berlin – New York: Mouton de Gruyter, 1990. P. 479–482.
  21. (de) Gerhard Doerfer. Grundwort und Sprachmischung: Eine Untersuchung an Hand von Körperteilbezeichnungen. Wiesbaden: Franz Steiner Verlag, 1988.
  22. (ru) Sergueï A. Starostine. Altajskaja problema i proisxoždenie japonskogo jazyka « Le problème altaïque et l'origine de la langue japonaise ». Moscou : Nauka, 1991.
  23. (en) Claus Schönig. « Turko-Mongolic Relations. Dans : The Mongolic Languages, sous la direction de Juha Janhunen. Londres : Routledge, 2003. P. 403–419.
  24. Schönig, 2003, op. cit. p. 403.
  25. Georg, Stefan. 2004. Review of Etymological Dictionary of the Altaic Languages. Diachronica 21.2, 445–450.
  26. Georg, Stefan. 2005. "Reply [to Starostin 2005]." Diachronica 22(2), 455–457.
  27. Vovin, Alexander. 2005. "The end of the Altaic controversy" (review of Starostin et al. 2003). Central Asiatic Journal 49.1, 71–132.
  28. Starostin, Sergei A. 2005. "Response to Stefan Georg's review of the Etymological Dictionary of the Altaic Languages." Diachronica 22(2), 451–454.
  29. (en) Václav Blažek, « Current progress in Altaic etymology », Linguistica Online,‎ (lire en ligne)
  30. (en) Martine Irma Robbeets, « How the actional suffix chain connects Japanese to Altaic », Turkic Languages, vol. 11, no 1,‎ , p. 3-58.
  31. (en) Anna Vladimirovna Dybo et Gueorgui Sergueïevitch Starostine, « In defense of the comparative method, or the end of the Vovin controversy », Aspects of Comparative Linguistics, Moscou, RSUH Publishers, vol. 3,‎ , p. 109-205 (lire en ligne).
  32. Miller 1996, p. 98-99.
  33. (en) Lars Johanson, « The high and low spirits of Transeurasian language studies », dans Johanson et Robbeets 2010, p. 7-20.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]