Meillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Meillers
Porche de l'église Saint-Julien.
Porche de l'église Saint-Julien.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Canton Souvigny
Intercommunalité Communauté de communes du Bocage Bourbonnais
Maire
Mandat
Jean-Marie Pagliaï[1]
2014-2020
Code postal 03210
Code commune 03170
Démographie
Population
municipale
150 hab. (2014)
Densité 6,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 28″ nord, 3° 05′ 37″ est
Altitude Min. 240 m
Max. 426 m
Superficie 23,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Meillers

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Meillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Meillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Meillers

Meillers est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cinq communes sont limitrophes de Meillers[2] :

Communes limitrophes de Meillers
Bourbon-l'Archambault Autry-Issards
Gipcy Meillers Souvigny
Noyant-d'Allier

Transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 11 (reliant Cosne-d'Allier à la D 945 au sud-ouest de Souvigny), 18 (vers Noyant-d'Allier et Ygrande), 58 (vers Autry-Issards), 73 (prolongement de la D 11 vers Souvigny), 106 (vers Bourbon-l'Archambault et Tronget) et 293 (vers Saint-Menoux)[2].

Histoire et Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Julien, joyau de l'art roman, avec son clocher de type barlong et son portail sculpté. Le chapiteau des animaux musiciens est inspiré de l'antique fabuliste Phèdre. Le tympan se compose des apôtres sous des arcades et d'un christ en gloire. L'église fait partie des nombreuses églises romanes du pays de Souvigny.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Guy De Durat    
mars 2008 en cours
(au 23 novembre 2015)
Jean-Marie Pagliaï[1] DVD Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 150 habitants, en diminution de -1,32 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
562 472 530 456 450 459 425 422 463
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
443 443 457 507 539 532 492 443 441
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
440 472 439 373 366 353 346 326 346
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
351 309 240 225 173 169 159 150 150
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

À l'origine, la nef avait une couverture en charpente. Dans le 2e quart du XIIe siècle ont été ajoutés le portail sculpté sur la façade, le clocher et la voûte de la nef. La nécessité d'assurer la poussée de la voûte a entraîné la construction de contreforts. Le tympan représente le Christ et les apôtres. L'église est célèbre grâce à son chapiteau des animaux musiciens se trouvant à droite du portail.
La chapelle seigneuriale de Pravier de deux travées a été construite en 1491 contre le flanc nord de l'église par Jacques de Lorme et Isabeau Fradel, son épouse. Les baies sont alors agrandies.
Une pièce est ajoutée à l'est de la chapelle de Pravier à une date inconnue. La foudre tombe sur le clocher en 1842 nécessitant sa restauration entre 1843 et 1846 par Esmonnot. L'abside est restaurée entre 1859 et 1862. Les toitures et les charpentes sont restaurées en 1872 par Moreau. En 1880, la sacristie est démolie. Elle est remplacée par une chapelle sur le flanc sud de l'église.
On peut voir dans la chapelle de Pravier une statue en bois de la Vierge, peut-être la plus ancienne du Bourbonnais.
On trouve dans le bas-côté sud une autre Vierge. Elle est en pierre et date de 1687. Elle a été sculptée par Étienne Vigier dont le frère, Philibert, avait sculpté la colonnade des sources du jardin du château de Versailles.
L'église a été classée Monument historique par liste en 1846[7],[8],[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]