Marc Márquez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marc Marquez)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Márquez.

Marc Márquez
Image illustrative de l’article Marc Márquez
Marc Márquez qui fait péter le Champagne sur le podium après avoir remporté le Grand Prix d’Aragón en 2017.
Biographie
Date de naissance (26 ans)
Lieu de naissance Drapeau de l'Espagne Cervera
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagnol
Carrière professionnelle
Années d'activité 2008-aujourd'hui
Équipe MotoGP
Drapeau : Japon Repsol Honda Team (2013-)
Statistiques
Course Pole Vic. Pod.
MotoGP 114 57 47 82
Moto2 32 14 16 25
125 cm3 46 14 10 14
Palmarès
1er 2e 3e
MotoGP 5 - 1
Moto2 1 1 -
125 cm3 1 - -

Marc Márquez Alentà, né le 17 février 1993 à Cervera (province de Lérida, Espagne), est un pilote de vitesse moto espagnol participant au championnat du monde.

Il est détenteur de sept titres de champion du monde : en 2010 dans la catégorie 125 cm³, en 2012 en moto2, en 2013, 2014, 2016, 2017 et 2018 en MotoGP. Il est également, le plus jeune champion du monde de l'histoire de la catégorie reine. Le , il est récompensé lors de la prestigieuse cérémonie des Laureus World Sports Awards, qui honore chaque année les plus grands athlètes de la planète, par le prix de "révélation de l’année"[1]. Jeune prodige, il est capable de rattraper sa moto dans des situations désespérées, et détient le plus grand nombre de sauvetage. Ceci est en partie dû à sa position très extrême sur la moto: son corps tout entier est en dehors de la selle. Un style très agressif et particulièrement impressionnant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marc Márquez est le fils de Julián Márquez et de Roser Alentà. Il a un frère, Álex Márquez, qui est pilote dans la catégorie Moto2 dans le team EG 0,0 Marc VDS.

Débuts[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Un peu avant ses quatre ans, Marc demande aux Reyes Magos (l’équivalent du Père Noël) une moto. Il s’agit d’une PW de marque Yamaha d’occasion. Son père doit lui installer des stabilisateurs pour qu’il puisse s’en servir et garder son équilibre. Ses premiers tours de roues sont effectués à Cervera, dans le champ d’un ami de son père.

A quatre ans et demi, il participe à sa première course d’endurance père et fils. Ils doivent effectuer deux tours de piste. A la fin du premier tour, son père lui propose d’arrêter, les autres concurrents ayant déjà terminé la course. Marc veut achever sa course et ils terminent bons derniers.

Alors qu’il n’a que cinq ans, il participe à son premier championnat « l’enduro des enfants » dans la catégorie d’initiation où il termine à plusieurs reprises sur le podium.

A 6 ans, son père lui offre une KTM50 avec laquelle il peut faire du motocross. Il devient vice-champion de Catalogne de motocross lors de la saison 2000 et devient champion lors de la saison 2001. La même année, il termine à la 4e place du championnat d’enduro sur une Kawasaki 65.

Un ami de la famille, Jaume Curco, propose que Marc s’essaye aux courses sur circuits asphaltés. A l’âge de 8 ans, il participe à 35 compétitions dans des disciplines différents comprenant de l’Enduro, du Dirt Track, du Motocross ainsi que la « Promo Cup Velocidad ». Il participe à la saison 2002 de la Copa Conti, un championnat de moto vitesse qui se déroule sur des pistes de parkings ou des circuits de parkings. Les débuts sont laborieux mais à la mi-saison, Marc se sent de plus en plus à l’aise sur l’asphalte. Il termine la saison en troisième position.

Il se concentre ensuite sur les épreuves de vitesse et participe au championnat Open RACC50. C’est un championnat catalan qui se déroule sur des circuits tels que Montmélo, Calafat et Can Padro. Marc s’est directement adapté à la catégorie et remporte, dès sa première saison, le championnat.

Marc progresse et monte d’une catégorie la saison suivante. Il débute en 125 cm3 dans le championnat d’Espagne PreGP sur une Honda du team RACC Impala. Il a pour coéquipier Pol Espargaro. Après les six courses du championnat à Albacete, Montmélo et Valence, il termine vice champion derrière Espargaro.

L’année suivante, son équipé est renommée RACC Caja Madrid. Il rencontre Emilio Alzamora, champion du monde 125 cm3 en 1999. Il remporte le titre de champion de Catalogne de Supermotard en catégorie 85 cm3. Ce championnat lui sert d’entrainement pendant la trêve.

En 2005, il devient champion de Catalogne 125 cm3 et débute dans le championnat d’Espagne CEV 125 cm3. Il terminera à la 8e position.

En 2007, toujours dans le même championnat, il pilote une KTM. Après plusieurs chutes, il termine à la 9e place. Handicapé par son faible poids, 43 kg pour 150 cm, on doit lester sa moto de 20 kg pour afin d’atteindre le poids minimum imposé de 136 kg. Cette charge le désavantage lors des changements de direction. Il remporte la 3e course au programme du championnat sur le circuit de Jerez.

Lors de la quatrième course qui a lieu sur le circuit Ricardo Tormo à Valence, il progresse de la 12e à la 4e place avant de chuter à la suite d'un accrochage avec Jonas Folger. Il termine dans le top 10 final en étant le plus jeune pilote. La compétition est remportée par Stefan Bradl.

125 cm3[modifier | modifier le code]

Vue de profile de Marc Marquez sur une moto.
Marc Márquez aux Pays-Bas 2010.

Marc Marquez commence sa carrière professionnelle en 2009 avec l'écurie Repsol KTM. Márquez fait ses débuts en championnat le 13 avril 2008 au Grand Prix du Portugal à l'âge de 15 ans. Il obtient son premier podium le 22 juin de la même année lors de la huitième manche du championnat disputée au Grand Prix d'Angleterre[2].

En 2009, désormais pilote officiel de l'usine KTM[3], il termine pour la deuxième fois de sa carrière sur un podium, lors du Grand Prix moto du Portugal disputé à Estoril. Lors du Grand Prix suivant, au Grand Prix de France, il réalise sa première pole position à l'âge de seize ans[4]. Il renouvelle cette performance lors du Grand Prix de Malaisie[5]. Sa deuxième saison en Grand Prix se solde par une huitième place du classement général, avec 94 points, deux pole positions et un podium.

Passé chez Derbi, Márquez commence la saison 2010 par une dernière position lors du premier Grand Prix, disputé au Qatar, course qu'il termine à la troisième place[6]. Après une blessure à l'épaule lors du Grand Prix suivant en Espagne[7], puis une troisième place au Grand Prix de France, Márquez enchaîne par cinq victoires consécutives. Il remporte d'abord le Grand Prix d'Italie, sa première victoire en carrière, devant ses compatriotes Nicolás Terol et Pol Espargaró[8], puis confirme à Silverstone devant Espargaró[9], à Assen[10], en Catalogne[11] et en Allemagne[12]. Alors qu'il est tête du championnat, il chute lors des essais du Grand Prix suivant[7], en République tchèque, ce qui relance le championnat, Nicolás Terol remportant cette course et la course suivante tandis que Márquez termine septième puis dixième. Il renoue avec la victoire lors du Grand Prix de Saint-Marin[13]. Percuté par Randy Krummenacher lors du premier virage, Márquez abandonne lors du Grand Prix suivant, laissant Terol occuper la tête du championnat[14]. Il réduit son retard sur celui-ci en remportant le Grand Prix du Japon[15], puis reprend la tête du championnat en s'imposant en Malaisie[16], confirmant ensuite en s'imposant en Australie[17]. Après une nouvelle victoire au Portugal, la dixième de sa saison, Márquez compte dix-sept points d'avance sur Terol avant le dernier Grand Prix[18]. Sa quatrième place lors du Grand Prix de Valence lui assure la victoire dans le championnat[19]. Il devient le deuxième plus jeune vainqueur du championnat derrière l'Italien Loris Capirossi, titré en 1990[19]. Son bilan de la saison est dix victoires, douze pole positions en dix-sept courses[20].

Moto2[modifier | modifier le code]

Marc Marquez sur la moto, dans un virage.
Marc Márquez à Brno en 2011.

Il rejoint la catégorie Moto2 dès la saison suivante, signant avec le team Monlau Competición, avec un châssis Suter[21].

Après un mauvais début de saison, deux abandons et une vingt-et-unième place, il décroche le 15 mai 2011 sa première victoire en Moto2, sur le circuit du Mans, en s'imposant lors de sa quatrième course seulement dans la catégorie[22]. Deuxième en Catalogne, il abandonne de nouveau lors du Grand Prix suivant. Comme la saison précédente dans la catégorie inférieure, il s'impose à Assen[23]. Il remporte ensuite le Grand Prix d'Italie devant Stefan Bradl[24] puis celui d'Allemagne[25]. Deuxième en République tchèque derrière Andrea Iannone, il réduit son retard sur Bradl en remportant la course disputée à Indianapolis[26], puis le Grand Prix suivant de Saint-Marin[27] et le Grand Prix d'Aragon, comptant six points de retard au terme de cette course[28]. Il enchaîne par une deuxième place au Japon puis une troisième place en Australie. Durant les essais libres en Malaisie, lors d'une averse sur une partie du circuit non signalée par les commissaires de piste, il est pris au piège et chute lourdement, tout comme deux autres pilotes. Après un examen médical, il est jugé inapte et ne peut disputer le Grand Prix[29]. Il est de nouveau forfait lors de la course suivante, disputée à Valence, ce qui permet à Stefan Bradl de devenir champion du monde[30]. Sur les quinze courses qu'il dispute, Marc Márquez en remporte sept, figurant à onze reprises sur le podium et réussissant sept pole positions, pour un total de 251 points.

En octobre, alors que la saison n'est pas encore terminée, et malgré les fortes sollicitations de l'écurie dominatrice Honda Repsol pour passer en MotoGP et rejoindre Casey Stoner, champion du monde 2011, Marc Márquez décide de poursuivre une nouvelle saison en Moto2 au sein de la même structure avec des objectifs très élevés avant de vraisemblablement monter en catégorie reine en 2013[31].

Il commence cette nouvelle saison par une victoire lors du premier Grand Prix, disputé au Qatar[32], puis enchaine par une deuxième place en Espagne derrière Pol Espargaró, et une nouvelle victoire au Portugal, devant Espargaró[33]. Piégé par la pluie, il chute lors du Grand Prix de France[34] avant de s'imposer pour la troisième année consécutive à Assen[35] puis en Allemagne, comptant quarante-trois points d'avance sur le deuxième du classement[36]. Cinquième en Italie, il renoue avec la victoire dès la course suivante, à Indianapolis[37] avant de s'imposer en République tchèque[38] et à Saint-Marin[39]. Lors des qualifications du Grand Prix d'Australie, il est pénalisé pour avoir heurté un autre pilote durant le tour de décélération, ce qui le fait partir depuis la 38e et dernière place sur la grille. Auteur d'une remontée exceptionnelle, il termine sur le podium, à seulement 6 secondes du vainqueur, après avoir dépassé la bagatelle de 34 pilotes à la mi-course. Deuxième au Grand Prix d'Aragon, il réalise un exploit en s'imposant lors du Grand Prix de Motegi au Japon : s'élançant depuis la première ligne, il manque son départ, restant bloqué au point mort en pleine piste. Manquant de se faire heurter par l'ensemble du peloton, il finit par enclencher la première, et remonte en moins d'une minute une vingtaine de pilotes. À la mi-course, Marc s'empare de la tête de la course pour ne plus la quitter[40]. Il chute à Sepang lors d'un Grand Prix remportée par Alex De Angelis[41] et termine troisième de la course suivante à Phillip Island en Australie, ce podium lui assurant le titre mondial[42]. Lors de son dernier Grand Prix dans la catégorie Moto2, Marc Márquez se voit pénalisé pour avoir effectué une manœuvre dangereuse et poussé Simone Corsi à la chute[43]. Il est alors obligé de s'élancer depuis la trente-troisième et dernière place. Tout comme à Motegi un mois auparavant, à l'issue du premier tour il a déjà repris vingt-deux places. Sur une piste piégeuse car humide, il se montre patient, regarde ses adversaires chuter les uns après les autres pour s'emparer de la troisième place, et remonte finalement lors des derniers tours sur Nicolás Terol et Julián Simón, qui négociaient pourtant parfaitement leur course mais ne purent rien faire face à la démonstration du jeune Marquez[44]. Cette victoire est la neuvième de la saison, et la vingt-sixième depuis le début de sa carrière.

MotoGP[modifier | modifier le code]

Saison 2013[modifier | modifier le code]

Le 12 juillet 2012, Repsol Honda Team annonce que Marc Márquez sera pour la saison 2013 pilote officiel de l'écurie aux côtés de Dani Pedrosa[45].

Pour son premier Grand Prix dans la catégorie reine, il termine troisième derrière les deux pilotes Yamaha, Jorge Lorenzo et Valentino Rossi, ce qui fait de lui le quatrième plus jeune pilote, à vingt ans, à monter sur un podium. Il est devancé par Randy Mamola, Eduardo Salatino et Norick Abe[46]. Deux semaines plus tard, le 21 avril 2013, il devient le plus jeune pilote à remporter un Grand Prix dans la catégorie reine, à l'occasion du deuxième Grand Prix de la saison, lors de la première course courue sur le circuit des Amériques à Austin (Texas), battant ainsi le record de Freddie Spencer[46]. Durant ce même week-end, il établit un nouveau record de précocité en devenant le plus jeune pilote à obtenir une pole position, toujours devant Spencer[46]. Cependant, le français Fabio Quartararo lui reprend ce titre le samedi lors des séances de qualifications du Grand Prix moto d'Espagne 2019, où il obtient la première pole position de sa carrière en Moto GP, devenant le plus jeune pilote de l'histoire à conquérir le titre à l'âge de 20 ans et 14 jours, détrônant Márquez[47].

Il prend la tête du championnat lors du Grand Prix suivant, à Jerez, en terminant deuxième derrière son coéquipier Dani Pedrosa et devant Jorge Lorenzo. Il devance ce dernier grâce à un dépassement lors du dernier virage, dépassement où les deux pilotes se touchent, Lorenzo quittant alors la piste sans toutefois tomber[48]. Lors du Grand Prix suivant, disputé sur le circuit du Mans en France, il manque son départ alors qu'il a obtenu la pole position. Sur une piste mouillée, il termine finalement à la troisième place, Dani Pedrosa reprenant la tête du classement en raison de sa victoire[49]. Márquez retrouve la première place du championnat au terme du Grand Prix d'Allemagne où il s'impose, ses deux principaux rivaux pour le titre, Dani Pedrosa et Jorge Lorenzo étant absent pour cause de blessures[50]. Il conforte sa position au classement en remportant la course se déroulant une semaine plus tard sur le circuit de Laguna Seca, puis, le 18 août, son quatrième Grand Prix de la saison sur le circuit d'Indianapolis. En remportant un quatrième succès consécutif lors du Grand Prix de République tchèque, il devient le premier débutant dans la catégorie reine à remporter cinq courses

Deux motos se suivant dans une courbe.
Marc Márquez devant Valentino Rossi à Silverstone en 2013.

Lors du Grand Prix suivant, disputé sur le circuit de Silverstone, il chute lors du warmup, perdant deux points sur son « permis à points » pour n'avoir pas ralenti à la présentation des drapeaux jaunes signalant la chute de Cal Crutchlow au même endroit[51],[52]. Malgré une épaule démise, il prend le départ de la course, terminant finalement deuxième derrière Jorge Lorenzo, tout en ayant pris la tête à trois tours de la fin avant de se voir repasser par le pilote Yamaha[53]. Après une deuxième place à Saint-Marin derrière Lorenzo, il s'impose lors du Grand Prix d'Aragon devant Lorenzo après avoir été la cause de la chute de son coéquipier chez Honda Dani Pedrosa[54]. Il augmente son avance au championnat en terminant deuxième de la course suivante à Sepang en devançant Lorenzo, la course étant remportée par Pedrosa. Cette avance est considérablement réduite lors de la course suivante en Australie remportée par Lorenzo : Márquez est exclu pour ne pas s'être arrêté selon les consignes au plus tard au dixième tour pour respecter les recommandations du fournisseur de pneumatiques qui ne peut garantir leur fiabilité jusqu'au terme[55]. Lorenzo s'offre une chance de se succéder en gagnant le Grand Prix moto du Japon devant Márquez.

Le 10 novembre 2013 à Valence, Marc Márquez termine à la troisième place derrière Lorenzo et Pedrosa et devient le plus jeune champion du monde de MotoGP de l'histoire, détrônant Freddie Spencer[56]. Il est le second pilote de l'histoire à être champion du monde de la catégorie reine dès sa première saison après Kenny Roberts en 1978[57].

Saison 2014[modifier | modifier le code]

Il domine la première partie des tests hivernaux du MotoGP à Sepang. Il se fracture le péroné et ne participera donc pas aux tests suivants.

Il sera de retour pour le premier GP de la saison au Qatar. Il progressera tout au long des essais libres pour finalement se qualifier en première ligne puis s'imposer après un duel avec Valentino Rossi. La deuxième course de la saison sur le circuit des Amériques lui donne l’opportunité de s’illustrer et de dominer sur une piste où il se sent particulièrement à l'aise.

Depuis le début du championnat et quatre Grands Prix, il se qualifie systématiquement en pole position, et gagne le lendemain. Lors du quatrième Grand Prix de la saison, à Jerez en Espagne, il cumule la pole position, la victoire en Grand Prix, mais surtout son centième Grand Prix toute catégories confondues. Il est le deuxième pilote avec Giacomo Agostini à gagner quatre Grands Prix d'affilée en début de championnat.

Au Grand Prix de France, il fera non seulement la pole position et la victoire, mais sera surtout le plus jeune pilote à remporter cinq victoires d’affilée dans la catégorie reine à vingt-et-un ans. il bât ainsi le record de Mike Hailwood de 1962. Au cours de ce Grand Prix, il égalera aussi le record de Valentino Rossi en remportant cinq victoires d'affilée en catégorie reine, celui de Giacomo Agostini en remportant les cinq premières manches d’une saison dans la catégorie reine, celui de Mick Doohan en remportant cinq courses de suite en partant de la pole position, et enfin celui de Casey Stoner en alignant six pole positions consécutives en MotoGP.

Il sera de nouveau en pole position et gagnera le Grand Prix d'Italie au Mugello. A Barcelone en Catalogne, il n'arrivera pas à faire la pole position, car pour la première fois depuis le début de la saison, ses concurrents vont le pousser à aller encore plus loin avec sa Honda RC213V et il chutera. Il va pourtant remporter le Grand Prix après un duel avec Valentino Rossi, puis avec Dani Pedrosa. Avec ce Grand Prix, on observe donc que les concurrents travaillent pour espérer gagner devant lui, mais qu'il fait toujours preuve d'une nette supériorité avec un pilotage extrêmement agressif, genou mais aussi coude entièrement au sol, ainsi que d'une maîtrise parfaite de la Honda en la faisant glisser d'un virage à un autre et ainsi dominer le chrono en essai, en qualification et en course. Cette année, Márquez est surnommé "l’extra-terrestre" par la communauté motocycliste et par les médias.

Au Grand Prix de Catalogne, il va également battre plusieurs records dans la catégorie à savoir : sept victoires d'affilée dans la catégorie reine, la 100e victoire de Honda Racing Corporation depuis l'introduction de la MotoGP 4-temps en 2002, et un record inédit puisque c'est la première fois que deux frères gagnent le même grand prix (Marc Márquez en MotoGP et Álex Márquez en Moto3).

Le 28 juin, Marc Márquez remporte sa 8e victoire consécutive au Grand Prix des Pays-Bas à Assen. Il faut remonter à 1971 (huit victoires d'affilée de Giacomo Agostini) pour voir ce nombre de victoires consécutives.

Le 13 juillet, Marc Márquez remporte de nouveau sa 9e victoire consécutive au Grand Prix d'Allemagne, c'est-à-dire toute la première moitié de saison.

Le 10 août, Marc Márquez avec sa victoire sur le circuit d'Indianapolis aux États-Unis devient le premier pilote à enchaîner dix victoires consécutives devant Mick Doohan en 1997, année où Honda Repsol remporta les quinze courses du championnat.

Le 12 octobre, sur le circuit de son employeur Honda, Marc Márquez est sacré champion du monde 2014 après avoir battu Pedrosa et Rossi. À vingt-et-un ans, Márquez est le plus jeune pilote à remporter deux titres consécutifs dans la catégorie reine et prend ce record à Mike Hailwood (1963 - vingt-trois ans). Il est le premier pilote Espagnol à remporter deux titres consécutifs dans la catégorie reine des Grands Prix et Márquez est le premier pilote Honda à remporter un titre mondial au Twin Ring Motegi.

Le 18 octobre, en obtenant sa 12e pole position à Phillip Island, Marc Márquez devient co-détenteur du record de poles positions en une saison avec Mick Doohan et Casey Stoner.

Le 25 octobre au Grand Prix de Sepang en Malaisie, Marc Márquez obtient le record du nombre de poles positions en une saison, grâce à sa 13e pole position.

Le lendemain, en remportant sa 12e victoire, il égale le record du nombre de victoires en une saison de Mick Doohan, datant de 1997.

Au dernier Grand Prix à Valence, Marc Marquez obtient sa 13e et dernière victoire de la saison, et établit le nouveau record du nombre de victoires en une seule saison battant ainsi Mick Doohan.

Saison 2015[modifier | modifier le code]

Tenant du titre, Marc Marquez connaît un début de saison mitigé avec une seule victoire lors des cinq premières courses. Par la suite, il abandonne à deux reprises (Italie, Catalogne) avant de retrouver des couleurs, enchaînant deux victoires, en Allemagne et à Indianapolis[58]. Il termine la saison à la troisième place du championnat.

Saison 2016[modifier | modifier le code]

À l'issue de la saison, Marc Márquez remporte son troisième titre en MotoGP.

Saison 2017[modifier | modifier le code]

Le 15 octobre 2017 au Grand Prix du Japon, Marc Márquez obtient son 100e podium, toutes catégories confondues. Il est le pilote le plus jeune de l'histoire à avoir atteint ce chiffre.

Au terme du Grand Prix d'Australie, particulièrement animé dans la lutte pour la victoire entre Rossi, Viñales et Zarco, Márquez remporte sa sixième victoire de la saison et prend une sérieuse option sur le titre. Le pilote Espagnol pouvait en effet remporter son quatrième titre de champion du monde au Grand Prix de Malaisie. Finissant à la quatrième place, loin derrière Dovizioso, le pilote espagnol garde le suspens quant au résultat du championnat.

Le 12 novembre, lors du dernier Grand Prix de la saison à Valence, Marc Márquez n'a besoin que d'une 11e place pour remporter le titre mondial. Il part en pole position. Il se maintient en tête lors des premiers tours de la course avant d'être devancé par Johann Zarco. À huit tours de la fin, Márquez est à la lutte avec Zarco pour reprendre la tête de la course et il se fait une grosse frayeur en frôlant la chute, évitée de justesse avec sang-froid en posant le genou sur l'asphalte. Il perd quelques places dans l'aventure, se retrouvant à la cinquième place, derrière Dovizioso et Lorenzo. Mais un tour après, ces deux derniers chutent et laissent Márquez reprendre la troisième place, derrière Pedrosa, vainqueur, et Zarco. Au terme de la course, Marc Márquez remporte son quatrième titre mondial de MotoGP.

Saison 2018[modifier | modifier le code]

Marc Márquez domine largement la saison 2018. Après le Grand Prix du Japon à Motegi, Marc Márquez remporte son cinquième titre en MotoGP le 21 octobre. En effet à la suite d'un duel avec le pilote Andrea Dovizioso son 42ème Grand Prix en moto GP au Japon et remporte le championnat [59]alors qu'il reste encore trois courses avant la fin de la saison et ce avec une avance de 102 points sur son principal adversaire[60].

Il devient alors le huitième pilote de l'histoire à remporter 7 titres dans trois catégories de motos différentes avec 68 victoires au total.

Saison 2019[modifier | modifier le code]

Après neuf courses, Marc Márquez domine largement le classement général avec plus de soixante points d'avance.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Par année[modifier | modifier le code]

(Mise à jour après le GP de France 2019)

Saison Catégorie Moto Courses Victoires Podiums Pole MTC Points Position Titres
2008 125 cm³ Drapeau de l'Autriche KTM 13 0 1 0 0 63 13e -
2009 125 cm³ Drapeau de l'Autriche KTM 16 0 1 2 1 94 8e -
2010 125 cm³ Drapeau de l'Espagne Derbi 17 10 12 12 8 310 1er 1
2011 Moto2 Drapeau de la Suisse Suter 15 7 11 7 2 251 2e -
2012 Moto2 Drapeau de la Suisse Suter 17 9 14 7 5 324 1er 1
2013 MotoGP Drapeau du Japon Honda 18 6 16 9 11 334 1er 1
2014 MotoGP Drapeau du Japon Honda 18 13 14 13 12 362 1er 1
2015 MotoGP Drapeau du Japon Honda 18 5 9 8 7 242 3e -
2016 MotoGP Drapeau du Japon Honda 18 5 12 7 4 298 1er 1
2017 MotoGP Drapeau du Japon Honda 18 6 12 8 3 298 1er 1
2018 MotoGP Drapeau du Japon Honda 18 9 14 7 7 321 1er 1
2019 MotoGP Drapeau du Japon Honda 7 4 6 4 4 140
Total 191 73 120 83 66 2996 7

Par catégorie[modifier | modifier le code]

Cat. Année 1er GP 1er podium 1re victoire Courses Victoires Podiums Pole position MTC Points Titres
125 cm³ 2008-2010 Drapeau : Qatar QAT 2008 Drapeau : Royaume-Uni GBR 2008 Drapeau : Italie ITA 2010 46 10 14 14 9 467 1
Moto2 2011-2012 Drapeau : Qatar QAT 2011 Drapeau : France FRA 2011 Drapeau : France FRA 2011 32 16 25 14 7 575 1
MotoGP Depuis 2013 Drapeau : Qatar QAT 2013 Drapeau : Qatar QAT 2013 Drapeau : États-Unis AME 2013 110 47 81 55 45 1904 5
Total 2008 - Aujourd'hui 191 73 120 83 63 2996 7

Résultats détaillés[modifier | modifier le code]

Année Cat. Pied Boby 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 Classement Points
2008 125 cm3 KTM QAT
SPA
DNS
POR
18
CHN
12
FRA
Ab.
ITA
19
CAT
10
GBR
3
NED
Ab.
GER
10
CZE
Ab.
RSM
4
IND
6
JPN
Ab.
AUS
9
MAL
VAL
13e 63
2009 125 cm3 KTM QAT
Ab.
JPN
5
SPA
3
FRA
Ab.
ITA
5
CAT
5
NED
10
GER
16
GBR
3
CZE
8
IND
6
RSM
4
POR
Ab.
AUS
9
MAL
Ab.
VAL
17
8e 94
2010 125 cm3 Derbi QAT
3
SPA
Ab.
FRA
3
ITA
1
GBR
1
NED
1
CAT
1
GER
1
CZE
7
IND
10
RSM
1
ARA
Ab.
JPN
1
MAL
1
AUS
1
POR
1
VAL
4
1er 310
2011 Moto2 Suter QAT
Ab.
SPA
Ab.
POR
21
FRA
1
CAT
2
GBR
Ab.
NED
1
ITA
1
GER
1
CZE
2
IND
1
RSM
1
ARA
1
JAP
2
AUS
3
MAL
Np.
VAL
2e 251
2012 Moto2 Suter QAT
1
SPA
2
POR
1
FRA
Ab.
CAT
3
GBR
3
NED
1
GER
1
ITA
5
IND
1
CZE
1
RSM
1
ARA
2
JAP
1
MAL
Ab.
AUS
3
VAL
1
1er 324
2013 MotoGP Honda QAT
3
AME
1
SPA
2
FRA
3
ITA
Ab.
CAT
3
NED
2
GER
1
USA
1
IND
1
CZE
1
GBR
2
RSM
2
ARA
1
MAL
2
AUS
DSQ
JAP
2
VAL
3
1er 334
2014 MotoGP Honda QAT
1
AME
1
ARG
1
SPA
1
FRA
1
ITA
1
CAT
1
NED
1
GER
1
IND
1
CZE
4
GBR
1
RSM
15
ARA
13
JAP
2
AUS
Ab.
MAL
1
VAL
1
1er 362
2015 MotoGP Honda QAT
5
AME
1
ARG
Ab.
ESP
2
FRA
4
ITA
Ab.
CAT
Ab.
NED
2
GER
1
IND
1
CZE
2
GBR
Ab.
RSM
1
ARA
Ab.
JAP
4
AUS
1
MAL
Ab.
VAL
2
3e 242
2016 MotoGP Honda QAT
3
ARG
1
AME
1
SPA
3
FRA
13
ITA
2
CAT
2
NED
2
GER
1
AUT
5
CZE
3
GBR
4
RSM
4
ARA
1
JAP
1
AUS
Ab.
MAL
11
VAL
2
1er 298
2017 MotoGP Honda QAT
4
ARG
Ab.
AME
1
SPA
2
FRA
Ab.
ITA
6
CAT
2
NED
3
GER
1
CZE
1
AUT
2
GBR
Ab.
RSM
1
ARA
1
JAP
2
AUS
1
MAL
4
VAL
3
1er 298
2018* MotoGP Honda QAT
2
ARG
18
AME
1
SPA
1
FRA
1
ITA
16
CAT
2
NED
1
GER
1
CZE
3
AUT
2
GBR
C
RSM
2
ARA
1
THA
1
JAP
1
AUS
Ab.
MAL
1
VAL
Ab.
1er 321
2019 MotoGP Honda QAT
2
ARG
1
AME
Ab.
SPA
1
FRA
1
ITA
2
CAT
1
NED
2
GER
CZE
AUT
GBR
RSM
ARA
THA
JAP
AUS
MAL
VAL
Couleur Résultat
Or Vainqueur
Argent 2e place
Bronze 3e place
Vert Terminé, dans les points
Bleu Terminé, pas dans les points
Violet Abandon (Ab.)
Non classé (NC)
Rouge Pas qualifié (DNQ)
Noir Disqualifié (DSQ)
Blanc Pas au départ (DNS)
Blanc N'a pas participé
Blessé (INJ)
Exclu (EX)
Course annulée (C)

Gras - Pole position
Italiques - Meilleur tour en course

Victoires en Grand-Prix
No. Date Classe Saison Grand Prix Circuit Grille Ecart Equipe Manufacture Moto Ref
1 6 June 2010 125 cc 2010 Italian Mugello Circuit 6 0:00.039 Red Bull Ajo Motorsport Derbi Derbi RSA 125 [61]
2 20 June 2010 British Silverstone Circuit 1 0:02.576 [62]
3 26 June 2010 Dutch TT Circuit Assen 1 0:02.332 [63]
4 4 July 2010 Catalan Circuit de Barcelona-Catalunya 1 0:04.638 [64]
5 18 July 2010 German Sachsenring 1 0:17.578 [65]
6 5 September 2010 San Marino and Rimini's Coast Misano World Circuit Marco Simoncelli 2 0:02.185 [66]
7 3 October 2010 Japanese Twin Ring Motegi 1 0:02.612 [67]
8 10 October 2010 Malaysian Sepang International Circuit 1 0:02.341 [68]
9 17 October 2010 Australian Phillip Island Grand Prix Circuit 1 0:06.062 [69]
10 31 October 2010 Portuguese Autódromo do Estoril 11 0:00.150 [70]
11 15 May 2011 Moto2 2011 French Bugatti Circuit 6 0:01.982 Team CatalunyaCaixa Repsol Suter Suter MMXI [71]
12 25 June 2011 Dutch TT Circuit Assen 2 0:02.397 [72]
13 3 July 2011 Italian Mugello Circuit 1 0:00.071 [73]
14 17 July 2011 German Sachsenring 1 0:00.896 [74]
15 28 August 2011 Indianapolis Indianapolis Motor Speedway 1 0:01.889 [75]
16 4 September 2011 San Marino and Rimini's Coast Misano World Circuit Marco Simoncelli 2 0:00.619 [76]
17 18 September 2011 Aragon Motorland Aragón 1 0:02.466 [77]
18 8 April 2012 2012 Qatar Losail International Circuit 2 0:00.061 Suter MMXII [78]
19 6 May 2012 Portuguese Autódromo do Estoril 1 0:01.987 [79]
20 30 June 2012 Dutch TT Circuit Assen 1 0:00.405 [80]
21 8 July 2012 German Sachsenring 1 0:02.093 [81]
22 19 August 2012 Indianapolis Indianapolis Motor Speedway 2 0:05.855 [82]
23 26 August 2012 Czech Republic Brno Circuit 4 0:00.061 [83]
24 16 September 2012 San Marino and Rimini's Coast Misano World Circuit Marco Simoncelli 1 0:00.359 [84]
25 14 October 2012 Japanese Twin Ring Motegi 2 0:00.415 [85]
26 11 November 2012 Valencian Community Circuit de la Comunitat Valenciana Ricardo Tormo 33[N 1] 0:01.256 [86]
27 21 April 2013 MotoGP 2013 Americas Circuit of the Americas 1 0:01.534 Repsol Honda Team Honda Honda RC213V [87]
28 14 July 2013 German Sachsenring 1 0:01.559 [88]
29 21 July 2013 United States Mazda Raceway Laguna Seca 2 0:02.298 [89]
30 18 August 2013 Indianapolis Indianapolis Motor Speedway 1 0:03.495 [90]
31 25 August 2013 Czech Republic Brno Circuit 3 0:00.313 [91]
32 29 September 2013 Aragon Motorland Aragón 1 0:01.356 [92]
33 23 March 2014 2014 Qatar Losail International Circuit 1 0:00.259 [93]
34 13 April 2014 Americas Circuit of the Americas 1 0:04.124 [94]
35 27 April 2014 Argentine Autódromo Termas de Río Hondo 1 0:01.827 [95]
36 4 May 2014 Spanish Circuito de Jerez-Ángel Nieto 1 0:01.431 [96]
37 18 May 2014 French Bugatti Circuit 1 0:01.486 [97]
38 1 June 2014 Italian Mugello Circuit 1 0:00.121 [98]
39 15 June 2014 Catalan Circuit de Barcelona-Catalunya 3 0:00.512 [99]
40 28 June 2014 Dutch TT Circuit Assen 2 0:06.714 [100]
41 13 July 2014 German Sachsenring 1 0:01.466 [101]
42 10 August 2014 Indianapolis Indianapolis Motor Speedway 1 0:01.803 [102]
43 31 August 2014 British Silverstone Circuit 1 0:00.732 [103]
44 26 October 2014 Malaysian Sepang International Circuit 1 0:02.445 [104]
45 9 November 2014 Valencian Community Circuit de la Comunitat Valenciana Ricardo Tormo 5 0:03.516 [105]
46 12 April 2015 2015 Americas Circuit of the Americas 1 0:02.354 [106]
47 12 July 2015 German Sachsenring 1 0:02.226 [107]
48 9 August 2015 Indianapolis Indianapolis Motor Speedway 1 0:00.688 [108]
49 13 September 2015 San Marino and Rimini's Coast Misano World Circuit Marco Simoncelli 2 0:07.288 [109]
50 18 October 2015 Australian Phillip Island Grand Prix Circuit 1 0:00.249 [110]
51 3 April 2016 2016 Argentine Autódromo Termas de Río Hondo 1 0:07.679 [111]
52 10 April 2016 Americas Circuit of the Americas 1 0:06.107 [112]
53 17 July 2016 German Sachsenring 1 0:09.857 [113]
54 25 September 2016 Aragon Motorland Aragón 1 0:02.740 [114]
55 16 October 2016 Japanese Twin Ring Motegi 2 0:02.992 [115]
56 23 April 2017 2017 Americas Circuit of the Americas 1 0:03.069 [116]
57 2 July 2017 German Sachsenring 1 0:03.310 [117]
58 6 August 2017 Czech Republic Brno Circuit 1 0:12.438 [118]
59 10 September 2017 San Marino and Rimini's Coast Misano World Circuit Marco Simoncelli 3 0:01.192 [119]
60 24 September 2017 Aragon Motorland Aragón 5 0:00.879 [120]
61 22 October 2017 Australian Phillip Island Grand Prix Circuit 1 0:01.799 [121]
62 22 April 2018 2018 Americas Circuit of the Americas 4 [N 2] 0:03.560 [122]
63 6 May 2018 Spanish Circuito de Jerez-Ángel Nieto 5 0:05.241 [123]
64 20 May 2018 French Bugatti Circuit 2 0:02.310 [124]
65 1 July 2018 Dutch TT Circuit Assen 1 0:02.269 [125]
66 15 July 2018 German Sachsenring 1 0:02.196 [126]
67 23 September 2018 Aragon Motorland Aragón 3 0:00.648 [127]
68 7 October 2018 Thailand Chang International Circuit 1 0:00.115 [128]
69 21 October 2018 Japanese Twin Ring Motegi 6 0:01.573 [129]
70 4 November 2018 Malaysian Sepang International Circuit 7 [N 3] 0:01.898 [130]
71 31 March 2019 2019 Argentine Autódromo Termas de Río Hondo 1 0:09.816 [131]

Victoires par Grand-Prix[modifier | modifier le code]

No. Grand Prix Années Wins
1 Sachsenring 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 10
2 Circuit of the Americas 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 6
3 Indianapolis Motor Speedway 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 5
4 Misano World Circuit Marco Simoncelli 2010, 2011, 2012, 2015, 2017
5 TT Circuit Assen 2010, 2011, 2012, 2014, 2018
6 Motorland Aragón 2011, 2013, 2016, 2017, 2018
7 Twin Ring Motegi 2010, 2012, 2016, 2018 4
8 Mugello Circuit 2010, 2011, 2014 3
9 Brno Circuit 2012, 2013, 2017
10 Phillip Island Grand Prix Circuit 2010, 2015, 2017
11 Bugatti Circuit 2011, 2014, 2018, 2019
12 Sepang International Circuit 2010, 2014, 2018
13 Autódromo Termas de Río Hondo 2014, 2016, 2019
14 Autódromo do Estoril 2010, 2012 2
15 Losail International Circuit 2012, 2014
16 Circuit de Barcelona-Catalunya 2010, 2014
17 Silverstone Circuit 2010, 2014
18 Circuit de la Comunitat Valenciana Ricardo Tormo 2012, 2014
19 Circuito de Jerez-Ángel Nieto 2014, 2018, 2019
20 Mazda Raceway Laguna Seca 2013 1
21 Chang International Circuit 2018
Nombre de victoires 74

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Marc Marquez reçoit le prix Laureus », sur motorevue.com,
  2. « Les pilotes 125cc du podium de Donington s'expriment », sur motogp.com,
  3. « KTM uniquement en 125cc à partir de 2009 », sur motogp.com,
  4. « Márquez crée la surprise en décrochant la première pole de sa carrière », sur motogp.com,
  5. « 125cc : Zarco se loupe, Jacquet 20e ! », sur ffmoto.org,
  6. « GP 125 : la Feria de Terol ! », sur moto-net.com,
  7. a et b « GP125 - République Tchèque D.1: Epaule droite démise pour Marquez », sur moto.caradisiac.com,
  8. « Marquez première », sur lequipe.fr,
  9. « Marquez le plus fort », sur lequipe.fr,
  10. André Lecondé, « GP125 - Pays Bas D.3: Et de trois pour Marquez », sur moto.caradisiac.com,
  11. André Lecondé, « GP125 - Catalogne D.3: Marquez intraitable prend les commandes du championnat », sur moto.caradisiac.com,
  12. « 125 cc : victoire de Marc Marquez (Derbi) », sur leparisien.fr,
  13. André Lecondé, « GP125 - San Marin D.3: Marquez reprend le large », sur moto.caradisiac.com,
  14. Diane De Salve, « GP 125 d’Aragon : Chamboule tout », sur sport-bikes.fr,
  15. « La victoire pour Marquez », sur lequipe.fr,
  16. « Marquez intouchable », sur lequipe.fr,
  17. « 125cc: Marquez s'envole », sur eurosport.fr,
  18. « Marquez s'impose en 125cc », sur eurosport.fr,
  19. a et b « 125: Marquez sacré », sur eurosport.fr,
  20. « Marquez, graine de champion », sur lequipe.fr,
  21. Philippe Debarle, « Le champion du monde 125 Marc Marquez passe en Moto2 », sur sport-bikes.fr,
  22. André Lecondé, « Moto 2 - France D.3: Marquez affiche ses ambitions », sur moto.caradisiac.com,
  23. « Marquez a tenu », sur lequipe.fr,
  24. « Marquez devant Bradl », sur lequipe.fr,
  25. « GP d'Allemagne. Moto2 : victoire de l'Espagnol Marc Marquez », sur ouest-france.fr,
  26. Diane De Salve, « Moto2 Indianapolis : Marquez fait une bonne opération », sur sport-bikes.fr,
  27. « Bonne opération pour Marquez », sur lequipe.fr,
  28. « Marquez se rapproche », sur lequipe.fr,
  29. Philippe Debarle, « Moto2 : Marc Marquez forfait en Malaisie », sur sport-bikes.fr,
  30. « Stefan Bradl – Champion du Monde Moto2 2011 », sur motogp.com,
  31. Philippe Debarle, « MotoGP : Marc Marquez restera en Moto2 », sur sport-bikes.fr,
  32. « Marquez a piégé Luthi », sur lequipe.fr,
  33. « Marquez devant Espargaro », sur lequipe.fr,
  34. « GP de France - Moto2 : la pluie profite à Lüthi », sur moto-net.com,
  35. « Marquez s'impose à Assen une 3e fois », sur moto-net.com,
  36. André Lecondé, « Moto 2 - Allemagne: Marc Marquez écrase le Sachsenring », sur moto.caradisiac.com,
  37. « Marquez l’insaisissable… », sur eurosport.fr,
  38. « GP de République Tchèque. Moto2 : victoire de l'Espagnol Marquez (Suter) », sur ouest-france.fr,
  39. « Grand Prix de Saint-Marin: Marquez triomphe, Lüthi déçoit », sur lematin.ch,
  40. « Marquez à son aise », sur lequipe.fr,
  41. « GP Malaisie-Moto2: De Angelis sous l'orage, Marquez attendra », sur lequipe.fr,
  42. « Marquez sacré », sur lequipe.fr,
  43. [PDF]« Gran Premio Generali de la Comunitat Valenciana - Decision of the Race Direction », fim-live.com, FIM,‎ (lire en ligne)
  44. « Marquez, folle remontée », sur lequipe.fr,
  45. Philippe Debarle, « Officiel : Marquez et Pedrosa officiels Honda en 2013 et 2014 », sur sport-bikes.fr,
  46. a b et c « CotA, des chiffres et des stats: Marquez-Spencer, que de similitudes ! », sur eurosport.fr,
  47. « MotoGP : le Français Fabio Quartararo devient le plus jeune pilote à décrocher la pole position », sur Le Monde, .
  48. « Pedrosa revient dans la course », sur lequipe.fr,
  49. « Pedrosa entre les gouttes », sur lequipe.fr,
  50. « Tout bon pour Marquez », sur lequipe.fr,
  51. La direction de course peut infliger des retraits de un à dix points, ceux-ci s'accumulant au cours de la saison. Ces retraits peuvent occasionner des départs depuis la dernière position sur la grille lors de la course suivante,... ou disqualification lors de la course suivante.
  52. Gregory Hellinx, « Deux points de sanction pour Marc Marquez. Un peu léger ? », sur eurosport.fr,
  53. « GP de Grande-Bretagne 2013 : victoire de Jorge Lorenzo (Yamaha) devant Marc Marquez (Honda) », sur eurosport.fr,
  54. « Grand Prix d'Aragon 2013 : Victoire de Marc Marquez (Honda) devant Jorge Lorenzo (Yamaha) », sur eurosport.fr,
  55. « Moto : l'Espagnol Jorge Lorenzo remporte le Grand Prix d'Australie », sur eurosport.fr,
  56. « Marquez dans l'histoire », sur lequipe.fr,
  57. « MotoGP 21013 - Marc Marquez (Honda) champion à 20 ans et 266 jours : une saison de records », sur eurosport.fr,
  58. MotoGP – Indianapolis 2015 : Victoire de Marquez qui reste invincible aux Etats-Unis, www.automoto.fr, 9 août 2015.
  59. X.C., « Cinquième titre mondial pour Marquez, vainqueur à Motegi », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne, consulté le 23 octobre 2018)
  60. Rédaction, « Le titre de Marc Marquez en chiffres », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne, consulté le 23 octobre 2018)
  61. « 2010 Italian Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  62. « 2010 British Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  63. « 2010 Dutch TT results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  64. « 2010 Catalan Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  65. « 2010 German Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  66. « 2010 San Marino and Rimini's Coast Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  67. « 2010 Japanese Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  68. « 2010 Malaysian Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  69. « 2010 Australian Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  70. « 2010 Portuguese Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  71. « 2011 French Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  72. « 2011 Dutch TT results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  73. « 2011 Italian Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  74. « 2011 German Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  75. « 2011 Indianapolis Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  76. « 2011 San Marino and Rimini's Coast Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  77. « 2011 Aragon Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  78. « 2012 Qatar Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  79. « 2012 Portuguese Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  80. « 2012 Dutch TT results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  81. « 2012 German Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  82. « 2012 Indianapolis Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  83. « 2012 Czech Republic Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  84. « 2012 San Marino and Rimini's Coast Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  85. « 2012 Japanese Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  86. « 2012 Valencian Community Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  87. « 2013 Grand Prix of the Americas results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  88. « 2013 German Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  89. « 2013 United States Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  90. « 2013 Indianapolis Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  91. « 2013 Czech Republic Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  92. « 2013 Aragon Grand Prix results », MotoGP (consulté le 2 juillet 2018)
  93. « 2014 Qatar Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  94. « 2014 Grand Prix of the Americas results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  95. « 2014 Argentine Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  96. « 2014 Spanish Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  97. « 2014 French Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  98. « 2014 Italian Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  99. « 2014 Catalan Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  100. « 2014 Dutch Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  101. « 2014 German Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  102. « 2014 Indianapolis Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  103. « 2014 British Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  104. « 2014 Malaysian Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  105. « 2014 Valencian Community Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  106. « 2015 Grand Prix of the Americas results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  107. « 2015 German Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  108. « 2015 Indianapolis Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  109. « 2015 San Marino and Rimini's Coast Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  110. « 2015 Australian Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  111. « 2016 Argentine Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  112. « 2016 Grand Prix of the Americas results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  113. « 2016 German Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  114. « 2016 Aragon Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  115. « 2016 Japanese Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  116. « 2017 Grand Prix of the Americas results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  117. « 2017 German Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  118. « 2017 Czech Republic Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  119. « 2017 San Marino and Rimini's Coast Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  120. « 2017 Aragon Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  121. « 2017 Australian Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  122. « 2018 Grand Prix of the Americas results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  123. « 2018 Spanish Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  124. « 2018 French Grand Prix results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  125. « 2018 Dutch TT results », MotoGP (consulté le 3 juillet 2018)
  126. « 2018 German Grand Prix results », MotoGP (consulté le 15 juillet 2018)
  127. « 2018 Aragon Grand Prix results », MotoGP (consulté le 24 septembre 2018)
  128. « 2018 Thailand Grand Prix results », MotoGP (consulté le 7 octobre 2018)
  129. « 2018 Japanese Grand Prix results », MotoGP (consulté le 21 octobre 2018)
  130. « 2018 Malaysian Grand Prix results », MotoGP (consulté le 4 novembre 2018)
  131. « 2019 Argentine Grand Prix results », MotoGP (consulté le 31 mars 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « N », mais aucune balise <references group="N"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien une balise fermante </ref> manque