Nello Pagani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pagani (homonymie).
Cirillo Pagani
Biographie
Surnom Nello
Date de naissance
Lieu de naissance Drapeau de l'Italie Milan, Lombardie, Italie
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Drapeau : Italie Miazzina, Piémont, Italie
Nationalité Drapeau : Italie italien
Carrière
Années d'activité 1950
Qualité Pilote automobile
Équipe Scuderia Achille Varzi
Statistiques
Nombre de courses 1
Pole positions 0
Podiums 1
Victoires 0

Cirillo « Nello » Pagani (né le à Milan, en Lombardie et mort le à Miazzina) est un aristocrate italien qui s'est illustré dans les courses de vitesse moto et de Formule 1.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nello Pagani est un des meilleurs pilotes motos de la fin des années 1940. Il gagne le championnat du monde 125 cm3 en 1949 sur FB Mondial et finit second au championnat du monde 500 cm3, la même année, sur Gilera. Il remporte à trois reprises le Circuit de Porrentruy en 1947, 1948 et 1954 en catégorie 500 cm3[1]. Il reste le pilote le plus titré de cette compétition.

En tant que pilote automobile, il remporte le Grand Prix de Pau en 1947 et 1948, sur une Maserati. Il participe, avec Maserati, au Grand Prix de Suisse 1950 à Bremgarten bei Bern, son seul Grand Prix comptant pour le championnat du monde de Formule 1. Il se qualifie en quinzième position, à 24 secondes de Juan Manuel Fangio et termine septième, à trois tours du vainqueur, Nino Farina. Il participe également au Grand Prix de Modène où il termine quatrième.

Il retourne ensuite aux Grand Prix motocyclistes mais la réussite n'est plus au rendez-vous. Son meilleur résultat au championnat est une cinquième place, en 1951, sur une Gilera. Il prend ensuite la direction de MV Agusta.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1950 Scuderia Achille Varzi Maserati 4CLT/48 Maserati 4 en ligne compressé Pirelli 1 0 n.c.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roudi Grob, Laurence Hammond et Rob Semmeling, « Les grandes Courses Suisses », sur racingmemo.free.fr (consulté le 29 août 2017)