Lussat (Creuse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lussat.
Lussat
Lussat (Creuse)
Réserve naturelle de l'étang des Landes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Canton Évaux-les-Bains
Intercommunalité CC Pays de Boussac, Carrefour des Quatre Provinces, Évaux-les-Bains/Chambon-sur-Voueize
Maire
Mandat
Rémy Bodeau
2014-2020
Code postal 23170
Code commune 23114
Démographie
Population
municipale
447 hab. (2015 en diminution de 1,76 % par rapport à 2010)
Densité 9,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 01″ nord, 2° 20′ 33″ est
Altitude Min. 351 m
Max. 453 m
Superficie 46,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de la Creuse
City locator 14.svg
Lussat

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Lussat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lussat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lussat

Lussat est une commune française située dans le département de la Creuse en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lussat est située sur le trajet de la Méridienne Verte, le 14 juillet 2000, il y avait donc des festivités importantes.

Le village domine l'est du bassin sédimentaire de Gouzon, constitué de l'étang des Landes (379 mètres d'altitude), vestige soit d'un ancien lac tertiaire[1] soit d'anciens marécages à fonds sableux barrés par des roches érodées d'origine volcanique[2]. Le bourg, à 417 mètres d'altitude, situé sur la barre d'origine volcanique, offre un magnifique point de vue sur l'étang, distant de moins d'un kilomètre, en contrebas . La situation de Lussat marque donc la limite ouest de la Combraille.

Le territoire de la commune s'organise autour du bourg situé en position centrale :

- au nord, la Voueize a creusé son lit en méandres sur la faible pente offerte par le bassin sédimentaire de Gouzon. À partir du Pont Brédeix, la rivière, quittant le bassin sédimentaire, est obligée de forcer son passage dans la roche granitique. Une gorge se forme alors au niveau du hameau de Villeranges, qui se creusera de plus en plus dans la traversée de la commune voisine de Chambon-sur-Voueize.

- tout l'est est occupé par le plateau séparant la Voueize de la Tardes, ces deux rivières quittant, en direction de Chambon-sur-Voueize, le territoire communal à une altitude identique de 350 mètres. Le plateau culmine à 428 mètres au niveau de la ferme des Farges et 433 mètres à Rière, en limite de commune.

- au sud-est de Lussat, la limite communale suit le cours de la Tardes, la commune de Tardes se situant sur la rive droite, à l'exception du hameau de Bazaneix qui constitue une enclave de Lussat de l'autre côté de la rivière. L'échancrure la plus marquée du plateau cristallin se situe au niveau des anciens moulins de Farouille et de Badassat (60 mètres de dénivelé). Il y a donc une différence très nette entre les paysages créés au sud par la Tardes (relief de gorge) et au nord par la Voueize (relief de collines).

- la partie sud, proche de la Tardes, présente le point culminant de la commune (451 mètres entre la Viergne-Gomet et Teillet). Le plateau s'adoucit ensuite progressivement en allant vers l'ouest où il rencontre le bassin sédimentaire de Gouzon, matérialisé par deux grands étangs artificiels, en communication avec l'étang des Landes (bassin versant). Il s'agit des étangs de la Tête de Bœuf[3] (36 ha) et de la Bastide[4] (24 ha).

- tout l'ouest de la commune correspond à la partie orientale du bassin de Gouzon et plus particulièrement à l'Etang et au Bois de Landes. En limite de Gouzon, le Bois de Landes, d'une superficie de 518 ha, est plat au nord (373 à 379 mètres d'altitude), mais s'élève légèrement vers le sud jusqu'à 402 mètres. La lisière ouest et sud du massif forestier épouse exactement les limites communales avec Gouzon et Saint-Loup. L'Etang des Landes[5] (100 ha) est situé entre le Bois de Landes et le bourg de Lussat. Au nord du bois, un espace original a été créé au XIXe siècle : la Brande de Landes. À partir de 1833, les municipalités de Gouzon et Lussat accordèrent à chaque famille 2 parcelles de 78 ares en vue de valoriser un terrain à l'époque marécageux, avec obligation de drainer et d'entretenir des haies de séparation. De larges chemins permettent l'accès aux différentes propriétés et l'entretien des fossés de drainage. Les parcelles étant strictement géométriques, le paysage obtenu, grâce aux haies et aux chemins, présente une forme très régulière en damier[6].

- au nord de la Brande de Landes, le bassin sédimentaire de Gouzon est interrompu par un éperon rocheux sur lequel s'est établie une demeure seigneuriale depuis le Moyen Âge : Puy-haut. Culminant à 436 mètres, cette colline domine au sud l'Etang, le Bois et la Brande d'une cinquantaine de mètres environ et au nord la vallée de la Voueize par un dénivelé en pente douce de soixante-dix mètres.

En résumé, le territoire de la commune de Lussat, pour une superficie de 46,86 km2, offre une grande diversité de paysages :

- un bassin sédimentaire, au relief plat, sur lequel a été organisé un paysage d'origine humaine : la Brande de Landes.

- un étang de grande dimension ayant un intérêt floristique et faunistique national (l'Etang des Landes) et deux autres étangs plus modestes (les étangs de la Tête de Bœuf et de la Bastide).

- un massif forestier de plus de 500 ha (le Bois de Landes).

- un plateau cristallin vallonné (altitudes de 400 à 450 mètres) : la Combraille.

- une rivière en méandres dans une vallée large et à faible pente : la Voueize.

- une rivière en pente rapide, creusant une gorge profonde dans le plateau cristallin : la Tardes.

Sources : cartes IGN 1/25 000 Evaux (2329 est) et Gouzon (2329 ouest).

La commune compte 41 villages (ou hameaux) :

Badassat, La Bastide, Bazaneix, Besse-Basse, Besse-Mathieu, Blaume, Le Bois-de-Lussat, Boisset, Les Bordes, Le Bouchet, Les Brauilles, Le Buisson, Les Cabosses, Le Ceilloux, Le Cerisier, La Chaux, Chez-Boutet, Chez-Taillat, Le Colombier, Les Coutures, Étang-Girard, Les Farges, Farouille, Feuillauds, Flobourg, Les Fourneaux, Le Genévrier, Haute-Rive, L'Hermite, Lajaumont, Landes, Les Loges, Le Mas-d'en-Bas, Mas-d'en-Haut, Le Montarux, Montfrailloux, La Nouzière, Pontet, Pré-Benoit, Pressigot, Puy-Haut, Riérette, Teillet, Trois-Fétus, Varennes, La Vergnolle, La Viergne, La Viergne-Gomet, Villeranges.

Histoire[modifier | modifier le code]

En novembre 2013, le gouvernement a accordé à la Compagnie Minière Or (COMINOR) un permis exclusif de recherche de minerai d'or ou d'autres métaux (argent, tungstène, antimoine, ...), sur un territoire de 47 km2 situé principalement sur la commune de Lussat (dit "permis de Villeranges", hameau de Lussat).

La perspective d'ouverture d'une éventuelle nouvelle mine d'or un siècle après la Mine d'or du Châtelet, à quelques kilomètres, inquiète une partie de la population locale qui craint des nuisances environnementales, notamment pour la nappe phréatique qui alimente 18 communes en eau potable[7]. Les caractéristiques propres à la Réserve naturelle nationale de l'étang des Landes (située seulement à quelques centaines de mètres du périmètre de recherche) permettent-elles d'envisager une activité d'extraction minière à grande échelle[8] ?

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2008 Gérard Aubert    
mars 2008 en cours Rémy Bodeau DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2015, la commune comptait 447 habitants[Note 1], en diminution de 1,76 % par rapport à 2010 (Creuse : -2,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 175 944 1 027 1 014 1 152 1 238 1 018 1 072 1 112
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 137 1 124 1 177 1 151 1 185 1 187 1 212 1 214 1 185
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 177 1 168 1 118 1 002 960 951 945 839 772
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
739 631 525 520 486 428 444 447 449
2013 2015 - - - - - - -
454 447 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Réserve naturelle nationale de l'étang des Landes, est une réserve naturelle située sur la commune de Lussat[13]. En Limousin, cet étang est le seul qui soit d'origine naturelle (dépression de Gouzon)[14].
  • Site du moulin de Farouille et Badassat. Anciens moulins (biefs et digues) et gorges de la Tardes. Site de pêche réputé.
  • Barrage de Flobourg. Construit en 1905 (un des premiers en béton armé) et toujours en activité. Il permit à Lussat d'être l'un des premier bourg creusois alimenté en électricité. Sa particularité est d'être une propriété privée : l'électricité produite est donc revendue à EDF, seul distributeur en France[15]. La retenue offre un agréable but de promenade et un coin de pêche facilement praticable.
  • Châteaux de Lussat (XIXe s) et de Puy-Haut (XVIIIe s) (propriétés privées).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Lussat possède une équipe de football. Des plus jeunes jusqu'aux équipes séniors en passant par les féminines.

L'AS Lussat est en 2e division de district, et son équipe B en 4e division. Les filles en première division.

L'ASL compte à son actif la coupe Gilbert Andrivet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Etang des Landes », sur educreuse
  2. « Etang des Landes », sur BRGM
  3. « ZNIEFF n°228 », sur Limousin-développement-durable
  4. « ZNIEFF n°227 », sur Limousin-développement-durable
  5. « Plan de gestion 2009-2013 de l'Etang des Landes », sur Conservatoire des Espaces Naturels du Limousin
  6. « la Brande de Landes », sur Journal 'Le Populaire du Centre',
  7. « Pourquoi vous opposez-vous au projet de mine d’or dans la Creuse, à Lussat ? », sur http://www.reporterre.net/, (consulté le 4 juin 2015)
  8. « Permis de Villeranges », sur Ministère du redressement productif
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. Ministère de l'écologie
  14. « Etang des Landes », sur Réserve naturelle nationale de l'Etang des Landes
  15. « Barrage de Flobourg », sur Société des sciences naturelles, archéologiques et historiques de la Creuse. Séance du 17 mars 2007.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :