Tardes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tardes
Tardes
Chevet de l'église de Mazeirat, sur la commune de Tardes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Intercommunalité Creuse Confluence
Maire
Mandat
Régis Derboule
2020-2026
Code postal 23170
Code commune 23251
Démographie
Gentilé Tardais, Tardaises
Population
municipale
138 hab. (2017 en diminution de 6,76 % par rapport à 2012)
Densité 6,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 08′ 26″ nord, 2° 20′ 45″ est
Altitude Min. 358 m
Max. 514 m
Superficie 21,4 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Évaux-les-Bains
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Tardes
Géolocalisation sur la carte : Creuse
Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Tardes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tardes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tardes

Tardes (Tardas en occitan) est une commune française située dans le département de la Creuse en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tardes est situé dans l'est du département de la Creuse, sur le rebord ouest du plateau de Combraille, en limite du bassin de Gouzon. Le territoire de la commune est traversé du sud vers le nord par la rivière dont elle est tire son nom : la Tardes. Tardes se trouve à 31 km au nord d'Aubusson, 35 km au sud de Montluçon et 48 km à l'est de Guéret. L'altitude au niveau du bourg est de 403 mètres.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Tardes est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2]. La commune est en outre hors attraction des villes[3],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean Baptiste Laubelly    
mars 2008 mars 2014 Gabriel Rouchon    
mars 2014 En cours Régis Derboule SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2017, la commune comptait 138 habitants[Note 2], en diminution de 6,76 % par rapport à 2012 (Creuse : -2,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
520458472478529680678684679
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
670638629614593586582592550
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
564554543464433435414383345
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
297255216149154127137145138
2017 - - - - - - - -
138--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Montflour (XVIè-XVIIè siècles et fin XIXe siècle). Inscrit MH partiellement. Propriété privée[9].
  • Église de l'Assomption-de-la-Vierge de Mazeirat (XIIe siècle). Inscrit MH. D'époque romane : abside semi-circulaire et arcature reposant sur des colonnettes[10]. Mazeiras est une ancienne commune rattachée à Tardes [11].
  • Saint-Jean la Bregère: hameau de la commune qui est une ancienne annexe de la commanderie de La Croix-au-Bost dont une partie des possessions avait été usurpée par le seigneur de La Vilatte. Cette annexe comprenait une chapelle et une métairie à l'époque des hospitaliers[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. « Notice n° PA23000003 », sur Base Mérimée, ministère de la culture
  10. « Notice n° PA00100212 », sur Base Mérimée, ministère de la culture
  11. Ordonance du roi N° 6215 du 27 mars 1836
  12. Louis-Augustin Vayssière, « L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem ou de Malte en Limousin et dans l’ancien diocèse de Limoges », Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze,‎ , p. 100, lire en ligne sur Gallica

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :