Architecture fasciste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'architecture fasciste est un style architectural italien rationaliste de la fin des années 1920 promut et pratiqué au début par le Gruppo 7.

Il existait deux branches identifiables, l'une, moderniste, dont Giuseppe Terragni était la figure la plus emblématique, et une autre plus conservatrice dans laquelle Marcello Piacentini et le groupe La Burbera étaient les plus actifs.

Historique[modifier | modifier le code]

Prémices[modifier | modifier le code]

Le modernisme architecturale italien des années 1920-1930 prend sa source à la fois dans le style néo-classique français utopiste de la fin du XVIIIe siècle, dans le mouvement futuriste (avec un précurseur comme Antonio Sant'Elia), et dans le courant Novecento qui s'affirme dès 1922 à Milan.

En 1926, se forme le Gruppo 7.

Architectes représentatifs[modifier | modifier le code]

Réalisations[modifier | modifier le code]

Branche moderniste :

Branche conservatrice :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Louise Cantelli, Architecture et cité fasciste : sur l'application de l'idée d'art fasciste à l'architecture et à la cité de l'Italie mussolinienne, 1922-1942, Université Paris 1, 1981, 334 p. (thèse de 3e cycle d'Histoire de l'art)
  • Ioana Iosa (dir.), L'architecture des régimes totalitaires face à la démocratisation, l'Harmattan, Paris, 2008, 139 p. (ISBN 978-2-296-05454-7)
  • Ettore Janulardo, L'image de la ville dans l'architecture, la peinture et la narration italiennes de l'entre-deux-guerres, Université de Nice-Sophia Antipolis, 2002, 2 vol., 762 p. (thèse de doctorat d'Histoire)

Sources[modifier | modifier le code]