Littérature finlandaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pukstaavi, musée de la littérature finlandaise à Vammala

La littérature finlandaise[1] est la littérature écrite en Finlande ou en finnois ou par des Finlandais (Finnois ou non) ou des diasporas finlandaises. Elle commence à se développer à partir du XVIe siècle et de la Réforme, avec la traduction en finnois des Saintes Écritures (la Bible chrétienne), puis s'épanouit à partir du XIXe siècle dans un climat d'éveil de la conscience nationale et d'intérêt renforcé du public pour les traditions et le folklore finlandais.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le finnois reste longtemps une langue seulement orale, familiale, communautaire, avec diverses variations dialectales. La langue des affaires de la Ligue hanséatique est le moyen bas allemand (12e-16e siècles). Et la langue de la religion, du culte, des offices, est le latin ecclésiastique des missionnaires de l'Église catholique (apostolique et romaine) qui ont mené l'évangélisation aux 11e-12e siècles, au nom de la Suède.

Le premier texte en finnois connu serait la Lettre d'écorce de bouleau n° 292 (en) (vers 1220), suivi des inscriptions Käymäjärvi (en). Le texte est transcrit en écriture cyrillique et relève d'un dialecte finlandais parlé dans la région d'Olonets, en Russie.

Les premiers textes écrits en Finlande l'ont été en suédois ou en latin au cours du Moyen Âge finlandais (vers 1200-1523). Le premier texte en finnois publié semble être un Notre Père en 1544. Il existe aussi, très minoritairement, des textes de cette époque en allemand et français.

XVIe siècle-XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

La littérature de langue finnoise s'est lentement développée à partir du XVIe siècle, après l'établissement du finnois écrit par l'évêque et réformateur luthérien finlandais Mikael Agricola (1510c-1557). Il a traduit le Nouveau Testament en finnois en 1548.

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIXe siècle et début XXe siècle[modifier | modifier le code]

Après l’annexion de la Finlande à l'Empire russe au début du XIXe siècle, la montée de l'éducation et du nationalisme a développé l'intérêt du public pour le folklore en Finlande et a entraîné une augmentation de l'activité littéraire en langue finnoise. La plupart des œuvres importantes de l'époque, écrites en suédois ou, de plus en plus souvent, en finnois, portaient sur l'acquisition ou le maintien d'une forte identité finlandaise. Des milliers de poèmes folkloriques ont été rassemblés dans le Suomen kansan vanhat runot ("Les anciens poèmes du peuple finlandais"). Le recueil de poèmes le plus célèbre est le Kalevala, publié en 1835. Le premier roman publié en finnois est Sept frères (1870) d'Aleksis Kivi (1834-1872).

Les plus grands auteurs de cette période sont :

Le Kalevala (1835) de Elias Lönnrot constitue une étape importante pour la littérature en finnois. Il s'agit d'une épopée mondialement connue, particulièrement importante pour l'identité nationale finlandaise.

Le Kanteletar (1840) est le recueil de poésies lyriques, par le même Elias Lönnrot.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Littérature contemporaine[modifier | modifier le code]

Le nombre d'auteurs est très important, mais leurs œuvres sont encore peu traduites. Avec Bo Carpelan (1926-2011), d'expression suédoise, lauréat du Prix européen de littérature en 2007, Arto Paasilinna est l'un des écrivains finlandais les plus connus en France.

Auteurs[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Institutions[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Janna Kantola, Gruau et lièvres spatiaux : la littérature finlandaise pour enfants et adolescents aujourd'hui, Ministère des Affaires étrangères, Helsinki, 2006, 15 p.
  • Gabriel Rebourcet (dir.), « Écrivains de Finlande » (Petri Tamminen, Olli Jalonen, Ranya Elramly, Johan Bargum, Jyrki Vainonen, Leena Krohn, Sari Vuoristo, Hannu Raittila, Kjell Westö), in La Nouvelle Revue française, no 569, 2004, 351 p.
  • Harri Veivo (dir.), « Littérature contemporaine de Finlande », Siècle 21, printemps-été 2013, no 22, p. 5-132
  • (en)George C. Schoolfield 1998: A History of Finland's Literature. 877 pages. University of Nebraska Press. (ISBN 9780803241893).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La littérature Finlandaise aujourd'hui : Un monde de voix - voicilaFINLANDE », sur voicilaFINLANDE, (consulté le 2 juin 2020).