Pièces de monnaie en franc suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Franc suisse.
Pièces suisses actuellement en circulation

Les pièces de monnaie de la Confédération suisse en circulation et ayant cours légal en Suisse depuis 1850, et au Liechtenstein dès 1924[1], sont libellées en francs suisses et en centimes.

Du fait de la stabilité politique et monétaire de la Confédération suisse, les motifs[Note 1] des pièces du franc suisse n'ont pas subi de grandes transformations depuis son introduction, hormis des changements d'alliages dus aux pénuries induites par les deux Guerres mondiales, ainsi que l'augmentation du prix des métaux entrant dans leur composition.

Ces pièces ont la particularité d'être neutres du point de vue des quatre langues nationales suisses. Tous les textes sont en latin, l'abréviation Fr. représente « Franc » en français et en romanche, « Franken » en allemand et « Franco » en italien. L'indication des centimes, se disant « Rappen » en allemand, a été abandonnée. Le code ISO 4217 est CHF, et représente également un compromis linguistique, CH signifiant « Confœderatio Helvetica » en latin et le F pour franc comme précédemment.

Actuellement, toutes les pièces sont exclusivement fabriquées par Swissmint à Berne ; la fabrication des flans est en revanche externalisée depuis 1968[2]. La quantité de pièces à frapper est décidée par le Département fédéral des finances d'entente avec la Banque nationale suisse[3].

Il existe aussi des billets de banque libellés en francs suisses.

Historique[modifier | modifier le code]

Avant l'État fédéral[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Monnaies cantonales suisses.
Pièce de 16 francs, république helvétique, 1800.

Avant la création de l'État fédéral en 1848, et à part durant la République helvétique (1798-1803), le droit de battre monnaie était aux mains des cantons, demi-cantons et certains évêchés. Les pièces étrangères représentaient plus de 80 % de la masse monétaire en circulation. Le nombre de différents types de monnaies utilisés sur le territoire suisse est estimé à 860, ce qui entraînait une grande complexité dans les échanges intercantonaux et internationaux[4].

Premières années du franc suisse[modifier | modifier le code]

Première série de pièces de la Confédération suisse.

La naissance du franc suisse peut être fixée au 7 mai 1850, date de la loi fédérale établissant les détails de sa frappe[5]. Pour des raisons pratiques et après maintes discussions, celui-ci fut créé à parité avec le franc français (franc germinal)[6]. Le taux de change officiel avec les pièces cantonales du concordat était d'un nouveau franc suisse pour 7 batz anciens[7].

Les premières monnaies furent frappées à Paris, Bruxelles et Strasbourg, le temps que l'ancien atelier monétaire cantonal bernois, devenu le seul atelier monétaire suisse, puisse commencer son travail[5].

Les premières frappes de 1850 et 1851 ne suffirent pas à couvrir les besoins monétaires courants et le Conseil fédéral dut se résoudre en 1852 à autoriser la circulation sur le territoire suisse des pièces de monnaies françaises, belges et des États italiens[8]. Les premières pièces produites par l'atelier de Berne en sortent en 1857.

Entre 1856 et 1864, la valeur relative de l'argent par rapport à l'or ayant substantiellement augmenté à la suite de la découverte de nouveaux gisements d'or, la Suisse frappa ses pièces d'un et deux francs dans un alliage d'argent qui passa de 900 ‰ à 800 ‰, et n'émit pas de pièces de ½ franc[6].

La parité avec le franc français permettait logiquement à la Suisse de rejoindre l'Union monétaire latine en 1865, ce qui autorisa l'utilisation comme moyen de paiement légal des pièces d'or et d'argent de Suisse, de France, d'Italie, de Belgique et de Grèce dès 1868, indifféremment dans tous ces pays. La frappe de monnaie dans l'union était limitée à six francs par habitant. Le taux d'argent fut harmonisé dans ces pays à 835 ‰, sauf les pièces de cinq francs qui restèrent à 900 ‰. Les pièces en d'autres métaux que l'or et l'argent n'étaient pas concernées.

La pièce de deux francs de 1874 est la pièce suisse la plus ancienne dont le type est toujours frappé et qui pourrait donc circuler encore officieusement.

Aucune pièce suisse en argent ne fut produite entre 1863 et 1873, la quantité des autres pièces en argent, étrangères pour la plupart, suffisaient alors à l'usage courant. Cela changea avec la guerre franco-prussienne de 1870 qui provoqua de graves pénuries de numéraire. La production de pièces suisses selon les normes de l'union ne démarra donc qu'en 1874. Durant cette période de transition, les dollars américains, les souverains anglais et les guldens autrichiens furent acceptés comme moyen de payement durant quelque temps[6].

Les valeurs intrinsèques des pièces en or étaient très proches de leurs valeurs nominales et revenaient donc cher à frapper. La Suisse profita de cet état de fait en ne mettant sur le marché que des pièces en argent, tout en profitant des pièces étrangères en or. Ce n'est qu'en 1883, sur injonction de la France, que les premières pièces en or furent frappées en Suisse[5].

Les pièces produites en 1896, à part celles de vingt centimes et vingt francs, ne l'ont été qu'à quelques dizaines d'exemplaires à l'occasion de l'exposition nationale suisse à Genève en 1896[9] et n'ont jamais été mises en circulation. Ces pièces sont extrêmement rares[10].

La Première Guerre mondiale provoque la fin graduelle de l'union monétaire latine et dès le 1er janvier 1927, seul le franc suisse est autorisé dans les paiements en Suisse[6].

Évolution des pièces de monnaies de la Confédération suisse[modifier | modifier le code]

La pièce de dix centimes de 1879 est la pièce suisse la plus ancienne officiellement en circulation.

Les pièces de monnaie suisses se caractérisent d'abord par leur longévité. Préservée des ravages provoqués par les conflits, la Confédération suisse n'a pas connu de bouleversements politiques majeurs au cours de son histoire.

À l'exception de la pièce de cinq francs, tous les revers des pièces actuellement en circulation datent de l'introduction du franc suisse en 1850, et l'avers (côté « face ») a été modifié pour la dernière fois, selon les pièces, entre 1874 et 1881.

Les deux guerres mondiales ont provoqué des pénuries de métaux stratégiques, ce qui a amené l'abandon temporaire de certains alliages. Ainsi, en 1918 et en 1919, l'alliage des pièces de cinq et dix centimes a dû être remplacé par du laiton[11], et entre 1942 et 1946, les pièces de un et deux centimes ont dû être frappées en zinc[12].

Les pièces en or furent de facto mises hors cours le 26 septembre 1936, date de la dévaluation du franc suisse. La valeur métal étant plus élevée que la valeur faciale, ces pièces furent rapidement thésaurisées[13].

L'inflation et l'augmentation du cours des métaux eurent également un effet sur les alliages[5]. Les pièces de un et deux centimes furent démonétisées respectivement en 2007 et 1978, leur utilisation dans les paiements courants étant devenue marginale[14]. Les pièces en argent commencèrent à disparaître de la circulation dès 1967, du fait de la forte augmentation du prix de ce métal : il devenait plus profitable de fondre ces pièces pour en revendre le métal[5]. Dès 1968, elles furent frappées en cupronickel, mais des pièces de cinq francs en argent ont toutefois été produites en 1969[5].

Pièces en circulation[modifier | modifier le code]

Actuellement, la monnaie suisse de circulation courante se compose de sept pièces[15]. La pièce de ½ franc est, pour des raisons historiques, plus petite que la pièce de vingt centimes[Note 2].

5 francs
CH CHF5.png
Pièce de cinq francs de 1995
Avers : berger, avec l'inscription « CONFOEDERATIO HELVETICA », Confédération suisse en latin Revers : valeur sur un bouclier suisse avec des edelweiss et diverses fleurs des Alpes, et millésime en dessous
Masse
13,2 g
Alliage
Cupronickel (Cu 75 % – Ni 25 %)
Diamètre
31,45 mm
Épaisseur
2,35 mm
Artiste(s)
Paul Burkhard
Tranche
« DOMINUS PROVIDEBIT » (Le Seigneur y pourvoira en latin) avec 13 étoiles en relief[Note 3]
Millésimes
1968, 1970 – 1984 ; 1994 – Aujourd'hui
Synonymes
appelée parfois « cent sous », « une tune »[16] ou une thune[17] ou "schnegg" (escargot) en Suisse Allemande.

Remarques – La personne représentée est un berger, et non pas Guillaume Tell[18],[19]. Les pièces frappées de 1985 à 1993, avec la tranche en creux sont hors cours[20]. À partir de 1982, les deux faces sont frappées dans le même sens[15].
2 francs
CH CHF2.png
Pièce de deux francs de 1995
Avers : personnification d'Helvetia debout tenant une lance et un bouclier, légende « HELVETIA » en dessous Revers : valeur et millésime dans couronne de fleur de chêne sur la gauche et diverses fleurs des Alpes sur la droite
Masse
8,8 g
Alliage
Cupronickel (Cu 75 % – Ni 25 %)
Diamètre
27,4 mm
Épaisseur
2,15 mm
Artiste(s)
A. Walch, Antoine Bovy
Tranche
Cannelée
Millésimes
1968 – Aujourd'hui
Synonyme
le terme « franc » peut être surnommé « deux balles »[21]

Remarques – À partir de 1982, les deux faces sont frappées dans le même sens[15]. Il y a 23 étoiles à la place de 22 dans l'avers dès 1983, à la suite de la création du canton du Jura[15].
1 franc
CH CHF1.png
Pièce d'un franc de 1995
Avers : personnification d'Helvetia debout tenant une lance et un bouclier, légende « HELVETIA » en dessous Revers : valeur et millésime dans couronne de fleur de chêne sur la gauche et diverses fleurs des Alpes sur la droite
Masse
4,4 g
Alliage
Cupronickel (Cu 75 % – Ni 25 %)
Diamètre
23,2 mm
Épaisseur
1,55 mm
Artiste(s)
A. Walch, Antoine Bovy
Tranche
Cannelée
Millésimes
1968 – Aujourd'hui
Synonyme
le terme « franc » peut être surnommé « un balle »[21]

Remarques – À partir de 1982, les deux faces sont frappées dans le même sens[15]. Il y a 23 étoiles à la place de 22 dans l'avers dès 1983, à la suite de la création du canton du Jura[15].
½ franc
CH CHF0.5.png
Pièce de ½ franc de 1995
Avers : personnification d'Helvetia debout tenant une lance et un bouclier, légende « HELVETIA » en dessous Revers : valeur et millésime dans couronne de fleur de chêne sur la gauche et diverses fleurs des Alpes sur la droite
Masse
2,2 g
Alliage
Cupronickel (Cu 75 % – Ni 25 %)
Diamètre
18,2 mm
Épaisseur
1,25 mm
Artiste(s)
A. Walch, Antoine Bovy
Tranche
Cannelée
Millésimes
1968 – Aujourd'hui
Synonyme
toujours appelée « 50 centimes »[16]

Remarques – À partir de 1982, les deux faces sont frappées dans le même sens[15]. Il y a 23 étoiles à la place de 22 dans l'avers dès 1983, à la suite de la création du canton du Jura[15].
20 centimes
CH CHF0.2.png
Pièce de vingt centimes de 1995
Avers : Buste allégorique de la liberté (Libertas) vue de profil portant un diadème avec l'inscription « Libertas » (liberté), légende « CONFŒDERATIO HELVETICA »[22],[23]. Revers : valeur dans une couronne de fleurs des Alpes
Masse
4 g
Alliage
Cupronickel (Cu 75 % – Ni 25 %)
Diamètre
21,05 mm
Épaisseur
1,65 mm
Artiste(s)
Karl Schwenzer, Karl Friedrich Voigt (revers)
Tranche
Lisse
Millésimes
1939 – Aujourd'hui
Synonyme
parfois appelée « quatre sous »[16]
10 centimes
CH CHF0.1.png
Pièce de dix centimes de 1995
Avers : buste allégorique de la liberté (Libertas) vue de profil portant un diadème avec l'inscription « Libertas » (liberté), légende « CONFŒDERATIO HELVETICA »[22],[23] Revers : valeur dans une couronne de feuilles de chêne
Masse
3 g
Alliage
Cupronickel (Cu 75 % – Ni 25 %)
Diamètre
19,15 mm
Épaisseur
1,45 mm
Artiste(s)
Karl Schwenzer, Karl Friedrich Voigt (revers)
Tranche
Lisse
Millésimes
1879 – 1915, 1919 – 1931, 1940 – Aujourd'hui
Synonyme
parfois appelée « batz » en Suisse alémanique.

Remarques – Même alliage depuis 1879, sauf entre 1932 et 1939 (nickel pur) et 1918 – partiellement 1919 (laiton).
5 centimes
CH CHF0.05.png
Pièce de cinq centimes de 1995
Avers : buste allégorique de la liberté (Libertas) vue de profil portant un diadème avec l'inscription « Libertas » (liberté), légende « CONFŒDERATIO HELVETICA »[22],[23] Revers : valeur dans une couronne de feuilles de vigne et de raisins
Masse
1,8 g
Alliage
Bronze d'aluminium (Cu 92 % – Al 6 % – Ni 2 %)[Note 4]
Diamètre
17,15 mm
Épaisseur
1,25 mm
Artiste(s)
Karl Schwenzer, Karl Friedrich Voigt (revers)
Tranche
Lisse
Millésimes
1981 – Aujourd'hui
Synonyme
« un sou »[Note 5]

Remarques – C'est la seule pièce de couleur or actuellement[Note 4]. Le coût de production des pièces de cinq centimes dépasse la valeur nominale de la pièce, et revenait à 6 centimes par pièce en 2005[14].

Pièces retirées de la circulation[modifier | modifier le code]

Pièces en or[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vreneli.

Les pièces en or ont des valeurs faciales de 10, 20 ou 100 francs.

Les pièces de vingt francs à partir de 1897 sont souvent surnommées « Vreneli ». En principe, ce terme est réservé à cette dernière. La pièce de 10 francs est dénommée « Demi-Vreneli »[24]. Les pièces de vingt francs, suisses et étrangères, sont également surnommées « Marengos » dans les régions italophones, en référence à la légende sur les premières pièces italiennes de ce type, et qui était « L’ITALIE DÉLIVRÉE À MARENGO »[25].


100 francs
100 CHF 1925 681736.png
Pièce de 100 francs de 1925
Avers : Vreneli Revers : croix suisse rayonnante au-dessus d'une branche de rhododendrons et de gentianes
Masse
32,258 g
Alliage
Au 900 (Au 90 % – Cu 10 %)
Diamètre
35 mm
Épaisseur
2,2 mm
Artiste(s)
Fritz Landry
Tranche
« DOMINUS PROVIDEBIT » (Dieu y pourvoira en latin) avec 13 étoiles en relief.
Millésimes
1925
Masse d'or fin
29,0322 g

Remarques – seulement 5 000 pièces ont été frappées, en 1925.
20 francs, type Helvetia
20 Fr 1883 en Or SwissMint.png
Pièce de 20 francs de 1883
Avers : personnification de Libertas, légende CONFŒDERATIO HELVETICA Revers : écusson suisse entouré d'une couronne de feuilles
Masse
6,452 g
Alliage
Au 900 (Au 90 % – Cu 10 %)
Diamètre
21 mm
Épaisseur
1,25 mm
Artiste(s)
Albert Walch, Christian Bühler et Karl Schwenzer
Tranche
22 étoiles
Millésimes
1883 – 1896
Masse d'or fin
5,8068 g

Remarques – 25 pièces de 1893 et 19 pièces de 1895 ont été frappées en or venant de la mine de Gondo. Ces frappes se différencient des frappes régulières par une couleur plus claire et un poinçon au milieu de l'écusson suisse. Swissmint nomme aussi ce type « tête de Libertas », mais la dénomination courante est effectivement « Type Helvetia », bien que la personnification représentée soit la liberté[25].
20 francs, type Vreneli
20 CHF Vreneli 1897.png
Pièce de 20 francs de 1897
Avers : Vreneli Revers : armoiries suisses (de gueules à la croix alésée d'argent) sur une branche de chêne avec la valeur faciale de part et d'autre de l'écu
Masse
6,452 g
Alliage
Au 900 (Au 90 % – Cu 10 %)
Diamètre
21 mm
Épaisseur
1,25 mm
Artiste(s)
Fritz Landry
Tranche
22 étoiles
Millésimes
1897 – 1949
Masse d'or fin
5,8068 g

Remarques – Afin de réduire ses stocks d'or et pour couvrir la demande en pièces d'or, la BNS fit effectuer des refrappes de ces pièces, en introduisant toutefois des éléments permettant de les différencier des frappes originales. Une première série portant le millésime 1935L, L signifiant « Lingot », eut lieu entre 1945 et 1947. Une deuxièmement série de refrappe fut effectuée avec les millésimes 1947 et 1949 et l'inscription sur la tranche « AD LEGEM ANNI MCMXXXI » (selon la loi de 1931 en latin). Jusqu'au début 1947, ces pièces furent frappées exclusivement avec de l'or venant des réserves de la BNS en sa possession avant le début de la Seconde Guerre mondiale[25].
10 francs
10 CHF Vreneli 1911.png
Pièce de 10 francs de 1911
Avers : Vreneli Revers : croix suisse rayonnante au-dessus d'une branche de rhododendrons et de gentianes
Masse
3,226 g
Alliage
Au 900 (Au 90 % – Cu 10 %)
Diamètre
19 mm
Épaisseur
0,9 mm
Artiste(s)
Fritz Landry
Tranche
« DOMINUS PROVIDEBIT » (Dieu y pourvoira en latin) avec 13 étoiles en relief.
Millésimes
1911 – 1922
Masse d'or fin
2,9034 g

Pièces en argent[modifier | modifier le code]

5 francs argent, type Helvetia assise
5fr1874.png
Pièce de cinq francs de 1874, type Helvetia assise
Avers : personnification d'Helvetia assise tendant un bras, légende HELVETIA. Revers : valeur et millésime dans couronne de fleur de chêne sur la gauche et diverses fleurs des Alpes sur la droite.
Masse
25 g
Alliage
Ag 900 (Ag 90 % – Cu 10 %)
Diamètre
37 mm
Épaisseur
2,35 mm
Artiste(s)
A. Walch, Antoine Bovy
Tranche
cannelée
Millésimes
1850 – 1874
Date de la mise hors cours
1er février 1934

Remarques – la pièce française de taille et de poids égal était communément appelée « écu ».
5 francs argent, type tête de femme
5chf1889.png
Pièce de cinq francs de 1889, type tête de femme
Avers : personnification d'Helvetia assise tendant un bras, légende HELVETIA. Revers : écusson suisse entouré d'une couronne de feuilles.
Masse
25 g
Alliage
Ag 900 (Ag 90 % – Cu 10 %)
Diamètre
37 mm
Épaisseur
2,35 mm
Artiste(s)
Karl Schwenger
Tranche
« DOMINUS PROVIDEBIT » (Dieu y pourvoira en latin) avec 13 étoiles en relief.
Millésimes
1888 – 1916
Date de la mise hors cours
1er février 1934

Remarques – la pièce française de taille et de poids égal était communément appelée « écu ».
5 francs argent, type Burkhard
5fr 1923.png
Pièce de cinq francs de 1923, type Burkhard
Avers : berger, avec l'inscription « CONFOEDERATIO HELVETICA », Confédération suisse en latin Revers : valeur au-dessus d'un bouclier suisse avec des edelweiss et diverses fleurs des Alpes, et millésime en dessous
Masse
25 g
Alliage
Ag 900 (Ag 90 % – Cu 10 %)
Diamètre
37 mm
Épaisseur
2,35 mm
Artiste(s)
Paul Burkhard
Tranche
« DOMINUS PROVIDEBIT » (Dieu y pourvoira en latin) avec 13 étoiles en relief.
Millésimes
1922 – 1928
Date de la mise hors cours
1er février 1934

Remarques – la pièce française de taille et de poids égal était communément appelée « écu ». Dès 1924, la désignation de la valeur 5 FR. est en majuscule et le relief est plus prononcé[10].
5 francs argent, type Burkhard (taille réduite)
5fr1939.png
Pièce de cinq francs de 1939, type Burkhard taille réduite
Avers : berger, avec l'inscription « CONFOEDERATIO HELVETICA », Confédération suisse en latin Revers : valeur au-dessus d'un bouclier suisse avec des edelweiss et diverses fleurs des Alpes, et millésime en dessous
Masse
15 g
Alliage
Ag 835 (Ag 83,5 % – Cu 16,5 %)
Diamètre
31,45 mm
Épaisseur
2,35 mm
Artiste(s)
Paul Burkhard
Tranche
« DOMINUS PROVIDEBIT » (Dieu y pourvoira en latin) avec 13 étoiles en relief.
Millésimes
1931 – 1967 et 1969
Date de la mise hors cours
1er avril 1971

Remarques – L'union monétaire latine, qui fixait les caractéristiques de la précédente pièce, étant dissoute depuis 1927, la réduction de taille pût être décidée dans la loi monétaire de 1931[26].
2 francs argent, type Helvetia assise
Switzerland2fr1860.png
Pièce de deux francs de 1860, type Helvetia assise
Avers : personnification d'Helvetia assise tendant un bras, légende « HELVETIA » Revers : valeur et millésime dans couronne de fleur de chêne sur la gauche et diverses fleurs des Alpes sur la droite
Masse
10 g
Alliage
Ag 90 % – Cu 10 % (1850 – 1857)
Ag 80 % – Cu 20 % (1860 et 1863)
Diamètre
27,4 mm
Épaisseur
2,15 mm
Artiste(s)
A. Walch, Antoine Bovy
Tranche
cannelée
Millésimes
1850 – 1863
Dates des mises hors cours
1850 – 1857 : 1er janvier 1869
1860 – 1863 : 1er janvier 1878
2 francs argent, type Helvetia debout
2 Francs 1955 Ag 835.png
Pièce de deux francs de 1955 en argent
Avers : personnification d'Helvetia debout tenant une lance et un bouclier, légende « HELVETIA » en dessous Revers : valeur et millésime dans couronne de fleur de chêne sur la gauche et diverses fleurs des Alpes sur la droite
Masse
10 g
Alliage
Ag 835 (Ag 83,5 % – Cu 16,5 %)
Diamètre
27,4 mm
Épaisseur
2,15 mm
Artiste(s)
A. Walch, Antoine Bovy
Tranche
cannelée
Millésimes
1874 – 1967
Date de la mise hors cours
1er avril 1971
1 franc argent, type Helvetia assise
Switzerland1fr1861.png
Pièce d'un franc de 1861, type Helvetia assise
Avers : personnification d'Helvetia assise tendant un bras, légende « HELVETIA » Revers : valeur et millésime dans couronne de fleur de chêne sur la gauche et diverses fleurs des Alpes sur la droite
Masse
5 g
Alliage
Ag 90 % – Cu 10 % (1850 – 1857)
Ag 80 % – Cu 20 % (1860 et 1861)
Diamètre
23,2 mm
Épaisseur
1,55 mm
Artiste(s)
A. Walch, Antoine Bovy
Tranche
cannelée
Millésimes
1850 – 1861
Dates des mises hors cours
1850 – 1857 : 1er janvier 1869
1860 – 1861 : 1er janvier 1878
1 franc argent, type Helvetia debout
1 Franc 1967 Ag 835.png
Pièce d'un franc de 1967 en argent
Avers : personnification d'Helvetia debout tenant une lance et un bouclier, légende « HELVETIA » en dessous Revers : valeur et millésime dans couronne de fleur de chêne sur la gauche et diverses fleurs des Alpes sur la droite
Masse
5 g
Alliage
Ag 835 (Ag 83,5 % – Cu 16,5 %)
Diamètre
23,2 mm
Épaisseur
1,55 mm
Artiste(s)
A. Walch, Antoine Bovy
Tranche
cannelée
Millésimes
1875 – 1967
Date de la mise hors cours
1er avril 1971
½ franc argent, type Helvetia assise
50Cts1850.png
½ franc argent 1850, type Helvetia assise
Avers : personnification d'Helvetia assise tendant un bras, légende « HELVETIA » Revers : valeur et millésime dans couronne de fleur de chêne sur la gauche et diverses fleurs des Alpes sur la droite
Masse
2,5 g
Alliage
Ag 90 % – Cu 10 %
Diamètre
18,2 mm
Épaisseur
1,25 mm
Artiste(s)
A. Walch, Antoine Bovy
Tranche
cannelée
Millésimes
1850 et 1851
Date de la mise hors cours
1er janvier 1869
½ franc argent, type Helvetia debout
50 Cent 1959 Ag 835.png
Pièce de ½ franc de 1959 en argent
Avers : personnification d'Helvetia debout tenant une lance et un bouclier, légende « HELVETIA » en dessous Revers : valeur et millésime dans couronne de fleur de chêne sur la gauche et diverses fleurs des Alpes sur la droite
Masse
2,5 g
Alliage
Ag 835 (Ag 83,5 % – Cu 16,5 %)
Diamètre
18,2 mm
Épaisseur
1,25 mm
Artiste(s)
A. Walch, Antoine Bovy
Tranche
cannelée
Millésimes
1875 – 1967
Date de la mise hors cours
1er avril 1971

Pièces en billon[modifier | modifier le code]

Les premières pièces de cinq, dix et vingt centimes étaient faites en billon, un alliage d'argent, de cuivre, de zinc et de nickel[20]. L'alliage et l'avers ont été modifiés en 1879 pour les pièces de cinq et dix centimes et en 1881 pour les pièces de vingt centimes.

20 centimes billon
Switzerland 20 cts 1859.png
Pièce de vingt centimes de 1859 en billon
Avers : écusson suisse sur deux bouquets de fleurs des Alpes, avec l'inscription « HELVETIA » en haut de la pièce Revers : valeur dans une couronne de fleurs des Alpes
Masse
3,25 g
Alliage
1850/1851 : Ag 15 % – Cu 50 % – Zn 25 % – Ni 10 %
1858 : Ag 15 % – Cu 75 % – Zn 5 % – Ni 5 %
1859 : Ag 15 % – Cu 65 % – Zn 10 % – Ni 10 %[9]
Diamètre
21,05 mm
Épaisseur
1,65 mm
Artiste(s)
Karl Friedrich Voigt
Tranche
Lisse
Millésimes
1850 – 1859
Date de la mise hors cours
30 juin 1886

Remarques – il s'agit du type de pièces que le célèbre faux-monnayeur Joseph-Samuel Farinet a contrefait.
10 centimes billon
Switzerland10cts1850BB.png
Pièce de dix centimes de 1850 en billon
Avers : écusson suisse sur deux branches de chêne, avec l'inscription « HELVETIA » en haut de la pièce Revers : valeur dans une couronne de feuilles de chêne
Masse
2,5 g
Alliage
1850/1851 : Ag 10 % – Cu 55 % – Zn 25 % – Ni 10 %
1871-1873 : Ag 5 % – Cu 80 % – Zn 5 % – Ni 5 %
1875 - 1876 : Ag 10 % – Cu 65 % – Zn 15 % – Ni 10 %[9]
Diamètre
19,15 mm
Épaisseur
1,45 mm
Artiste(s)
Karl Friedrich Voigt
Tranche
Lisse
Millésimes
1850 – 1876
Date de la mise hors cours
30 juin 1886
5 centimes billon
5cts 1874.png
Pièce de cinq centimes de 1874 en billon
Avers : écusson suisse sur deux gerbes de blé, avec l'inscription « HELVETIA » en haut de la pièce Revers : valeur dans une couronne de feuilles de vigne et de raisins
Masse
1,67 g
Alliage
1850/1851 : Ag 5 % – Cu 60 % – Zn 25 % – Ni 10 %
1872/1873 : Ag 5 % – Cu 85 % – Zn 5 % – Ni 5 %
1874 - 1877 : Ag 5 % – Cu 65 % – Zn 20 % – Ni 10 %[9]
Diamètre
17,15 mm
Épaisseur
1,25 mm
Artiste(s)
Karl Friedrich Voigt
Tranche
Lisse
Millésimes
1850 – 1877
Date de la mise hors cours
30 juin 1886

Pièces en nickel pur[modifier | modifier le code]

Les pièces en nickel pur sont facilement attirées par un aimant.

L'alliage en billon utilisé pour les précédentes pièces étant extrêmement dur, il était ainsi assez facile de créer un moule pour fausses-monnaies en pressant une pièce originale dans une barre d'acier chauffée à rouge[27]. Pour cette raison, la production de pièces de vingt centimes fut stoppée durant plus de vingt ans[27]. En 1881, une nouvelle pièce de vingt centimes en nickel pur fut introduite[27]. À la suite des expériences positives avec ce métal (dureté, résistance chimique importante, résistance à l'utilisation, facilité de frappe, difficulté à falsifier, facilité du contrôle d'authenticité, le nickel pur étant ferromagnétique), il a été décidé lors de l'introduction de la nouvelle loi monétaire de 1931 d'étendre les frappes en nickel pur aux pièces de cinq et dix centimes dès 1932[27], bien que quelques pièces en nickel pur furent produites avec le millésime 1931[28]. Cependant, du fait de l'intérêt stratégique de ce métal, les pièces de cinq, dix et vingt centimes sont de nouveau frappées en cupronickel dès 1939 pour les pièces de vingt centimes et dès 1940 pour les pièces de cinq et dix centimes[27]. Des pièces de cinq centimes en nickel pur ont toutefois été produites en 1941.

Ces pièces étant de plus en plus refusées par les automates de dernière génération, elles ont été mises hors cours dès 2004 pour les pièces de dix et vingt centimes[20].

Les pièces de cinq centimes en nickel pur ont été mises hors cours avec les autres pièces en cupronickel de couleur blanche en 1984, la couleur de l'alliage ayant changé en 1981, devenant jaune au lieu d'être blanche[20].

Malgré la mise hors cours des pièces en nickel pur, il est encore possible d'en trouver occasionnellement en circulation[Note 6]. Mais ces pièces sont différentiables des pièces actuelles du fait de leur ferromagnétisme : le nickel pur est facilement attiré par un aimant.

20 centimes nickel pur
20ct1909.png
Pièce de vingt centimes en nickel pur de 1909
Avers : Buste allégorique de la liberté (Libertas) vue de profil portant un diadème avec l'inscription « Libertas » (liberté), légende « CONFŒDERATIO HELVETICA »[22],[23] Revers : valeur dans une couronne de fleurs des Alpes
Masse
4 g
Alliage
Nickel pur
Diamètre
21,05 mm
Épaisseur
1,65 mm
Artiste(s)
Karl Schwenzer, Karl Friedrich Voigt (revers)
Tranche
Lisse
Millésimes
1881 – 1938
Date de la mise hors cours
1er janvier 2004

Remarques – il s'agit de la première série de pièce de monnaie en nickel pur du monde[29].
10 centimes nickel pur
10ct1932.png
Pièce de dix centimes en nickel pur 1932
Avers : buste allégorique de la liberté (Libertas) vue de profil portant un diadème avec l'inscription « Libertas » (liberté), légende « CONFŒDERATIO HELVETICA »[22],[23] Revers : valeur dans une couronne de feuilles de chêne
Masse
3 g
Alliage
Nickel pur
Diamètre
19,15 mm
Épaisseur
1,45 mm
Artiste(s)
Karl Schwenzer, Karl Friedrich Voigt (revers)
Tranche
Lisse
Millésimes
1932 – 1939
Date de la mise hors cours
1er janvier 2004
5 centimes nickel pur
5ct1939.png
Pièce de cinq centimes en nickel pur de 1939
Avers : buste allégorique de la liberté (Libertas) vue de profil portant un diadème avec l'inscription « Libertas » (liberté), légende « CONFŒDERATIO HELVETICA »[22],[23] Revers : valeur dans une couronne de feuilles de vigne et de raisins
Masse
2 g
Alliage
Nickel pur
Diamètre
17,15 mm
Épaisseur
1,25 mm
Artiste(s)
Karl Schwenzer, Karl Friedrich Voigt (revers)
Tranche
Lisse
Millésimes
1932 – 1939 et 1941
Date de la mise hors cours
1er janvier 1984

Pièces en laiton[modifier | modifier le code]

Du fait de la pénurie de nickel due à la Première Guerre mondiale, l'alliage cupronickel normal a dû être temporairement abandonné au profit du laiton. Pour les mêmes raisons, la pièce de dix centimes n'a pas été frappée en 1916 et 1917[11]. Ces pièces ont exactement les mêmes dimensions et motifs que les pièces actuelles, et, dans le cas de la cinq centimes, une couleur similaire.

10 centimes
Switzerland 10 cts 1918.png
Pièce de dix centimes en laiton de 1918
Avers : buste allégorique de la liberté (Libertas) vue de profil portant un diadème avec l'inscription « Libertas » (liberté), légende « CONFŒDERATIO HELVETICA »[22],[23] Revers : valeur dans une couronne de feuilles de chêne
Masse
3 g
Alliage
laiton (Cu 60 % – Zn 40 %)[20]
Diamètre
19,15 mm
Épaisseur
1,45 mm
Artiste(s)
Karl Schwenzer, Karl Friedrich Voigt (revers)
Tranche
Lisse
Millésimes
1918 et 1919
Date de la mise hors cours
1er janvier 1924

Remarques – il semblerait, du fait de sa rareté auprès des collectionneurs, que la totalité de la production des pièces de 1919 en laiton (3 millions) n'ait pas été mise en circulation[11].
5 centimes
5cts1918.png
Pièce de cinq centimes en laiton de 1918
Avers : buste allégorique de la liberté (Libertas) vue de profil portant un diadème avec l'inscription « Libertas » (liberté), légende « CONFŒDERATIO HELVETICA »[22],[23] Revers : valeur dans une couronne de feuilles de vigne et de raisins
Masse
2 g
Alliage
laiton (Cu 60 % – Zn 40 %)[20]
Diamètre
17,15 mm
Épaisseur
1,25 mm
Artiste(s)
Karl Schwenzer, Karl Friedrich Voigt (revers)
Tranche
Lisse
Millésimes
1918
Date de la mise hors cours
1er janvier 1924

Pièces en cupronickel[modifier | modifier le code]

5 francs, écriture sur la tranche en creux
5 Fr 1985 Tranche en creux.png
Pièce de cinq francs de 1985 avec l'écriture sur la tranche en creux
Avers : berger, avec l'inscription « CONFOEDERATIO HELVETICA », Confédération suisse en latin Revers : valeur sur un bouclier suisse avec des edelweiss et diverses fleurs des Alpes, et millésime en dessous
Masse
13,2 g
Alliage
Cupronickel (Cu 75 % – Ni 25 %)
Diamètre
31,45 mm
Épaisseur
2,35 mm
Artiste(s)
Paul Burkhard
Tranche
« DOMINUS PROVIDEBIT » (Dieu y pourvoira en latin) avec 13 étoiles en creux.
Millésimes
1985 – 1993
Date de la mise hors cours
1er janvier 2004

Remarques – du fait d'un grand nombre de falsifications, il a été renoncé à la frappe régulière pour les années 1991 et 1993. Seuls subsistent les pièces des séries annuelles pour ces deux millésimes.
5 centimes cupronickel
5ct1977.png
Pièce de cinq centimes en cupronickel de 1977
Avers : buste allégorique de la liberté (Libertas) vue de profil portant un diadème avec l'inscription « Libertas » (liberté), légende « CONFŒDERATIO HELVETICA »[22],[23] Revers : valeur dans une couronne de feuilles de vigne et de raisins
Masse
2 g
Alliage
Cupronickel (Cu 75 % – Ni 25 %)
Diamètre
17,15 mm
Épaisseur
1,25 mm
Artiste(s)
Karl Schwenzer, Karl Friedrich Voigt (revers)
Tranche
Lisse
Millésimes
1879 – 1917, 1919 – 1931, 1940 et 1942 – 1980
Date de la mise hors cours
1er janvier 1984

Remarques – l'alliage a changé car il y avait un risque de confusion avec la pièce de ½ franc, et également pour baisser les coûts de production (de 3,6 à 2,94 centimes), mais comme le cours du cuivre a augmenté, le prix de production des pièces actuelle dépasse de 20 % la valeur nominale[14].

Pièces en bronze[modifier | modifier le code]

Pièces de type Jean-Jacques Barre[modifier | modifier le code]

1 centime, type Jean-Jacques Barre
1cts1937.png
Pièce d'un centime de 1937, type J.J.Barre
Avers : écusson suisse sur une branche de laurier et une autre de chêne, légende « HELVETIA » en haut de la pièce Revers : valeur entourée d'une couronne de lauriers
Masse
1,5 g
Alliage
bronze (Cu 95 % – Sn 4 % – Zn 1 %)[20]
Diamètre
16 mm
Épaisseur
1,1 mm[30]
Artiste(s)
Jean-Jacques Barre
Tranche
Lisse
Millésimes
1850 – 1941
Date de la mise hors cours
1er février 1952
2 centime, type Jean-Jacques Barre
2cts1918.png
Pièce de deux centimes de 1918, type J.J.Barre.
Avers : écusson suisse sur une branche de laurier et une autre de chêne, légende « HELVETIA » en haut de la pièce Revers : valeur entourée d'une couronne de lauriers
Masse
2,5 g
Alliage
bronze (Cu 95 % – Sn 4 % – Zn 1 %)[20]
Diamètre
20 mm
Épaisseur
1,4 mm[30]
Artiste(s)
Jean-Jacques Barre
Tranche
Lisse
Millésimes
1850 – 1941
Date de la mise hors cours
1er février 1952

Pièces de type Tannheimer[modifier | modifier le code]

La monnaie fédérale (actuellement Swissmint) a mis au concours en novembre 1947 un nouveau motif pour les pièces de un et deux centimes. L'artiste saint-gallois Josef Tannheimer a remporté le prix[31].

1 centime, type Tannheimer
1 Ct 1995 SwissMint.png
Pièce d'un centime de 1995, type Tannheimer
Avers : croix suisse, légende HELVETIA Revers : un « 1 » représenté avec un épi de blé.
Masse
1,5 g
Alliage
bronze (Cu 95 % – Sn 4 % – Zn 1 %)[20]
Diamètre
16 mm
Épaisseur
1,1 mm[30]
Artiste(s)
Josef Tannheimer
Tranche
Lisse
Millésimes
1948 – 2006
Date de la mise hors cours
1er janvier 2007

Remarques – Remarques : du fait de son utilisation devenue très marginale dans les payements courants et de son coût de production élevé (12 centimes), cette pièce a été mise hors cours dès le 1er janvier 2007[14]. Une frappe normale des pièces de 1 centime de 2006, du fait des stocks encore importants des années précédentes, n'a pas eu lieu[32], et seules 30 000 pièces ont été frappées pour les « séries annuelles ».
2 centimes, type Tannheimer
2cts1968.png
Pièce de deux centime de 1968, type Tannheimer
Avers : croix suisse, légende HELVETIA Revers : un « 2 » représenté avec un épi de blé.
Masse
2,5 g
Alliage
bronze (Cu 95 % – Sn 4 % – Zn 1 %)[20]
Diamètre
20 mm
Épaisseur
1,4 mm[30]
Artiste(s)
Josef Tannheimer
Tranche
Lisse
Millésimes
1948 – 1974
Date de la mise hors cours
1er janvier 1978

Pièces en zinc[modifier | modifier le code]

À la suite de la pénurie de cuivre provoquée par la Seconde Guerre mondiale, l'alliage des pièces de un et deux centimes composé à 95 % de ce métal a dû être temporairement abandonné au profit du zinc. Dans le même contexte, les pièces en bronze des années précédentes ont été également recyclées pour le métal, ce qui explique le chiffre important de pièces frappées en zinc, qui devaient remplacer les pièces retirées de la circulation[12]. Ces pièces se corrodent facilement et irrémédiablement.

1 centime, type Jean-Jacques Barre, zinc
Switzerland1ct1942.png
Pièce d'un centime de 1942, type J.J.Barre, zinc
Avers : écusson suisse sur une branche de laurier et une autre de chêne, légende « HELVETIA » en haut de la pièce Revers : valeur entourée d'une couronne de lauriers
Masse
1,2 g
Alliage
Zinc pur
Diamètre
16 mm
Épaisseur
1,1 mm[30]
Artiste(s)
Jean-Jacques Barre
Tranche
Lisse
Millésimes
1942 – 1946
Date de la mise hors cours
1er février 1952
2 centimes, type Jean-Jacques Barre, zinc
Switzerland 2 cts 1942.png
Pièce de deux centimes de 1942, type J.J.Barre, zinc
Avers : écusson suisse sur une branche de laurier et une autre de chêne, légende « HELVETIA » en haut de la pièce Revers : valeur entourée d'une couronne de lauriers
Masse
2,4 g
Alliage
Zinc pur
Diamètre
20 mm
Épaisseur
1,4 mm[30]
Artiste(s)
Jean-Jacques Barre
Tranche
Lisse
Millésimes
1942 – 1946
Date de la mise hors cours
1er février 1952

Pièces frappées, mais jamais mises en circulation[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, la Suisse frappa de nouveau des pièces en or destinées à être mises en circulation. Mais pour des raisons de politiques monétaires, et à la suite d'une hausse du cours de l'or, elles n'ont encore jamais été mises en circulation et constituent une part des réserves d'or de la Banque nationale[5]. La plus grande partie de ces pièces ont été refondues, seules subsistent 20 000 pièces de chaque année sur les 5 millions produites[33].

50 francs
Switzerland50fr1955.png
Pièce de 50 francs de 1955
Avers : légende « IN NOMINE DOMINI » autour des trois confédérés prêtant serment Revers : légende « CONFOEDERATIO HELVETICA » autour de FR 50 et en dessous une croix suisse
Masse
11,29 g
Alliage
Au 900 (Au 90 % – Cu 10 %)
Diamètre
25 mm
Épaisseur
1,7 mm
Artiste(s)
Remo Rossi, Battista Ratti et Jean Georges Vibert
Tranche
« DOMINUS PROVIDEBIT » (Dieu y pourvoira en latin) avec 13 étoiles en relief.
Millésimes
1955, 1958 et 1959
Masse d'or fin
10,161 g

Remarques – les pièces commémoratives actuelles de 50 francs sont frappées avec exactement les mêmes caractéristiques que cette pièce.
25 francs
Switzerland25fr1955.png
Pièce de 25 francs de 1955
Avers : légende « IN ARMIS LIBERTAS ET PAX » autour de Guillaume Tell marchant avec une arbalète à la main Revers : légende « CONFOEDERATIO HELVETICA » autour de FR 25 et en dessous une croix suisse
Masse
5,645 g
Alliage
Au 900 (Au 90 % – Cu 10 %)
Diamètre
20 mm
Épaisseur
1,33 mm
Artiste(s)
Remo Rossi, Battista Ratti et Jean Georges Vibert
Tranche
« DOMINUS PROVIDEBIT » (Dieu y pourvoira en latin) avec 13 étoiles en relief.
Millésimes
1955, 1958 et 1959
Masse d'or fin
5,0805 g

Marques monétaires[modifier | modifier le code]

Les pièces de monnaies suisses n'ont pas seulement été frappées à Berne. Il est possible d'en connaître la provenance en regardant la marque monétaire située au bas du revers de la pièce et le tableau ci-dessous[15] :

Marque monétaire Lieu Visible sur
A Paris 1 et 2 centimes 1850 – 1851 ; ½, 1 et 5 francs 1850 – 1851 ; ½, 1 et 2 francs 1894 ; 2 francs 1850
AB Strasbourg 5 centimes 1850 (partiellement)
B Berne presque toutes les pièces produites
Aucune Strasbourg 5 centimes 1850 (partiellement)[10]
Aucune Berne Toutes les pièces entre 1970 et 1985
Aucune Londres ½, 1 et 2 francs en 1968 et 1969 (partiellement) ; 2 centimes de 1969
B. Bruxelles 5 francs 1874 (partiellement)
BB Strasbourg 5 (en partie), 10 et 20 centimes 1850 – 1851
L B Berne 20 francs 1935 (programme de refrappe de 1945 à 1947 ; L = Lingot)

Les pièces frappées en France possèdent de plus un symbole différent pour chaque responsable de la frappe.

Plus anciennes pièces en circulation[modifier | modifier le code]

La plus ancienne pièce officiellement en circulation est celle de dix centimes de 1879, qui a le même alliage et même motif que la série actuelle. Cependant, du fait de leur ressemblance avec les pièces actuelles, il est encore possible, bien qu'exceptionnel, de trouver en circulation des pièces en argent encore plus anciennes, mais n'ayant plus cours.

Les pièces n'ayant plus cours sont souvent refusées par les monnayeurs et distributeurs automatiques, du fait de la différence de masse et de composition avec les pièces actuelles.

Les pièces en argent sont en général thésaurisées.

Ce tableau liste les plus vieilles pièces trouvables en circulation officiellement et non-officiellement. Les pièces circulant non-officiellement sont les pièces ayant les mêmes dimensions et motifs mais pas forcément les mêmes alliages. Il est donc possible de trouver des pièces déjà mises hors cours[Note 6].

5 centimes 10 centimes 20 centimes ½ franc 1 franc 2 francs 5 francs
Officiellement 1981 1879 1939 1968 1968 1968 1968
Non-officiellement 1981 1879 1881 1875 1875 1874 1931

Les pièces mises hors cours sont encore reprises par la Banque nationale suisse (BNS) à leur valeur nominale durant vingt ans et durant une durée illimitée pour les pièces ayant le même aspect que les pièces actuelles, ainsi que pour les pièces commémoratives de cinq francs en argent[34],[35]. Voici la liste des pièces encore reprises par la BNS :

  • les pièces en argent de cinq francs de 1931 à 1967 et 1969 (y compris pièces commémoratives), de deux francs de 1874 à 1967, de un et ½ franc de 1875 à 1967 ;
  • les pièces de cinq francs avec l'écriture sur la tranche en creux de 1985 à 1993 ;
  • les pièces en nickel pur de dix centimes de 1932 à 1939 et les pièces de vingt centimes de 1881 à 1938 ;
  • les pièces de cinq centimes de couleur blanche, de 1879 à 1980 ;
  • les pièces d'un centime dès 1948 sont reprises jusqu'au 31 décembre 2026 ;
  • les pièces de deux centimes ne sont plus reprises.

Défauts de frappe[modifier | modifier le code]

Cette pièce de vingt centimes de 1960 présente une face décalée de 40 degrés.

Bien que les contrôles de qualité soient sévères, certaines pièces présentent des anomalies, la plus courante étant le décalage d'une face ou des inscriptions sur la tranche par rapport à l'autre face. Les pièces les plus couramment touchées sont celles de cinq centimes de 1963 ainsi que les cinq francs de 1931 et 1967[28].

Il existe aussi plus rarement des pièces décentrées, des problèmes dus à l'usure, des fissures ou des corps étrangers dans la matrice ainsi que des anomalies dans la composition des pièces.

Fausse monnaie[modifier | modifier le code]

Autrefois[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Joseph-Samuel Farinet.

Joseph-Samuel Farinet (18451880) était un faux-monnayeur très connu dans le canton du Valais. Il a falsifié exclusivement des pièces de vingt centimes en billon. L'alliage de ces pièces étant extrêmement dur, il était assez aisé d'en faire une empreinte dans de l'acier porté à blanc et d'utiliser celle-ci pour produire des fausses pièces[36]. En tenant compte de l'inflation, une pièce de vingt centimes de cette époque aurait le pouvoir d'achat d'1,85 franc aujourd'hui[37].

Actuellement[modifier | modifier le code]

La pièce de monnaie suisse courante la plus souvent imitée est celle de cinq francs, suivie de celle de deux francs[38]. Les pièces en or et aux millésimes rares sont également souvent copiées[39].

Une vague de fausses pièces de cinq francs assez bien imitées, aux millésimes 1991 et 1993, a obligé Swissmint à ne pas produire de monnaie courante de 5 francs pour ces années et à reprendre une frappe en relief de la tranche[40]. Cela a provoqué la mise hors cours des pièces de cinq francs avec l'écriture sur la tranche en creux en 2004[40].

Fausse vague de fausse monnaie d’un franc[modifier | modifier le code]

En 2009, il a été fréquemment rapporté que les pièces d'un franc du millésime de 2008 sonnaient faux, émettant un son plus aigu que les autres pièces (ressemblant à celui d'une pièce en argent)[41]. Des recherches ont conclu que le changement de son est dû au changement de la structure interne des pièces ; la production des pièces s'était apparemment faite différemment à l'habitude[41]. Les pièces d'un franc datant de 1995 sont également concernées[41].

Pièces commémoratives[modifier | modifier le code]

Pièce commémorative de 10 francs

Depuis 1936, Swissmint émet des pièces de monnaie commémoratives, de valeurs faciales différentes, qui rappellent certains évènements historiques important ou en l'honneur de personnalités marquantes[42]. Ces pièces peuvent être utilisées pour les transactions commerciales, bien que cela soit exceptionnel[42]. Elles sont plutôt destinées aux collectionneurs et aux numismates. Leur prix d'achat et leur valeur d'échange excèdent d'ailleurs souvent leur valeur faciale.

Les pièces commémoratives ont chacune des caractéristiques différentes, propres à chaque valeur faciale. Certaines pièces sont en métaux précieux (or et argent), et d'autres sont bimétalliques[42]. Le bénéfice des ventes des pièces commémoratives permet à la Confédération de soutenir des projets culturels du pays[42].

La détermination de la quantité de frappe des pièces de monnaie de circulation est du ressort du département fédéral des finances, après consultation de la banque nationale suisse[3]. Par contre, celle des pièces de collection est du seul ressort de Swissmint.

Séries annuelles[modifier | modifier le code]

Dès 1970, Swissmint produit chaque année un étui contenant un exemplaire de chaque pièce de l'année. Ces séries sont produites en qualité « fleur de coin » et « flan bruni ». La présentation a évolué avec le temps. Certaines pièces produites pour les séries annuelles ne se sont pas retrouvées en circulation, notamment les pièces de cinq francs de 1991 et 1993, ainsi que les pièces de un centime de 2006. Voici une liste des caractéristiques de la présentation selon les années[10] :

Séries en qualité « fleur de coin »[modifier | modifier le code]

  • 1970–1980 : support en carton dans un étui en plastique ouvert (possibilité de manipuler les pièces).
  • 1979–1998 : boîte en plastique hermétique.
  • 1999–2003 : boîte en plastique hermétique dans une housse en carton et accompagnées de la pièce commémorative de cinq francs du millésime.
  • Depuis 2004 : boîte en plastique hermétique dans une housse en carton et accompagnées de la pièce commémorative de dix francs du millésime.

Séries pour nouveau-nés « fleur de coin »[modifier | modifier le code]

  • Depuis 2002 : boîte en plastique hermétique dans une housse en carton avec une médaille sans valeur nominale.

Il n'existe pas de série pour nouveau-nés en flan bruni.

Séries en qualité « flan bruni »[modifier | modifier le code]

  • 1974–1979 : étui ouvert dans une housse en carton (possibilité de manipuler les pièces).
  • 1980–1998 : boîte en plastique hermétique dans une housse en carton.
  • 1999–2003 : boîte en plastique hermétique dans une housse en carton et accompagnées de la pièce commémorative de cinq francs du millésime.
  • Depuis 2004 : boîte en plastique dans une housse en carton et accompagnées de la pièce commémorative de dix francs du millésime.

Les coffrets en flan bruni sont produits en moins grand nombre et valent plus que les coffrets en fleur de coin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tous les revers sauf celui de la pièce de cinq francs sont les originaux, les motifs de celle-ci datent de 1922.
  2. Avant 1968, les pièces de ½ franc étaient en argent, et la masse d'une pièce de celle-ci devait égaler la moitié de celle de la pièce d'un franc (2,5 g), ce qui est inférieur à la masse d'une pièce de vingt centimes, qui elle est en métal non-précieux depuis 1881.
  3. Reprise de la devise des pièces Bernoises depuis 1716 ; provient du livre de la Genèse 22:8; « (de) Swissmint: DOMINUS PROVIDEBIT UND ANDERE DEVISEN AUF SCHWEIZER MÜNZEN ».
  4. a et b Jusqu'en 1980, la pièce de cinq centimes avait la même composition métallique et le même aspect que les autres pièces suisses.
  5. Autrefois, dans le langage courant français, un « sou » valait un vingtième de franc, soit cinq centimes. Voir l'article sou.
  6. a et b Du fait des motifs, dimensions et couleurs identiques.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) (de) (en) « Histoire du Liechtenstein »
  2. (fr)(de)(en) « Swissmint: La fabrique de la monnaie »
  3. a et b (fr) (de) (en) « Swissmint: Programme de frappe »
  4. (fr) « La fabuleuse histoire du franc suisse » [PDF], La Liberté du 9 janvier 2009
  5. a, b, c, d, e, f et g (fr) (de) (en) « Swissmint, les cent soixante ans de franc suisse. »
  6. a, b, c et d Albert Niederer, L'union monétaire latine, 1976, p. 10-15
  7. Numis Post&HMZ, Mai 2008, Loi fédérale du 26 mars 1851
  8. Arrêté du conseil fédéral du 16 janvier 1852
  9. a, b, c et d (de) « Numipedia, Schweizer Franken »
  10. a, b, c et d (de) (fr) Schweizer Münzen- und Banknotenkatakog : 1798 - 2007, Solidus Verlag, ISBN 978-3-033-01293-6
  11. a, b et c (de) Johannes Müller, Geld : Schweizer Münzen und Banknoten als unbestechliche Zeitzeugen, 2007, 1e édition, (ISBN 978-3-9523315-0-7), p. 22
  12. a et b (de) Johannes Müller, Geld : Schweizer Münzen und Banknoten als unbestechliche Zeitzeugen, 2007, 1e édition, (ISBN 978-3-9523315-0-7), p. 26-27
  13. Mauro Cerutti, « Dévaluation de 1936 » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  14. a, b, c et d (fr) « Audition relative à l’ordonnance sur la mise hors cours des pièces d’un et de cinq centimes » [PDF]
  15. a, b, c, d, e, f, g, h et i (fr) (de) « Swissmint, tableau de frappe à partir de 1850 » [PDF]
  16. a, b et c (fr) « www.lesfrancs.com »
  17. Dictionnaire suisse romand, article « thune », p. 694, édition Zoé, 1997.
  18. Source : (de) « Swissmint, Der Fünfliber und sein Münzbild » [PDF]
  19. Gianni Haver et Mix & Remix, L'image de la Suisse, éditions Loisirs et Pédagogie, 2011, p. 34.
  20. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (de) (fr) (en) « Date des mises hors cours et alliages » [PDF]
  21. a et b « www.worldlingo.com (multilingue) »
  22. a, b, c, d, e, f, g, h et i Libertas et non pas Helvetia. Source : (de) « Swissmint, questions fréquemment posées »
  23. a, b, c, d, e, f, g, h et i Gianni Haver et Mix & Remix, L'image de la Suisse, éditions Loisirs et Pédagogie, 2011, p. 18.
  24. (fr) « Glossaire UBS »
  25. a, b et c (de) « Swissmint, DAS GOLDVRENELI »
  26. (de) « Swissmint: Häufige Fragen ». La valeur métallique de cette nouvelle pièce correspond à trois francs.
  27. a, b, c, d et e (de) « Gazette numismatique Suisse juin 2004, pp. 45-46 » [PDF]
  28. a et b Numis Post&HMZ, Décembre 2003, p. 38-39
  29. (en) « Trends of Nickel in Coins - Past, Present and Future »
  30. a, b, c, d, e et f (en) « Pièces de monnaie suisse (galerie et catalogue) » (consulté le 8 septembre 2010)
  31. (de) Johannes Müller, Geld : Schweizer Münzen und Banknoten als unbestechliche Zeitzeugen, 2007, 1e édition, (ISBN 978-3-9523315-0-7), p. 28,36-41
  32. (fr) « Mise hors cours des pièces d’un centime à partir du 1er janvier 2007 » [PDF]
  33. Numis Post&HMZ, avril 2009, p. 35
  34. (fr) « Tarif pour les monnaies mises hors cours » [PDF]
  35. (fr) « BNS, Echange de pièces »
  36. (fr) « Musée monétaire cantonal vaudois, vitrine consacrée à Farinet »
  37. (fr) (de) (it) « Calculateur de renchérissement de l'OFS », l'inflation était à peu près nulle entre 1875 et 1915 (étalon-or).
  38. (fr) (de) (it) « Fedpol, statistique sur le faux-monnayage »
  39. (fr) « Swissmint, fausses pièces de 20 francs de 1888 » [PDF]
  40. a et b (fr) « Swissmintinfo, 2e semestre 2004. » [PDF]
  41. a, b et c (fr) « Swissmintinfo, 2e semestre 2010. » [PDF]
  42. a, b, c et d (fr) (de) (en) « Pièces de monnaie de collection »

Sources[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 7 septembre 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.