Liste des couvents de Corse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Couvent Saint-François de Calacuccia.
Couvent Saint-François de Vico.

Île où, dès l'Antiquité, la religion dominante est le catholicisme, la Corse a vu s'élever sur son sol des dizaines de couvents, presque un par pieve (ou paroisse).

De l'origine des couvents[modifier | modifier le code]

Au VIe siècle, sous l'impulsion de Saint Grégoire profond politique et habile tacticien, le clergé part à la conquête spirituelle de la Corse.

Dans son ouvrage La Corse dans l'Antiquité et le Haut Moyen Âge, Xavier Poli parlant de Saint Grégoire, écrit : « Dès la première année de son pontificat (591), il prescrivit de bâtir un couvent dans l'île, qui n'en possédait aucun. Les monastères, pépinières de clercs, sources permanentes d'instruction et d'édification, étaient un élément essentiel pour assurer le triomphe de l'église. Le pape presse les travaux, fournit l'argent nécessaire, intervient même dans le choix de l'emplacement. Il veut que le couvent s'élève sur le bord de la mer, dans un endroit fortifié ou facile à fortifier. Les barbares menaçaient l'empire et il importait que les moines fussent à l'abri d'un coup de main »[1].

Selon Poli, le couvent de Sainte-Marie qui s'élevait à l'emplacement actuel de la chapelle de Sainte-Catherine-de-Sisco, serait le premier couvent de l'île, couvent mentionné par la correspondance de Saint Grégoire, construit et offert à l'Église par une vénérable femme nommée Labina (ou Labinia ou Albina).

Au VIe siècle, il existait aussi un second couvent dû aux générosités de la pieuse Labina. « Nous pensons que nous sommes en présence de l'abbaye de San Stefano-de-Venaco, dont l'antiquité se perd dans les ténèbres des donations au monastère de Monte Cristo. Ce qui est certain c'est que, jusqu'à preuve du contraire, les couvents de Sainte-Marie-de-Sisco et de San-Stefano-de-Venaco sont les plus anciens de la Corse et tout porte à croire qu'ils remontent au pontificat de Saint Grégoire »[1].

Au milieu du VIe siècle, le Saint Siège érige des évêchés et des paroisses. Alors que l'autorité impériale s'affaiblit, le Pape autorise la fondation de couvents d'où jaillissent l'instruction et la civilisation. En moins de deux siècles, la Corse, lasse du joug des Barbares qui l'écrasent, est acquise au Saint-Siège.

Malheureusement pour l'île; la Papauté va bientôt se heurter à un ennemi terrible, le Sarrasin. Vers 759, l'île était sérieusement menacée ; les moines du couvent de la Gorgona dont dépendaient les couvents insulaires, ne se sentant plus en sûreté, faisaient transporter, de Corse à Brescia, les reliques de Sainte Julie 808 - 809, presque toute la Corse, sans défense, connaît toutes les horreurs de l'occupation musulmane.

Par un édit du 20 février 825, l'empereur Lothaire fait un appel aux armes en faveur de la Corse en danger. Les comtes de l'île avec tous leurs vassaux devaient entrer en campagne. Boniface II, comte de Lucques, désigné comme prévôt de la province, est investi des pouvoirs militaires les plus étendus. Il réunit bientôt une petite armée composée de Corses et de Toscans. Vers le milieu du VIIIe siècle, la Corse est tombée au pouvoir des Sarrasins qui l'occupent en maîtres. Elle restera sous domination sarrasine jusqu'au début des années du XIe siècle, vers 1030. Les couvents déserts sont repeuplés et les autels abattus relevés.

Au commencement du XIe siècle, les Sarrasins, fortement éprouvés par les échecs qu'ils avaient subis en France et en Italie, avaient perdu du terrain en Corse.

Hugues, marquis de Toscane, considérait comme faisant partie de son domaine les terres de la Corse, dont il disposait en faveur de l'abbaye de Saint-Sauveur de Sesto. Deux chartes provenant des archives de San Mamiliano de Monte-Cristo, font mention des marquis Guillaume et Hugues qui, en 1019 et 1021, auraient veillé au salut de l'île.

Au XIe siècle, le monastère de la Gorgone devenu bénédictin eut en 1116 un « pied-à-terre » à Tomino, l'église San Nicolao, qui devient une chartreuse au XIVe siècle à la suite de son union avec les Chartreux de Pise.

Tous ces couvents ont joui du droit d'immunité et d'asile jusqu'en 1768, date du passage de la Corse sous administration militaire française.

Durant la grande révolte des Corses contre les Génois (1729-1769), beaucoup de ces couvents (couvents d'Orezza, de Bozio, de Saint-Antoine, Oletta, de Caccia, ...) ont servi de lieux de rencontres pour des consultes (assemblée).

Les couvents du Cap Corse[modifier | modifier le code]

Au cours du dernier millénaire, le Cap Corse a compté jusqu'à dix-huit couvents et monastères. Quelques-uns sont encore occupés de nos jours.

Construits sur les hauteurs pour être à l'abri des incursions barbaresques, ou sur le littoral en période de paix, la plupart des couvents sont désaffectés, d'autres ruinés depuis longtemps. Voici la liste de ces édifices religieux par ordre N-S et O-E :

Commune Village ou hameau Nom du couvent Communauté Date Observations
Ersa Botticella ancien couvent Santa Maria Nativita Capucins XVIe siècle actuelle mairie
Rogliano Vignale ancien couvent San Francescu Mineurs observants (ou observantins) 1520 désaffecté depuis 1789
Morsiglia Mute ancien couvent de l'Annonciation (Annunziata ) Servites de Marie XVe siècle 1903 : départ des Capucins qui l'avaient occupé. MH[2].
Tomino Stoppione chapelle la Chartreuse Chartreux XIVe siècle l'église San Niculaiu du XIe siècle est donnée par Ildebrandus (Hildebrando), évêque de Mariana, aux moines de l'île de Gorgone. La chapelle voisine est un ancien couvent des Chartreux[3].
Pino Scalo ancien couvent San Francescu Mineurs observants (ou observantins) XVe siècle occupé ensuite par des Franciscains
Luri Spergane ancien couvent San Nicolao Capucins XVIe siècle les bâtiments ont abrité de 1930 à 1984 un établissement scolaire "la Maison d'enfants de Luri".
Cagnano Carbonacce ancien couvent d'Oveglia Capucins XVIe siècle occupé par les moines jusqu'à la Révolution - MH[4].
Barrettali Conchiglio ancien couvent de l'Annunziata Servites de Marie XVIe siècle l'ancien couvent des Servites de Marie de l'Annunziata date de la fin XVIe siècle, La chapelle ainsi que le petit couvent de Servites auquel elle appartenait ont été construits en 1590[5].
Canari Pieve ancien couvent San Francescu Mineurs observants (ou observantins) 1506 ruiné depuis le XIXe siècle. Subsiste l'église conventuelle, actuelle église paroissiale.
Sisco Marine de Sisco ancien couvent Sainte-Catherine Servites de Marie XIIIe siècle les Servites ont remplacé les Augustiniens au XIIIe siècle. À l'origine, c'était une tour carrée fortifiée du XIVe siècle qui est reconstruite et aménagée en couvent au XVIe siècle après un raid sarrasin. - MH[6].
Sisco Sant' Antone ancien couvent Sant' Antone Récollets XVIIe siècle couvent désaffecté, acquis par la commune. Aménagé en 1964 en colonie de vacances.
Nonza Pieve ancien couvent San Francescu di Nonza Mineurs observants (ou observantins) XIIIe siècle couvent ruiné depuis le XIXe siècle
Brando Lavasina couvent franciscain de Lavasina Franciscains[Note 1]. XIXe siècle les Franciscains sont appelés en 1859 comme gardiens du sanctuaire de Notre-Dame de Lavasina ; le couvent a été bâti pour eux à côté de l'église.
Brando Pozzo ancien couvent San Bartulumeu Capucins XVIe siècle désaffecté. Son église est l'actuelle église paroissiale et le siège de la confrérie San Bartulumeu
Brando Castello ancien couvent San Francescu Récollets 1474 ruiné
Brando Erbalunga monastère des Bénédictines d'Erbalunga Bénédictines 1862 depuis le départ de la communauté des sœurs bénédictines, il était à l'abandon. Le diocèse d'Ajaccio veut faire de l'immense ensemble un centre spirituel diocésain et le centre pastoral du Cap Corse.
Santa-Maria-di-Lota San Ghjacintu ancien couvent San Giacintu Dominicains 1605 les Dominicains sont remplacés en 1895 par des Franciscaines missionnaires de Marie. Le jardin du couvent Saint-Hyacinthe est repris à l'Inventaire général du patrimoine culturel - MH[7].
San-Martino-di-Lota Mola ancien couvent Notre-Dame-des-Anges Capucins XVIIe siècle transformé en château au XXe siècle, puis en colonie de vacances pour EDF. Acquis par un particulier de la commune, il porte le nom de château Cagninacci. Il a été utilisé comme salle des fêtes et de nos jours en chambres d'hôtes.

Les couvents de Balagne[modifier | modifier le code]

Au XIVe siècle aucune implantation de couvent n'avait été encore réalisée. Avec les seigneurs toscans venus libérer l'île du joug sarrasin, le christianisme va s'implanter solidement en Balagne. Les moines sont chargés de l'évangélisation. Seigneurs locaux et les possédants vont faire des dons de terres et de bâtiments aux abbayes bénédictines de Toscane et de Ligurie dont celle de Gorgone, pour faciliter cette influence monastique.

Commune Village ou hameau Nom du couvent Communauté Date Observations
Manso Barghiana ancien couvent Santa Maria ruiné. Il se trouve isolé dans la haute vallée du Fango.
Calvi Basse ville ancienne abbaye Franciscains XVIe siècle désaffecté au XIXe siècle, transformé en hostellerie seconde moitié du XXe siècle.
Zilia Alzi Pratu ancien couvent d'Alzi Pratu Franciscains 1509 propriété d'une société privée, il a été transformé en habitations - MH[8].
Cateri Marcasso couvent de Marcassu Bénédictins 1608 Lieu de retraite. Le couvent renferme de nombreuses œuvres classées MH[9].
Corbara Convento couvent Saint-Dominique Franciscains 1430 À l'origine, il s'appelait couvent Saint-François. Les Dominicains remplacent les Franciscains en 1861. Ils en partent en 1993. Il est depuis occupé par les Frères de Saint-Jean
Santa-Reparata-di-Balagna Palmento ancien couvent Sant'Angelo Capucins détruit en 1790.
L'Île-Rousse Centre ville ancien couvent Saint-Michel Franciscains XVIe siècle L’église de la Miséricorde était la chapelle de l'ancien couvent
L'Île-Rousse Centre ville ancien couvent des Sœurs-de-Marie Sœurs-de-Marie 1849 Les Sœurs-de-Marie l'ont occupé de 1849 à 1955. Il est en cours d'acquisition par la communauté de communes
Monticello Vortica (ruines) ancien couvent Sainte-Suzanne Ne subsiste que la chapelle conventuelle Santa Suzanna
Speloncato Suàle ancien couvent de Speloncato Capucins 1621 Ruiné. A été en partie restauré et aménagé en habitation.
Costa Tuani ancien couvent de Tuani Franciscains 1494 désaffecté - MH[10].
Belgodère Convento ancien couvent de la Madonnuccia Servites de Marie XVIe siècle ruiné

Les couvents du Nebbiu.[modifier | modifier le code]

Commune Village ou hameau Nom du couvent Communauté Date Observations
Santo-Pietro-di-Tenda Castagnamentu ancien couvent de San Ghjiseppu u Vecchju Capucins 1532 ruiné. Remplacé par San Ghjiseppu u Novu[11]
Santo-Pietro-di-Tenda Castagnamentu ancien couvent de San Ghjiseppu u Novu Capucins 1630 construit autour de l’église pievane de San Petru, il est devenu la propriété d'un particulier depuis 1970 - classé MH[12].
Oletta Casteluccio d'Oletta ancien couvent Saint-François Franciscains XIIe siècle Dans les années 1960, le couvent était occupé par des bénédictines. La dernière sœur y vécut à la bougie jusqu'en 1990. Seule la chapelle est inscrite MH[13].
Murato Couvento ancien couvent de Murato Franciscains Récollets 1615 Pascal Paoli en chassa les moines pour en faire son quartier général entre 1755 et 1767.

Les couvents de Bastia[modifier | modifier le code]

En 1540 en pleine période d'incursions barbaresques, quelques religieux dont les pères Mariano de Santo-Pietro-di-Tenda (ou de Nebbio), Joseph de Fermo, Liberio de Domodossola et le frère Pierre de Sainte-Lucia-di-Mercurio, débarquèrent à Bastia. Ils commencèrent par y fonder le couvent Saint-Antoine de Bastia. Leur présence sur l'île contribua beaucoup à ranimer la foi.

« Après deux siècles d'apostolat, la province de Corse était bien florissante ; elle comptait 280 religieux profès, dont 60 prédicateurs et 18 couvents dont trois consacrés au noviciat et à la formation religieuse et scientifique des clercs »[14].

À la fin du XVIIIe siècle, Bastia compte dix couvents. Avec la Révolution, un grand nombre de ces édifices religieux ont été réquisitionnés par l’armée. Dès lors ils connurent de nombreuses transformations et ont été diversement aménagés (casernes, entrepôts, manutentions, hôpitaux...)[Note 2].

Commune Village ou hameau Nom du couvent Communauté Date Observations
Bastia Saint-Antoine couvent Saint-Antoine Capucins XVIe siècle
Bastia Saint-Joseph couvent Saint-Joseph (San Ghjiseppu) Servites de Marie 1626
Bastia Terra Vecchia ancien couvent Saint-François Franciscains observants XVIe siècle désaffecté. En 1777 il porte le nom de couvent hôpital militaire de Bastia.
Bastia Citadelle ancien couvent des Turquines Annonciades célestes XVIIe siècle désaffecté. Bâtiment parallèle à l’Évêché et au Séminaire. Depuis la Révolution, il a été occupé par la troupe.
Bastia Terra Nuova[Note 3] ancien couvent des Clarisses Clarisses 1600 Maison d'arrêt, racheté par un particulier et transformé en hôtel depuis 2003.
Bastia Terra Vecchia ancien couvent San Angelo (Sant'Anghjulu) Franciscains réformés 1612 était destiné à être un hospice pour les infirmes, les enfants abandonnés et les malades indigents. Le couvent Saint Ange a été utilisé par l’armée dès la révolution[15].
Bastia Terra Vecchia ancien couvent des Missionnaires Franciscains réformés 1612 le couvent de la Mission a été le siège du gouvernement de Marbeuf en 1769. Il devint le Palais du Gouvernement sous l’occupation anglaise, préfecture, puis sous-préfecture et ensuite transformé en mairie. À la fin du XVIIIe siècle, il est le siège de la Cour d’Appel jusqu’à la construction du Palais de Justice actuel. Au XXe siècle, le couvent est devenu une caserne du 173e R.I. Il devient le Lycée Marbeuf et enfin l'actuel Lycée Jean Nicoli[15].
Lucciana Quercitana ancien couvent Saint-François Franciscains XVe siècle Ruiné, il se trouve au milieu du cimetière. entra dans l’histoire de la Corse lors de la célèbre bataille de Borgo. En 1768, le comte de Marbeuf est défait face aux insurgés du général Paoli et les moines qui avaient pris le parti des patriotes corses. Au lendemain de la défaite des Corses, il se venge des moines en incendiant le couvent.

Les couvents du Centre Corse[modifier | modifier le code]

Commune Village ou hameau Nom du couvent Communauté Date Observations
Calacuccia Le couvent couvent Saint François du Niolu Franciscains 1600 le 25 juin 1774, sur ordre du général français Sionville, onze paysans sont pendus aux châtaigniers du couvent. Désaffecté, il sert de gîte, de lieu de retraite et de halte spirituelle.
Castifao Costagliole ancien couvent San Francescu di Caccia Franciscains 1510 ruiné. En 1824 la commune décide d'en faire le cimetière municipal. L'église conventuelle est classée MH[16].
Corte Grossetti ancien couvent Saint François de Corte Observantins 1474 Le couvent était le plus grand et le plus somptueux après celui de Bastia. En ruine, il ne reste plus que le clocher triangulaire de l'église conventuelle.
Corte Mairie couvent Saint François Capucins 1620 Ce couvent des Capucins maintes fois remaniée, désaffecté, propriété privée, a longtemps servi de salle de cinéma.
Omessa Omessa ancien couvent d'Omessa Récollets 1624 Désaffecté en 1789. En ruine.

Les couvents de Castagniccia[modifier | modifier le code]

Commune Village ou hameau Nom du couvent Communauté Date Observations
Vescovato Village ancien couvent des Capucins Capucins 1540 Ce couvent Notre-Dame-des-Grâces, délaissé après 1790, a été restauré. Il est la propriété de particuliers.
Venzolasca Village ancien couvent Saint-François de Venzolasca dit "de Casinca" Franciscains observants XVIe siècle cédé en 1639 aux franciscains réformés. Il est partiellement ruiné - repris à l'Inventaire général du patrimoine culturel [17].
Talasani Convento ancien couvent Saint-François dit "de Tavagna" Franciscains 1636 encore nommé couvent de Pero, couvent de Tavagna. Incendié en 1798 en représailles, sur ordre du commissaire Salicetti - Repris à l'Inventaire général du patrimoine culturel[18].
Cervione Gallaccia ancien couvent Saint-François de Campoloro Franciscains observants 1506 une imprimerie y est installée en janvier 1760 par Pascal Paoli
Linguizzetta NE du village ancien couvent de Verde Capucins 1656 ruiné. Le baron Théodore de Neuhoff y séjourna quelques jours. Plusieurs consultes y ont eu lieu durant la révolte des Corses contre Gênes (1729-1769).
Morosaglia Convento ancien couvent Saint-François Franciscains observants 1699 lieu de mémoire en raison des séjours qu'y ont fait Pascal Paoli et son frère Clément - MH[19].
Casabianca Sant' Antonio ancien couvent Sant' Antone Servites de Marie 1420 ruiné, il est devenu un cimetière. Lieu où se tint la première Consulta du XVIIIe siècle, ainsi que la dernière en 1798. Récemment restauré partiellement - Inscrit MH[20].
Piedicroce Village ancien couvent Saint-François dit "d'Orezza" Franciscains 1483 En grande partie ruiné, notamment par les Allemands en 1943.
Piazzali Piazzali ancien couvent Saint François Franciscains 1236 c'est dans ce couvent d'Alisgiani que le 15 avril 1736, le baron Théodore de Neuhoff est proclamé roi par les Corses - MH[21].
Alando Alando ancien couvent Saint-François du Bozio Franciscains 1525 ruiné. Seule subsiste l'église conventuelle. MH[22].
Ampriani Village ancien couvent de Zuani Capucins 1540 - MH[23].
Piedicorte-di-Gaggio Village ancien couvent de Piedicorte Capucins - -

Les couvents du Fiumorbo[modifier | modifier le code]

Commune Village ou hameau Nom du couvent Communauté Date Observations
Ghisoni ancien couvent Récollets XVIIe siècle le 11 août 1739, M. de Vaux, capitaine du régiment d'Auvergne, occupe Ghisoni. Blessé par les Corses, il se réfugie dans le couvent.
Prunelli-di-Fiumorbo Palestino ancien couvent Saint-François Capucins XVIIe siècle ruiné. Il avait été construit au début du XVIIIe siècle sur l'emplacement d'un précédent couvent de Franciscains.

Les couvents de l'Ouest Corse[modifier | modifier le code]

Commune Village ou hameau Nom du couvent Communauté Date Observations
Cargèse Paomia ancien couvent de la Nativité de la Vierge Basiliens 1676 le couvent est abandonné en 1706, les moines étant morts ou ayant quitté définitivement Paomia. En 1727, il est réutilisé par un mont-de-piété ; il sera détruit en 1731, lors de l'insurrection des Corses contre Gênes.- MH[24].
Vico Paratella couvent Saint-François Franciscains 1499 en 1836, il est investi fois par la congrégation des Oblats de Marie Immaculée. Expulsés, les pères reviennent en 1936. Le service de nombreuses paroisses devenues sans pasteur leur est confié.

Les couvents d'Ajaccio[modifier | modifier le code]

Commune Village ou hameau Nom du couvent Communauté Date Observations
Ajaccio ancien couvent des Jésuites Jésuites XVIe siècle
Ajaccio ancien couvent des clarisses Clarisses XVIIe siècle
Ajaccio ancien couvent des Capucins Capucins 1570 Il a servi de bagne de 1803 à 1815. Propriété privée depuis 1828. C'est aujourd'hui l'école Saint-Paul Cours Napoléon
Ajaccio ancien couvent Saint-François Mineurs observants (ou observantins) 1612 Il a été longtemps utilisé comme hôpital militaire. Il est rasé en 1970. À sa place se dresse aujourd'hui l'immeuble "Diamant II".
Ajaccio couvent Saint-Antoine Franciscains Saint-Antoine est l'église conventuelle
Valle-di-Mezzana U Cunventu ancien couvent de la Mezzana Franciscains XVIIe siècle le 9 mai 1769, le général français Narbonne occupe le couvent.

Les couvents du Sud Corse[modifier | modifier le code]

Commune Village ou hameau Nom du couvent Communauté Date Observations
Santa-Maria-Siché Convento ; Dicceppo ancien couvent de Santa Maria d'Ornanu Mineurs observants (ou observantins) 1624 couvent d'Observants Saint-François dit couvent d'Ornano - repris à l'Inventaire général du patrimoine culturel[25].
Petreto-Bicchisano Bicchisano ancien couvent Saint-François-d'Istria Franciscains 1591
Olmeto ancien couvent Saint-Antoine Capucins 1717 le couvent fut vendu à la Révolution, puis donné à la paroisse en 1860. Il est entièrement ruiné. - MH[26].
Sainte-Lucie-de-Tallano Sainte-Lucie ancien couvent Saint-François Franciscains 1492 il fut vendu à la Révolution comme bien national. - MH[27].
Sartène Ouest ville couvent Saints-Côme-et-Damien Franciscains 1861 Il a été légué en 1907 à l'Église par la famille Bartoli de Rocca-Serra. Depuis 1950, il est habité par des Franciscains mexicains qui desservent les paroisses de la région.
Sartène ancien couvent Saint-Joseph Abrite la Bibliothèque départementale de prêt.

Les couvents de Bonifacio[modifier | modifier le code]

Commune Village ou hameau Nom du couvent Communauté Date Observations
Bonifacio ancien couvent Saint-Dominique XIVe siècle propriété de la commune - inscrit MH[28].
Bonifacio ancien couvent Saint-Julien Franciscains XIIIe siècle propriété d'une personne privée - inscrit MH[29].
Bonifacio ancien couvent Saint-François Franciscains XIIIe siècle propriété de la commune, une partie abrite l'école de musique, l'église dessert le cimetière marin - inscrit MH[30].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alerius Tardy, Fascinant Cap Corse, Imp. Bastia-Toga, 1994
  • Le Couvent Sant’ Angelo - d’hier à aujourd’hui, ouvrage réalisé à l’initiative de la municipalité de Bastia (la Mairie de Bastia / Direction du Patrimoine)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les Franciscains étaient encore appelés frati Zocculanti « en sabot », à cause des sandales qu'ils chaussaient pour aller quêter sur les routes de la région
  2. D'après un mémoire Bastia ville de garnison d'Élisabeth Jougla, stagiaire à l’Institut Régional d’Administration de Bastia
  3. Citadelle ou Terra Nuova, quartier de Bastia

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Xavier Poli - La Corse dans l'Antiquité et le Haut Moyen Âge, Lib. A.Fontemoing Paris 1907 p.169
  2. Notice no PA00135327, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Alerius Tardy, in Fascinant Cap Corse, Bastia-Toga, 1994
  4. Notice no PA00099263, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Site officiel Mairie de Barrettali
  6. Notice no PA00099249, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Notice no IA2B001304, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Notice no PA00099261, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Œuvres classées du couvent de Marcassu dans la base Palissy
  10. Notice no PA00099196, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Mairie de Santo-Pietro-di-Tenda Site officiel
  12. Notice no PA00099246, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Notice no PA00099222, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Radio Salve Regina
  15. a et b Élisabeth Jougla, stagiaire à l'I.R.A. de Bastia in mémoire Bastia ville de garnison
  16. Notice no PA00099185, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Notice no IA2B000545, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Notice no IA2B001217, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Notice no PA00099283, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Notice no PA00099264, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. Notice no PA00099227, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Notice no PA00135317, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Notice no PA2B000011, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. Notice no IA2A000133, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. Notice no IA2A001910, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. Notice no PA00099138, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. Notice no PA00099106, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. Notice no PA00099130, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. Notice no PA00099079, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. Notice no PA00099078, base Mérimée, ministère français de la Culture