Piazzali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Piazzali
Piazzali
Le couvent d'Alisgiani.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Haute-Corse
Arrondissement Corte
Intercommunalité Communauté de communes de la Costa Verde
Maire
Mandat
Marc Tartuffo
2020-2026
Code postal 20234
Code commune 2B216
Démographie
Gentilé Piazzalais
Population
municipale
19 hab. (2020 en augmentation de 11,76 % par rapport à 2014)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 19′ 11″ nord, 9° 24′ 33″ est
Altitude 400 m
Min. 386 m
Max. 602 m
Superficie 0,7 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Castagniccia
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Piazzali
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Piazzali
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Piazzali
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Piazzali

Piazzali est une commune française située dans la circonscription départementale de la Haute-Corse et le territoire de la collectivité de Corse. Elle appartient à l'ancienne piève d'Alesani.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Piazzali est située dans la microrégion de l'Alesani, dans la région de Cervione. Elle a appartenu à l'ancienne piève d'Alesani. Elle est l'une des vingt-trois communes du canton d'Orezza-Alesani, à l'est de la Corse et en plein cœur de la Castagniccia, un territoire couvert comme son nom l'indique, par une forêt de châtaigniers. Piazzali est adhérente au parc naturel régional de Corse dans son « territoire de vie » Castagniccia.

Mgr Giustiniani, évêque de Nebbio de 1521 à 1530[Note 1], donnait en son temps la description suivante :

« C'est encore dans cette partie [de la côte intérieure, c'est-à-dire celle qui se trouve comprise entre le Tavignano, le Golo et la mer à l'est] [Note 2] que se trouve la piève d'Alesani, qui a un autre couvent de Mineurs et renferme dix-sept villages ; les plus connus sont ceux de Pietricaggio et de l'Ortale, à cause des familles de caporaux qui les habitent. Cette piève qui contient quatre cent quatre-vingt-seize feux est traversée par une rivière qui prend sa source dans les montagnes des Calvelle, situées dans la piève d'Alesani. Dans le pays on l'appelle rivière de Busso ; mais plus près de la mer, lorsqu'elle est entrée dans la piève de Campoloro, elle perd tout à fait son nom et s'appelle la rivière d'Alesani. Cette piève produit beaucoup de châtaignes, des céréales et du vin en assez grande quantité. Les habitants sont pour la plupart cultivateurs, aujourd'hui surtout, depuis que le pays a été, pendant les dernières guerres, brûlé et saccagé par les Génois, et qu'ils se trouvent ainsi réduits à la pauvreté. »

— Mgr Justiniano in Dialogo nominato Corsica, traduction Lucien Auguste Letteron in Histoire de la Corse, Description de la Corse - Tome I, p. 37

Communes limitrophes

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Piazzali se situe dans la Corse schisteuse au nord-est de l'île[Note 3], dans le massif du San Petrone.

C'est une commune de moyenne montagne, sans façade maritime, dominée à l'ouest par la pointe de l'Orsaja (1 438 m), et un peu plus au nord-ouest, par la punta Ventosa (1 686 m) et la punta di Caldane (1 724 m) sur la dorsale limitant à l'ouest la Castagniccia. Son point le plus haut (602 m), se trouve au pied de la pointe de l'Orsaja, sommet « à cheval » sur Pietricaggio, Perelli et Pianello.

Son relief comporte plusieurs vallons, qui sont parcourus par autant de cours d'eau tributaires de l'Alesani. Trois promontoires, d'une altitude avoisinant les 500 m, sont surmontés de constructions : le couvent d'Alesani, le village de Piazzali et l'ancien couvent au lieu-dit Convento vecchio.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Quoique de superficie réduite (la plus petite de Corse), la commune possède un réseau hydrographique dense. Les deux principaux cours d'eau : le ruisseau de Lavandaja[1] au nord, qui délimite Piazzali de Perelli, et le ruisseau de Piobbo[2] au sud, sont deux affluents de la rivière d'Alesani (ou rivière du Busso)[3].

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie des conditions climatiques tempérées et humides caractéristiques de la Castagniccia (cumuls de précipitations compris entre 1 000 et 1 500 mm par an). Aussi le territoire est très vert, avec un sol bien drainé. La couverture végétale, arborescente, est dominée par des châtaigneraies, le plus souvent présentes sous forme de vergers ou de taillis, avec des chênaies. La hêtraie, élément important dans le paysage de Castagniccia, n'est point présente en raison de la faible altitude de Piazzali. De petites ripisylves arborescentes longent les différents cours d’eau.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Une seule route donne accès au village de Piazzali : la D.317 qui démarre à l'ouest de la D.17 reliant Perelli à Novale, et rejoint au nord la D.217 permettant de relier Perelli ou Valle-d'Alesani.

Transports[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de ligne de chemins de fer en Castagniccia. La gare la plus proche se trouve à Lucciana et est distante de 54 km. Les port et aéroport les plus proches sont ceux de Bastia, respectivement à 71 km et à 53 km.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Piazzali est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[4],[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

L'ensemble des d'habitants de la commune vivent au village de Piazzali, dominant le lit de l'Alesani d'une centaine de mètres.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (100 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme complet est I Piazzali et signifie espaces dégagés, lieux de travail aplanis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

  • 1520 - À cette époque, la piève d'Alesani comptait environ 1 250 habitants. Elle avait pour lieux habités : Biduletto, lo Petricagio, li Perelli, la Novale, l’Ortale, Castagneto, Felce, Tarrano. Piazzali n'est pas cité[11].
  • 1736 - Le , Théodore de Neuhoff, baron de Westphalie débarqué le à Aleria, est couronné roi de Corse dans le couvent d'Alesani par les chefs de l'insurrection contre la République de Gênes (Giafferi, Ceccaldi, Costa, Albertini et Hyacinthe Paoli)[12].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Jacqueline Césarini DVG  
mars 2008 En cours Marc Tartuffo UMP-LR Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2020, la commune comptait 19 habitants[Note 5], en augmentation de 11,76 % par rapport à 2014 (Haute-Corse : +5,98 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
708272557590111122120
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
838299104101102858091
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
77928710194114585156
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014
393833111315131617
2019 2020 - - - - - - -
1919-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire publique la plus proche se situe à Cervione, distante de 19 km environ. Les collège (Collège Pescetti-Philippe) et lycée (lycée Pascal-Paoli) publics les plus proches se situent respectivement à Cervione, et à Corte distant de 58 km.

Santé[modifier | modifier le code]

Le plus proche hôpital est le centre hospitalier de Corte-Tattone distant de 58 km. On trouve des médecins et une pharmacie à Cervione, un cabinet de kinésithérapie à Valle-di-Campoloro, un autre d'infirmiers à Cervione.

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église conventuelle qui est la paroisse, relève du diocèse d'Ajaccio.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le couvent d'Alesani[modifier | modifier le code]

Vue du couvent depuis le chemin d'accès.

Ancien couvent Saint-François (U Cunventu d'Alisgiani), il avait été fondé en 1236 sur la commune de Novale, en retrait de son emplacement actuel. Il a été reconstruit en 1354, puis remanié, agrandi en 1716. Il a été récemment restauré.

C'est dans ce couvent de franciscains que le , le baron Théodore de Neuhoff est proclamé roi par les Corses. Le roi et son peuple y ont prêté serment d'observer la nouvelle constitution dite "d'Alesani".

C'est le haut-lieu, au XIVe siècle, de la répression des Giovannali, mouvement de "spirituels franciscains", en lutte contre l'évêque d'Aleria.

L'ancien couvent de Valle d'Alesani a été classé Monument historique par arrêté du [17].

À côté de la porte de la façade occidentale, dans le petit carré, la tombe du père Gabriel, tué à la suite d’un terrible orage en 1943 et l'effondrement du clocher de l’aile Est.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

L'ancien couvent Saint-François renferme huit œuvres classées Monuments historiques, toutes propriété de la commune[18] :

  • Dans l'église conventuelle paroissiale :
    • retable, tableau Saint François remettant un bouquet de fleurs à l'Enfant Jésus, en stuc peint et toile du XVIIIe siècle[19] ;
    • retable, présentoir de la Vierge à la cerise, stuc peint, doré, du XVIIIe siècle[20] ; l'huile sur panneau de bois est attribuée à Sano di Pietro et date de 1445
  • Dans la chapelle du couvent :
    • tableau Christ en croix, peinture à l"'huile sur toile, limite XVIIIe et XIXe siècles[21] ;
    • tableau Saint Pancrace, sainte Lucie, saint Blaise et saint André, peinture à l'huile sur toile, limite XVIIe et XVIIIe siècles[22] ;
    • tableau Vierge à l'Enfant dite la Vierge à la Cerise, panneau bois peint du XIVe siècle[23] ;
    • chaire à prêcher (cuve), soutenue par une colonne torse à chapiteau portant des feuilles d'acanthe. Elle se compose de quatre panneaux sculptés, séparés par de petites colonnettes torses, en bois taillé, du début XVIIIe siècle[24] ;
    • stalles du chœur en bois taillé, première moitié du XVIIIe siècle[25] ;
    • meuble de sacristie daté de 1665, en bois taillé[26].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Parc naturel régional[modifier | modifier le code]

Piazzali est une commune adhérente au parc naturel régional de Corse, dans son « territoire de vie » appelé Castagniccia[27].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de 2e génération :

Châtaigneraies de la Petite Castagniccia

Piazzali fait partie des quarante-trois communes concernées par la zone qui couvre une superficie totale de 10 559 ha. Cette zone s'étend sur le territoire appelé localement « la petite Castagniccia », dont 60 % sont couverts par les châtaigneraies. Elle fait l'objet de la fiche ZNIEFF 940004146 - Châtaigneraies de la Petite Castagniccia[28].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Frate Agostino Giustiniano fut évêque de Nebbio une première fois de 1514 à 1517
  2. « L'île est par lui (Giustiniani) divisée du Nord au Sud en deux parties, dont l'une, celle qui fait face à l'Italie, est appelée banda di dentro (côte intérieure), et l'autre, par opposition, banda di fuori (côte extérieure). Elle est en outre divisée de l'Ouest à l'Est en deux autres parties, qui conservent encore dans le langage du pays leurs dénominations anciennes de qua da'Monti et de là da'Monti, c'est-à-dire pays en deçà et pays au-delà des monts qui partagent l'île » - Analyse de M. V. de Caraffa in Histoire de la Corse, Introduction, traduction de Lucien Auguste Letteron Tome I, p. XVII-XVIII.
  3. par opposition à la Corse granitique au sud et à l'ouest
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Lavandaja (Y9201200) » (consulté le ).
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Piobbo (Y9201240) » (consulté le ).
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Rivière d'Alesani (Y9200500) » (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Éléments pour un dictionnaire des noms propres Corse A-D. Monti
  12. Histoire de Corse : Le pays de la grandeur, Michel Vergé-Franceschi, p. 289.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  17. Notice no PA00099227, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Base Palissy
  19. Notice no PM2B000630, base Palissy, ministère français de la Culture.
  20. Notice no PM2B000629, base Palissy, ministère français de la Culture.
  21. Notice no PM2B000784, base Palissy, ministère français de la Culture.
  22. Notice no PM2B000783, base Palissy, ministère français de la Culture.
  23. Notice no PM2B000393, base Palissy, ministère français de la Culture.
  24. Notice no PM2B000396, base Palissy, ministère français de la Culture.
  25. Notice no PM2B000395, base Palissy, ministère français de la Culture.
  26. Notice no PM2B000394, base Palissy, ministère français de la Culture.
  27. Le Parc naturel régional de Corse sur le site de l'INPN
  28. ZNIEFF 940004146 - Châtaigneraies de la Petite Castagniccia sur le site de l'INPN