Lesperon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Lespéron.
Lesperon
Mairie de Lesperon.
Mairie de Lesperon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Mont-de-Marsan
Canton Pays morcenais tarusate
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Morcenais
Maire
Mandat
Hélène Cousseau
2014-2020
Code postal 40260
Code commune 40152
Démographie
Population
municipale
1 032 hab. (2012)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 16″ N 1° 05′ 32″ O / 43.9711, -1.0922222222243° 58′ 16″ Nord 1° 05′ 32″ Ouest / 43.9711, -1.09222222222
Altitude Min. 37 m – Max. 99 m
Superficie 102,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes (département)

Voir sur la carte administrative de la zone Landes
City locator 14.svg
Lesperon

Géolocalisation sur la carte : Landes (département)

Voir sur la carte topographique de la zone Landes
City locator 14.svg
Lesperon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lesperon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lesperon

Lesperon est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département des Landes (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située à environ 30 kilomètres des plages de la côte d'Argent, au cœur de la forêt des Landes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Bâtie sur une hauteur protégée par un ruisseau en contrebas le Vignacq. Son nom primitif était Arrast (de « Arx », c'est-à-dire citadelle). Vers 1305, Armanieu d’Albret, seigneur de cette paroisse, affirme son autorité en construisant un château ainsi qu'une église. Elle est dotée d’une imposante tour-clocher fortifiée, munie de bretèches, armée de meurtrières et percée de mâchicoulis. On suppose qu’autour de cette église, il y aurait eu quatre colonnes, vestiges passé d’une sauveté. En ce temps-là Édouard II d'Angleterre signalait cet endroit à ses sujets comme un endroit dangereux du fait de son embranchement important sur un itinéraire vers Saint-Jacques-de-Compostelle, une halte importante d’où l’on peut continuer par la suite soit par la Navarre et Roncevaux, soit par la Biscaye.

Il existe aussi une « légende » historique qui dit qu’à l’époque où régna Henri IV, existait un logis de chasse où celui-ci venait de temps à autre en passage vers Pau via Orthez. Lors d'une chasse, pourtant très bon cavalier, il en perdit son éperon au talon droit qui lui manqua énormément pour la continuité des événements. Aussi son désir d’être seul, certainement encore pour une amoureuse du coin, il y renvoyât tout son entourage[pas clair] qui l’escortait à cette recherche de son éperon. Certains disent que cet éperon était d'une grande valeur à la vue de l’importance et du désir absolu de le retrouver. Jusqu'à ce jour, l'éperon en question n'a jamais été retrouvé.

Lieu de passage de chasseurs, brigands et pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle, l'endroit fut mainte fois pointé du doigt comme le village de l’éperon, d'où le nom de Lesperon.

Aujourd'hui, son passé a transformé ce village en une richesse historique où se croise plusieurs chemins de légende ou se croisèrent jadis pèlerins, victimes et voleurs de grands chemins, à savoir qu’il existe encore des lieux-dits : Tireveste, Tire-culotte, Navarre, Fontaine St-Jean…

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Michel Bernard    
mars 2008 en cours Hélène Cousseau PG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 032 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
722 698 683 712 859 985 1 060 1 148 1 225
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 240 1 265 1 258 1 245 1 247 1 272 1 326 1 369 1 348
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 350 1 333 1 340 1 347 1 263 1 199 1 038 964 1 021
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 000 1 018 1 020 1 016 996 864 926 939 993
2012 - - - - - - - -
1 032 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Usine chimique de la DRT.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Éloi Ducom
  • Alain Bergeze né le 11 mars 1945 à Lesperon. Joueur de rugby à XV. Finaliste du championnat de France de rugby à XV en 1967 avec Bègles. Trois quart centre.
  • Christian Lasserre né le 18 avril 1935 à Lesperon. Joueur de rugby à XV. Finaliste du championnat de France de rugby à XV en 1956, 1961, 1963 et 1966 avec Dax. Pilier ou deuxième ligne. A également participé à de nombreux Paris-Dakar.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.