Linxe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Linxe
Mairie de Linxe.
Mairie de Linxe.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Dax
Canton Côte d'Argent
Intercommunalité Communauté de communes Côte Landes Nature
Maire
Mandat
Albert Tonneau
2014-2020
Code postal 40260
Code commune 40155
Démographie
Gentilé Linxois, Linxoise
Population
municipale
1 395 hab. (2014)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 55′ 18″ nord, 1° 14′ 44″ ouest
Altitude Min. 14 m – Max. 71 m
Superficie 80,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Linxe

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Linxe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Linxe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Linxe
Liens
Site web http://www.mairie-linxe.fr/

Linxe (en gascon Linça) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département des Landes (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans les Landes de Gascogne en Marensin à 130 km de Bordeaux, 80 km de Biarritz, 11 km de l'océan Atlantique, et 11 km de l’autoroute A63 (anciennement N10 ; mise aux normes autoroutières en 2013). La gare ferroviaire de Dax est à 30 km, et l'aéroport de Biarritz à 80 km.

Climat océanique aquitain.

Le village est traversé par le Binaou, petit ruisseau qui se jette dans l'étang de Léon.
Les communes limitrophes sont : Castets, Lesperon, Lévignacq, Lit-et-Mixe, Vielle-Saint-Girons, Saint-Michel-Escalus.

Étymologie[modifier | modifier le code]

« Linxe » viendrait du latin lintea (terra) : endroit où pousse le lin[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Martin de Linxe est mentionnée au XIIe siècle (Sanctus Martinus de Linsa)[2]. Elle fut fortifiée pendant la Guerre de Cent Ans[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Jean-Marie Bergez PS  
mars 2008 en cours Albert Tonneau PS Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 395 habitants, en augmentation de 12,86 % par rapport à 2009 (Landes : 5,28 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
774 717 650 868 1 021 1 050 1 074 1 133 1 165
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 245 1 289 1 446 1 502 1 458 1 302 1 329 1 363 1 306
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 310 1 272 1 255 1 147 1 143 1 151 1 130 1 075 1 037
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 065 1 090 1 042 962 980 1 056 1 142 1 275 1 395
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La superficie agricole utilisée (238 ha) ne représente que 2,9%[8] (dont 139 ha de maïs). La couverture en pins est de 88%.
Le traitement et la transformation du bois fournissent la plupart des emplois. L’usine Darbo (fabrication de panneaux à base de particules de bois) est gérée par le groupe Gramax Capital AG qui est un groupe suisse.
Le tourisme a aussi une place importante dans l’économie locale (campings, commerces) générant surtout des emplois saisonniers.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Association musicale : Musicalinxe ; Peña taurine : Pueblo Afición ; associations sportives regroupées au sein du Racing Club Linxois omnisports ; Vétérans du R.C.L. : Les Abeilles Linxoises ; Amicale des Retraités ; Association Communale de Chasse Agréée ; Association de Parents d’Élèves ; Sapeurs Pompiers Volontaires ; Office de Tourisme Landes Bruyères ; Yoga ; Maison des Jeunes.

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Linxe possède des équipements sportifs  : courts de tennis, stade de rugby, salle polyvalente inaugurée en 2002.

Commerces[modifier | modifier le code]

Maison de la presse ; deux boulangers dont un artisan chocolatier ; un supermarché depuis mars 2008. Marché sur la place de l'Église deux fois par semaine, le mardi et le vendredi.

Culture[modifier | modifier le code]

Salle des fêtes / cinéma.
Bibliothèque / médiathèque municipale.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Classes primaires dans le village.
Un collège ouvert en septembre 2004.

Église

Cultes[modifier | modifier le code]

Lieu de culte catholique avec messe chaque dimanche.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes des Landes et bas-Adour, Pau, Éditions Cairn, , 288 p. (ISBN 2-35068-011-8, présentation en ligne).
  2. Cartulaire de la Cathédrale de Dax, Liber Rubeus ; éd. CEHAG ; 2004 ; acte 174.
  3. Les églises fortifiées des Landes littorales Eglise Saint-Martin de Linxe ; Rémi Désalbres ; in Bulletin de l’Association Mémoire en Marensin, n°15, 2004, p.149.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Agreste; Recensement Agricole 2010.
  9. R.P. Dom H. LECLERCQ, Les martyrs : recueils de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines du christianisme jusqu’au XXe siècle (1921), Tours, 1924, T. XV, pp. 279-284
  10. Exposition « Passe, Cidadão! », à Caparica, juillet 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]