Les 69 stations du Nakasendō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les 69 stations du Nakasendō ((中山道六十九次 Nakasendō Rokujūkyū-tsugi) sont des relais le long du Nakasendō, allant de Nihonbashi à Edo (maintenant Tokyo) à Sanjō Ōhashi dans Kyoto[1],[2]. La route couvre approximativement 534 km et constitue une voie de commerce alternative à la route de Tōkaidō[1].

ishidatami (pavés) originaux de la Nakasendō

Stations du Nakasendō[modifier | modifier le code]

Marqueur de distance de Nihonbashi
Annaka-shuku, estampe de Hiroshige
Iwamurada-shuku, estampe de Eisen
Seba-juku, estampe de Hiroshige
Rue principale de Magome-juku
Marqueur du honjin de Akasaka-juku
Sanjō Ōhashi, estampe de Hiroshige

Voici, ci-après, les 69 stations du Nakasendō avec, en plus, des points de départ et d'arrivée qui sont communs avec la route de Tōkaidō. Les stations sont réparties en fonction des préfectures contemporaines dont elles relèvent et incluent le nom des villes/bourgs/villages/districts actuels.

Tokyo[modifier | modifier le code]

Point de départ : Nihonbashi (Chūō-ku)
1. Itabashi-shuku (Itabashi)

Préfecture de Saitama[modifier | modifier le code]

2. Warabi-shuku (Warabi)
3. Urawa-shuku (Urawa, Saitama)
4. Ōmiya-shuku (Ōmiya, Saitama)
5. Ageo-shuku (Ageo)
6. Okegawa-shuku (Okegawa)
7. Kōnosu-shuku (Kōnosu)
8. Kumagai-shuku (Kumagaya)
9. Fukaya-shuku (Fukaya)
10. Honjō-shuku (Honjō)

Préfecture de Gunma[modifier | modifier le code]

11. Shinmachi-shuku (Takasaki)
12. Kuragano-shuku (Takasaki) (en commun avec le Nikkō Reiheishi Kaidō)
13. Takasaki-shuku (Takasaki)
14. Itahana-shuku (Annaka)
15. Annaka-shuku (Annaka)
16. Matsuida-shuku (Annaka)
17. Sakamoto-shuku (Annaka)

Préfecture de Nagano[modifier | modifier le code]

18. Karuisawa-shuku (Karuizawa)
19. Kutsukake-shuku (Karuizawa)
20. Oiwake-shuku (Karuizawa)
21. Otai-shuku (Miyota)
22. Iwamurada-shuku (Saku)
23. Shionada-shuku (Saku)
24. Yawata-shuku (Saku)
25. Mochizuki-shuku (Saku)
26. Ashida-shuku (Tateshina)
27. Nagakubo-shuku (Nagawa)
28. Wada-shuku (Nagawa)
29. Shimosuwa-shuku (Shimosuwa) (en commun avec le Kōshū Kaidō)
30. Shiojiri-shuku (Shiojiri) (en commun avec le Shio no Michi)
31. Seba-juku (Shiojiri)
32. Motoyama-juku (Shiojiri)
33. Niekawa-juku (Shiojiri)
34. Narai-juku (Shiojiri)
35. Yabuhara-juku (village de Kiso)
36. Miyanokoshi-juku (bourg de Kiso)
37. Fukushima-juku (bourg de Kiso)
38. Agematsu-juku (Agematsu)
39. Suhara-juku (Ōkuwa)
40. Nojiri-juku (Ōkuwa)
41. Midono-juku (Nagiso)
42. Tsumago-juku (Nagiso)

Préfecture de Gifu[modifier | modifier le code]

43. Magome-juku (Nakatsugawa)
44. Ochiai-juku (Nakatsugawa)
45. Nakatsugawa-juku (Nakatsugawa)
46. Ōi-juku (Ena)
47. Ōkute-juku (Mizunami)
48. Hosokute-juku (Mizunami)
49. Mitake-juku (Mitake)
50. Fushimi-juku (Mitake)
51. Ōta-juku (Minokamo)
52. Unuma-juku (Kakamigahara)
53. Kanō-juku (Gifu)
54. Gōdo-juku (Gifu)
55. Mieji-juku (Mizuho)
56. Akasaka-juku (Ōgaki)
57. Tarui-juku (Tarui)
58. Sekigahara-juku (Sekigahara)
59. Imasu-juku (Sekigahara)

Préfecture de Shiga[modifier | modifier le code]

60. Kashiwabara-juku (Maibara)
61. Samegai-juku (Maibara)
62. Banba-juku (Maibara)
63. Toriimoto-juku (Hikone)
64. Takamiya-juku (Hikone)
65. Echigawa-juku (Aishō)
66. Musa-juku (Ōmihachiman)
67. Moriyama-juku (Moriyama)
68. Kusatsu-juku (Kusatsu) (fait aussi partie du Tōkaidō)
69. Ōtsu-juku (Ōtsu) (fait aussi partie du Tōkaidō)

Préfecture de Kyoto[modifier | modifier le code]

Point d'arrivée : Sanjō Ōhashi (arrondissement de Higashiyama-ku à Kyoto)

Ai no shuku[modifier | modifier le code]

Les ai no shuku (station intermédiaire) sont des aires de repos le long des routes historique du Japon. Comme ce ne sont pas des stations officielles, les voyageurs particuliers n'étaient généralement pas autorisés à y demeurer. Voici quelques-uns des « ai no shuku » le long de la Nakasendō :

  • Fukiage-shuku, entre Kōnosu-juku et Kumagai-juku (Kōnosu, préfecture de Saitama) ;
  • Motai-shuku, entre Mochizuki-shuku et Ashida-shuku (Saku, préfecture de Nagano) ;
  • Shinkanō-juku, entre Unuma-juku et Kanō-juku (Kakamigahara, préfecture de Gifu).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Yama to Keikoku Publishing (2006). Nakasendō o Aruku (Revised ed.). Osaka: Yama to Keikoku Publishing. (ISBN 4-635-60037-8)
  2. Nakasendō Jōhō. (ja) NEC Corporation

Source de la traduction[modifier | modifier le code]