Gokaidō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire du Japon
Cet article est une ébauche concernant l’histoire du Japon.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Les Cinq routes d'Edo, ou Gokaidō (五街道?) étaient, durant l'époque d'Edo, cinq routes majeures partant de la ville d'Edo.

Les Gokaidō, les « Cinq Routes » du shogunat Tokugawa

Les cinq routes étaient :

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La première route est le Tōkaidō, qui relie Tōkyō à Kyōto. Cette artère, jalonnée de 53 « stations » ou relais, est la plus importante et la plus fréquentée, et longe par endroits le littoral, représentant une distance totale d'environ 500 kilomètres ; les voyageurs mettent à peu près deux semaines à la parcourir, la plupart du temps à pied, mais aussi à cheval, en chaise à porteurs ou en palanquin, selon leur aisance financière[1].

La seconde s'appelle le Kiso Kaidō. Appelée aussi route du Nakasendō (c'est son nom officiel), et dotée de 69 « stations », elle relie également Tōkyō à Kyōto, mais par un parcours alternatif, passant par le centre de Honshū, d'où son nom, qui signifie « route de la montagne du centre ».

Les trois autres routes sont :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice sur les 53 stations du Tōkaidō de l'exposition Estampes japonaises, Images d'un monde éphémère, à la BnF du 18 novembre 2008 au 15 février 2009
  2. Carte du Kōshū Kaidō
  3. Carte du Ōshū Kaidō
  4. Nikkōdō