Co-cathédrale Saint-Jean de La Valette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Co-cathédrale Saint-Jean de La Valette
Image illustrative de l’article Co-cathédrale Saint-Jean de La Valette
Présentation
Culte catholique
Type Cocathédrale
Rattachement Archidiocèse de Malte
Début de la construction 1573
Fin des travaux 1577
Style dominant Baroque pour l'intérieur
Site web stjohnscocathedral.com
Géographie
Pays Drapeau de Malte Malte
Région Île de Malte
Ville La Valette
Coordonnées 35° 53′ 52″ nord, 14° 30′ 46″ est
Géolocalisation sur la carte : Malte
(Voir situation sur carte : Malte)
Co-cathédrale Saint-Jean de La Valette

La co-cathédrale Saint-Jean est une cathédrale catholique située à La Valette, à Malte. Elle fut construite entre 1573 et 1577 par les chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem suivant les plans de l'architecte militaire maltais Ġlormu Cassar (alors déjà à l'origine de plusieurs édifices importants de La Valette).

Historique[modifier | modifier le code]

Financée et commandée en 1572 par Jean de La Cassière, le grand maître de l'Ordre, il en fit l'église conventuelle des chevaliers et une cocathédrale, titre conféré par Pie VII en 1816, puisqu'elle partage ce titre avec la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Mdina[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Photographie de la nef. Les cénotaphes sont visibles, de même que le plafond.
Nef de la co-cathédrale.

Elle fut construite par l'architecte Ġlormu Cassar de 1573 à 1577, et décorée par Mattia Preti de 1662 à 1667.

Cénotaphes[modifier | modifier le code]

Le sol, tout de marbre, est complètement formé de cénotaphes, où sont représentés 405 chevaliers[2] de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[3]. Il y a aussi une crypte qui renferme les tombes de grands maîtres, dont Philippe de Villiers de L'Isle-Adam, Jean de Valette[4], Claude de La Sengle et Alof de Wignacourt.

Chapelles[modifier | modifier le code]

Il y a huit chapelles, chacune représente normalement une langue hospitalière. Les chapelles sont : la chapelle d'Allemagne ou des Rois Mages, celle d'Italie ou de Sainte-Catherine, de France ou de Saint-Paul, de Provence ou de Saint-Michel comprenant la chapelle anglo-bavaroise ou des Reliques, la chapelle du Saint-Sacrement, d'Auvergne ou de Saint-Sébastien, d'Aragon ou de Saint-George et de Castille ou de Saint-Jacques.

L'emplacement de quatre autres chapelles est réservé à des entrées. Au fond de la nef, l'entrée de la sacristie, en face l'entrée de l'oratoire. Anciennement (1603-1604), les résidences du grand prieur et celle du vice-prieur. Entre la chapelle d'Allemagne et celle d'Italie, l'entrée latérale de la co-cathédrale, en face de celle-ci, l'entrée de l'ancien cimetière conventuel, aujourd'hui, celle du musée.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'oratoire de la chapelle des novices avec La Décollation de saint Jean-Baptiste du Caravage.

Divers[modifier | modifier le code]

Une inscription près de l'entrée latérale, par où passaient les Hospitaliers rappelle la brièveté de la pérégrination terrestre : « Vous qui marchez sur les morts, rappelez-vous qu'un jour on marchera sur vous »[7][réf. à confirmer].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :