Liste des maîtres de province de l'ordre du Temple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La liste des maîtres de province de l'ordre du Temple regroupe les noms des maîtres selon un axe chronologique identifié par période de maîtrise et domaines territoriaux.

Cette notion de province administrative au sein de l'ordre du Temple ne correspond pas aux limites géographiques actuelles et encore moins aux possessions territoriales des royaumes de l'époque[1]. Les limites de chaque province étaient propres aux templiers et si on fait référence à la province de France, ce n'est ni le royaume de France tel qu'il était au XIIe siècle et XIIIe siècle ni la France d'aujourd'hui.

Sommaire

L'organisation des provinces et leur évolution[modifier | modifier le code]

Comme tout ordre religieux, les templiers étaient dotés de leur propre règle et cette règle évoluait sous forme de retrais (article statutaires) à l'occasion des chapitres généraux[2]. C'est l'article 87 des retrais de la règle qui nous indique la répartition territoriale initiale des provinces. Le maître de l'ordre désignait un commandeur pour les provinces suivantes[3],[4],[5]:

Cette répartition a évolué au fur et à mesure de l'expansion des templiers. On constate notamment la création de nombreuses nouvelles provinces et certaines réorganisations territoriales comme la fusion de l'Aragon et de la Provence puis vers le milieu du XIIIe siècle la scission en deux provinces distinctes de cette province de Provence et partie des Espagnes[6],[7].

Les responsables de chaque province étaient désignés par le titre de Præceptǒr (Précepteur/Commandeur) ou Mǎgistěr (Maître) selon les cas. Si la traduction de Mǎgistěr ne laisse pas place au doute, celle de Præceptǒr, littéralement « celui qui commande », est souvent sujette à caution. La question étant de savoir si on doit faire référence à des Préceptories ou à des Commanderies lorsqu'on évoque leurs installations.

Provinces créées au XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Province d'Angleterre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Templiers en Angleterre.
L'Angleterre et la France à l'époque d'Henri Ier.

C'est au cours de l'année 1128 qu'Hugues de Payns[8] se rendit dans le Duché de Normandie pour y rencontrer Henri Ier d'Angleterre. Avec son aval il parcourt le royaume d'Angleterre afin de collecter des fonds et recruter des hommes pour défendre les États latins d'Orient. Au cours de ce voyage, il ira jusqu'en Écosse alors en pleine révolution davidienne[3],[9].

Néanmoins les premières donations, dont celle d'Étienne d'Angleterre concernant une propriété dans la Cité de Londres, ne sont attestés qu'entre 1135 et 1144[9]. Temple church fut le siège des templiers dans cette province à partir de 1185[9] ou peu après 1160[10] avant que celui-ci soit transféré dans la ville de Baldock de 1199 à 1254[9].

Le rôle des templiers en Angleterre en tant que dépositaire du trésor royal est confirmé par les nombreuses transactions réalisées du règne d'Henri Ier (1100-1135) à celui d'Édouard Ier d'Angleterre (1272-1307)[11],[12]. On note même la venue en 1274 du maître du Temple Guillaume de Beaujeu dès le début de sa maîtrise afin de récupérer l'emprunt contracté par Édouard[13].

Ils établissent près de 45 commanderies à travers le royaume d'Angleterre, celui d'Écosse, l'île d'Irlande à l'exception des royaumes du pays de Galles où leur implantation est modeste[N 1] comparée à celle des Hospitaliers[15]. L'Écosse et L'Irlande avaient leur propre maître mais il était désigné lors des chapitres qui se tenaient en Angleterre et il était subordonné au maître de la province[17]. À la fin du XIIIe siècle, ces chapitres annuels avaient généralement lieu à Temple Dinsley mais il y en a eu également à Temple Bruer et à Garway[18].

Parmi les hauts dignitaires de l'ordre, le maître Thomas Béraud est parfois cité comme d'origine anglaise[19].

Le premier historien à avoir proposé une liste des maîtres de la province d'Angleterre en indiquant les sources initiales fut Charles G. Addison (en) en 1842, précisant que les Hospitaliers du prieuré de Clerkenwel (en) en avaient dressé une pour honorer la mémoire de ces dignitaires templiers[20]. L'un des ouvrages de référence est celui de Béatrice Adélaïde Lees publié en 1935 car il contient un grand nombre de documents authentiques sur les templiers en Angleterre[21]. On trouve également des informations dans l'ouvrage de T.W Parker paru en 1963[22] et en dernier lieu une liste publiée par Evelyn Lord qui ne reprend pas tous les noms figurant chez Addison, Lees et Parker, qui affine ou corrige certaines dates mais qui n'est pas très précise quant aux sources qui ont permis ce travail[23],[N 2].

Maître Période de maîtrise Commentaires et autres fonctions
fr. Hugh of Argentine c.1140[23],[24] (la): Hugonis de Argent', de Argentein
(en): Hugh of Argentein
[25]
(fr): Hugues d'Argentière, d'Argentine, de Argentein
c.1140 X 1143: « Hugoni de Argent[ein] in perpetuam elemosinam XL solidat[as] terre in manerio de Dynneslay »
[26]
c.1140 X 1145 (décembre 1141?): « Hugoni de Argent(ein) et aliis fratribus de Templo in perpetuam elemosinam de terra de Luppehalla »[27]
fr. Osto 1150[23],[24] Osto of Saint-Omer, Osto de Boulogne[28],[29]
fr. Richard of Hastings 1155 - 1177 (la): Ricardus de Hastingas, de Hastinges, de Hastingis
(fr): Richard d'Hastings
janvier/février 1155
[30]: « Magister omnium militum et fratrum Templi qui sunt in Angliâ, salutem »[31],[32]
1164: « Ricardus scilicet de Hastinges , et socius ipsius Hosteus nomine de Bolonia ambo sapientes, ambo regis admodum familiares », Clarendon (en)[33]
avant 1171: « Magistro fratrum de Templo »[34],[35]
29 août 1176:« Miliciæ Templi in Anglia minister humilis... magister et custos rerum quas domus Templi Salomonis habet in regno Anglie »[36]
postérieur au 25 juillet 1177: « milicie Templi in Anglia magister concilio et assensu Capituli apud Londoniam »[37]
[Certains auteurs ne mentionne que 1155-1164][23],[24],[N 3]
fr. Walter 1157/59[39] [Incertain][N 4]
(la): Walterus
1157/59: « magistro de Templo »[39]
fr. Richard Mallebeench ?[N 5] (la): Ricardus Mallebeench
(en): Richard Mabang
non daté: « magister omnium pauperum militum et fratrum Templi Salomonis in Anglia »
[32],[40]
Cette charte est une confirmation Richard de Hastings[12],[32]

Probablement le même individu que « Ricardus Malban », chevalier du Temple (miles Templi) en 1147[42]
[Non mentionné par Lord et Parker][23]
fr. Geoffrey Fitz-Stephen c.1185 - 1195[43]
ou
1180 - 1185[12],[23],[24]
(la): Galfridus, Gaufridus filius Stephani
« militiæ Templi in Anglia minister »
[32]
1185: « per fratrem Galfidum filium Stephani, quando ipse suscepit bailiam de Anglia »[44]
c.1189-93: « Karissimo sibi in Christo S.[sic] magistro fratrum Templi in Anglia azo archidiaconus Salutem in Domino. »[45]
mai/juin 1190: « frater Gaufridus filius Stephani milicie Templi in Anglia minister humilis »[46],[47]
fr. William of Newham ?[12],[23],[24] (la): Willelmus de Neuham, de Neweham, de Niweham
(en): William de Newenham, of Newburgh
fr:Guillaume de Nehan, de Newham
c.1195-1200: « frater Willelmus de Neuham milicie Templi in Anglia minister humilis »
[48]
sans date: « qui tunc temporis erat magister Templi totius Angliae »[49]

Frère du Temple (témoin dans plusieurs chartes) lorsque Geoffrey Fitz-Stephen était maître, notamment en 1190[46],[50]
fr. Aymer St Mawr 1200 - 1216[12](1218)[12],[23],[24] (la): A., E., Amauricus, Emericus de Sancta Maura
(fr): Aimery de Sainte-Maure, Aymeric de Saint-Maur
Sources: 1214-1216
[51]
fr. Alan Martel 1218 - 1228[12],[23],[24] Également orthographié Alan Marcell, documents pour l'année 1220 et 1228[12]
fr. Amberaldus 1229[12],[32] [Erreur de date ?, Ni Lees, ni Lord ni Parker n'en font mention][23]
Il apparait uniquement dans le Cotton, Ms. Nero, f. 466[N 6]
fr. Robert de Sandford 1229[23] - 1234[12] (la): Robertus de Saunford
«  magistrum milicie Templi in Anglia »
[52]
fr. Robert Mounford 1234[12] [Erreur]
Probablement Robert de Sandford mal retranscrit par un copiste.
fr. Robert de Sandford 1234 - 1248[23] (la): Robertus de Samf', de Samford
1233/34: « Robertus de Samford milicie Templi in Anglia minister humilis »
[53]
Dans les chartes anglaises, il n'apparaît que jusqu'en 1247[12]
fr. Roncelin de Fos 1250 - 1251[12] N'est pas mentionné par Evelyn Lord, y compris pour la période 1252-59[23]
Pierre-Vincent Claverie indique qu'il a pris ses fonctions en 1252[54]
Commandeur de Tortose (1241/42)[54], maître en Provence (1248-50, 1260-78)[55]
fr. Roncelin de Fos[N 7]
ou
Robert de Sandford[13]
1252[13],[56] (la): Rocelinus de Fos
6 janvier 1252: « magister militiæ Templi in Anglia »
[57]
06 mars 1252: « militum Templi in Anglia minister humilis »[58]
1 avril 1252: « magistrum militiæ Templi in Anglia »[59]
16 juin 1252: « magistrum militiæ Templi in Anglia »[60]
10 août 1252: « magistro militiæ Templi in Anglia »[61]
fr. Roncelin de Fos 1252-1259[54] Voir aussi 1250-51[12]
fr. Amadeus de Morestello 1259-1260[23],[24] Apparaît également en 1254 et 1258-1259[12]
Périodes pendant lesquelles Roncelin de Fos était en Orient[54]
fr. Ambesard 1261 - 1266[62],[63] (la): Ambelardus
(fr): Amblard de Vienne
1266: « magister milicie Templi in Anglia »
[62]

Maréchal du Temple (1271)[62]
Maître d'Aquitaine (1278-1295)[62]
fr. Humbert de Pairaud 1267 - 1269[12] [Erreur ?][N 8]
(la): Himbertus Peraut
Période proposée à partir des interrogatoires du procès
[67],[N 9]

Commandeur d'Aquitaine et visiteur général (1266-1269)[65]
fr. Humbert de Pairaud 1269 - 1271 (la): Imbertus de Peraut, de Pyraud
1270: « magister milicie Templi in Anglia »
[68]
05 avril 1271: « milicie Templi in Anglia minister humilis »[69]

Commandeur de la baillie de Ponthieu (1257)[64]
Commandeur de la province de France (1261-1264)[64]
Commandeur de la province d'Aquitaine et visiteur général (1265/66-1269)[65]
Commandeur de la province de France (1272)[70],[71]
fr. Guy de Forester 1272 - 1275[72] (la): Guido de Foresta
(fr) : Guy de Foresta

Maréchal du Temple (1277)
[72]
Voir aussi 1291-1295
Autres sources:
[23],[63],[73]
fr. Robert de Turville 1276 - 1282 (la): Robertus de Turvile, de Turvill
(fr): Robert de Torteville, Tourville, Turvile
« magister milicie Templi in Anglia »
[74]
Il est généralement mentionné sans discontinuer de 1276 à 1290[23],[73]
Richard Peytevyn semble s'intercaler à partir de mai 1282[75]lorsqu'il part pour l'Écosse[76],[77]
fr. Richard Peitevin 1282[75] (la): Ricardus Peitevyn, Peytevyn
Richard Peitevin ou Poitevein originaire de North Cave (en) (Yorkshire)
[78]
Reçu en 1266 à Temple Dinsley par Humbert de Pairaud[79],[80]
Commandeur de Wylburgham (1298)[81]
Interrogé[79],[82] et mentionné dans plusieurs interrogatoires du procès[83]
† postérieur à juillet 1311[84]
fr. Robert de Turville 1283 - 1290[23],[24],[73] (fr): Robert de Torteville, Tourville, Turvile
fr. Guy de Forester 1291-1296 (avril)[72] (fr): Guy de Foresta
Maréchal du Temple (1277)
[72]
Voir aussi 1272-1275
Autres sources:
[23],[63],[73]
fr. Guillaume de Tourville 1292[73] [Erreur ?]
fr. Brian de Jay 1296 - 1298[23],[24] † lors de la bataille de Falkirk
fr. William de la More 1298 - 1312[23],[24] (fr): Guillaume de More

Baillie d'Écosse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Templiers en Écosse.

Il ne s'agit pas d'une province en tant que tel mais d'une baillie dépendante de la province d'Angleterre au même titre que l'île d'Irlande[3]. On remarque notamment que Brian de jay fut d'abord commandeur de cette baillie avant de devenir maître en Angleterre[85].

Commandeur Période
fr. Robert Daken 1290[86]
fr. Brian de Jay 1291-1296[3]
fr. John de Sawtrey (John of Sawtry, † à la bataille de Falkirk) 1296-1298[85]

Baillie d'Irlande[modifier | modifier le code]

Commandeur Période Commentaires
fr. Walter the templar c. 1180[87]
fr. Guarnerus ?[87]
fr. Hugh the templar c. 1200 - 1210[88]
fr. Henry Foliot c. 1210[88] (la): Henricus Foliot
sans date: « Magister Militiæ Templi in Hibernia et fratres de Clontarff »
[89]
... ...
fr. Ralph de Southwark 1234[88] (la): Radulphus de Souekewurth
1235: « qui fuit frater domus Templi et preceptor ejusdem domus in Hibernia »
[90]
fr. Roger le Waleis 1235 - 1250[88] (la): Rogerus le Waleis, Walensi
1235: « quod fratrem Rogerum le Waleis, presentium latorem, quem magister Milicie Templi in Anglia de consilio fratrum suorum mittit in Hiberniam »
[90]
1242: « R. Walensi, magistro milicie Templi in Hybernia »[91]
fr. Herbert de Mancetter
(ou Mancester)
1257 - 1273[88] (la): Herbertus de Manecestria
(en): Herbert of Mancester
[N 10]
1273: « Magistri militie Templi in Hibernia », à Crok[93]
fr. Roger de Glastonbury 1278 - 1288[88]
fr. Thomas de Toulouse 1288[88]
fr. Robert de Gloucester 1290[86]
fr. Walter Bachelor 1295 - 1301[88]
fr. Peter de Malvern 1300[88] [Chevauchement de dates avec Walter Bachelor]
fr. William de Waryne 1302 - 1306[88]
fr. Walter Bachelor 1307[94] (en): Walter Bacheler
fr. Henry Tanet 1307 - 1308 [88] (la): Henricus de Tanet
procès: « magnus preceptor in Hibernia »
[95]

Province d'Aquitaine[modifier | modifier le code]

La France en 1154.

(la): « Præceptor (magister) Domorum Militiæ Templi in Aquitania »

La province de Poitou-Aquitaine est une des premières provinces de l'ordre. C'était une très grande province incluant (du nord au sud) le duché de Bretagne, le comté du Maine, le comté d'Anjou (Touraine incluse) et en grande partie le duché d'Aquitaine[4] (Comté de Périgord, comté de Poitou), à l'exception des comtés à l'est (La Marche, Limoges, Auvergne) qui formeront un peu plus tard la province d'Auvergne et de l'ancien duché de Gascogne qui a fait partie de la province de Provence et parties des Espagnes avant d'être intégré dans les possessions en Aquitaine. Son territoire est comparable à l'Aquitaine seconde[4]. Hugues de Payns visita le Poitou en 1128[8] juste avant de se rendre en Angleterre puis dès 1139[96] Aliénor d'Aquitaine leur fit don de biens à La Rochelle.

Comme pour la province d'Auvergne (où les maîtres portaient parfois le titre de maître du Limousin), les maîtres désignés comme maître en Poitou (Magister in Pictavia) étaient maîtres d'Aquitaine (Aquitania). Giraud Brochard au début du XIIIe siècle est mentionné comme étant maître du Poitou et de Gascogne (Magister in Pictavia et Wasconia)[97].

La province d'Aquitaine intégra également la baillie du Duché de Bretagne, lors d'un accord établi en 1225 entre Giraud des Bruyères (Girardus de Breies), alors maître provincial d’Aquitaine, et les seigneurs de Retz[98]. Il s'était adjoint les services d'un lieutenant, Pierre de Langan, cité en 1245 comme "commandeur des maisons de la chevalerie du Temple en Bretagne"

Maître Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonctions
fr. Guillaume Guidaugier c. 1141[99]
fr. Hugues 1151[99],[100] (la): Hugo
fr. Pierre Levesque c. 1166[99],[100] (la): P. Episcopus[101], Petrus Episcopus[N 11]
« magister Pictavie »
fr. Guillaume Pavet 1166 - 1173[99],[101] (la): Guillelmus Panel, Willelmus Pavet
(en): William Pavet
(fr): Guillaume Panet, Ponet
1173: « minister Templi in Acquitania »
[103]
Autres sources:[104]

Maître de la province de France (1160-1161)
fr. Humbert Boutiers 1180[99],[100],[101] (la): Hymbertus Boters
1180: « magister de Pictavia »
[105]
c. 1180: « humilis minister Templi in Aquitania »[101]
fr. Aimery de Sainte-Maure 1189 - 1190[99] (la): Aimericus de Sancta Mora
(fr): A. de Sainte-Maure
non daté: « magister fratrum milicie Templi per totam Aquitaniam »
[101]
fr. Guillaume Arnaud 1201[99],[101] (la): Guillelmus Arnaldus
1201: « magister fratrum milicie Templi in Aquitania »
[101]
fr. Témeric Boez c.1205[99] (la): Lemerius Boez, Temerius Booz
sans date (1205?)
[N 12]: « magister militie Templi pictavensis, magister militiæ Templi pictaviensis »[106]

Commandeur de La Rochelle (1207)[107]
Guillaume "Œil de Bœuf"
1207[108] [Erreur][N 13]
Maître cismarin (1207,1209,1211)[111]
Maître de la province de France (1209)[112]
Giraud Brochard 1210 (1214)[100] - (1220)[100] 1222[113] (Girardus brochardi)
Guy de Tulle 1222 - 1223[100] (Guido de Tullo)
Gérard de Breies 1224 - 1231[100] (Girardus de Breies, Girard des Brières)
1225: « frater Girardus de Breres, militie Temple in Aquitania preceptor humilis ; fratris Girardi de Breies tunc temporis milicie Temple in Aquitania preceptoris »
[114]
1231: « fratre G. de Breis, domorum Templi militiæ in Aquitania preceptore »[115]
Giraud de Brosses 1232[100] (Giraudus de Brosses)
fr. Guillaume de Sonnac 1236-1246[116] (la): Guillelmus de Sonaio, de Sonayo, Willelmus de Sounaio, de Sonayo
(en): William of Sonnac
(fr): Guillaume de Saunhac
25 mars 1236: « preceptori fratrum milicie Templi in Aquitania »
[117]
1239: « Humble précepteur des maisons du Temple d’Aquitaine »
1242: « domorum militie Templi in Aquitania preceptor humilis »[118]
02 juin 1246: « magister milicie Templi in Aquitania »[119]
fr. Garin de Sonariis 1243 [Guillaume de Sonnac][116],[N 14]
(la): Warinus de Sonariis
(en): William of Soum'
1243 x 1247: « domorum militiæ Templi in Aquitania preceptor humilis », lettre adressée au roi Henry III d'Angleterre
[120]
Autres sources:[100]
Témeric Boez 1244[100] [Erreur de date]
(la): Temerius Boez
Début XIIIe siècle
Foulques de Saint-Michel 1250 - 1252[100] (la): Fulco de Sancto Michaele
novembre 1250: « Ge frère Foques de Saint Michea, commanderers adonques dau maisons de la chevalerie dau Temple en Aquitaine »
[121]
1251: « ? »[122]
20 mars 1252: « venerabilis vir frater Fulcho de Sancto Michaele, preceptor militie Templi in Aquitania »[123]
(Guido de bona Camierna)[13] 1252
Hugues Grisard (Hugo Grisardi) 1254 - 1258[100] 27 août 1254: « fratre Hugone Grisart, tunc preceptore militie Templi in Aquitania »[124]
François de Bort 1259 (?)[125] - 1261[101],[126],[99] 18 juin 1261: « fratri Franconi de Borno praeceptori et locum praeceptoris Templi in Aquitania tenenti »

[127]

Guy de Bazainville 1262 - 1264[128] (Guido de Basenvilla, Gui de Basenville)

Maître de la province de France (1249-1255)
Commandeur de la terre et du royaume de Jérusalem (1256)[129]
Visiteur cismarin (1258-1260/61)
Humbert de Pairaud 1266 - 1269[65]
Jean le Français 1269 - 1276 [66],[3],[130] (la): Johannes Franciscus, Johannes dictus le Franceis
juin 1270: « frater Johannes dictus le Franceis magister militiae Templi in Aquitania »
[131]
Humbert de Pairaud 1274 - 1278[N 15] [Incertain]
Amblard de Vienne 1278 - 1295[62] (1288)[100] (Amblardus de Vienesio)
Pierre de Villiers 1292 - 1300[100] (Petrus de Villaribus, Petro de Villaria)[132],[133]
Geoffroy de Gonneville 1302 - 1303[100] (1307)[134] (la): Galfridus, Gaufredus, Gaufridus de Gonavilla, Guaufredo de Gonavala
Galfride de Gonavilla, Geoffroy de Goneville
[135]
15 novembre 1307, procès: « Galfridus de Gonavilla, Miles Ordinis Templi, preceptor Aquitaniæ & Pictaviæ »[136]

Reçu vers 1279 au Temple de Londres par Robert de Turville, maître d'Angleterre[136]
Autres mentions au cours du procès:[137]

Baillie de Bretagne[modifier | modifier le code]

(la): « Preceptor domorum militie Templi in Brittania »

Commandeur Période Commentaires
fr. Guillaume Faucon 1141[138] (la): Guillelmus Faucon, magister militum Templi
fr. Guillaume Ferron 1170[139]
fr. Pierre de Langan 1245[140],[141]

Baillie de Périgord[modifier | modifier le code]

(la): « Preceptor domorum militie Templi in Petragoricensis »

Commandeur Période Commentaires
fr. Raymond Aiz 1246 (la): « Raymundo Aiz, magistro Militiae Templi in Petragor. dioc. »

Province d'Auvergne[modifier | modifier le code]

Carte de la France en 1154.

(la): Preceptor milicie Templi in Lemovicino et Arvernia, magister/preceptor in Lemovicino, preceptor Arvernie, preceptor domorum milicie Templi in Arvernia

Cette province se forme vers 1180 et correspondait aux territoires du comté d'Auvergne et du comté de la Marche au sein du Duché d'Aquitaine, certains auteurs faisant référence à la province d'Auvergne-Limousin lorsqu'ils évoquent cette province. Les limites exactes sont difficiles à établir notamment au nord où on trouve la seigneurie de Déols et la seigneurie de Bourbon avec des possessions templières dont on ne sait pas précisément à quelle province il faut les rattacher.

Émile-Guillaume Léonard a émis des réserves quant à l'autonomie de cette baillie ou province vis-à-vis de la province de France[142] et il semblerait que la province fut intégrée à celle d'Aquitaine à la fin du XIIIe siècle car la commanderie de Montferrand était devenue la résidence du maître d'Aquitaine[143]. On note par ailleurs une charte de février 1228 qui montre qu'à cette date, leurs possessions en Auvergne dépendent de la province de Provence et parties des Espagnes. Foulques de Montpezat (ca), maître de Provence et d'Aragon et Guilhem d'Alliac alors commandeur d'Auvergne signant un accord avec le chapitre de Brioude[144].

Maître Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Jourdain av. 1188[142] (la): Jordanus
« Magister milicie Templi Lemovicensis » (Limousin)
[142]
Guy des Barres 1201[145] (Guido deu Barri)
« Magister domorum Templi in Lemovicinio » (Limousin)
[142]
Gérard 1225[146] [?, à vérifier]
fr. Guillaume d'Ailly
(Alliac)
1228[142],[147] (la): Willelmus d'Alliac
(en): William of Alliac, of Azylach
(fr): Guilhem d'Alliac
février 1228: « frater Willelmus d'Alliac, preceptor militie Templi Arvernie »
[144]

Commandeur de Barberà (1207-1208)[148],[149]
Commandeur de Novillas (1212-1218)[148],[N 16]
Commandeur de la baillie de Provence (1217-1218)[150]
Maître de la province de Provence et partie des Espagnes (1220/21-1223)[148],[151]
fr. Archembaud 1237[142] (la): Archembaldus
1237: « Preceptor Arvernie »
[142]
fr. Pierre de « Malomonte » 1253[142] « Humilis preceptor domorum mil. T. in Lemovicinio »[142]
Étienne de Leol ou de Loriut 1258 - c. 1275[142],[152] (la): Stephanus de Leol, de Loriut
Sources complémentaires: Procès
[153],[154]
Raymond de Boysso 1275 - c. 1279[142],[152] Autres sources:[155],[156]
François de Bort 1279 - 1288[142],[152],[155],[126] [Dates à vérifier][N 17]
(Franco de Borto)[159]
Parait avoir été commandeur du Limousin à une date antérieure
08 juillet 1278: « fratris Franconis de Bront, domorum militiae Templi in Lemovicinio praeceptoris »
[160]
11 novembre 1278: « Nos Franco de Bornt domorum militiæ Templi in Lemovicinio præceptor humilis », Testament de Robert V d'Auvergne[157]
23 juin, 18 oct. 1282: « frater Franco de Bort, preceptor domorum milicie Templi in Lemovicinio ; magistrum milicie Templi in Lemovicinio »[161]
juillet 1208[N 18]: « frater Franco de Borto miles præceptor humilis domorum militiæ in Lemovicinio et Alvernia »

Commandeur de la province d'Aquitaine (1261)[162]
Commandeur de la province de Provence (1267)
Visiteur cismarin (1270-1273, 1279)
Tenant lieu de commandeur de la province de France (1273-74)
Gérard de Sauzet 1289 - 1291[155] [3],[163],[164]
Raymond de Mareuil 1288, 1292, 1294/95[165] [Sources indirectes, procès]
(la): Raimundus de Maroil, Raymundus de Marolio
1288: « frater Raymondus de Marolio, domorum militie Templi in Alvernia et Lemovicino »
[166]

Commandeur de Villegats et de Vouthon, tenant lieu de maître d'Aquitaine (1285)[167]
Tenant lieu de commandeur du Poitou (c. 1290)
Pierre de Madic 1292 - 1301[155] (la): P., Petrus de Madico[N 19]
10 septembre 1295: « frater Petrus de Madico, preceptor domorum milicie Templi in Arvernia »[168]
27 novembre 1296: « P. de Madico in Alvernia preceptor(ibus) »[133]

Commandeur de Bellechassagne (1272) [à vérifier][N 20]
Tenant lieu de visiteur (c.1289, 1292, c.1294)[169]
Tenant lieu de commandeur du Poitou (1291, 1294, 1300)[170]
Commandeur de L'Ormeteau (1299, 1301)[170],[171]
Humbert Blanc 1301 - 1307[155],[172] (la) Hymbertus Albi, Hymberto Blancho
(Imbert Blanke)
13-16 juin 1306: « Hymberti Albi præceptoris domorum militiæ templi in Alvernia ; Hymberto Blancho ordinis militi(a)e templi in Alvernia »
[173]
Pierre d'Aumont 1309[113] [Légende ?]

Province de Castille et León[modifier | modifier le code]

(la): « Præceptor (magister) Domorum Militiæ Templi in Legione et in Castella »

Cette province incluait le Royaume de Castille et de Tolède ainsi que le Royaume de León pendant les règnes d'Alphonse VIII de Castille et d'Alphonse IX de León.

L'implantation de l'ordre débute en 1146 pour le León et en 1148 en Castille lorsque Alphonse VII leur confie la forteresse musulmane de Qal'at Rabah[174]. De leurs difficultés à défendre cette forteresse qu'ils abandonnent dix ans plus tard, naîtra l'ordre de Calatrava[174]. D'après Pedro Rodríguez de Campomanes, le frère Pedro Robera ((la): Petrus de Robera)[175] semble avoir joué un rôle majeur à partir de 1152[176] mais il s'agit de Peire de Rovira, qui était maître de Provence et partie des Espagnes[175] à ce moment-là. En 1177 ils prennent possession du Château de Ponferrada et le premier maître à porter le titre de maître de Castille et León est nommé en septembre 1178[177],[178].

Dans une moindre mesure que dans la province de Portugal, ils participent à la Reconquista et ils sont à l'origine des nombreuses forteresses assurant la défense des frontières contre les Maures.

Si le Portugal fait partie des premières provinces comme en atteste un exemplaire de la règle française qui doit dater de 1139/40[4], son autonomie dans la seconde moitié du XIIe siècle vis-à-vis de la Castille et du León est sujette à discussion. Les historiens Alain Demurger et Kristjan Toomaspoeg ne sont pas de cet avis[179]. En 1169, Gualdim Pais alors « procurateur » de Portugal semble subordonné à Garsia Romeo, « Ministre » en Castille et León lui-même aux ordres de Geoffroy Fouchier, « maître en deçà-mer ». Cependant en 1178, on trouve le maître de Castille et León, Guido de la Guarda et le maître de Portugal, Gualdim dans un même acte[180], Gualdim Pais figurant avec le titre de maître dans de nombreux documents y compris avant 1169[181].

Au début du XIIIe siècle la Castille et le León sont clairement réunis avec la province de Portugal formant la province d'Espagne dite aussi des « trois royaumes d'Espagne ». Fernando Díaz est le premier maître apparaissant avec ce titre: (la) « Magister militie Templi in Hispania » notamment en 1203[182]. On trouve ensuite Gomes Ramires (que certains historiens qualifiaient à tort de « Grand » maître du Temple)[178],[183] mais son titre exact est inconnu puis Pedro Álvarez prend le titre de maître de la province de Castille, León et Portugal (ou des trois royaumes d'Espagne)[184]. Du point de vue des commanderies, la province ne se structure réellement que vers 1220[177]. Jusqu'à la maîtrise de João Fernandes (Juan Fernandez).

Les relations entre les templiers de Castille et León et ceux de Portugal furent marquées par de nombreux conflits[N 21] qui aboutiront à la scission des deux provinces pendant la maîtrise du dernier maître des trois royaumes d'Espagne, João Fernandes d'origine portugaise. Gómez García alors grand commandeur de Castille et León pris le parti de Sanche IV de Castille lors de sa révolte contre son père contrairement à João qui fut contraint de s'exiler (au Portugal) après l'accession au trône de l'infant[187]. Il agit seul à partir de 1285 au sein des prieurés castillan et léonais tandis que João Fernandes conserve le contrôle du Portugal jusqu'en 1288.

Maître Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Fulcado 1148-[188],[189] ?
fr. Hermindo c. 1168/70[188],[190]
fr. Garsia Romeu 1169[188],[191] ((la) : Garcia Romeo, in Campis, et in Castela Militum prædictorum Ministro.)[191]
Peut-être maître de cette province dès 1168 si on suit l'avis de Gonzalo Martínez Díez[192] et de Philippe Josserand[193]. Il est mentionné comme commandeur de Ceinos (en Aragon) à cette date[194],[195].
fr. Guido de la Guarda 1178[176],[178] - 1187[196] ((la) : Guido de La Garda, magister militie Templi in Legione et Castella (1178)[180],[197]. Guidonis de Garda)
En mars 1181, il n'est plus que maître en León tandis que le frère Rodrigo est maître en Castille (traité de paix entre Alphonse VIII de Castille & Ferdinand II de León)
[198],[199]. Il apparaît avec le titre de maître (de León)[N 22] dans les archives de Ferdinand II de León jusqu'au 7 janvier 1187[201].
fr. Joan Fernández 1183[176] [Erreur]
Apparaît dans la liste proposée par Campomanes[176] qui tire l'information du cistercien Miguel Ramon Zapater[202]. Erreur de date, les faits relatés se sont produits en 1283. À cette date (1183), Guido de la Guarda est maître en León, Garnerio maître en Castille[200].
fr. Lope Fernández (ou de Serana) († août 1199) 1197-1199[203],,[204] (la) : Lupus de Serana)
Acte comme maître de Ponferrada en février 1198, ce qui laisse penser qu'il était maître de cette province
[203].
Les historiens portugais le mentionnent uniquement comme maître de Portugal (1195-1199) et successeur de Gualdim Pais
[204],[205]. Il a été commandeur de Tomar (1190)[204]
fr. Guttiere Hermildes [176] [Incertain]
Aucune charte ni de dates précises.
Campomanes le mentionne
[176] en prenant sa source chez Gonzalo Argote de Molina (es)[206], la source primaire étant une chronique de l'ordre de Calatrava où ce dignitaire serait le grand-père d'un homonyme, commandeur de Biuoras[207] ?. Il n'est pas cité par Carlos Pereira Martínez[188], à moins qu'il s'agisse du frère Hermindo (c. 1168/70) ?
Voir les maîtres de Castille, León et Portugal pour la période c. 1200-1285
fr. Gómez García 1285-1289[187] Grand commandeur de Castille et León depuis 1283, fr. João Fernandes est maître des trois royaumes d'Espagne à cette période[208] mais il prend le pas sur lui à partir de 1285[187],[209].
Commandeur de «  Sassivoz »[N 23] (1271/72)[212],[213]
fr. Gonzalo Yáñez 1289 -[208]... [214]
fr. Sancho Ibáñez
ou
fr. Gonzalo Yáñez
1295[176],[208] 03 aout 1295[208]
fr. Gonzalo Gómez
ou
fr. Gonzalo Yáñez
1295[215] 19 aout 1295[216]
fr. Ruy Díaz 1296[217]
Pedro Yáñez 1296[176] [Incertain]
fr. Gómez Pérez 1298[217],[218]
fr. Rodrigo Yáñez 1300-1301[219]. ((la):Rodericus Johannis)
Déchu de sa maîtrise entre avril 1301 et au moins jusqu'à mai 1302, il se retire à Jerez de Los Cabaleros
[220].
Semble être à Tripoli en 1281
[221],[222]
fr. Pere de Tous
ou
fr. Gómez Pérez
1301-1302[223] Pere de Tous, lieutenant du commandeur en Castille nommé par Berenger de Cardona, le maître de la Province à cette période est peut-être Gómez Pérez[224]
fr. Rodrigo Yáñez 1302-1307[219].

Province de France[modifier | modifier le code]

La France en 1180

Ce fut la première province des Templiers en Occident[225]. Il ne s'agit pas du Royaume de France mais des terres où la langue d'oïl était parlée[4]. Initialement, elle couvrait également les territoires du royaume d'Angleterre.

Les frontières de cette province étaient les suivantes[3],[225]:

Maître Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
Évrard des Barres 1143[226] - 1147[227] 27 nov. 1143: « donacio fuit facta in manu dompni Ebrardi, magistri Gallie »[228]
avant 1150 : « frater Evrardus, magister fratrum de Templo qui in Francia sunt »[229]
Otton 1158[227]
Guillaume Pavet 1160 - 1161[230] (la): Willelmus Panet
(en): William Pavet
(fr): Guillaume Panet, Ponet
[N 24]
mai 1161: « fratrum Templi in Gallia commorantium minister »[231]

Maître de la province d'Aquitaine (1166-1173)[99]
fr. Geoffroy Foucher (Fouchier) 1171 (la): Gaufridus Fulchen, Fulchier
(en): Geoffrey Foucher
1171: « Gaufrido Fulchen magistro militiae Templi in Francia »
[232]

Commandeur de la terre de Jérusalem (1156-1168), peut-être dès 1151[233]
Visiteur Cismarin (1171[234], 1172[235], 1179)[236]
Autres sources :[237],[238]
fr. Eustache le Quien ? - 1178 (la): Eustachius Canis
1171: « vice magistri tunc temporis rerum Templi procurator in Gallia »
[239]
1172: « Hoc vero fratris Gaufridi Fulcherii factum est consilio, qui cis mare Templi magister erat. Et consilio fr. E[ustachii] Canis, qui sub fratre Gaufrido preceptor erat Gallie »[235]
c. 1176: « bajulationis Francie magister »[240]
1178: « magister et procurator elemosinarum templi in Francia »[241]
fr. Amio de Ays 1183[227] [Sources contradictoires][N 25]
(la): Aimo, Amions
(fr): Amion des Haies
1183: « frater Aimo magister milicie Templi », à Paris
[242] ; « Amions fratrum templariorum in Francia commorantium [dictus] magister »[244]

Maître cismarin (1179-1186)[242]
Sénéchal (1190-1191)[242]
Il quitte l'ordre en 1198 pour se mettre au service d'Amaury II de Lusignan[245]
Commandeur de la terre d'Antioche (1211)[246]
fr. Olard 1189[243] [Incertain]
(la): Oelardus
1189: « Magister Templi Francie »
[243]

Commandeur de la baillie de Ponthieu (1194)[247]
Peut-être le même que Huilardus, maître cismarin
[248]
fr. Robert de Milly 1190[243],[249] [Homonyme de Robert de Milly (en) , chambellan du comte de Champagne][N 26]
(la): Robertus de Miliaco
1190: « fratri Roberto scilicet de Milliaco, qui tunc temporis erat magister militie Templi in Francia »
[249], « minister in Francia »[253]

Maître de la province de France (1180)[243]
fr. Pierre de « Moron » ? - 1192
1195/96[254]
(la): Petrus de Moncione, de Moron
1192 (Laon): « Domorum Templi preceptor in Francia »
[255]
février 1195/96: « tunc procuratore domus templi in Francia »[256]
fr. Raoul de Montliard
(ou de Molitard ?)[N 27]
1192 - 1193[257] (la): Radulphus de Monteletardi
(fr): Raoul de Montletard
fév [sic] 1192: « ? »
[258]
05 août 1193: « tunc temporis domorum Templi in Francia humilis procurator »[259]
fr. Gilbert Hérail ? - 1196[227] [Erreur][N 28]
(la): Girbertus Eracleo, Eral, Heral
(en): Girbert Eral
(fr): Gilbert Erail, Eral, Horal

Grand commandeur (1183, 1190-1191)
[265]
Maître de Provence et parties des Espagnes (1185-1189)[148],[266],[260]
Maître cismarin / deçà-mer (1191-1193)[260]
Maître de l'ordre (1194-1200)
fr. Pons de Rigaud 1197[267],[N 29] (la): Poncius Rigaut
1197: « Poncius, tunc temporis magister Francie, frater noster oriendus de Rigaut »
[274]

Commandeur du Ruou (1180)[275]
Commandeur de la baillie de Provence (1184-1189)[150]
Maître de la province de Provence et parties des Espagnes (1189-1195, 1202-1206)[148],[150],[276]
Maître en deçà-mer (cismarin) (1196, 1198, 1202, 1207-1208)[277]
Maître en Italie, Provence et Espagne (1200)[272]
fr. Gui de Briançon 1201 - 1204[243] (la): Guido de Briencon, Briencione, Brienchon
1201: « domus milicie Templi in Francia procurator »
[278]
janvier 1202: « militiæ templi in Francia minister humilis »[279]
décembre 1202: « F. Guido de Brienc. domorum militiae Templi quæ sunt in Francia procurator »[280]
1203: « Ego frater Guido de Brienc..., milicie Templi in Francia minister humilis »[281]
fr. André de Coulours 1204 - 1205 (la): Andreas de Celeres, de Coloors
juin 1204: «  domorum milicie Templi que sunt in Francia preceptor »
[282]
juin 1205: « domorum templi... tunc temporis in Francia »[283]
fr. Guillaume Œil-de-Bœuf 1207, 1209 (la): Vuilelmus Oculis Bovis, Willelmus de Eulebuef
1207: « fratris Vuilelmi Oculus Bovis magistri milit[i]ae Templi in Francia »
[284]
1209 : « Willelmus de Eulebuef tunc temporis magister militie templi in Francia »[285], « Magister [mil. Templi] in Francia »[243]

Maître cismarin (1206-1207, 1208-1209, 1211)[N 30]
André de Coulours 1209 - 1220/21[290] (la): Andreas de Coleors, de Coloors, de Colors, de Couleors
janvier 1209: « domus Templi in Francia preceptor »
[291]
juin 1212: « domus Templi in Francia preceptor »[292]
1214: « domorum Templi in Francia preceptor »[293],[294],[295] ; « Præceptor domorum T. in Francia »[296] ; « Ego Andreas preceptor templi in regno Francie »[297]
1216: « domorum Templi in Francia preceptor »[298]
1219: « domorum militie Templi in Francia preceptor »[299]
1220/21: « domorum militie Templi in Francia preceptor »[290]
fr. Gérald de Villers 1209[N 31] [Erreur]
((la) Giraldus de Villers.)
fr. G. de l'Aigle[N 32] 1222[243] (la): G. de Aquila[N 33]
01 juillet 1222: « domorum militie Templi in Francia preceptor »[302],[304]

Peut-être Guillaume de l'Aigle, commandeur de Normandie (1219, 1226-1227)[N 33]
Olivier de La Roche 1224[296] [Erreur ?][N 34]
Pierre de Saint-Romain 1225[307] (la): Petrus de sancto Romano
5 juillet 1223 [sic]: « frater P., perceptor domorum milicie Templi in Francia »
[308]
nov. 1225: « frater Petrus de sancto Romano, magister militiae Templi in Francia »[307]

Maître de la province de France et visiteur cismarin (1238)
Grand commandeur (1241)

Commandeur de la terre de Tripoli (1243)[307]
fr. Olivier de La Roche 1226-1234[243] (la): Oliverius de Rupe
1226-1227: « ? »
[309],[310]
novembre 1226: « domorum militum templi in Francia preceptor »[311]
10 janvier 1226/27: « domorum militiæ Templi in Francia præceptor »[312]
septembre 1231: « domorum militi Templi in Francia preceptor »
[313]1232: «  »[314]
janvier 1234: « domorum militie Templi in Francia preceptor »[315]
juin 1234: « domorum militie Templi in Francia preceptoris »[316]
Robert de Lille 1234/35[243] (la): Robertus de Insula
1234/35: « ? »
[317]

Frère chevalier (1217)[318]
Commandeur de la baillie de Flandre [?]
Pons d'Albon [?] 1236 - 1237[296] [sources contradictoires][N 35]
5 juillet 1236: « frater P., perceptor domorum milicie Templi in Francia »[308]
Pierre de Saint-Romain 1238[307] (la): Petrus de sancto Romano
juin 1238: « magister milicie (militiae) Templi in Francia »
[295],[319]

Voir 1225 pour le reste de sa carrière
Pons d'Albon 1238 - 1240/41 (la): Poncius de Albone
1238: « Frater Pontius de Aubon, domorum Milicie Templi in Francia preceptor humilis »
[320]
juillet 1238:[321]
1240: « frater Pontius de Ambon, domorum milicie templi in francia preceptor  »[322]
mars 1240: « Frater Pontius de Albon, domorum milicie Templi in Francia preceptor »[323]
juin/juillet 1241: Chronique anonyme relatant une lettre au roi de France à propos de l'invasion des Tatars[N 36]
Renaud de Vichiers 1242 - 1243[325] (la):Renaudus de Vicheriis
janvier 1243: Renaut de Vichery, « domorum milicie Templi in Francia preceptor »
[326]
juillet 1243: « Frater Renaudus de Vichier preceptor domorum milicie templi in Francia »[327]

Commandeur d'Acre (1240)
Commandeur de la baillie de Landrecies ou de Laon (1241) [?]
[N 37]
Maréchal de l'ordre (1249-1250), maître de l'ordre (1250-1256)[325]
Autres sources:[295],[331]
Guy de Bazainville (Gui de Basenville) 1243[128] [Problème de date][N 38]
(la): Guido de Basainvilla
mars 1243: « preceptor domorum militie Templi in Francia »
[332]

Commandeur de la terre et du royaume de Jérusalem (1256)[129]
Visiteur cismarin (1258-1260)
Maître d'Aquitaine (1262-1264)
Renaud de Vichiers 1244[N 39] - 1248 [325] (la):Rainaldus, Renaldus, Renaudus, Reginaldus de Vicheriis
février 1244: « nos frater Renaldus de Vicherio, domorum militie Temple in Francia preceptor »
[333]
juin 1245: « Renaudus de Vich. domorum militie Templi in Francia preceptor »[335]
19 août 1246: « fratrem Rainaldum de Vicherio, preceptorem militie Templi in Francia »[336]
13 septembre 1246: « fr. Renaldus, preceptor dominice milicie Templi Ierosolimitani in Francia »[328] ; « et fratrem Renaldum preceptorem domus milicie Templi Hierosolimitani in Francia »[337]
juil. 1247: « Reginaldus de Vicheriis, domorum milicie Templi in Francia preceptor »[328]
mai 1248: « frater Renaudus de Vichier, domorum milicie Templi in Francia preceptor »[338]
juin 1248: « fratris Renaudi de Vicher domorum milicie Templi in Francia preceptoris »[325]

Accompagne probablement Louis IX au moment de son départ pour Chypre en août 1248[339].
Voir période 1242-1243 pour le reste de la carrière.
Guy de Bazainville (Gui de Basenville) 1249[340] - 1255[128] (la): Guido, Guidone, Guidonis de Ba(s)senvilla, de Baseinvilla, de Balsenvilla, Gui de Bainvilla
1249: « Gui de Basenville, précepteur des maisons du temple en France »
[340]
janvier 1251: « frater Guido de Basenvilla domorum milicie Templi in Francia preceptor »[128]
février 1251: « freres Guis de Bazainvile mestres de la chevalerie del Temple en Franche »[341]
mai 1252: « frater Guido de Basanvilla, domorum Militie Templi in Francia preceptor »[342]
10 juillet 1253: « a fratre Guidone de Balsenvilla milicie Templi in Francia preceptore »[343] ; « a fratre Guidone de Blansenvilla(sic) preceptore milicie Templi in Franciam »[344]
11 juillet 1253: « a domino Guidone de Balsenvilla milicie Templi in Francia preceptore »[345]
12 juillet 1253: « a domino Guidone de Bassenvilla milicie Templi in Francia preceptore »[346]
24 oct. 1253: « a fratre Guidone de Bassenvilla preceptore domorum milicie Templi in Francia »[347]
4 novembre 1253: « a fratre Guidone de Basenvilla domorum milicie Templi in Francia preceptore »[348]
18 novembre 1253: « a fratre Guidone de Basenville domorum milicie Templi in Francia preceptore »[349]
29 novembre 1253: « a fratre Guidone de Balsemvilla domorum milicie Templi in Francia preceptore »[350]
10 décembre 1253: « a fratre Guidone de Balsenvilla domorum milicie Templi in Francia preceptore »[351]
1251-1253: « frater Guido de Basemilla domorum militie Templi in Francia preceptorum »[352]
mars 1254/55: « frère Gui de Basenville précepteur des chevaliers du Temple en France »[353]
avril 1254: « fratris Guidonis de Basenvilla domorum milite Templi in Francia preceptoris »[353]
10 juillet 1254 (08 oct. 1254): « a fratre Guidone de Blassenvilla milicie Templi in Francia preceptore »[354]
juillet 1254: « frater Guido de Basenvilla preceptor domorum milicie Templi in Francia »[353]
19 mars 1255: « frater Guido de Basenvilla, domorum Militie Templi in Francia preceptor »[355]
1255: « ? »[356]

Commandeur de la terre et du royaume de Jérusalem (1256)[129]
Visiteur cismarin (1258[357]-1260)
Maître d'Aquitaine (1262-1264)
fr. Amaury de La Roche 1256[358] [Date incertaine][N 40]
(la): Emauricus de Ruppe
mai 1256: « preceptor domorum milicie in Francia »
[358],[N 40]

Grand commandeur (1262)[358],[360]
Maître de la province de France (1265-1271)[358]
fr. Foulques de Saint-Michel 1256 - 1258[257] (la): Falconis, Fulco de Sancto Michaele
avril 1256: « magistri Falconis de S. Michaele, domorum militiae templi in Francia »
[361],[N 40]
janvier 1258: « preceptor domorum milicie ejusdem in Francia »[357]
juin 1258: « Nous frère Foulques de Saint-Michel, grand-maître (preceptor) des maisons du Temple de France »[362]

Maître d'Aquitaine (1250-1252)[100]
Humbert de Pairaud 1261[363] - 1264[364],[N 41] juillet1261: « frater Humbertus de Peraut, preceptor domorum militie Templi in Francia »[363]
1261: « Item procurator fratris huberti de p aut pceptoris militie Templi in Francia »[365]
novembre 1263: « frater Ymbertus de Peraut, Domorum Milicie Templi in Francia preceptor »[366]
juillet 1264: « frater Imbertus de Paraut, Praeceptor domorum militiae Templi in Francia »[367]
septembre 1264: « frere Hubert commandeor des freres dou Temple en France »[368]

Commandeur de la baillie de Ponthieu (1257)
Commandeur de la province d'Aquitaine et visiteur général (1265/66-1269)
Maître de la province d'Angleterre (1269-1271)
Amaury de La Roche (Aimery de la Roche) 1265 - 1271[358] avril ou mai 1267: « frere Amauri de la Roche, commandeur de la maison du Temple en France »[369]
28 oct. 1267: « Amalricum de Rupe, magistrum domorum militiae Templi in Francia »[370]
mai 1268: « frere Amaurri de la Roiche, commandeeur des mesons de la chevallerie dou Temple an France »[371]
juillet 1268: « freres Amaurriz de la Roche, comanderres de la chevalerie del Temple an France »[372]
mars 1269: « Amalricus de Rupe preceptor domorum milicie Templi in Francia »[373]
8 avril 1269: « frater Amaricus, humilis preceptor domorum milic. Templi in Francia »[374]
juin 1269: « frater Amanricus de Rupe preceptor domorum Milite Templi in Francia »[375]
23 avril 1270: « frere Amaury de la Roiche, maistre dou Temple de France »[376]

Peut-être jusqu'en 1277[358]. Aucun acte pour l'année 1272 où on retrouve Humbert de Pairaud[70],[71]
Humbert de Pairaud 1272[71] février 1272: « frater Hymbertus de Peraut, præceptor domorum militiæ Templi in Francia »[70]

Commandeur de la baillie de Ponthieu (1257)[377]
Maître de France (1261-1264)
Visiteur Cismarin (1265)
[378] cumulant peut-être cette charge avec celle de maître d'Angleterre (1267-1269)[379], aurait été également maître d'Aquitaine.
François de Bort 1274[380] [Tenant lieu de commandeur][N 42]

21 mars 1274: « freres François de Bort, commanderres de la chevalerie dou Temple, tenenz le leu de commandeur en France, salut »
[380]
Autres sources:[296],[381].

Maître d'Aquitaine vers 1259[125], en 1261[126],[99], Maître d'Auvergne en 1261, maître en Provence en 1267, visiteur cismarin (1270-1273, 1279), maître d'Auvergne et du Limousin (1279-1288)[126]
fr. Pierre le Normand 1276[382] [Tenant lieu de commandeur][N 42]
(la): Petrus Normannus
(fro): Pierres li Normans
Cumulant cette charge avec celle de commandeur du Laonnais (1276)

juillet 1276: « commanderes des maisons de le chevalerie dou Temple en Lauounois, et tenans le liu de commandeur en Franche »[383], « preceptoris domorum milicie Templi en Lauounois, ac tenentis locum preceptoris in Francia »[384]

Commandeur de la baillie de Vermandois (?-1274)[385]
Mentionné comme commandeur d'Aulnay en 1275 [Erreur ?][N 43]
Commandeur de la baillie du Laonnais (c. 1274/76, 1282-1287)
Jean le Français 1277 - 1281[390],[295],[391] (la): Johannes lo Franceys, Johannes Franciscus
mars 1279: « a fratre Henrico de Dola, humili preceptore domorum milicie Templi in ballivia Buriarum, tenentem locum viri religiosi fratris Johannis dicti François preceptoris domorum ejusdem milicie Templi in Francia » (Henri de Dole, commandeur de la baillie de Bures tient lieu de commandeur de France en son absence)
[392]
11 février 1281: « Johannes Franciscus, domorum militie Templi in Francia preceptor humilis »[393]

Commandeur de la baillie du Temple de Paris (av. 1269/70)[N 44]
Maître d'Aquitaine (1269-1276)[66]
fr. Geoffroy de Vichier 1282[394] [Représentant du commandeur][N 42]
(la): Gaufridus de Ucherio, de Vicherio
(fro): Gaufre Ucher, Jofrois de Vichier
(fr): Geoffroi de Vicher, de Vichery
mai 1282: « ? »
[395]

Visiteur de France, d'Angleterre & d'Allemagne (1286-1290, 1295)[N 45]
fr. Pierre le Normand 1282 [Tenant lieu de commandeur][N 42]
(la): ?
Cumulant cette charge avec celle de commandeur du Laonnais comme en 1276

20 juillet 1282: Accord concernant des terres à Ardon, censive du Temple de Laon[397]
Guillaume de Malay 1283 - 1285[398],[399],[400] ,
1286 -[401] ?
(la): Guillelmus de Maalin, de Mallaio, de Mallayo
09 juillet 1283: « frater Guillermus de Malaio preceptor domuum militie Templi in Francia »
[402]
mars 1285: « Guillelmus de Mallaio, domus militie Templi in Francia preceptor humilis »[403]
19 mai 1285: « domorum milicie Templi in Francia preceptoris »[404]

Tenant lieu de Maréchal (mai 1262)[402],[N 42],[N 46]
Maréchal du Temple (décembre 1262)[402][N 47]
Drapier (1271, 1277)[402]
Gautier d'Este 1285/86 [Tenant lieu de commandeur][N 42]
[Source indirecte, procès]
(la): Galterus de Ete, de Esta, d'Este
« fratre Galtero de Ete tenente locum magistri Francie »[405]

Commandeur de la baillie de Ponthieu (c.1280)
Commandeur de Sommereux (1280-1290)[406]
Hugues de Pairaud 1292 - 1299 (la): Hugo de Paraudo, de Perando, de Peraudo ; Hugonis de Paralto, de Parauda, de Peraudo
(fro): Hugue d'esperaut ; Hugues Désperaut, de Paraut, de Peraut
(en): Hugh Peraud's
(fr): Hugues de Paraut, de Peraudo
[134]
février 1292: « Frater Hugo de Peraudo, domorum milicie Templi in Francia preceptor humilis »[407]
1293: « venerabiliter et discreto viro magistro Hugone de Paraus, magistro universaliter in Gallia »[408]
01 juillet 1293: « frater Hugo de Paraudo, preceptor domorum milicie Templi in Francia »[409]
août 1294: « fratre Hugone de Peraudo, domus milicie Templi in Francia venerabili preceptore »[410]
novembre 1294: « Hugues de Paraut, commanderres des maisons dou Temple en France »
1295: « religiouse persone frere Hugues de Paraut honoraubles commandeurs des meisons de la chevalerie dou temple en France »[408],« Nous, frere Hugue d'esperaut commandeur des maisons de la Chevalerie dou Temple en France »[411]
1296: « Hugone de Parauda in Francia preceptor »[133]
avril 1296: « frere Hugues Désperaut commandeur des maisons de la Chevalerie dou Temple en France ; commandeur en ce Temple de nos maisons en France »[412]
20 septembre 1296: « Hugo de Peraudo, preceptor domorum milicie Templi in Francia »[413]
février 1297: « Hugoni de Paralto preceptori Domus Militie Templi Jerosolimitani »[414]
mars 1297: « Nous freres Hugues de Peraut, commanderres des maisons de la chevalerie dou Temple en France »[415]
20 et 28 oct. 1298: « preceptor et fratres domus militie Templi Jerosolimitani in Francia ». Requête du commandeur de France [sans le nom] au pape Boniface VIII[416]
1299: « Nous, frere Hugues de Paraut, commandeur des maisons de la chevalerie dou Temple en France »[417]

En Orient (Acre) c.1272/73[418]
Commandeur de la baillie de Chalon-sur-Saône (date inconnue) [?][N 48]
Commandeur d'Épailly (1280, 1284)[419]
Visiteur général (1299-1306)[N 49]
Gérard de Villiers (de Villers) 1299-1307 (la): Gerardus de Villaribus
(fro): Gerot de Villers
04 août 1300: « frere Girarz de Villers, humbles comandeours des maysons de la chevalerie dou Temple an France »
[421]

Baillie de Bourgogne[modifier | modifier le code]

(la): « Preceptor domorum militie Templi in Burgundia »

Le duché de Bourgogne ne constituait pas une province autonome mais plutôt une baillie dépendante de la province de France[3]. Quant au comté de Bourgogne qui était sous contrôle du Saint-Empire romain germanique mais qui était un pays de langue d'oïl, les templiers y possédaient de nombreuses commanderies dont celle de la Romagne[422]. Ce comté faisait partie également de la province de France[135],[225].

On trouve comme titulature des commandeurs du Temple en Bourgogne et des commandeurs des maisons de la chevalerie du Temple en Bourgogne[423],[424]

À noter que les commanderies présentes dans la Suisse actuelle en faisaient partie[425].

Commandeur Période Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Simon de Tramis 1203, 1206,
1211
1206: « ? »[426]
1211: « frater Symon de Tramis templariorum magister in Burgundia »[427]
fr. Hugues de Beauvoir 1219[428] « fratrer Hugo de Bello Visu, preceptor domorum Templi in Burgundia »[429]
fr. Renaud de Chaï 1222[430]
fr. Hugues de Rogemont 1227 1227: « Nos Hues de Rogemont mestre dou Temple en Borgone  »[431]
fr. Pierre de Fougerolles 1232[427] (la): Petrus de Forgueroles, de Folqueroles
1232: « praeceptor Domum Templi in Burgundia, preceptor domorum Templi in Burgundiă »
[427],[432]
22 février 1228: « P. de Folqueroles, preceptor domorum Templi »[433]
? 1246 avril 1246: « au grant maistre de Borgoigne de la seinte maison dou Temple d'Outremer »[434]
fr. Pons 1252[435] Pontius dit Busuus
fr. Paris 1254-1255 (la): Parisius
05 août 1254: « fratrem Parisium preceptorem militie Templi in Burgundia »
[436]
27 mai 1255: « fratre Parisio præceptore domorum prædicte , scilicet de la Ajusie ou Muste et de Belleville »[437],[N 50]

Commandeur de la baillie de Lorraine (1259)[438]
fr. Robert de Girefontaine 1268[428] (la): Robertus de Girafonte
septembre 1268: « fratre Roberto de Girafonte, preceptore domorum milicie Templi in Burgundia »
[439]
fr. Hugues de Pairaud 1289[419] (la): Hugo de Perando, Hugonis de Peraudo
(en): Hugh of Peraud
(fr): Hugues de Paraut, de Parraut
1289: « preceptor de Buris et domorum totius milicie Templi in Burgundia »
[440]

En Orient (Acre) c.1272/73[418]
Commandeur de la baillie de Chalon-sur-Saône (date inconnue) [?][N 48]
Commandeur d'Épailly (1280, 1284)[419]
Maître de la province de France (1292-1299)
visiteur (1299-1306)[N 49]
fr. Richard de Bettoncourt 1294 22 mars 1294: « preceptore domorum Milicie Templi in magna Burgundia et de lay Romagne »[392]

Commandeur de Sales (1302)
fr. Aymon d'Oiselay
(† 1316)[441]
1300[442],
1303-1304[424]
[Source indirecte, procès][N 51]
(la):Ayme, Aymo de Monte Avium, de Osiliers[445]
(en): Aimo of Oiselay
(fr): Aymon d'Osiliers, Hennes d'Oixelier, d'Oiseley, d'Oyselier, de Zelet
(fro):
28 novembre 1300: « freire Heine d'Oixeleir, maistres et commandeires de la baillie de Lohairainne et de la grant Borgoingne »
[446]
26 mai 1303: « frater Aymo de Osiliers tunc preceptor dicti ordinis in Burgundia ; frater Ayme marescalcus tunc preceptor in comitatu Burgundie »[447]

Reçu dans l'ordre en 1276, assiste au chapitre qui s'est tenu à Paris en 1298
Commandeur de la baillie de Lorraine (1296-1303)
Se trouvait à Andravilla (Péloponnèse) le 24 juin 1303
Maréchal de l'ordre (1304-1312)
Arrêté, emprisonné et interrogé à Chypre
[448],[443],[449],[450]

Baillie de la Brie[modifier | modifier le code]

Commandeur Période Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Jean de Beaulieu 1233[296] (la): « domorum militiae templi quæ sunt in Bria praeceptor humilis »[296]
fr. Hugues 1256[296] (la): « domorum militiae Templi in Bria praeceptor »[296]
fr. Jean de Monceaux c. 1267-1270[451]
1274[380]
(la): Johannes de Moncellis
(fro): Jehan de Monceaus
21 mars 1274: « religiex home frere Jehan de Monceaus, commendeur de la baillie de Brie »
[380]

Commandeur de la baillie de Vermandois? (1276) [Incertain][452]
fr. Arnould de Wezemaal 1286-1291[451]
fr. Godefroy c.1292 (la): « frater Reginaldus preceptor domus Templi Aurelianensis...quindecim anni elapsi...receptus in domo Templi de Pruvino...per fratrem Godefredum tenentem locum preceptoris ballivie de Bria »[453]
fr. Raoul 1299[296] - 1300[454] (la): « praeceptor humilis et procurator domorum militiae templi in Bria »[296]
26 juin 1300: « commandeur et procureur des mesons de la chevalerie du Temple de Brye »[454]
fr. Jean de « Mori » 1305[455] [Peut-être Jean de Mars][455]
1305: « Johannes de Mori, tunc preceptor dicti ordinis de balivia de Bria »[456]

Baillie de Chartres[modifier | modifier le code]

(la): Preceptor domorum milicie Templi in Bailliva Carnotensi

Commandeur Période Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Hilaire 1254 1254: « frater Hilarius, praeceptor domorum militiae Templi Aurelianensis et Carnotensis »
fr. Guillaume Bocelli 1273 1273: « fr. Guillelmus Bocelli preceptor domorum milicie Templi in Bailliva Carnotensi »[457]
fr. Guillaume dit Gaudin 1286 septembre 1286: « fratri Guillelmo dicto Gaudin, magistro domus milicie Templi de Soors, et de toto Chartrain »[458]
Procès, 1311 : « fratrem Guillelmum Gaudini militem quondam, preceptorem tunc ballivie Carnotensis » (vers 1285)
fr. Guy de Mesnil-Aubry ... Procès, 1307/11: « Guidonem de Maynillio Albrici servientem..., tunc preceptorem ballivie Carnotensis »[459]

Baillie de Flandre[modifier | modifier le code]

(la): Domorum milicie templi in Flandria preceptoris

Commandeur Période Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Baudoin de Lidenghem 1171[232],[460] (nl): Boudewijn van Ledegem
1171: « Balduino de Lidenghem, magistro in Flandriâ »
[232],[461]
fr. Baudoin de Gand (nl) 1175[461] [Incertain][N 52]
(la): Balduinus de Gandavo
1175: « Balduino de Gandavo Templariorum magistro »

Maître cismarin (1176)
[462]
Maître du Ponthieu et de l'Hainaut (1179-1181)[463],[464]
fr. Thibaud de Furnes 1181-1182 [Gardien du Temple en Flandre][465]
(la) : Theobaldus de Furnis
(nl): Theobald van Veurne
[460]
fr. B. Vulpis 1199-1200[460]
fr. Hildebaut 1205[460],[466] (la): Heldebaldus
... ...
fr. Soybertus 1220,
1226-1228[460]
(nl): Soibert
oct. 1220: « fratre Soyberto, preceptore Flandrie »
[467]
1226: « Soibertus »[468]
fr. Gobert 1225/26 1225 : « ? » [310]

Commandeur d'Aimont (1194)[N 53]
fr. Guillaume de Lambersart 1230[460] (la): Willermus de Lambersart
(nl): Willem van Lambesart
février 1230: « fratre Willermo de Lambersart, tunc temporis preceptore in Flandria »
[469]
fr. J. 1235[470] (nl): Jan[460]
fr. Jacques 1241 (nl): Jakob[460]
fr. Gautier de Villers 1250-1252,
1257
(la): Walterus
(nl): Walter van Villers
« preceptor domorum militi Templi in Flandria »
15 mars 1250: « frater W. »

fév 1251: « frères Watiers de Vilers » (sans titre précis)[341]
8 décembre 1251: « ? »[471]

Commandeur de la baillie de Lorraine (1244)[472], (1262, 1264-1265)
Maître de la baillie du Brabant et de l'Hesbaye (1248)[473],[N 54]

... ...
fr. Gautier de Villers 1271, 1273[474] (la): Galterus de Villers, de Villaribus
(fr): Gauthier de Villars, de Villers ou de Villiers
18 septembre 1271: « frères Gautier, commandères de Flandres »
[475]
juin 1273: « Nous freres Watiers de Vilers, commanderes des maisons de la chevalerie dou Temple en Flandres »[476]
fr. Pieter uten Sacke
(† 1309)[477]
1280-1297[478] [479]
(nl): Pieter uten Zak
1291: « broeder Pieter Uten-Zaeke, meester van den Hoven van der Temple in Vlaendren »
[480]
Autres sources:[481]
fr. Jacop die Repere 1304[478]
fr. Bernard de Caëstres 1306 [Incertain]
Le document ne permet pas de confirmer qu'il est commandeur de la baillie mais qu'il est frère du Temple[482]
fr. Gossuin de Bruges 1307[477],[483] (nl): Go zwin van Brugge

Baillie de Hainaut[modifier | modifier le code]

Article connexe : Comté de Hainaut.

Peu de noms nous sont parvenus sachant que du point de vue géopolitique, le comté de Flandre et celui de Hainaut étaient réunis de la fin du XIIe siècle jusqu'au décès de Marguerite de Constantinople (1280).

Commandeur Période de maîtrise Commentaires et autres fonctions
fr. Baudoin de Gant 1179-1181
fr. Renaud 1240 [Commandeur en Hainaut et en Brabant, à vérifier][484],[N 55]
... ...
fr. Jean Briars 1282 « commandeur de la balie de Hainaut »[485]

Baillie d'Île-de-France / Paris[modifier | modifier le code]

(la): « Preceptor ballivie Templi Parisius »

cf. article connexe

Baillie du Laonnais[modifier | modifier le code]

(la): « Preceptor domus milicie Templi in ballivia Laudunensi »

Baillie réunie avec celle de Reims à la fin du XIIIe siècle.

Commandeur Période Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Pierre 1179[451] (la): « Petrus miles et procurator domorum Laudunensis episcopatus »[486]
fr. Renaud 1241[451] (la): « Renaudus frater militie templi, preceptor balliviae de Landrecesio [Laudimesio] »
Renaud de Vichiers (?)
[N 37]
fr. Pierre le Normand 1274-1275,
1284-1287
(la): « Petrus Normannus »
(fro): Pières li Normans
28 octobre 1284: « Commanderes de la chevalerie dou Temple de la baillie de Leonois »
[487]

Commandeur de la baillie de Vermandois (1274)[385]
Tenant lieu de commandeur (lieutenant) de la province de France (1267[488], 1282)
fr. Thierry c. 1300
fr. Gautier de Liancourt 1307 (la): « Galterius de Liancort »
Commandeur du Laonnais et du Reimois

Baillie de Normandie[modifier | modifier le code]

(la): « Preceptor domorum militie Templi in Normannia, totius Normannie »

Commandeur Période Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Guillaume fin XIIe siècle[451]
fr. Robert Parvi c. 1200[451],[489] (la): Robertus Parvus
1199: « preceptor domorum Templi in Normannia »
[490]
fr. Richard Maleherbe 1209-1213[451]
fr. Guillaume de l'Aigle 1219, 1226-1227[451] (la): Guillelmus de Aquilla, Willelmus de Aquila
(en): William de Aquila, de l'Aigle
juin 1226: « preceptorem domorum templi in Normannia et fratres milicie templi de Corval »
[491]
septembre 1227: « S. Fratris W. de Aqvila »[303]
Aigle à deux têtes (son sceau)

Frère du Temple (1219), ambassade pour le roi de France auprès du roi d'Écosse[492]
Peut-être maître de la province de France (1222)[N 33]
fr. Thibaut de Melay 1237-1252[451] (la): Theobaldus de Melai, de Melleio, de Melloz,
1240: « Theobaldus preceptor domorum Templi in Normannia »
[493]
fr. Robert Payart 1258[357]-1270[494] (la): Robertus dictus Paiart
janvier 1258: « preceptor milicie templi in Normannia »
[357]
1259: « domorum militie templi in Normannia preceptor humilis ; preceptor domorum milicie templi in Normannia »[495]
juillet 1260: « preceptorem domorum milicie templi in Normania et fratres milicie templi de Corval... preceptor milicie domorum templi in Normania »[496]
1261: « frater Robertus preceptor milicie templi in Normania »[497]
fr. Alveretus c. 1281[451]
fr. André de Saquenvilla c. 1289[451]
fr. Geoffroy le Berroyer 1295[451]
fr. Philippe Agate c. 1300[498] Commandeur de Sainte Vaubourg (1307)[499]
fr. Philippe Uble 1307 Commandeur des maisons du Temple en Normandie (juillet 1307)[500]
fr. Geoffroy de Charnay 1307[499],[501] (la) :Joffridus, Gaufridus de Charnaio, de Charneio, de Charneyo
(fro): Jofre de Xarnay
(en): Geoffrey of Charny
21 oct. 1307: « preceptor totius Normannie »
[499]

Compagnon de Mathieu Sauvage, commandeur de Sidon (1271)[501]
Commandeur de Lieu-Dieu de Fresnes (1283) [?][502]
Commandeur de Villemoison (1294)[503]
1303: Passage à Marseille en partance pour Chypre[504]
Drapier (1304)[501]
(† )

Baillie de Ponthieu[modifier | modifier le code]

(la): Preceptor domorum militie Templi in Pontivo

Commandeur Période Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Guillaume de Bosc-Normand c. 1190[247] (la): Willelmus del Bos Norman
1185/1194: « tunc temporis preceptor in Pontivo »
[505]
fr. Olard 1194[247] (la): Oleardus
19 juin 1194: « magistro domorum Pontivi »
[506]
fr. Pierre 1195/96[507] (la): Petrus
février 1195 ou 1196: « procurator domus templi in Pontivo »
[256]
fr. Garin 1205[508]
fr. Sylvestre 1214[509] (la): Silvestericus
avril 1214: « tunc temporis preceptor in Pontivo »
[510]
fr. Humbert de Pairaud 1257[511] (la): Ymbertus de Perant
septembre 1257 : « [preceptor] domorum militie templi in Pontivo »
[512]

Commandeur de la province de France (1261-1264)[64]
Commandeur de la province d'Aquitaine et visiteur général (1265/66-1269)[65]
Commandeur de la province de France (1272)[70],[71]
fr. Hervé (Henri ?) de Villepreux 1276[452] - 1280[513] (la): Hervicus de Villa petrosa
(fro): Hervil de Vileprour
juillet 1276: « commandeur des maisons de le chevalerie dou Temple en Pontiu »
[452]
18 avril 1279: « preceptoris in domibus templi existentibus in Pontivo »[514]
fr. Philippe de Hayes 1283 - 1285[515] (la): Philippus de Hayes
juillet 1283: « preceptor domorum militie templi in Pontivo »
[516]
fr. Jean Moet c. 1289/90[517] (la): Johannes Moset
fr. Jean de Villeneuve c. 1290 - 1296[518]
fr. Guérin de Grandvilliers 1299 -1302[519] Commandeur de la baillie de Vermandois (c. 1297)[520]
Robert de Beauvais c. 1305[521] [Incertain][N 56]
fr. Baudouin de Saint-Just 1305-1307[522]

Baillie de Vermandois[modifier | modifier le code]

(la): Preceptor domorum militie Templi in Viromendia

Avant de prendre le nom de baillie de Vermandois il semble qu'il s'agissait de la baillie regroupant les maisons du Temple dans l'évêché de Noyon[523]. La liste proposée par Émile-Guillaume Léonard est tirée des travaux publiés par Trudon des Ormes en 1894[N 57].

Commandeur Période Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Nivelon de Montdidier 1182[523] [Maître dans le diocèse de Noyon][524]
fr. G. 1234 juin 1234: « frater G. preceptor domorum militie templi in Viromandia »[316]
fr. Daniel 1250[523] [Recteur du Temple]
(la): 08 mars 1249/50: « rector domorum militie templi in Viromandia »
[525]
fr. Daniel 1265 (la): Danielis
07 mai 1265: « de mandato...fratris Danielis domorum milicie Templi in Viromandia »
[526]
fr. Pierre le Normand 1274[385] oct. 1274: « ? »[527]

Commandeur de la baillie du Laonnais, tenant lieu de commandeur en France (1276)
fr. Jean 1276[452] [Jean de Maimbressy ou Jean de Monceaux ?]
(fro): Jehan
juillet 1276: « frere Jehan, commandeur a che tans des maisons de le chevalerie du Temple en Vermendois »
[452]
fr. Pierre le Normand 1277 juin 1277: commandeur du Temple dans le ressort du bailliage de Vermandois[528]
fr. Jean de Maimbressy 1281, 1285[523] (la): Johannes de Membrechis
2 février 1285: Présent lors de la réception de Gilles de Rotangy (procès)
[529]

Commandeur du Catelet (1291)[530],[N 58]
fr. Garin de Grandvilliers 1294[531] (la): Garinus de Granvillie, de Grandivillari[532]

Commandeur de la baillie de Ponthieu (1298, 1304)[531]
Commandeur de l'« abbaye » de Ponthieu (1300)[532]
fr. Robert de Sarnoy 1304 (la): Robertus de Sarnoy
oct. 1304: « preceptor domorum militie Templi in baillivia de Viromandia, procurator dictorum fratrum »
[420]

Commandeur de Montécourt (1305)[533]
fr. Eudes 1305 (la): Odo

Province de Hongrie[modifier | modifier le code]

Le royaume de Hongrie au milieu du XIIe siècle
Le royaume de Hongrie au XIIIe siècle

(la): « Magister domus militie Templi per Hungariam et Sclauoniam »

Les premières traces de donations aux templiers sont datées aux environs de 1160 et il semble qu'ils se soient surtout installés dans le sud du royaume de Hongrie, territoire correspondant à l'actuelle Croatie. Le royaume de Croatie faisant partie de celui de Hongrie à cette période. La commanderie principale était le prieuré de Vrána (hr)[534] et était en fait une puissante forteresse[535]. À partir de 1280, On constate plusieurs fois la présence de ces dignitaires dans le sud de l'Italie en particulier à Barletta (Royaume de Sicile citérieure)[N 59].

À partir de 1219, on remarque que les maîtres de cette province sont qualifiés de maître de Hongrie et d'Esclavonie, « Per Hungariam et Sclauoniam »[536]. Attention à ne pas confondre l'expression « Sclauoniam » avec « Slaviam / Slauiam » que l'on trouve employée pour les maîtres de la province d'Allemagne, cette dernière désignant initialement le duché de Poméranie (Pologne)[N 60].

La liste ci-dessous ne tient donc pas compte des publications où cette confusion existe, entre autres les noms proposés par Paul de Saint-Hilaire dans Les Sceaux Templiers et leurs symboles publié en 1991 car il semble y avoir un amalgame entre les maîtres d'Allemagne et ceux de Hongrie à partir de l'année 1271.

Maître(hu) Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Gualterij 1194[539] (la): Gualterius[540],[541],[542],[543]
fr. Conon 1198-1210[539] (la): Cone, Cono
1198: « ad preces magistri Cone ae fratris Franconis, et aliorum fratrum sacrae militiae Templi, in Hungaria »
[544],[545]
1209: « Preterea ad preces dilecti nostri fratris Cononis predicte domui Templi »[546]
1210: « Concedimus autem et confirmamus ipsis fratibus milicie Templi ad preces fratris Cononis magistri eorum »[547]
fr. Pons de (la) Croix (en) 1217-1219[539] (la): Pontius de Cruce, de Suce
(en): Pons of the Cross
(hr): Poncij od Križa
(it): Pontio della Croce
1217(?)[N 61]: « Pontio della Croce humile Maestro della militia del Tempio per Vngaria e Sclauonia »
[549],[550]
1219: « per Vngariam et Sclauoniam domus militiae Templi magister »[551],[552]
Peut-être déjà lui en 1211 comme « Magistro, et fratibus militiae Templi in Vngaria constitutis »[553],[554]
Responsable d'une partie du royaume lorsque André II de Hongrie est parti en croisade (Croatie et Dalmatie, 1217)[N 62].
fr. Tamás 1221[539] (la): Thomas
1221: « magistrum Thomam templarium...magistrum Thomam cum ceteris fratibus Templi...Thomas magister templariorum »
[555]
fr. Hermán 1226[539] (la): Hermanus[556]
fr. Rainardus Argentar 1229[539] (la): Ranardus Argentar
1229: « quod magister , nomine Ranardus Argentar(us) , et eius fratres , qui nec Vranam
[N 63] venerunt »[557]

Commandeur de Vrána (hr)(1221)[558]
fr. Johann Gotfried von Eberstein
1230 [Erreur][N 64]
(la): Ioannes Godefridus ab Heberstein[559]

Peut-être maître cismarin, tué près de Liptovský Mikuláš (Liptoviensi) en 1230 alors qu'il visitait le royaume de Hongrie.
fr. Raimbaud de Caromb 1235 - 1240 (la): Raimbaldus de Carumpo, de Caro, Rambaldus de Carono, Rembaldus de Carumb, de Karump[560], frater de Karop
(hu)+(hr): Rembald de Karump, de Carumb
1235: « frater de Karop, magister militiae Templi per regnum nostrum »
[561], charte d'André II de Hongrie
1239: « Dilectum ac fidelem nostrum fratrem Rembaldum de Carumb magistrum toties dictae domüs »
[562],[563], charte de Béla IV de Hongrie
1240: « Magistro domus Templi per regnum Hungarie »
[564]
Autres sources :[565],[566],[567]

Visiteur cismarin (1245-1246)[N 65]
Maître de Provence (1251-1259, 1263)[150]
fr. Jakab de Monte Regali 1240[539]
ou
1290[569]
[Date incertaine][N 66]
(la): Jacobus de Monte Regali
(fr): Jacques de Montréal
(hr): Jakob Meštar
1240: « frater Jacobus de Monte Regali Magister humilis Domorum Templi per Hungariam et Sclauoniam »
[571],[572]
fr. Ivan de Metis 1245[539] (la): Johannes de Metis[573]
1245: « frater J... de Metis magister militie Templi per Vngariam et Sclauoniam »[574]
fr. Thierry de Nuss ?-1247[401] [Erreur][N 67], Hospitalier
(la):Terricus, Theodoricus de Nussa
(en):Thierry, Theodore of Nussa
Prieur de la langue d'Angleterre (1235-1247)
[578]
fr. Vilmós de Sonai ou Sonar 1248[579] [Erreur][N 68]
(la): Guilielmus de Sonai, Guilelmus de Sonar
(fr): Guillaume de Sonnac, maître de l'ordre
1248: « ...fratrem Jacobum de Turrisellis ex altera, nuncium venerabilis fratris domini Guilielmi de Sonai magistri domus milicie Templi... »
[582]
fr. Morgolt 1249 (la): Morgolt
1249: « Frater Morgolt Magister Milicie Templi de Hungaria »
[583]
fr. Jourdain 1256-1258[539] (la): Jordanus, Yordanus
1256: « fr(atrem Ior)danum, magistrum domus militie Templi per Ungariam et Sclauoniam »
[584]
1258: « domorum militiae Templi per Hungariam et Sclauoniam magistrum »[585],[586]
fr. Franko c. 1260/69[539] (la): Franco[587]
« fratris Franconis magistri seu preceptoris, et aliorum fratrum militum Templi per Ungariam et Sclavoniam... frater Franco et alii fratres militie Templi per Ungariam et Sclavoniam »[N 69]
fr. Vilmós 1272 (la): Guilhelmus, Guillermus, Wyllermus[N 70]
(hr): Vilim
juin 1272: « per fratrem G. magistrum domus milicie Templi per Vngariam et sclauoniam »
[591]
novembre 1272 : « Wyllermus magister domorum milicie Templi per Vngariam et Sclauoniam »[592]

[fr. Widekind (1271-1279) n'est pas maître en Hongrie]
Il est maître en Allemagne et Poméranie
(Alemannia et Slavia)
fr. Gellért de Sanseto (Sauçeto) 1278-1279 (la): Girardus, Gyrardus
(fr): Gérard de Sauzet
avril 1278: « ac fratris G. magistri domorum milicie Templi per Vngariam et Sclauoniam »
[593]
août 1278: « atque fratre Girardo de Sanseto magister milicie Templi generali per Hungariam et Sclauoniam »[594]
novembre 1278: « frater Gyrardus magister domus militie Templi per Ungariam et Sclavoniam »[595]
juillet/août 1279: « fratre Gerardo magistro domus milicie Templi per Vngariam et Sclauoniam ; fratris Gerardi de Sauçeto magistri domorum milicie Templi per Hungariam et Sclauoniam »[596]

Dernier commandeur de la terre d'Antioche (1268)
Maître de la province d'Auvergne (1289-91)
fr. Róbert de Gudde 1280[N 71] (la): Robertus de Gudde
1280: « Robertus de Gudde preceptor militie Domus Templi in Ungaria »
[597]
Au moment de son passage par les Pouilles et le port de Barleta[604]
Robert de Rupe est vice-commandeur de la province la même année[605],[606]
Gérard de Villers 1280-1282 [À vérifier]
fr. Vilmós de Peymes 1284 (la): Guillelmus de Peymes, Paymes[N 70]
1284: « Guille(r)mus de Peymes Domorum Milicie Templi per Hungariam et Sclauoniam Magister »[607],[608]
1291 (vidimus de 1284): « fratris Guillelmi de Peymes, domorum milicie templi per Hungariam et Sclauoniam Magistri »[609]
fr. Vilmós 1286[539] (la): Gwilermus, Guillermus[N 70]
1286[N 72]: « fratris Gwilermi , magistri militiae Templi per Hungariam et Sclauoniam... frater Guillermus »[610]
On ne peut pas savoir s'il s'agit du précédent ou du suivant tout en sachant que certains historiens considèrent que c'est le même individu qui figure en 1272, 1284, 1289 et 1292[N 70].
fr. Vilmós de Suaseto 1289 (la): Guillermus de Suaseto[N 70]
(hr): Guilermo ou Vilim de Suaseto[613]
1289: « Guillermus de Suaseto domorum militie Templi per Hungariam et Sclavoniam magister »[614]
fr. Jakab de Monte Regali 1290[569]
ou
1240[539]
[Date incertaine][N 66]
(la): Jacobus de Monte Regali
(fr): Jacques de Montréal
(hr): Jakob
(it): Giacomo de Monte Regali
1290: « frater Jacobus de Monte Regali Magister humilis Domorum Templi per Hungariam et Sclauoniam »
[570],[615]

Le frère Salamon qui apparait en 1291[616] n'est pas templier[N 73].
fr. Guilhem de Noves
dit « le provençal »
1292[539] (la): Guyllermus de Novis, Guyllermus de Peimis[N 70]
(fr): Guillaume de Noves
(hr): Guilermo, Vilim de Novis, Vilmós de Novis
[617]
(it): Guiglielmo de Noves[569]
juillet 1292: « Guyllermus de Nouis magister domorum milicie Templi per Hungariam et Sclauoniam »[590],[618]
On trouve la même charte avec le nom de Guyllermus de Peimis dans des publications plus anciennes[619],[620]

Selon Elena Bellomo, même individu que :
Guillelmus de Novis, maître de la province de Lombardie (1285)
[569],[621]
fr. Róbert de Gudde 1295[602] Envoyé à Naples par Ivan Güssing afin de se voir confirmer sa charge auprès de Charles II d'Anjou qui est monté sur le trône récemment[603]
Frédéric de Nigrip (Friedrich von Nigrip, Fridericus de Nigrip) 1297 - 1298 [À vérifier]
Frédéric d'Avensleben (Friedrich von Avensleben) ? - ? [À vérifier]
Theouron de Provence c. 1303[622] [Source indirecte]
Pas de chartes, au moment du procès le frère Guy d'Acre interrogé à Chypre (1309) indique qu'il a été reçu à Barletta (Italie) il y a six ans par Theouron de Provence alors maître de Hongrie
[623].

Province d'Italie[modifier | modifier le code]

Italie aux XIIe et XIIIe siècles
Article connexe : Templiers en Italie.

Les maîtres désignés comme étant maîtres de la province d'Italie (per Ytalia) n'administraient qu'une partie de la péninsule italienne ainsi que la Sardaigne. Le sud de la péninsule correspondait à une voire deux provinces distinctes selon les auteurs, à savoir les Pouilles et la Sicile. Il semble que le territoire de cette province incluait le Latium, la Lombardie, Les Marches, l'Ombrie (ou duché de Spolète), le Patrimoine de saint Pierre, la Toscane (ou Tuscie lombarde) et l'île de Sardaigne[624]. La majeure partie de l'actuelle région de Campanie dépendait de la province des Pouilles exception faite de l'enclave du Bénévent qui appartenait aux États pontificaux, la frontière entre ces deux provinces étant à l'époque celle qui séparait la Campagne et Maritime (dans le Latium) et la terre de Labour (à cheval sur les deux régions actuelles)[N 74].

Les États pontificaux choisissaient parmi les maîtres templiers ou hospitaliers ses cubiculaires (chambriers), à qui étaient confiées certaines missions délicates. Certains occupant même la fonction de trésorier[626]

La commanderie d'Aventino était l'un des lieux privilégié de résidence des maîtres de cette province mais ce ne fut pas toujours le cas[627].

À partir de 1285, il semblerait que les maîtres de cette province étaient uniquement désignés par le titre de maître de Lombardie[628], parfois de Lombardie et de Tuscie (Toscane) notamment Guillaume de Noves en 1285[629] ou encore Giacomo da Montecucco en 1303[630].

Maître Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
Boniface (Bonifacio) 1167 - 1169 [631] (la): Bonifacius
1164 (ou 1174): « dominus magister Bonifacius ; in manum Domini magistri Bonifacii »
[632]
1167: « Bonifacius, de rebus Templi in Italia magister et procurator »
c. 1169: « Bonifacio magistro & fratribus militie Templi de Lombardia » [633]
Robold de Moncalvo (Roboaldo di Moncalvo) 1179 [631] « magister omnium mansionum Templi Ierosolimitani in Italia »
Albert (Alberico) ? - 1190[631] (la): Albricus
1190 : « magister Hyerosolimitani Templi in Italia »
[634]
Gaimardo (Gaimaro) 1191[631] 1190: « magister Marchie et Lombardie »
1191: « omnium mansionum Templi in Italie preceptor »
Henri de Sal (Aymeric, Aimerico de Saliis) vers 1203[631] (la): Aymericus de Salucijs
1204 : « domorum milicie Templi in Ytalia humilis preceptor »
[635]
Barozio 1205[631] (la): Barocio
17 mai 1205: [N 75]


Commandeur de la baillie de Lombardie (1200, 1204)
Se trouvait à Constantinople en mai 1204
Giovanni Lombardo 1222[631] 1222: « domorum militie templi in Italia preceptor sive secundum vocabula Lombardorum magister »
Guillaume de Melzo (Guiglielmo da Melzo) 1227 [631] « maior magister mansionum Templi tocius Ytalie »
Gerardo 1231 [631] « Militie Templi in Italie magister »
Heinrich le Teuton (Enrico Teutonico) 1239 - 1242[636] (la):Henricus, Heinricus
06 fév. 1240: « fratri Henrico preceptori domorum militie Templi in Italia fideli suo ; quod frater Heinricus domorum militie Templi in Italia preceptor, devotus et fidelis noster »

06 juin 1241: « Henrico, preceptori domus militie Templi in Ytalia »[637]

Commandeur de Pavie (1252) [?][N 76]
Goffredo Lupi di Soragna 1244[636]
Jacques de Bois (Giacomo de Boscho) 1245[636] (la): Jacobus de Boscho
1245 : « magister et preceptor totius Ytalie »
[568]
Dalmazio de Funucccaria (Dalmazio de Fenolar, d'origine catalane) 1254 - 1256[636] 1255: « dalmacio de fenolar, Magistro et preceptore domorum et Mansionum Militie Templi per totam Italiam generalis nomine »[638]
Pierre Fernandi (Pietro Fernandi) 1259 - 1260[636] 1259: « frater Petrus Fernandi Magister Domus Militie Templi in Italia »[639]
août 1259: « Item, frater Thomas Berardi dei gratia pauperis militie Templi magister humilis, dilecto suo viro religioso et honesto fratri Petro Fernandi preceptori domorum militie eiusdem in Ytalia »[640]
Ermanno di Osimo 1266[636]
Henri de Trévise (Enrico da Treviso) 1268 - 1271[636] (la): Henricus de Trivixio
février 1268: « fr. Henricus de Trevixio, magister Domorum et Mansionum Milicie Templi in Italia »
1271: « fr. Henricus de Trivixio Domorum Milicie Templi in Italia generalis... »
Bianco da Pigazzano (Bianco da Piacenza) 1276 - 1285[641] 1276-1278: « domini fratris Blanci de Pigaçano, domorum milicie Templi in Ytalia generalis preceptoris  »
mars 1281: Responsable des maisons du Temple de Milan, Pavie, Verzarius, Plaisance, Fiorenzuola, Crémone, Brescia, Bergame et Montesordo
sans date: « domorum militie templi in Ytalia Generallis preceptor & domorum militie Templi in Lumbardia tota... »

c.1285/86: « per fratrem Blancum de Placentia comitatu magnum preceptorem in Lombardia, Tuscia, Patrimonio beati Petri in Tuscia, Roma, ducatu Spoletano, Campania, Maritima, Marchia et Sardinia », procès[642]

Commandeur d'Asti (1244)
Commandeur de Piacenza et Milan, Émilie-Romagne-Lombardie (1266)
[636]
Tenant lieu de maître dans la baillie de Lombardie (1266, 1271)[636],[641],[N 42]
Commandeur de Plaisance (1267-1271)
Recteur et ministre du Temple en Lombardie (1267)[N 77]
Disparition du titre de maître d'Italie, on trouve à partir de 1285 le titre de maître de Lombardie, Tuscie et Sardaigne
fr. Guilhem de Noves
dit « le provençal »
1285- 1290[629],[641] (la): Guillelmus de Novis, Gulielmus Provintialis
(it): Guglielmo de Noves
1285 : « quod pax et concordia inter dominum Guillelmus de Novis Magistrum Generalem in Lumbardia et Tuscia »
[643]
c.1285: « frater Petrus de Bononia, presbyter et generalis procurator totius ordinis... sunt XXV anni vel circa quod fuit receptus Bononie, per fratrem Guillelmum de Novis preceptorem tunc in Lombardia  »[644]
1286: « magister domorum Templi in partibus Lumbardie, magnus preceptor Lombardie »[629]
01 juin 1290: « fr. Guillelmi de Novis, tunc magistri generalis in Lombardia, Tuscia atque Sardinia, et fr. Artusium de Pocapagia locum dicti Magistri seu Preceptoris tunc tenentem »[645]

Maître de la province de Hongrie (1292)
Artusio de Pocapalea 1290[641] [Tenant lieu de maître]
(la): Artusius de Pocapagia, de Pocapalgia
(it): Artusio di Pocapaglia
01 juin 1290: « fr. Guillelmi de Novis, tunc magistri generalis in Lombardia, Tuscia atque Sardinia, et fr. Artusium de Pocapagia locum dicti Magistri seu Preceptoris tunc tenentem »
[645]
Guillaume de Canelli (Guiglielmo di Canelli) 1291 - 1296[646] (la): Guillelmus de Canellis

Envoyé en Hongrie (ap. 1296), † à son retour
[647]
Hugues de Verceil (Uguccione di Vercelli) 1300 - 1303[648] Cubiculaire du Pape de 1278 à 1282, puis de 1300 à 1302[626],[649],
Précepteur de l'Abbadia di Vulci à partir de 1283
Giacomo da Montecucco (ou Jacopo da Montecucco)[650] 1303 - 1307[630] [651]
1303: « preceptor Lombardie et Tuscie »
1304: « domini pape cubicularius et domorum militie Templi in Lombardia, Tuscia, terra Rome et Sardinia generalis preceptor atque alliarum preceptoriarum domorum militie Templi »


Cubiculaire du Pape de 1304[630] à 1307 (?)

On connait également les sous-divisions de cette province (baillies) et le nom de quelques dignitaires en ayant eu la charge :

Lombardie[modifier | modifier le code]

Cette baillie (Balivia Lumbardie) était beaucoup plus grande que la région actuelle, elle incluait les commanderies en Émilie-Romagne, en Lombardie, dans le Piémont[652] et à priori mais sans certitudes, celles en Ligurie. À la fin du XIIIe siècle, elle avait le rang de province (se substituant globalement à la province d'Italie) et incluait également les commanderies en Vénétie[653]. La commanderie d'Asti apparaît comme la plus importante de cette baillie. C'est après la maîtrise de Bianco da Pigazzano (c. 1271 - 1285) que le titre de maître en Italie semble se perdre au profit de celui de maître en Lombardie. Guglielmo de Noves, son successeur étant désigné à partir de 1286 comme Magnum Preceptor Lombardie et ce titre semble se substituer à la province d'Italie. L'année précédente, date de sa prise de fonction, il portait le titre de Magister Generalem in Lombardia et Tuscia[654].

Maître Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
Bonifacio 1169[631] [Incertain]
c. 1169: « Bonifacio magistro & fratribus militie Templi de Lombardia »

Maître de la province d'Italie (1167)
[N 78]
Gaimardo 1190[655] (également précepteur de la marche de Vérone)
Barozio 1200 - 1204[655] 1204: « fratrem Barrochium, dudum in Lombardia domorum Templi magistrum »
Giovanni Lombardo 1222[656] (également maître d'Italie)
Guglielmo da Melzo 1227[657] (également maître d'Italie)
Giacomo de Balma 1247[636] (avait le titre de procureur du Temple en Lombardie)
Guglielmo da Bubbio 1254 -1262[636],[655] Lombardie seule puis précepteur de Lombardie et Tuscie en 1261-1262
c. 1260, frère Isnardo tient lieu de commandeur de cette baillie en l'absence de Guglielmo da Bubbio.
Oberto di Calamandrana ? - 1271[636] « domorum Militie Templi in Lombardia preceptor »[658]
Bianco da Pigazzano
(Bianco da Piacenza)
1271 - 1285[636],[641] 1267: « domini fratris Blanci de Placencia in Lombardia tenens locum magistri »
1268: « preceptor mansionis Placentie et rector et minister pro Templo in Lombardia »

mars 1271: « fr. Blancho prec. Domorum Templi de Placentia et Mediolano, tenente locum magistri in tota bavilia Lumbardie et super Domo Templi S. Ambroxii »
c.1282: « Frater Bernardus de Parma... quod jam sunt XXX anni, ... per fratrem Bianchum de Pighazzano, magnum preceptorem baluie Lombardie et Tuscie », procès (Florence septembre 1311)[659]

Commandeur d'Asti (1244)
Commandeur de Milan (1266)
Commandeur de Plaisance (1267-1270)
Tenant lieu de commandeur de la baillie de Lombardie (1266, 1271)
[N 42]
Recteur et ministre du Temple en Lombardie (1267)
Maître de la province d'Italie (1276, 1278)
Commandeur des maisons de Milan, Pavie, Toricella Verzate, Plaisance, Fiorenzuola d'Arda, Crémone, Brescia, Bergame et Montesordo (1281) ⇒ Lombardie et partie de l'Émilie-Romagne
Grand commandeur de Lombardie et de Tuscie (c. 1281/82)
La baillie de Lombardie devient la province de Lombardie aux dépens de la province d'Italie 1286 - 1307

Lucques[modifier | modifier le code]

Baillie mentionnée en 1243 (Balia de Luca)[660] qui regroupait les possessions autour de la ville de Lucques donc des commanderies et maisons en Toscane. Fit ensuite partie de la baillie de Tuscie.

Marche d'Ancône[modifier | modifier le code]

Il s'agit des Commanderies ayant existé dans la région des Marches (Marchia Anconitana). La commanderie San Filippo di Osimo fut pour un temps le lieu de résidence du précepteur de cette baillie[661].

Maître Période de maîtrise
fr. Gualtiero 1268[661]

Marche de Vérone / Marche Trévisane[modifier | modifier le code]

(la): Preceptor domorum Templi de Marchia Tarvisana, de Marchia Trivixana

Au milieu du XIIIe siècle, la baillie de la marche Trévisane était administrée à partir de la commanderie de Santa Maria a Campanea[652] et c'était encore le cas en 1302 -1304[662]. La présence de plusieurs commandeurs de cette région est attestée lors des chapitres provinciaux notamment à Plaisance en 1268 et en 1271[663] et peu de temps avant la chute de l'ordre (1303), la commanderie de Padoue était subordonnée au maître de la province de Lombardie, ce qui confirme l'étendue de cette province au Nord-Est de la péninsule italienne[652].

Maître Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Gaimardo 1190[652] [Marche de Vérone]
fr. Ermanno 1247[652] [Marche Trévisane]
« preceptor domus milicie Templi de Campanea et aliarum domorum de marchia Tarvisana »
fr. Giacomo 1268 février 1268: « fratre Iacobo preceptore domorum de Campanea »[663]
fr. Gabriele Gambulara 1271[652] [Marche Trévisane]
mars 1271: « frater Gabriel de Gambelaria preceptor domorum Templi de marchia Trivixana »
[663]

Frère, commanderie de Trévise (1247)
Commandeur de la baillie de Pavie (1268) [?]
[663],[N 79]
fr. Giovanni di Castell'Arquato 1302 - 1304[664] [Tenant lieu de commandeur]

Patrimoine de Saint-Pierre en Tuscie[modifier | modifier le code]

Cette baillie se trouvait au nord du Latium.

Maître Période de maîtrise
fr. Guillaume de Cussac (Guiglielmo Cernerium) c. 1300[665]

Rome[modifier | modifier le code]

Cette baillie regroupait les commanderies autour de la ville de Rome donc une partie des commanderies du Latium. On trouve également en 1218 un précepteur commun aux baillies de Rome, Tuscie et Sardaigne ainsi qu'en 1236[666].

Maître Période de maîtrise
fr. Giovanni (Rome, Tuscie et Sardaigne) 1218[667]
fr. Alberto Lombardo (Rome, Tuscie et Sardaigne) 1236[668]
fr. Pietro 1244[669]
fr. Moro « da Pigazzano » c. 1300[665]

Tuscie[modifier | modifier le code]

Il s'agit des commanderies en Toscane (Tuscia). Lorsque la province d'Italie devient la province de Lombardie (1286), on trouve fréquemment la mention Lombardie et Tuscie dans le titre de ces maîtres mais plus de traces d'un précepteur de cette baillie.

Maître Période de maîtrise
fr. Alberto Lombardo (Rome, Tuscie et Sardaigne) 1236
fr. Alberto (Sindicus et Nuncius de Tuscie pendant la maîtrise de Dalmazio de Fenolar en Italie) 1256[655]
fr. Giovanni di Castell'Arquato (Tuscia et Terra Romae)[670] 1274[662]

Province de Portugal[modifier | modifier le code]

Certains auteurs portugais mentionnent Arnaldo da Rocha (pt) parmi les neuf premiers chevaliers ayant fait partie de la milice des pauvres chevaliers du Christ et du temple de Salomon aux côtés de Gondemare (pt), tous deux d'origine portugaise[671],[672].

Mais l'implantation des templiers débute au Portugal en 1126 avec un don de la veuve d'Henri de Bourgogne, à la condition que ceux-ci participent à la Reconquista des terres des royaumes musulmans de la péninsule Ibérique[673].

Parmi les templiers qui ont contribué à l'installation de l'ordre dans ce qui n'était encore que le comté de Portugal, on trouve :

En 1147 le roi de Portugal, Afonso Henriques leur confia la garde de ses frontières avec les Maures mais aussi avec le royaume d'Alphonse VII de León et Castille. C'est à cette époque que l'on voit apparaître le titre de maître de la province de Portugal[3]. À partir de 1160, ils bâtirent la forteresse de Tomar autour de laquelle la ville éponyme s'installera[676].

Le Portugal fait partie des sept premières provinces que constitua le Temple en Europe comme l'indique l'article 87 des retraits de la règle[677].

Vers 1220 selon Damien Carraz[177], cette province fut clairement intégrée à la province de Castille et León, pour former la province des trois royaumes d'Espagne (basée à Tomar et Castelo Branco). On trouve alors des commandeurs de Portugal subordonnés au maître de la province. Cette fusion pourrait être antérieure (dès le début du XIIIe siècle si on suit l'opinion de certains historiens espagnols et portugais, mais si on prend le point de vue d'Alain Demurger et de Kristjan Toomaspoeg, le Portugal a toujours été subordonné à la Castille et au León[179].

À partir de 1283, les templiers de Castille et León, alors aux ordres du grand commandeur Gómez García, s'opposent à João Fernandes qui est pourtant maître des trois royaumes légitimement élu[187]. En résulte la scission des deux provinces en 1289 avec Gonzalo Yáñez maître de Castille et León et Afonso Gomes, maître de Portugal mais dans les faits cette scission est déjà effective depuis 1285 car João Fernandes a été mis à l'écart par le grand commandeur de Castille et León appuyé par Sanche IV de Castille[187].

Dès 1310, à la suite du procès intenté aux Templiers, le roi Denis Ier de Portugal mit tout en œuvre pour préserver leurs actifs qui devaient revenir aux hospitaliers, et en 1319 la milice de l'ordre du Christ fut créée.

Maître[678] Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
Hugues de Montoire (Hugo Martins ou Hugo Martonio) 1143 - 1156[3]
Pedro Arnaldo 1156 - 1158[679]
Gualdim Pais 1156[3](1158)[679] - 1195
Lopo Fernandes [679],[680]
Fernando Dias 1202[681]
Gomes Ramires (Gómez Ramírez) 1210 - 1212[176],[178],[679]
Province de Castille, León et Portugal pour cette période 1210-1285
fr. João Fernandes 1285 - 1288 Dernier maître des trois royaumes d'Espagne, élu en 1283. Il perd le contrôle de la Castille et du León à partir de 1285, supplanté par Gómez García son subordonné (grand commandeur) dans ce royaume[187]
Afonso Pais-Gomes 1289 - 1290[679]
Lourenço Martins 1291 - 1295 († 1er mai 1308)[682]
Vasco Fernandes 1295 - 1306[683] 1295: « Fr. Gonçalo Fernandes em nome do glorioso Barõ D. Vasco Fernandes Mestre da Cavallaria do Temple no Reino de Portugal »
« , e religiosos D. Vasco Fernandes Mestre da Nobre Cavallaria da Ordem do Temple no Reino de Portugal »
1296: « Domni Velasci Fernandi Magistri Ordinis Militiæ Templi in regno Portugaliæ  »
« D. Vasco Fernandes Mestre da Ordem da Cavallaria do Templo nos meus Regnos »
oct. 1301: « Virum Domnum Valascum Fernandi Magistrum Ordinis Militiæ Templi in Regno Portugaliæ »
1303: « Damos a vós D. Vasco Fernandus Mestre dà Ordem da Cavallaria do Temple nos nossos Regnos »
« Præsentibus Viris Valasco Fernandes olim Magistro in Regno Portugaliæ... Fratribus quondam Ordinis Templi Hyerosolimitani in dicto Regno »
[684]

Commandeur de Montalvão (pt) (Ordre du Christ), 1319-...[685],[N 80]
† 1323[687]

Province des Pouilles et de la terre de Labour[modifier | modifier le code]

Bien qu'il y ait des avis très divergents entre les auteurs, les publications depuis le début des années 2000 s'accordent sur le fait qu'il s'agissait bien d'une province et non d'une baillie jusqu'à l'apparition des maîtres du royaume de Sicile dans la deuxième partie du XIIIe siècle. Ces dignitaires ne semblent pas subordonnés au maître d'Italie et semblaient ne rendre des comptes qu'au maître en deçà-mer (puis visiteur cismarin), intermédiaire entre les maîtres provinciaux et les plus hauts dignitaires qui se trouvaient en Orient. La seule exception connue étant l'année 1196 avec Guillaume de Saint-Paul, alors maître du royaume de Sicile et des Pouilles[688].

Maître / Précepteur Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
(Nicola di Collalto) 1208[688]
Pierre de Ayse 1213[689] (Pietro de Ays)
Étienne de Sissey 1260[690] (Sissi dans les ouvrages du XIXe siècle, Maréchal de l'ordre en 1264[691])

Province de Provence et partie des Espagnes[modifier | modifier le code]

Cette province a existé jusqu'en 1239/40 avant d'être séparée avec d'un côté l'Aragon et la Catalogne, de l'autre la Provence[692]. Initialement, son étendue couvrait la partie chrétienne de la péninsule ibérique, exception faite du Portugal (comté puis royaume) qui a toujours été une province distincte, et la majeure partie du sud de la France actuelle. Au moment de sa création, elle couvrait une aire incluant :

La province était elle-même divisée en entités plus restreintes regroupant les commanderies par diocèse puis par baillie. Bego de vereriis, parmi tant d'autres, portait le titre de maître en Rouergue en 1152 et sa présence auprès des maîtres successifs de Provence et partie des Espagnes est régulièrement signalée[693]. Une baillie de Toulouse existait également[N 81] et ses maîtres successifs sont attestés jusqu'en 1250[695].

La liste chronologie des maîtres de la province de Provence et partie des Espagnes indiquée ci-dessous est celle publiée par Alan John Forey en 1973[148], reprise quasiment à l'identique dans l'ouvrage de Damien Carraz en 2005[151] avec quelques corrections de dates,[N 82]. Certains maîtres, comme Hugues de Barcelone, Bérenger d'Avignon et Pons de Rigaud ont cumulé la charge de Provence et partie des Espagnes avec celle de la sous-province de Provence[266]:

Maître Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
Pierre de Rovira 1143-1158[148] (Peire de Rovira)
27 novembre 1143: « in manu venerabilis Petri de Rovera, magistri Provincie et cuiusdam partis Ispanie »
[228]
1147: « Petro de Roveria nunc temporis in parte militie Templi in Hispania et in Provincia magistro »[697]
1155: « Petrus de Roveria, magister Templi in Hispania »[698]
1156: « in Provincie et cuiusdam partis Ispanie »[699]
Hugues de Barcelone 1159-1162[148] (la): Hugo de Barchilona[700]
(Uc de Barcelone)
1160: « magistro in parte nostre Hispanie »
[699]
20 décembre 1162: « in manus Hugonis de Barçelo ceterorumque fratrum eiusdem Domus Milicie »[701]
Hugues Jaufré 1163-1166[148],[696] (Uc Jaufré)
1163: « eiusdem domus Militie in partibus Barchinone magistri » ; « Ego Ugo Gaufridi militie templi fratri in partibusque Ispanie minister »
[702]
1164: « comendator de Ispania »[703]
décembre 1164: « que ego Ugo Gaufrido, magister Milicie Templi et Arnaldus de Torroia, cum consilio aliorum fratrum »[704]
20 septembre 1165: « Ego Ugo Gaufridus fratri pauper et minister militie partes Ispanie »[705]
05 nov. 1166: « fratris Hugonis Gaufredi in Provincie et Yspanie magistri partibus »[706]

Commandeur du Mas Deu (1158-1159)[707]
Arnau de Torroja 1166-1181[148] (1180)[151] (Arnaut de Torroja)
(la): Arnaldus de Turre Rubea, Arnaudus de Torroia
23 décembre 1166: « manulevamus de Arnaldo de Torroya, magistro milicie Templi »
[708]
nov. 1168: « magistro Provincie et istius nostre Ispanie »[709]
20 mai 1169: « Arnaldus de Torroia, in partibus Prouincie et Ispanie magister milicie »[710]
3 novembre 1170: « fratris Arnaldi de Turrerubea, tunc temporis magistri Provincie et Yspanie Templi »[711]
31 décembre 1173: « Signum Arnaldi de Turerubea, magister Milicie »[712]
1175: « A[rnaldi] de Turre Rubea tunc temporis Hispanie et Provincie magistri »[713]
26 août 1175: « fratre Arnaldo de Turrerubea, Hispanieque Templi magistro » ; « in presencia fratris Arnaldi de Turrerubea, tunc temporis Hispanie et Provincie Templi magistri »[714]
26 janvier 1176: « ad frater Arnaldus de Turrerubea, magister, »[715]
22 juin 1176: « Arnallus de Turrerubea, minister Milicie Templi Christi »[716]
18 et 26 février 1177: « Arnaldus de Torroga, magister Espanie » ; « Arnaldo de Turrerubea, magistro »[717]
09 février 1178: « frater magister Arnallo de Turrerubea »[718]
22 oct. et 23 novembre 1178: « in concordia cum magistro Militie Templi Arnaldo de Turrerubea » ; « magistri Arnaldi de Turrerubea »[719]
1180: « et tibi magistro, Arnaldo de Turre Rubea, in partibus Yspanie et Provincie, et Berengario de Avinione, in Provincia ministro »[720]
04 mars 1180: « fratri Arnaldo de Turrerubea, in partibus Provincie et Yspanie magister »[721]
19 décembre 1180: « Signum Arnaldi de Turrerubea, magistri Milicie Templi in partibus Provincie et Yspanie »[722]
24 janvier 1181: « fratri Arnaldo de Turrerubea, magistro in partibus Provincie et Yspanie »[723]

Maître de l'ordre (1180-1184)
† 30 septembre 1184
Bérenger d'Avignon (1180)[151] 1181-1183[148] (la): Berengarius de Avinione
01 mai 1181: « a Berenger de Avino, magister Milicie Templi »
[724]
1181-1182: « Magister milicie in Provincia et partibus Hyspanie »[725]
« Magister Provincie et harurn partium Ispanie »
« magistri Milicie in Provincia et partibus Yspaniarum »[726]
09 oct. 1182: « Et hoc fuit factum in manu Berengarii de Avino, magister de Provenca et partibus Ispanie »[727]
19 novembre 1182: « quod ego Berengarius de Avinione, in partibus Provincie[...] »[728]

Frère du Temple (décembre 1180)[722]
Gui de Sello 1183[148],[151] (la): [Guigonis/Guingo][N 83] de Sellon
(en): Guy of Sellón
(es): Gringo, Guingo de Sellon, de Seron
avril 1183: « et vobis Guingo de Sellon, magistro istius domus in Provincia et in pluribus partibus Yspanie »
[729]
Raymond de Canet 1183-1185[148] (la): Raimundus de Canet
(Raimon de Canet)
mars 1183/84: « fratri videlicet Raymundo de Canet Magistro Militie... »
[730]
15 décembre 1183: « fratri Raimundo de Canet, in éartibus Provincie et Ispanie Dei gracio magistro Templi Milicie, »[731]
1184: « in potestate Raimundi de Canet fratris predicte militie et magistri de Provincia et de partibus Ispanie »[732]
1185: « Ramon de Canet, magistri militie in Provincia et partibus Ispanie »[733]
février 1185: « et vobis R[aimund]us de Canet, magistro istius domus in Provincia et in pluribus partibus Yspanie »[734]
Gilbert Hérail (1184)[735] 1185-1189[148] (la): Gilbert, Gilberto, Girbertus, Guibertus Erai, Eral, Erail, Erali, Erall, Erallii, de Arail, de Arall, de Rall
1185/86(?): « magistro Girberto Eral »
[736]
17 mars 1186: « et fratri Girberto Eral, Dei gracia iamdicte Domus magistro »[737]
avril 1186: « vobis Gilbert de Arall, magistro domus Templi Salomonis in Provincia et in pluribus partibus Yspanie »[738]
mai 1186: « Girberti Eral magistri milicie in partibus Provincie et Yspanie ; Girberto Erail magistro in partibus Provincie et Yspanie »[739]
juin 1186: « vobis Gilberto de Rall, magistro eiusdem domus in Provincia et in pluribus partibus Yspanie »[740]
09 juin 1186: « Girberti de Arail fratris et magistri Provincie vel in partibus Ispanie »[739]
12 novembre 1186: « domini Girberti Eral magistri in partibus Provincie et Yspanie »[739]
8 décembre 1186: « fratri Girberto Eral, gran fratri Templi in partibus Provincie et Yspanie magistro »[741]
28 septembre 1187: « magistro Girberto Eral »[742]
01 juin 1188: « fratri Girberto Eral, magistro eiusdem milicie in Provincia et partibus Hyspanie »[743]

Grand commandeur (1190)
Maître cismarin (1191, 1193)
Maître de l'ordre (1194-1200)
fr. Pons de Rigaud 1189-1195[148],[696],[276] (la): Poncius de Rigaudo, de
(ca): Pons de Rigalt
« Magister domorum milicie Templi in Provincia et partibus Hispanie »
« domorum in partibus Provincie et Yspaniarum preceptor »
« frater Poncii de Rigaldus, magister eiusdem domus in partibus Provincie et Hyspanie »
1190: « in posse et in manu Poncii de Rigaut, magister in Provincie et in partibus Yspanie »
[744]
24 janvier 1191: « Poncii de Rigaldo, in partibus Yspanie et Provincie magistri »[745]
1 février 1191: « in presencia fratris Poncii de Rigalldo, magistri in Provincia et partibus Yspanie »[746]
07 septembre 1192: « Poncio de Rigaldo, in partibus Yspanie magistro »[747]
29 novembre 1192: « fratri Poncio de Rigaldo, in hoc tempus magister in partibus Yspanie et Provincie »[748]
11 avril 1193: « fratri Poncio de Rigaldo, magistro in quibusdam Provincie et Yspanie partibus »[749]
9 février 1194: « Signum magistri Poncii de Rigallo, Domus Milicie »[750]

Commandeur du Ruou (1180)[275]
Maître de la baillie de Provence (1184-1189)[150]
Maître en deçà-mer (1196, 1198, 1202)
Maître de la province de France (1197)
Maître d'Italie, Provence et Espagne (1200)
De nouveau maître de Provence et parties des Espagnes (1202-1206)
Géraut de Caercino 1195-1196[151] (la): Geraldus de Caercino, de Caurzino, de Chaurzino, Geralli de Cahercino, Guiraldus de Caercino[N 84]
(ca): Guerau de Caercí
(en): Gerald of Caercino
5 décembre 1195: « in manu et posse fratris Geralli de Cahercino, in partibus Provincie et Yspanie magistri »
[752]
janvier 1196/97: « in domo Militie apud Montempessulanum... sunt testes Guiraldus de Caercino, magister Milicie »[753]
14 mars 1196: « scilicet Geraldi de Caercino, magistri in Provincia atque in partibus Yspanie »[754]
28 mars 1196: « fratri Geraldo de Caercino, existente in partibus Ispanie ac Provincie magistro »[755]

Commandeur de Palau (ca) (1179-1180)[756]
Chambellan de Tortosa (1184-1186)[757]
Commandeur de Tortosa (1187, 1190-1191)[148]
Commandeur de Miravet, Tortosa et la Ribera(1194)[148]
Arnaud de Claramunt 1196[148] (la): ?
(ca): Arnau de Claramunt, Arnaut de Claramunt
août 1196: « cum assensu et voluntate Magistri nostri Arnaldo de Claromonte in partibus magistri »
[758]

Commandeur de Monzón (1191-1194)[148]
Maître en Provence et partie des Espagnes (1199-1200)[148]
Pons Marescalci 1196-1199[148] (la): Poncius Marescalci, Menescal, Menescalch, Menescalco, Merescalchi
(ca): Ponç Menescalc
1196: « venerabilis fratris Pontii Merescalchii ejusdem militie in partibus Provincie et in quibusdam Yspanie honorandi et discreti magistri »
[759]
31 décembre 1196: « in manu et potestate Poncii Menescalci, magistri in partibus Provincie et Yspanie »[760]
1 janvier 1197: « Fratri Poncio Menescalco, magistro in Provincia et in partibus Ispanie »[761]
14 janvier 1197: « Fratri Poncio Menescalco, magistro in Provincia atque in partibus Yspanie »[762]
03 mai 1197: « fratris Poncii Menescalch, magistro in Provincia et in partibus Yspanie »[763]
07 juillet 1197: « magistro Poncio Menescalcho, »[764]
1198: « consilio et voluntate magistri nostri fratris Poncii Marescalci...Signum Poncii Marescalcii in Provincia »[765]
fév. & juin 1198: « frater Poncio Merescalcii, magister eiusdem domus »[766]
mai-juin 1199: « fratri Poncio Merescalco, Dei gratia magistro milicie Templi in Provincia et in quibusdam partibus Yspanie »[767]

Commandeur de Monzón (?-1196, 1202-1210, 1218-1221)[148]
Tenant lieu de maître de Provence et partie des Espagnes (juin 1202, avril 1204, août 1207, mars 1211, septembre 1218, août 1220, avril et juillet 1221, juin 1227, avril-mai et août 1228)[148],[N 42]
Commandeur de Miravet (1210)[768]
Arnaud de claramunt 1199-1200[148] (la): Arnaldus de Claromonte
(ca): Arnau de Claramunt, Arnaut de Claramunt
06 oct. 1199: « Hoc autem totum factum est Arnaldum de Claromonte, magistro stante in partes Provincie et Yspanie »
[769]
14 février 1200: « frater Arnaldus de Claromonte, Dei gratia domorum milicie Templi in Provincia et in quibusdam partibus Yspanie magistro »[770]

Commandeur de Monzón (1191-1194)[148]
Maître en Provence et partie des Espagnes (1196)[148]
Raymond de Gurb 1200-1201[148] (la): Raimundus de Gurbo
(Raimon de Gurb)
juillet 1200: « magister omnium domorum milicie Templi in partibus Yspaniarum et Provincie constitutarum »
[771],[N 85]
02 juin 1201: « fratri Raimundo de Gurb, magistro a partibus Provincie sive Yspanie »[774]

Frère du Temple (sans titre), cartulaire de Barberà (1196)[775]
fr. Pons de Rigaud 1202-1206[148] (la): Poncius de Rigaldo
(ca):Pons de Rigalt / Pere d'Urgell en 1205 (?)
[N 86]
17 février 1205: « Dei gracia magistrum domus milicie Templi in Yspania et partibus Provincie »[778]
14 mars 1205: « ejusdem milicie magistro in partibus Provincie et Yspanie »[777]
08 septembre 1206: « tunc temporis domino Poncio de Rigaldo in Provincia et in partibus Yspanie magistro »[779]

Voir la période 1189-1195 pour plus de détails
Pierre de Montaigu 1207-1212[148] (la): Petrus de Monteacuto
(ca): Pedro de Monteagudo
Peire de Montagut
07 mars 1207: « fratri Petro de Monteacuto, gratia Dei iamdicte Domus in illo tempore magistro »
[149]
1208: « P. de Monteacuto, in partibus Yspanie atque Proviencie domus milicie Templi Dei gratia magister »[780]
23 février 1209: « fratris Petri de Monteacuto, venerabilis magistri militie Templi in Provincia et Ispania »[780]
sept./oct. 1210: « venerabilis Frater Petrus de Monte Acuto, preceptor domus Miliciae in provincia et quibusdam partibus Hispaniae ; vobis fratri Petro de Monteacuto venerabili Magistro Militiae Templi in provincia et quibusdam partibus Ispaniae »[768]
1211: « frater P. de monte acuto Magister domorum militie templi in provincia et quibusdam partibus hyspanie »[781]
26 avril 1212: « voluntate fratris Petri de Monteacuto, Dei gratia in partibus Provincie et in quibusdam Ispanie domus militie Templi magister »[782]
04 mai 1212: « cum assensu et voluntate domini magistri Petri de Monteacuto  »[783]
Guilhem Cadel 1212-1213[148] (fr): Guillaume Cadel
29 novembre 1212: « fratri G(ui)l(e)lmo Catello honorando magistro domus milicie Templi in Provincia et in quibusdam partibus Hypanie »
[779]
22 mai 1213: « vobis Fratri Guillelmo Catelli Domorum Militie Templi in Provincia et quibusdam partibus Hispanie honorando Magistro »

Commandeur de Saint-Gilles (1201-1204)[784]
Maître de la baillie de Provence (1204-1209)[784]
Commandeur de Monzón (1210-1212)[148],[768]
Maître cismarin (c.1214-1216)[784]
Participation probable à la cinquième croisade (1217-1221)[779]
Lieutenant du maître de l'ordre, Pierre de Montaigu (1222)[779]
Maître de Provence et partie des Espagnes (1231/32)[784]
Guillaume de Montredon (es) (1213)[151]1214-1218[148] (1217)[151],[785] (la): Guillelmus de Monterotondo
(en): William de Monterotunda
(fr): Guilhem de Montredon
septembre 1217: « magister in Provincia et in Hispania »
[786]
oct. 1218: « venerabili G. de Monterotondo, militiae Templi magistro in regno nostro et partibus Provinciæ »[787]

Commandeur de Gardeny (1206-1212)[148]
Guillaume de Cerzols 1219[788] [N 87]
Guilhem d'Alliac (ca) (1220)[151] 1221-1223[148] (la): G. de Alliaco
(Guilhem de Alliaco, Azylach)
[790]
13 fév. 1221: « Frater G. de Allaco, magister Templi »[791]
1222: « Magister milicie Templi in partibus Yspanie et Provincie »[142]

Commandeur de Barberà (1207-1208)[148],[149]
Commandeur de Novillas (1212-1218)[148],[N 16]
Commandeur de la baillie de Provence (1217-1218)[150]
Commandeur de la province d'Auvergne (1228)[142],[147]
Ripert de « Puig Guigone » jan. 1224[148] (la): Ripertus
24 février 1224: « fratrem Ripertum pro se et domo milicie Templi »
[792]

Peut-être le commandeur de Barberà (1219) du même nom.[793]
Foulques de Montpezat (ca) 1224-1228[151] (la): Folco de Montpezat
01 avril 1227: « fratris F. de Montepesato magistri domus militie Templi »
[794]
février 1228: « magister militie Templi Provincie et Aragonie »[144]

Maître de la baillie de Provence (1200)[150]
Commandeur de Jalès (1201-1202, 1204, 1207-?, 1214, 1218)[N 88]
Commandeur du Mas Deu (1205-1207)[796]
Commandeur de Saint-Barthélemy du Puy-en-Velay (1210)[795]
Commandeur de Pézenas (1213, 1218-1219)
Guilhem Cadel 1229-1232[148] (fr): Guillaume Cadel
23 avril 1231: « Frater Guillelmus Catelli, magister milicie Templi »
[797]

Commandeur de Saint-Gilles (1201-1204)[784]
Maître de la baillie de Provence (1204-1209)[784]
Commandeur de Monzón (1210-1212)[148],[768]
Maître de Provence et partie des Espagnes (c.1212-1214)[784]
Maître cismarin (c.1214-1216)[784]
Participation probable à la cinquième croisade (1217-1221)[779]
Lieutenant du maître de l'ordre, Pierre de Montaigu (1222)[779]
Raymond Patot 1233-1234[148] (la): Raimundus Patot, R. Patoth
(Raimon Patot)
1233: « dilectus nostre fratri R. Patot domorum milicie Templi in Provincia et in partibus Ispanie magistro
[798], domorum Templi in Provincia et Yspania magistro, venerabilis magistri domus militie Templi in Provincia et Yspania »
Hugues de Montlaur 1234-1238[148] (Uc de Montlaur)[799]
07 mai 1234: « ? »[800]
21 novembre 1234: « fratri Hugoni de [M]onte Lauro magistro domus Templi in partibus Yspanie et Provincie »[801]
juin 1236: « Nos frater hugo de Montelauro, domus milicie Templi in Provincia et partibus Hyspanie magister humilis »[802]
12 novembre 1237: « venerabili fratri domino Hugoni de Montelauro, magistro domorum Templi in Provincia et in quibusdam partibus Spanie »[803]
26 décembre 1237: « et vobis fratri Ugoni de Montelauro, magistro in Provincie et in partibus Yspanie »[804]
17 mars 1238: « frater Hugo de Monte Lauro, magister domorum Templi in Provincia et in quibusdam partibus Spanie »[805]

Maître Cismarin (1236)[801]
Maréchal du Temple (1242-1244)[801]
† 17 oct 1244, bataille de Forbie[806]
Estève de Belmonte, ou de Bellomonte 1239[66],[148],[266] [Mentionné parfois sous le nom d'Astruch de Cla(i)rmont][N 89]
(la):
(ca): Astruch de Clarmont, de Belmont ; (es): Esteban de Belmonte
(en): Stephen of Belmonte
(pt): Estevão de Belmonte

Commandeur de Castellote (1217-1220), Villel (1221), Cantavieja (1224)
[148]
Maître de Castille, León et Portugal (1229/30-1237)[66]
Maître de Provence (1246)[66],[150]

Pour la période qui suit 1239, date de la scission de cette province, il faut se référer à la province d'Aragon et à la province de Provence (ne pas confondre avec la baillie de Provence ci-dessous).

Baillie de Gascogne[modifier | modifier le code]

(la): Custodes domorum Templi in Vasconia, magistros in Vasconia, in Gasconia

Possessions du Temple dans l'ancien duché de Vasconie. L'aire d'influence de ces maîtres de baillie s'étendait initialement des Pyrénées au Lot-et-Garonne et il ne faut pas confondre avec la baillie de Toulouse qui couvrait plus ou moins le reste de la région Midi-Pyrénées. Cette étendue semble avoir varié car si on voit ces maîtres dans l'Agenais jusqu'à la fin du XIIe siècle, on trouve ensuite une baillie de l'Agenais[808]. Ces possessions semblent dépendre au départ de la province de Provence et parties des Espagnes mais elles font partie par la suite de la province d'Aquitaine. Au début du XIIIe siècle, on trouve notamment Giraud Brochard, maître du Poitou et de Gascogne en 1215[809] et à la fin de ce siècle, il y avait un commandeur de Bordeaux et de toutes les possessions en Gascogne[810].

Les dates indiquées pour les premiers dignitaires que sont Augier de Bedeisan et Hélie Focald ne sont pas celles que l'on trouve généralement. Les périodes supposées provenaient d'Antoine du Bourg[811] en rapport avec la baillie de l'Agenais et avaient été établis à partir de chartes qui ne comportaient pas de dates[N 90]. Des travaux plus récents avec la mise au jour de chartes datées remettent en cause ces périodes.

Maître Période de maîtrise Commentaires
fr. Guillaume de Verdun 1156[812] (la):Guillelmus de Verduno[813]
(oc): Guilhelm de Verdune[814]
1156: « Guillelmum de Verduno, magistrum domorum milicie Templi in Vasconia »

Maître de la bailie de Toulouse (c.1155)[812]
fr. Augier de Bedeisan c.1159 - 1171[N 91] (la): frater Auger, Augerius de Bedeisan
(fr): Auger de Badelsan, de Bedeissan, Augier de Bédeissan
avant 1159 [?]: « custos domus Templi in Vasconia »
[812],[815], « tempore illo custodis domus Templi in Gasconia »[818],[N 92]
1167: « Deo et militibus Templi Jerosolimitani, in manu fratris Augerii et Heliæ Folcaldi », à Bouglon[817],[N 93]
1167 x 1171: « Ecclesiam Sancta Mariæ d'Argenten et quicquid juris in eâ habebant, in manu Augerii, magistri, fratris, et Arnaldi de Argenten, fratris, et Guillelmi del Bois, fratris »[821],[822]

Autres sources:[823]
c.1171[N 94]
fr. Hélie Focald c.1172 - 1175/76[N 95] (la): Elie Focal, Helias Folcaldi
(fr): Hélie de Focald, de Foucauld, Élie Foucauld

« magister milicie Templi in partibus Gasconie, magister templarius totius Vasconie »[815]
c.1161[826]: « magister domuum Vasconie in domo Agenni »[N 96]
sans date (1161 ou 1175): « magistro domum tocius Vasconiæ »[828],[N 97]
sans date: « magister Vasconiæ »[829]

Frère du Temple, compagnon du commandeur de Novillas, Aragon (1147-1148)[830]
Frère du Temple, commanderie de Montsaunès (sans date, 1156 x 1161)[831]
Commandeur de Cours, Lot-et-Garonne (1160)[824],[N 98]
Commandeur du pays de Narbonne (1167)[819]
Frère du Temple (sans titre), commanderie de Douzens (1169)[835],[N 99]
Frère du Temple, Cours (Aude) (1170)[836]
Commandeur de Périès (1171)[820]
fr. Pierre d'Astugue c.1170 - 1180[815]
ou
après 1175[812]
(la): Petrus d'Astuga, d'Estuga, d'Estugas, Petrus de Stuga, W.P. d'Estugas
(fr): Pierre d'Astugue
sans date: « magister totius Vasconie, magister Vasconie »
[815]

Maître de la baillie de Toulouse (1164, 1166[837],[838], 1169)[812]
Sans titre, , donation gage du fief de Tizac. (1167)[839]
Maître (1168), commanderie de Montsaunès[840]
Sans titre, donation à Saint-Sirac (1169)[841]
Frère de la commanderie de Montsaunès (1176)[842]
fr. Jourdain de Corbarieu c.1180[812] (la): Iordanus de Corbariu, Jordanus de Corbarriu
(fr): Jourdain de Corbariu, de Corbarrieu
(en): Jordan of Corbarieu
sans date: « magister totius Vasconie »
[843]

Commandeur de Monzón (1182-1183)[148],[844]
fr. R. de Caneg 1186[812] 1186: « en la ma del frayre R. de Caneg, que era maestre e comanaire de las maisos de Gascuina »[812]
fr. Fort Sans de Vidaillac c.1211[845] (la): Fortin Sans de Bidalac, Fortis Sancius de Bidalhac, Fortis Sans de Vidalac
(fr): Fort Sans de Vidalac, de Vidalhac
c.1211: « in presentia Fortin Sans de Bidalac qui erat commandator istius bailie et G. de Brasac commandator de Golfugs »
[845]

Serait-ce le même individu que Fort Sans de Vidaillac (Fortinus Sans de Bidalhac, miles) dans le cartulaire de l'évêché d'Agen ?[846],[N 100]
fr. B. de Sempastor ?[812]
fr. ...
fr. Élie Amanieu 1288 - 1289[810] (la): Helias Amaneui
(fro): Helies Amaniu
31 mai 1288: « preceptorem domorum nostrarum Burdegalis et de Vasconia »
14 août 1289: « caperan comendador de la mayson dou Temple de Bordeu de Jherusalem et de totes les autres maysons de Guascoyne »
31 août 1290: « comanday de las mayzons de la cauareyrie deu Temple en Guascombe, procurador generau deu frey Gaufrer Ucher generau visitedor de les maysons deu Temple en los règnes de France e d'Anglaterre  »
[810]

Baillie de Provence[modifier | modifier le code]

(la): « Magister (præceptor) militiæ Templi in partibus Provincie »

Il s'agit d'une sous-province dépendante de la province de Provence et partie des Espagnes. La terminologie « baillie » apparaissant au XIIIe siècle. La baillie ou sous-province de Provence représentait un territoire allant de l'actuel Languedoc au comté de Provence de l'époque[6]. On trouve également des baillies plus petites au sein de celle-ci comme la baillie regroupant les maisons dépendantes d'Arles et Narbonne.

C'est avec Bérenger d'Avignon que l'on voit apparaître le titre officiel de maître en Provence[7], les frères templiers précédents ayant une responsabilité semblable sans en porter le titre.

Maître Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
Hugues de Beciano (Uc de Beciano) 1134-1143[150]
Bego de Vereriis 1151-1152[150]
Hugues de Barcelone 1155-1159[N 101] (Uc de Barcelone) cité de 1155 à 1173[150],[848]
Bego de Vereriis 1159[N 101]-1160[150]
peut être jusqu'à 1162
Hugues de Barcelone (Uc de Barcelone) 1162-1169 [N 101]
Bego de Vereriis 1169[150],[848]
Bérenger d'Avignon 1179-1183[150] (la): Berengarius de Avinione
« Berengarii de Avinione, magistri milicie in Provincia »
[849]
Pons de Rigaud 1184-1189[150],[850] (la): Poncius de Rigaudo
« Magister milicie Templi in Provincia »

Commandeur du Ruou (1180)
[275]
Maître de Provence et parties des Espagnes (1189-1195, 1202-1206)[276]
cf. la période 1189-1195 pour la suite de sa carrière.
A. de Toulouse 1190[150]
Guillaume de Saint-Paul (Guilhem de Saint-Paul) 1190[150]
Déodat de Bruzac 1195[150] (la): Deodatus de Breisacho, de Breissaco
« frater Deodatus de Breisacho, magister domorum Templi in Narbonensi et Arelatensi et aliis provinciis »
[851]
Pons Marescalci 1197-1200[150]
Foulques de Montpezat (ca) 1200[150] (la): Fulco de Montepesato
mars 1199(?): « Fulco de Montepesato magister milicie Templi »
[852]
juillet 1200: « preceptor domorum Provincie »[771],[N 85]

Commandeur de Jalès (1201-1202, 1204, 1207-?, 1214, 1218)[N 88]
Commandeur du Mas Deu (1205-1207)[796]
Commandeur de Saint-Barthélemy du Puy-en-Velay (1210)[795]
Commandeur de Pézenas (1213, 1218-1219)
Maître de Provence et parties des Espagnes (1224-1228)[151]
Hugues de Roquefort 1200[853],[854]
(décembre)
fr: Hugues de Rocquefort ; (it): Hugo de Rocaforti

Commandeur de la baillie de Sicile (1197)
[688],[855]
Déodat de Bruzac 1201[856] - 1202[150] (la): Deodatus de Breisaco, de Brizac, de Bruissaco, Deudat de Breisaco, Deude de Breissac
(fr): Déodat de Brusiac
avr. 1201: « magister militie Templi in partibus Provincie »
[857]
oct. 1201: « Deodatum magistrum Templi »[858]

Commandeur de Richerenches (1200[771], 1205-1212)[859]
Guilhem Cadel 1203-1210[150]
(1204-1209)[784]
(la): G. Cadelli
(fr): Guillaume Cadel
mars 1203/04: « G. Cadelli preceptoris domus milicie in Provincia »
[860]
juillet 1205: « Guillelmo Cadello magistro Provincie »[779]
8 septembre 1206: « Poncio de Rigaldo in Provincia et in partibus Yspanie magistro et W[illelmo] Catelli sub ipso in Provincia commendatore »[779]
mars & juin 1207: « magistro quondam W. Catello ; magistro existente Guillelmo Catelli »[779]
11 novembre 1209: « fratre Guillermo Catelli domus Templi militiae in partibus Provinciae magistro »[779]
13 décembre 1209: « Fr[ater] Guillemus Cadelli magister milicie in Provincia »[861]

Commandeur de Saint-Gilles (1201-1204)[784]
Commandeur de Monzón (1210-1212)[148],[768]
Maître de Provence et parties des Espagnes (c.1212-1214, 1231/32)[784]
Maître cismarin (c.1214-1216)[784]
Participation probable à la cinquième croisade (1217-1221)[779]
Lieutenant du maître de l'ordre, Pierre de Montaigu (1222)[779]
Guilhem Grahli 1207[150] (la): Guillelmus Gralhi
(fr): Guillaume, Guilhem Graille
1207: « Guillelmo Gralhi, in partibus Provincie magistro »
[862]
Bermond 1210[150] (Bermon)
Jordan 1212[150]
Guillaume d'Alliac 1217-1218[150] (en): William de Alliaco
(fr): Guilhem d'Alliac
septembre 1217: « magister Templi Provinciæ », chapitre provincial, Saint-Gilles du Gard
[786]
1218: « Et nos frater Guillelmus de Allaco predictus ad majorem quoque ipsius rei firmitatem... sigillum nostri capituli apponi fecimus. », Pézenas[863]

Commandeur de Barberà (1207-1208)[148],[149]
Commandeur de Novillas (1212-1218)[148],[N 16]
Maître de la province de Provence et parties des Espagnes (1220/21-1223)[148],[151]
Commandeur de la province d'Auvergne (1228)[142],[147]
Hugues de Roquefort 1218-1219[150]
Archimbaut de Sénas 1229-1234[150]
Géraut 1235[150]

Après frère Géraut, cette baillie devient une province à part entière (elle ne relève plus du maître de province de Provence et partie des Espagnes, dignité qui a été supprimée)[266]


Province du royaume de Sicile (sud de l'Italie)[modifier | modifier le code]

Le royaume de Sicile au XIIe siècle.
Article connexe : Templiers en Italie.

La première province répertoriée est celle d'Apulie (Pouilles) mais les maîtres successifs administraient en fait une région correspondant au royaume de Sicile alors sous domination des Normands[864],[865]. Initialement, il s'agissait du duché d'Apulie qui fut intégré à ce royaume vers 1130 et la province était probablement divisée sous forme de baillies (sous-provinces).

Ce n'est qu'à la fin du XIIe siècle qu'elle semble se séparer en deux provinces, d'un côté les Pouilles et la terre de Labour et de l'autre la Calabre et la Sicile, (Apūlĭæ & Terra Lǎbōris, Cǎlǎbrĭæ & Sĭcĭlĭæ)[624],[688].

La chute des Hohenstauffen en 1266 au profit de Charles d'Anjou entraîne une nouvelle organisation avec une seule province dite du royaume de Sicile dans laquelle on retrouve les baillies des Pouilles et de Sicile puis plus tardivement l'Abruzze .

Au nord de ces provinces se trouvait le territoire des États pontificaux qui incluait les commanderies du Latium, de l'Ombrie et des Marches alors que les provinces de Pouilles-Sicile regroupaient celles des régions actuelles de : (lien vers les listes de chaque région)

Certains auteurs pensent néanmoins que les Pouilles et la Sicile n'ont jamais été séparées[866],[867],[868]. Le fait qu'on trouve pendant la maîtrise de Guillaume de Saint-Paul un précepteur pour les Pouilles, Goffredo et un pour la Sicile, Hugo de Rocaforti n'étaye pas forcément cette hypothèse[866] bien qu'il s'agisse alors des commandeurs de baillie, division interne de la province qui regroupait un certain nombre de maisons mais ce maître est le seul mentionné avec un tel titre avant 1266 (précepteur du royaume de Sicile et des Pouilles).

Il faut également prendre en compte l'histoire politique de la région avec la lutte entre guelfes et gibelins et surtout prêter attention au terme « Sicile ». Cette notion de royaume de Sicile a évolué au cours de ces deux siècles avec une scission qui interviendra en 1282 à la suite des vêpres siciliennes. C'est la naissance de ce que l'on appelle communément le royaume de Naples mais dans les sources, il était désigné sous le nom de Sicile « citérieure » alors que l'île de Sicile s'intitulait Sicile « ultérieure ».

Les implantations se situaient principalement dans les villes côtières, Brindisi entre autres[3], afin d'abriter pour l'hiver les bateaux et les hommes avant de rejoindre les États latins d'Orient.

Maître Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
Maîtres des Pouilles (royaume de Sicile)
Henri 1169[866] (Enrico)
Guillaume de la Fosse 1184[866] (it): Guglielmo de la Fossa
1184: « in manus Guillelmi de la Fossa magister ejusdem Templi domorum quae sunt in Apulia et terra laboris »
[869]
Maîtres du Royaume de Sicile
Guillaume de Saint-Paul 1196[866] (it): Guglielmo de Sancto-Paulo)[688]
février 1196: « fratris Guillelmi de Sancto Paulo, magistri domorum Templi Sicilie et Apulie »[870]
... ...
fr. Albert de Canelli 1262 - 1266[871],[872] ((la): Obertus de Canelli, (it): Alberto de Canelli, de Camaldulla)
fr. Baudoin 1267[873],[874],[875] ((la): Baldovino)
fr. Guglielmo Piliforte 1269[876] (Lieutenant (second) pour le royaume de Sicile pendant la maîtrise d'Albert de Canelli.)
fr. Étienne de Sissey 1270[877] - 1272[866],[878],[879] ((la) Stephanus de Scisseio, de Sesciayo, (it) Stefano de Sissy, (en) Stephen of Sissey, parfois orthographié Sissi dans certains vieux ouvrages)
21 novembre 1270: « Stephanus, magister domus militie Templi in regno Sicilie »
[880]
1271/72: « pro religioso viro fratri Stephano de Sesciayo, magistro domorum Militie Templi in Regno Sicilie »[881]
fr. Guillaume de Beaujeu 1272[877] - 1273[882] (la): Guillelmus de Belloioco
(de): Wilhelm von Beaujeu, (it): Guglielmo de Bellojoco
1272: « Religioso fratri G. De Belloioco, magistro domorum militie Templi in regno Sicilie »,
« Religioso fratri Guillelmo de Belloioco, magistro domorum militie Templi in regno Sicilie, consanguineo nostro »
[883]
mai 1273: « frere Guillaume de Biaujeu, qui estoit Outre mer commandeor du Temple en Puille »

Maître de l'ordre (1273-1291)
fr. Ademaro 1273[877] (Précepteur et lieutenant (second) pour le royaume de Sicile pendant la maîtrise de Guillaume de Beaujeu)
fr. Arnoul de Wisemale 1274[884],[885] (Arnulf de Ursemali)
fr. Simon de la Tour 1275 - 1277[877] ((la): Symone de Turri, Simonis de Turre; (en): Simon of la Tor;(it):Simone de la Tour)
(Précepteur de Safed en 1262, commandeur de la terre de Jérusalem en 1271, visiteur cismarin pour la péninsule ibérique en 1277
[886])
fr. Robert
((it):Roberto)
1277[887]
fr. Pierre Le Griffier 1277 - 1279[887],[888] ((la): Petrus de Griferio, Pietro de Genua, Pietro de Triario, Pietro de Gemma)
fr. Gioberto « de Nicherio »
(† 13 mars 1287)
1285[887] (Jubertus de Nicher, de Vicherio)
fr. Guillaume « de Nozeta » 1287 - 1289[889] ((it): Guglielmo da Nozeta. Lieutenant de Gioberto « de Nicherio », et précepteur de San Giorgio (Brindisi) en 1289)
Hugo de Monterotondo 1290 - 1292[887] « magister Templi in Barolo »
Reynald de Varenne 1292 - 1299[890] [Grand commandeur du royaume de Sicile]
(la): Raynaldus de Varena
[891]
(it): Rinaldo de Varenna, Rainaldo de Varensis, Raynaldo di Varena
1292: ?[887]
1299/1300: ?[892]
Pierre « Dada » (Pietro Dada, Petrum Dada) fin XIIIe siècle[893]
Peire de Pierrevert 1297 - 1303[622], début XIVe siècle[894] [Grand commandeur des Pouilles et des Abruzzes][N 102]
[Sources indirectes, procès][896]
(la): Petrus Peraverde Ultramontanus
(it): Pietro Peraverde « ultramontano »
av. oct. 1303
[N 103]: « Andreas Armani de monte Oderisio... qui receptus fuerat tempore pape Bonifacii in Barulo per magnum preceptorem in Appruntio et Apulea; Erat Petrus de Ultramontanis, nunc autem est frater Oddo de Valdric »[897]
« frater Petrus preceptor magnus Apulee »[898]
« Et in continenti frater Petrus de Peraverde qui tunc erat magnus preceptor dicti ordinis in Aprutio et Apulea »[899]

[Laurent de Beaune n'était pas commandeur des Pouilles c. 1300 mais commandeur d'Épailly][N 104]
Simon de Quincy 1304/05[901] - 1307 Surnommé « le Chaperon »

Commandeur de la baillie de Prunay (1284-1291)
Commandeur de Chanu, Haute-Normandie (1295)
Commandeur du passage (1303)
[902]
† 07 juin 1307[903]
Odo de Villaret 1308[904],[905] (it): Odone de Valdris
(Oddone de Villaret, Odo de Valdric)
11 mai 1310: « ...qui receptus fuerat tempore pape Bonifacii in Barulo per magnum preceptorem in Appruntio et Apulea; Erat Petrus de Ultramontanis, nunc autem est frater Oddo de Valdric »
[897]

Baillie des Pouilles[modifier | modifier le code]

Il s'agit des commanderies dans la région des Pouilles et non pas de la province dite des Pouilles qui englobait un territoire bien plus vaste (royaume de Sicile). La commanderie de Barletta était la plus importante mais à certaines périodes, le précepteur de cette maison semble avoir eu le rôle de maître de l'ensemble du royaume de Sicile[906]. C'est a priori le cas lorsque le maître provincial était absent et lorsqu'il avait une vacance du pouvoir dans l'attente de l'élection d'un nouveau maître de la province. De nombreuses marchandises étaient acheminées en Terre sainte à partir de ce port et le précepteur de cette maison avait la charge d'obtenir les mainlevées auprès des portulans du royaume.

Maître / Précepteur Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Goffredo di Stefano 1195[688]
... ...
fr. Jacob de Torricella
(Jacobus, Jacobi de Torricella, précepteur des Pouilles)
1256[907]
Arnoul de Wisemale (Arnulf de Ursemali) 1271[884],[908]
fr. Pietro d'Ocre (Pietro di Ocra) 1284[889]
fr. Falcone (vice-précepteur dans les Pouilles) 1284[909]
fr. Pietro Dada 1285[889]
fr. Jaufré de Pierrevert 1302[622],[910] [Peire de Pierrevert?][N 105]
(la): Gaufridus, Goffredus de Petraviridi
(en): Jeffey of Petra Verde
(it): Pietro-Goffredo di Piervert
19 septembre 1302: « fratris Goffridi de Petra Viridis, magistri sacre domus milicie Templi in regno Sicilie »
[913]
1303: « quod frater Joffredus de Petra [Viridi], tunc tenens locum magistri dicti ordinis in Apulea »[914]

Reçu à Castelo Branco (pt) (c.1275)[915]
En Orient (ap. 1275-1302, Acre)
Commandeur du Ruou (1308)
[915]

Baillie et Province de Sicile[modifier | modifier le code]

Il s'agit des possessions dans l'île de Sicile. Cette baillie semble avérée dès le milieu du XIIe siècle[916] puis en 1197 avec un précepteur des maisons du Temple en Sicile, Hugues de Roquefort alors que l'on trouve également l'année précédente un maître du bailliage des Pouilles, Goffredo (1195-1196) et qu'il y avait un maître de la province du royaume de Sicile et des Pouilles, Guillaume de Saint-Paul à peu près aux mêmes dates[688]. Elle devient ensuite une province à part entière qui selon certains auteurs inclut leurs possessions en Calabre et dont on trouve trace jusqu'en 1255. À la suite des vêpres siciliennes, on retrouve de nouveau des dignitaires avec ce titre et peu avant la chute de l'ordre, la fonction existait toujours en la personne de Gerardo de Finoleriis (1304)[917]. Aucune des chartes liées à ces dignitaires ne mentionne le terme Calabre dans le titre excepté pour Bonifacio di San Michele en 1255 et il faut préciser que très peu d'informations sont parvenues jusqu'à nous concernant les biens leur ayant appartenu dans l'actuelle Calabre.

Maître / Commandeur Période de maîtrise Commentaires
Geoffroy de Champigny 1151[916] (it): Goffredo de Champiny
1151: « F. Gaufrido Campiniaco Prefecto generalis omnium domorum Templi in Sicilia »
[918]
Hugues de Roquefort 1197[688],[919] (fr): Hugues de Rocquefort ; (it): Hugo de Rocaforti
6 avril 1197: « preceptor domorum sacre Militiae Templi Siciliae »
[855]

Commandeur de la baillie de Provence (1200)[853]
Guillaume d'Orléans 1209 - 1210[688] (la): Guilielmi Aureliensis[920], parfois Oreliensis et Orlientensis
1209: « Guillelmi Oreliensis domorum templi in Sicilia praceptoris »[921]
1210: « frater Guillelmus magister domus militia templi in Sicilia »[922]
Armand de Périgord 1229[923] (la): Hermanus de Petragors
1229: « fratris Hermani de Petragors domus militia templi in Sicilia & Calabria praceptoris »
[924]
Bonifacio di San Michele 1255[907]
Martino Cabillone 1280[925] - 1283[926]
Guglielmo de Canelli 1284 - 1285[927]
... ...
Gerardo de Finoleris (Gerardus de Finoleriis, « Pinoleris ? ») 1304[928],[929]
Albertino de Canelli ? - 1312 20 juin 1311: « frater Albertus de Canellis miles, Aquensis diocesis, provincie Mediolanensis, preceptor bailivie insule Sicilie »[930]

Provinces créées au XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Province d'Allemagne[modifier | modifier le code]

La Bohême et ses alentours au XIIe siècle et XIIIe siècle.
Article détaillé : Templiers dans le monde germanique.

La province d'Allemagne ne se forme qu'au XIIIe siècle pendant le règne de Frédéric II de Hohenstaufen dans le Saint-Empire romain germanique et incluait également les commanderies établies dans le royaume de Bohême, les duchés de Pologne et la Prusse teutonique[3].

Dès 1157, Albert Ier de Brandebourg leur octroie des terres près de la rivière spree et en 1200 ils fondent le château de Mongberg dans la marche de Brandebourg[931]. Avant le milieu du XIIIe siècle, certaines commanderies dans l'ouest de l'Allemagne faisaient partie de la province de France[932].

L'expansion de la province débute à partir de 1232 avec de nombreux dons comme ceux de Ladislas Odonic concernant Quartschen[933],[934], de l’Évêque de Lebus pour les terres de Custrin[935], de Barnim Ier le Bon dans le Duché de Poméranie, d'Henri Ier le Barbu pour le duché de Grande-Pologne, de Boleslas V le Pudique pour celui de Petite-Pologne, de Boleslas Ier de Mazovie dans le duché de Mazovie[936] et de Venceslas Ier pour le royaume de Bohême[13].

On trouve à partir de 1227 un commandeur (preceptor) d'Alémanie (Alemannia)[937]. C'est peut-être le même individu, du nom de Gebhard (Gevehardus) que l'on retrouve en 1241 actant comme maître puis en 1244 comme commandeur des maisons du Temple en Allemagne au moment des donations relatives à Schiedlow[N 106] et Sulęcin en Pologne[939].

En dehors des titulatures qui varient fréquemment, certaines bulles papales nous permettent d'attester l'existence de cette province et nous renseignent sur son étendue à des dates précises. En 1238 Grégoire IX confirme les biens reçus à Custrina dans l'évêché de Lebus en s'adressant au maître et aux frères de la maison du Temple en Teutonie[940], en 1247 c'est Innocent IV qui s'adresse au commandeur et aux frères en Alémanie (Alemannia)[940], en 1249/50 ce sont deux bulles de ce même pape adressées au maître et aux frères en Alémanie et en Pologne (Polonia)[941] puis une troisième qui mentionne l'Alémanie et la Poméranie (Slavia)[942],[943]. Compte tenu de la proximité de ces dates, il apparaît que le royaume de Pologne et les duchés de Poméranie ont toujours fait partie de cette province et que la Hongrie (Hungaria) n'en faisait pas partie.

La maîtrise du frère Widekind[N 107] confirme l'emploi du titre de maître en Alémanie et en Slavie (Poméranie)[945] mais on constate que Frédéric d'Alvensleben (de), avant-dernier maître de cette province[934] portait le titre de « maître en Allemagne et en Esclavonie » et est également cité comme « maître d'Allemagne et d'Italie » en 1307[946].

Maître Période de maîtrise Commentaires et autres fonctions
? 1208 (la): « provisor bonorum Theotonie »
fr. Martin 1219 (la): Martinus
1219: « fratri Martino templario in Alemanniam destinatis », registre d'Honorius III
[947],[556]
fr. Gebhard 1227[937],[948] (la): Geuehardus
1226/27: « domni Geuehardi tunc preceptoris Alemannie »
[949]
fr. Gebhard / Gerhard 1238[N 108] - 1244[952] (la): Geuehardus, Gevehardus[939],[953]
1238: « Magistro fratibus Domus militie Templi in Teutonia »[N 108]
1241: « Magistri Gebehardi militiae Templi Praeceptoris »[954],[N 109],[956]
1244: « Geuehardo preceptori domorum militie Templi per Alemanniam »[955],[956]
, sans titre régional dans un deuxième acte[957]
fr. Johann 1251[958] (la): Johannes, « summus preceptor militie Templi per Teutoniam, per Bohemiam, per Moraviam et per Poloniam »[958]
Pierre Berka de Dube & Lippa [13],[952]
Widekind 1262 - 1279[952] (la): Wedekindus, Widekindus[19]
9 mars 1260: « frater Wedekinus, domorum militie Templi in Alemannia et Sclavia magister »
1262: « Widekinus domorum militie Templi in Alemannia et Slavia preceptor »[945]
mai 1268: « frater Widekindus magister domorum militie templi per Alemanniam et Poloniam »
?: « frater Wedekindus magister domus milicie templi » ; 17 mars 1272: « frater Wedekindus domorum militie Templi per Alemanniam et Slaviam magister »[959]
9 juillet 1278: « frater widekindus magister fratrum de Templo per Allemanniam »
Friedrich Wildgraf (de) 1282-1292[960] (la): Fridericus Silvester (dictus Silvester), preceptor domorum militie Templi per Alemanniam et Slaviam[960]
En 1288, son second (vice-preceptor) est le commandeur de Lietzen, Jordan von Esbeke (Jordanus)[961].

De 1295 à 1297, il se trouve dans le duché de Bavière, plusieurs documents dont un où il est qualifié de « maister Weilent »[N 110]
Renier de Villers 1292[963] 29 mai 1292: « frater Reynerus dictus de Vileyr commendator domus Templi in partibus Almanie »[964]

Commandeur de la baillie de l'Hesbaye (1275, 1289)
Bertram von Esbeke 1294-1297[952],[961] (la): Berchramus de Czwek, Bertramus de Esbeke[965],[966]
1295: domorum militie Templi per Alamaniam, Schlaviam, Boemiam et Moraviam humilis preceptor[967]
Friedrich von Nigrebe 1301[966] (la): Fridericus de Nigrip[968]
1301: « fratris Frederici de Nigrip, nostri generalis preceptoris » dans la même charte que Friedrich von Alvensleben (de) alors commandeur de Supplingburg[969]

« Frederico dicto Nigro », frère du Temple en 1291 pourrait être le même individu[970],[968]
Friedrich Wildgraf (de) 1302-1303[960],[971] 7 mai 1303 (ou 1302)[N 111] : « Nos frater Fredhericus dictus Silvester, preceptor humilis domorum militie templi Jherosolimitani per Alimaniam et Slaviam »[972]
Procès, Chypre (mention): « Fredericus, frater tunc comitis de Savoya, tunc preceptor in Alamania »
Friedrich von Alvensleben (de) 1303-1308[961] (la): Fredericus de Alvensleve
21 avr. 1303: « Frater Fredericus de Alvensleben domorum milicie templi per Alemanniam et Slaviam preceptor humilis »
[973]
avr. et mai 1305: « Frater Fredericus de Alvenseleve, Dei gracia domorum milicie templi in Alamannia et Slavia preceptor humilis ; Nos frater Fredhericus de Alvensleve, humilis preceptor domorum militie templi Jherofolimitani per Alemaniam et Slaviam »[974]
26 avril 1306: « Fredericus de Alvensleve, domorum militie Templi per Almaniam et Slaviam preceptor humilis »
15 septembre 1307: « domorum milicie Templi per Alemanniam et Slaviam preceptor humilis »[975]
1308: « frater Fredhericus de Alvensleve domorum milicie templi per alemaniam et Slaviam preceptor humilis »[976]
[934],[977]
Commandeur de Supplingburg (1301)[966]
Hugo de Gumbach 1310[978],[979],[113]

Baillie de Bohème, Moravie et Autriche[modifier | modifier le code]

(la): Comendator provincialis per Bohemiam, Moraviam et Austriam
Magister ordinis Templi per Bohemiam et Moraviam, magister militie Templi tocius Boemie et Maravie

Possessions subordonnées au maître d'Allemagne depuis au moins 1251[958], des maîtres dont la présence dans cette région est attestée plusieurs fois, notamment Bertram von Esbeke commandeur (preceptor) d'Allemagne, Hongrie, Bohême et Moravie. La baillie/province de Bohême et de Moravie apparaît pour la première fois en 1297 aux ordres d'un maître (magister) et l'Autriche ne se rajoute que tardivement, pas avant le début du XIVe siècle. Un seul commandeur connu avec ces titulatures mais on mentionne tout de même un commandeur de Moravie en 1243. En 1267, on trouve à Prague un maître de la maison du Temple à l'occasion d'un chapitre qui se déroule dans cette ville[980] (Bohême) sans que l'on puisse affirmer qu'il s'agit du maître de la baillie incluant les commanderies en Moravie voir du maître de la province d'Allemagne[N 112]. Problème identique à propos de Peter Ostrew, le maître qui a supervisé la construction de Saint-Laurent de Prague en 1253.

Commandeur Période de maîtrise Commentaires et autres fonctions
fr. Friedrich 1243[983],[984] (la):Fridericus, commendatoris militie Templi per Moraviam[984],[N 113]
fr. Bertholt von Czinnburg 1250[986]
fr. Peter Ostrom von Berka und Duba 1253-1254 [Commandeur de Bohême ?]
(de): Johann Peter Burka ; Ostrowo von Berka ; Peter Ostrowo

Chronique: « supremus magister ordinis Templariorum, Petrus Berka, nominatissimae famigeratissimae familiae regulus, penes Templum S. Laurentii magnificum monasterium aedificavit »
fr. Sulislav 1267[980],[987] [Incertain]
(la): magistrum Sulizlaum de domo Templi
dans deux chartes relatives à la ville de Prague
[980]
fr. Ekko 1297-1308[988] (la):Ekko, Ecchoni, Eckone, Ekkonis
Ekko d'Egerberger
Commandeur de Čejkovice en Moravie (1292[989]-1295)[967]
Maître de Bohême et de Moravie (1297-...)[990]

Baillie du Brabant et de l'Hesbaye[modifier | modifier le code]

(la): Preceptor domorum milicie Templi in Brabantia et in Hesbannia (Hasbania)

Les possessions de l'ordre dans le duché de Brabant, bien que faisant partie du Saint-Empire, semblent se rattacher à la province de France[991] et non à celle d'Allemagne comme on aurait pu le supposer.

Commandeur Période de maîtrise Commentaires et autres fonctions
fr. Renaud 1240 [Commandeur en Hainaut et en Brabant, à vérifier][484]
21 juin 1240: « ? »
fr. Walter / Wautier 1248 28 avril 1248: « fratrem Walterum, praeceptorem domorum balliviae militiae Templi in Hasbania »[473]

Commandeur de la baillie de Lorraine (1244)[472], (1262, 1264-1265)
Commandeur de la baillie de Flandre (1250-1251, 1257)
Accompagne Guy de Bazainville, maître en France (1251, Valenciennes)[128],[341]
fr. Gérard 1255 (la): Gerardus
(nl): Geeraart
juillet 1255: « quod frater Gerardus, magister sive provisor milicie Templi in Brabantia »
[992]
05 mai 1256 (?): « frater G., preceptor fratrum militie Templi in Hasbania et Brabantia »[993]
fr. Inguelran 1256 25 mai 1256: « frater Inghelramus, domorum milicie Templi in Brabantia commendator »[994]
fr. Gérard 1257-1260 (la): Gerardus, Gerardus de Villari
(fr): Gérard de Villers
03 juin 1257: « frater Gerardus, domorum milicie Templi in Brabant. et Hasban. commendator »
[994],[995]
8 février 1260: « preceptor domorum milicie Templi in Brabantia et in Hesbannia »[996]
16 novembre 1260: « frater Gerardus, provisor domorum Militie Templi in Hesbania »[997]
fr. H. 1262[963] 5 février 1262: « H. commendator omnium Domorum Militie Templi in Brabantia & in Hasbania »[998]
fr. Gérard de Villiers 1265 février 1265: « frater Gerardus de Villari, preceptor domorum fratrum Militie Templi in Brabantia, Hasbania et Condrusio »[999]

† 28 février 1273/74
fr. Renier de Villers 1274-1291 [Période à vérifier]
septembre 1275: « Homme saige et discreiz freres Reniers de Vileir commaistre des maisons dou Temple en Hesbaings »
[1 000]
17 oct 1289: « religioso fratre Renero, fratre et magistro domus militie Templi in Hasbania Leodiensis diocesis »[1 001]

Maître de la province d'Allemagne (1292)[963]
fr. Henri de Lille 1286-1289 Commandeur de l'ordre du Temple en Brabant
28 janvier 1286: « ? », avec le commandeur de Vaillampont
[1 002]
5 septembre 1289: « ? »[1 003]
fr. Godefroid 1291
fr. Jacques de Bruges 1295 05 oct. 1295: « domorum militie Templi in Brabantia preceptor generalis »[1 004]
fr. Guillaume c.1300- 1307

Baillie de Lorraine[modifier | modifier le code]

Cette baillie regroupait les commanderies dans le duché de Lorraine ainsi que dans le comté de Bar. Avant la création de la province d'Allemagne, ces maisons faisaient déjà partie de la province de France comme en atteste la présence répétée des maîtres de cette province tel que Olivier de La Roche en 1228 et 1232[N 114] puis Amaury de La Roche en 1269[1 005] ou encore Guillaume de Malay en 1284[N 115]. En l'état actuel des recherches, aucune charte ne met en évidence l'intervention d'un maître d'Allemagne dans cette baillie où la langue d'oïl était d'usage et cette hypothèse n'est évoquée que par Auguste Digot[1 006] . Initialement la province de France regroupait justement les possessions de l'ordre dans les pays où l'on parlait cette langue. On voit également le maître de Lorraine intervenir jusque dans l'électorat de Trèves en 1228[1 007] et en 1273[1 008] à propos de la commanderie de Trèves (Trier)[1 009]. À la fin du XIIIe siècle, les possessions en Bourgogne, Lorraine et dans les trois évêchés (Metz, Toul et Verdun) étaient réunies sous l'autorité d'un même commandeur, notamment pendant la maîtrise de Jean de Mars et de son successeur Aymon d'Oiselay (Jean Haimmes d'Oixeleir)[1 010] qui deviendra ensuite le dernier maréchal de l'ordre[N 116].

Commandeur Période de maîtrise Commentaires et autres fonctions
fr. Pons de Guillaume 1217-1222 (la): Poncius, Pontius « de Villame »
septembre 1217: « major magister Templarius de Lothoringia / temporis magister Poncii Templarii »[1 012]
1218: « Sigillum Pontii magistri de Villame »[1 013]
1220: ?[451]
mai 1222: « magistro Pontio de Guillaume, magistro fratrum militie Templi in Lotoringia »[1 014]
fr. ? 1228 23 août 1228: « ? », Templermeister von Lothringen (à Trèves)[1 007]
fr. Ferry de Mohrange 1231-1232[451] (la): Fredericus dictus de Moherenges
juin 1231: « magister domorum militiae templi in Lotharingia »
[1 015]
juillet 1232: « frater Frid., preceptor fratrum milicie Templi in Lothoringia » ou « Nos fratres Fredericus preceptor fratrum milicie Templi in Lotharingia »[1 016]
août 1232: « frater Ferricus, tunc preceptor Lothoringie »
fr. Jean de Naix 1232[1 017]
fr. Ferry de Mohrange 1239/40[451],[1 018] (fro): Freriz de Moherenges
(fr): Ferri de Mohrange
février 1239/40: « ju freres Freriz de Moherenges, maistres de la chevalerie dor Temple de Lorregne »
[1 019]

Commandeur de Norroy (1239) [erreur][N 117]
fr. Domenges 1243[451] (la): Dominicus ; (fro):Domenges
(fr): Dominique
1243: « freires Domenges, comanderes des maisons dou Temple an Lorreigne ; Freire Domenge, maistre de Lorreigne »
[1 020]

Commandeur de Norroy (1231)[1 015]
fr. Gautier de Villers 1244[472] mars 1244: « ? »[1 021]
fr. Domenges 1246 1246: « freires Domenges comanderes des Maisons dou Temple an Lorreigne ; Et por cen que se soit ferme chose, si avons nos mis le seel freire Domenge, maistre de Lorreigne »[1 022],[N 118]

Commandeur de Norroy (1231)[1 015]
Commandeur de Saint-Georges de Lunéville (1249, 1254)[1 023],[1 024],[1 025]
fr. Rou d'Apremont 1247[1 026],[1 027] février 1247: « Ront d'Espremont »[1 028]
juillet 1248: « au proïres de frere Roul dou Tanple... au freres de Tanple de la ballie de Louyrenne »[1 022]

Commandeur (maître) de Doncourt (1243, 1248)[1 029]
fr. Poençon 1251[1 027] mai 1251: « ? »[1 030]
fr. Paris 1259[438] (la): Parisius

Commandeur de la baillie de Bourgogne (1254-1255)
Commandeur de la baillie de Laumusse et de Belleville (1254-1255)
[N 119]
fr. Gautier de « Villers » 1262-1267[472],[1 031]
(1262-1265)[1 032]
(la): Galterius de Vileis
oct. 1262: « frere Wautier comandor des Maisons de la chevalerie dou Temple de la baillie en Loherainne »
[1 022],[1 033]
mars 1264/65: « freres Gautiers de Vileis commederes de Lorainne »[1 022],
23 juillet 1264: « frere Gautier commandeur des maisons de la chevalerie du Temple en Lorraine »[1 034]
fr. Martin[N 120] 1260,
1269-1274[451]
sept. 1269: « freires Martins, commanderes des maisons de la chevalerie dou Temple en Lorrengne »[1 035]
1271: « commandeur des maisons de la chevalerie du Temple de Loherenne »[1 036], « ? »[1 037],[N 121]
7 novembre 1273: « frater Martinus preceptor et procurator... fratrum milicie Templi in Lotthoringia »[1 008],[1 038]
décembre 1274: « Nos freires Martins, maistres des maisons dou Temple en la baillie de Lorreine »[1 039]
1275: « ? »[1 040] [à vérifier]
1277: « ? »[1 041] [à vérifier]

Commandeur d'Epailly (1256)
Commandeur de la baillie de Bures et Epailly (1257-1258, 1267)
Commandeur de Laumusse (1275)
fr. Jean 1285 [Sources contradictoires, 1275-1288 ?]
mai 1264 [?]: « freres Jehans de la balie dou Temples en Lohereine »
[N 122]
1285: « Jennas Clowanges, li mares de la frarie des massons dou Tample »[1 043]
1287: « Ci gist Mesires Jehans Freires chapelens ki fut maistre des mazons dou tanple de Lorene xxiii ans ki fut mors la vigile de la chandelour lan m cc iiiixx vii »[1 042]

† 1 février 1287, inhumé à la commanderie de Metz.
fr. Martin[N 120] 1287/88 1288: « ? »[1 044]

Commandeur de la baillie de Bures et Epailly (1257-1258, 1267)
Commandeur de la baillie de Lorraine (1260, 1269-1274)
fr. Jean de Mars 1289-1294[1 045] [Commandeur de Bourgogne et de Lorraine]
(la): Johannes Ademari, Demar, de Mares aut des Maix, de Mars, de Marciis
(fr): Jean Adhémar, Jean des Mars
30 avril 1289: « virum religiosum, fratrem Johannem, preceptorem domorum militie Templi in Lothoringia »
[1 045]
décembre 1292: « freres Jehan de Marx, freres dou Temple, maistres des maisons dou Temple en la baillie de Loherainne »[1 045]
juillet 1293: « freires Jehans des Mars, maistres des maisons dou Temple en la baillie de Lorrainne »[1 046]
1293: « ke freires Jehans, c'on dit de Mairs en Borgoigne, et freires Renalz, comandeires de lai Maxon dou Temple de Mes »[1 047]
11 janvier 1294: « Jehans de Mars, maistres des maisons dou Temple en la baillie de Lorrainne »[1 045],[1 048]

Commandeur de Payns (c.1298-1303)[1 049]
Commandeur de Ruetz (1303-1307)[1 050]
fr. Aymon d'Oiselay 1296 - 1303[1 051] [Commandeur de Bourgogne et de Lorraine][N 116]
(la): Aymo d'Oiselaers, Aymone d'Oysilieres, de Oiselier, deu Zelet
(de): Hannes
[N 123]
(fr): Aymon du Zelet, Hennes d'Oixelier ou d'Oiseley, Jean Haimmes d'Oixeleir
mai 1296: « Nos, freires Hianmes, Commandeires des maisons don Temple en la bailie de Loherengne »
[1 048]
28 novembre 1300: « freire Heine d'Oixeleir, maistres et commandeires de la baillie de Lohairainne et de la grant Borgoingne »[446]
27 juin 1302: « Haimmes d'Oiseley, Maistres & Commandeires de la Balie dou Temple en Loharainne »[1 048],[1 052]
17 février et 28 mai 1303: Aimne d'Ozilley[1 048]

Commandeur de Virecourt (1298-1302) [Erreur][N 124]
Maréchal de l'ordre (1304-1312)
fr. Henri de Vaucouleurs 1304[451] (la): Henricus de Vauquelours
(fr): Henri de Vauquelein, de Vauquelour
février 1304: « honorauble home et discret, freire Hanri de Vauquelour, maistre des maisons de la chevalerie dou Temple en la ballie de Lorreinne », Marbotte
[1 051]

Commandeur de Lunéville & aumônier du duc Thiébaud II de Lorraine (1306) [probable][N 125]
fr. Demanges 1306 - 1307[1 051] (fro): Domanges li Allemans
(fr): Domenge Lallemant
[442]
05 janvier 1306: « Domange »[N 125]
29 mai 1306: « Nous, frères Demanges, maistres de la baillie dou Lorreigne  »[1 053]
novembre 1306: « Demange, frere chappelain dou Temple Maistres & commandaires des maisons dou Temple, en la baillie de Lorraigne »[1 048]
30 oct. 1307: ?[1 048]

Tenant lieu[N 42] de maître de la baillie de Lorraine (1300)[1 048]

Baillie de Pologne, Poméranie et Nouvelle Marche[modifier | modifier le code]

(la): humilis preceptor domorum milicie Templi per Poloniam, Sclaviam et Novam Terram

Commandeur Période de maîtrise Commentaires et autres fonctions
fr. Bernhard von Eberstein 1291[983] (la):Bernhardus dictus de Euirsten
1291: « preceptor domorum milicie Templi per Poloniam, Sclaviam, Novam Terram et magister curie Quarczanis (pl) »
[1 054]

Province d'Aragon (Aragon, Catalogne et Navarre)[modifier | modifier le code]

Les comtés des Pyrénées orientales au XIIe siècle et XIIIe siècle

Ce fut d'abord une province distincte avant de faire partie intégrante (bailliage) de la province de Provence et partie d'Espagne. On remarque notamment que les deux premiers dignitaires de l'ordre cités en Catalogne et en Navarre, Hugues de Rigaud et Arnaud de Bedos, ne sont jamais mentionnés dans les documents relatifs aux templiers en Aragon[6].

Cette province correspondait au territoire de l'ancienne Couronne d'Aragon, union du royaume d'Aragon et des comtés de catalogne ainsi que celui du royaume de Navarre. Les ouvrages sur le sujet désignent souvent certains maîtres de province comme étant maître de Provence es Espagne ou maître en Provence et partie des Espagnes[7] mais on fait état pour la première fois en mai 1240 d'un maître d'Aragon et de Catalogne[6].

Il faut se référer à la liste des maîtres en Provence et parties des Espagnes pour les maîtres précédents et ne pas confondre avec le maître de la baillie de Provence ou celle d'Espagne au sens Aragon-Catalogne (sous-divisions de la province) qui dépendait du maître de cette province[7].

Maître Période de maîtrise Autre(s) fonction(s)
Raymond de Serra 1240-1243[148] Mai 1243: « frater R., Dei gratia humilis magister domorum milice Templi in Catalonie et in Aragone »

Commandeur d'Ambel (1214-1218)[1 055], Gardeny (1223-1228)[1 056], Cantavieja (1225, c. 1230, 1234)[1 056], Villel (1228-1229)[1 057], Monzón (1231-1234)[1 058] et lieutenant du maître de cette province (1232)[148], Tortosa (1235-1236)[1 059], Miravet (1239)[1 060], puis après sa maîtrise Ascó (1244)[1 061], de nouveau Tortosa (1245), Monzón (1246-1248) puis enfin Horta (1251-1252)[1 062]
Lui ou un homonyme commandeur de Majorque entre juin 1231 et novembre 1232[1 063] car il était à ces dates commandeur de Monzón et lieutenant de la province[148], même problème pour Miravet où ce nom est cité entre juillet 1239 et mars 1241[1 060].
Guillaume de Cardona (Guillén de Cardona) 1244-1252[148] 15 avril 1248: « fratri Guillelmo de Cardona, magistro Militie Templi »[1 064]
25 avril 1251: « venerabili et dilecto fratri Guillelmo de Cardona, magistro domus milicie Templi in Aragonia et Catalonia »[1 065]

Lieutenant de cette province (1238, 1241)[148] alors qu'il était commandeur de Gardeny (1239-1243)[1 056] puis commandeur de Miravet (1255-1258)[1 060]
Signataire du traité d'Almizra (26 mars 1244)[1 066]
Hugues de Jouy (Hugo de Joiaco) 1254-1258[148] Maréchal de l'ordre (1251-1252) avant d'être envoyé en Catalogne[1 067],[1 068],[1 069].
Guillaume de Montañana (Guillén de Montañana, Montanyana) 1258-1262[148] 21 juin 1259: « Guillelmo de Montanyana, magistro domorum milicie Templi in Aragonia et Catalonia »[1 070]

Il part ensuite en Orient comme commandeur de Sidon (1262)[1 071] puis comme commandeur de la terre de Jérusalem[1 072]
Guillaume de Pontons (Guillén de Pontons) 1262-1266[148],[1 073] (la): Guillelmus de Pontons
26 avril 1262: « magister militie Templi in regno Aragonum »
[1 074]

Commandeur d'Horta (1259)[1 062], était en Orient après sa maîtrise comme tenant lieu de maître de l'ordre puis envoyé dans les Pouilles pour chercher Guillaume de Beaujeu nouvellement élu (1273)[1 075],[1 076]
Arnaud de Castelnou (Arnau de Castellnou) 1267-1278[148] 19 mars 1268: « dilecto nostro fratri A. de Castro Novo, magistro milicie Templi et fratribus eiusdem domus Templi »[1 077]

Frère de Guillaume VI de Castelnau (Fils de Guillaume V de Castelnou)[1 078],[1 079].
Il était en Orient en 1277 et occupa également la fonction de visiteur pour la péninsule ibérique en 1278[1 080],[1 081]
Pierre de Montcada (ca)
(Pere de Montcada, Pierre de Moncade)
1279-1282[148] « frater Petrus de Montecathano, domorum militie Templi in Aragonia et Cathalonie magister humilis »[1 082]

Fils cadet de Raymond de Montcada (ca), tué en 1229 lors de la conquête de Majorque[1 083].
Il semble avoir d'abord occupé la charge de lieutenant de cette province en l'absence d'Arnaud de Castelnou (juillet 1276 à mars 1277)[148] bien que mentionné dans certains documents avec le titre de maître[1 084],[1 085]: exemple septembre 1276[1 086].
Visiteur pour la péninsule ibérique (1279-1281)[1 081], Commandeur d'Acre (1284/85-1289)
(† 26 avril 1289, siège de Tripoli)
[1 087]
Bérenger de Saint-Just (Berenguer de Sant Justo) 1283-1290[148] Il devient ensuite commandeur de la terre (1292, Chypre) puis commandeur de Miravet (1297-1307) avec la fonction de lieutenant du maître de la province d'Aragon et de Catalogne en 1300[1 088]
(† postérieur à 1319)[1 089],[1 090]
Bérenger de Cardona (Berenguer de Cardona) 1291-1307[3] (la): Berengarius de Cardona[133]

Cumulé avec la fonction de visiteur pour la péninsule ibérique (1297-1307)[1 081]
(† 1307)
Exemen de Lenda (Simon de Lenda[148]) [3] - Lieutenant de cette province en 1296 lorsqu'il était commandeur d'Horta[148].
Il a d'abord été commandeur de Cantavieja (1277-1295)
[1 056] puis de Horta (1296-1307)[1 062]


Province de Castille, León et Portugal[modifier | modifier le code]

(la): « Magister militie Templi trium regnorum Hispanie » (Legionis, Castelle et Portugalie)

Maître Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
fr. Fernando Díaz
(† 1206)
1200-1206[203] (Maître en Espagne, (la) : « Fernandus Didacus, Magister militie Templi in Hispania »)[789]
fr. Sancho Fernández 1206 ((la):Sancio Fernandi)
Cité comme maître dans un acte relatif à la commanderie de Benavente (León) en mai 1206
[1 091] ; Maître de la province selon Martínez Díez[1 092], du León uniquement d'après Pereira Martínez[203].
fr. Gómez Ramírez
(† 20 juillet 1212)[1 093]
1210-1212[176],[1 094] [Probable]
((la):Gomecii Ramirit)
((pt): Gomes Ramires)
[681]
Pas de preuve directe qu'il ait été maître des trois royaumes d'Espagne même si c'est probable[203].
Attesté comme maître de Portugal en 1209
[1 094], il conclut un accord avec Alphonse IX de León en avril 1211 pour la restitution des forteresses d'Algodor, Alcañices, Ponferrada et autres[1 095], commandait les templiers lors de la bataille de Las Navas de Tolosa où il est blessé, meurt à Úbeda le 20 juillet 1212[1 093],[183],[1 096],[1 097]
fr. Pedro Alvítiz
(Pedro Álvarez, Alvítez)[203]
1213 - 1223[1 098] ((la) : Petrus albiti(s), Alviti)
1214-1215 : « magister militie Templi in quibusdam partibus Yspaniæ »
[1 099]
1216-1217 : « magister militie Templi in Hispania »[184],[1 100]
1218: « Petro Alvarez, magistro Templi »[1 101]
1220 : « magister militie Templi trium regnorum Hispanie »[184].
Signataire d'un accord avec l'évêque d'Astorga (1213)
[1 102],[1 103],
majordome royal (es) d'Alphonse IX de León (1214)
[1 104],[1 105],
s'illustre lors de la bataille d'Alcácer do Sal (1217)
[1 106], plusieurs chartes à partir de 1220[184],[1 107].
Promu exécuteur testamentaire d'Alphonse II de Portugal (1221), il contracte d'importantes dettes afin de défendre les possessions chrétiennes de sa province et fut jugé par ses pairs, le pape Honorius III intercédant en sa faveur auprès de Pierre de Montaigut (1223-1224)
[1 108],[176],[679],[1 109],[1 110],[1 111]
Pedro Anes 1223 [Incertain]
Il est « maître » de Portugal à cette date[203],[1 112]. Peut-être assure-il l’intérim durant la période de disgrâce de Pedro Alvitiz (1223/24), ce dernier n' ayant pas démissionné mais a été renvoyé à la curie avant de reprendre ses fonctions[1 108].
Il se pourrait que Martín Sánchez que l'on trouve en 1228 soit maître de Castille et León l'année suivante mais la date du document où il apparaît est incertaine (c. 1224)
[N 126].
fr. Pedro Alvítiz
(Pedro Álvarez, Alvítez)[203]
1224 - 1227[1 108] [1 098],[1 115]
Henri III d’Angleterre lui paya les services d’un bateau et d’un frère du Temple (fr. Thomas) pendant la guerre contre le royaume de France (1224-1226)[1 116].
fr. Martín Sánchez
(† 1234)
1228[186] ((la): Martinho Sanches)
((pt): Martim Sanches)
Maître de Castille et León (c. 1224)
[1 113],[1 114].
Commandeur du Temple en Galice (1227), il n'est pas maître à cette date, actant au nom de Pedro Alvítiz, maître des trois royaumes
[203].
Maître des trois royaumes (1228)
[1 112],[1 117], il a démissionné de sa charge, remplacé selon certains auteurs par Guillermo Fulconis cette même année[186]. Puis désigné commandeur de Portugal mais il meurt avant de prendre ses fonctions[1 118].
fr. Estève de Belmonte 1229/30 - 1237/39[186],[66] (la) : Stephanus de Belmonte, de Bellomonte
(ca): Esteve de Bellmunt, (es) : Esteban de Belmonte
(pt) : Estevão de Belmonte
Cité par certains auteurs comme maître des trois royaumes d'Espagne à partir de 1229
[186],[1 112], 1230 d'après les sources les plus récentes[66],[1 119]. Il s'est rendu en Terre sainte en 1232[1 120]. D'origine catalane selon Damien Carraz[150]. Gutton indique qu'il est mort en 1237[1 121]
juin 1229 (?): « in istis tribus Regnis, Portugaliæ, Legionis, atque Castelæ, Preceptor »[1 122]
05 juillet 1231: « S. de Belmonte, magistrum milicie templi in tribus regnis Yspanie »[1 123]
avant 1233: « instanti magistro ordinis milicie Templi in quinque regnis Hyspanie »[1 124],[N 127]
déc 1236: « magistrum militiae Templi in istis regnis Hispania »[1 126]

Commandeur de Castellote (1217-1220), Villel (1221), Cantavieja (1224)[148]
Maître de Provence et partie des Espagnes (1239)[66],[148],[1 127]
Maître de la province de Provence en 1246[66],[1 128]
fr. Guillermo Fulconis
(Guilhelme Fulcon, † 1239/40)
1239 [Sources contradictoires][N 128]
(la): Guilhermus Fulconis, Vilhelmus Fulq's
(pt): Guilherme Fulcon
mars 1239: « per mandatum Domni Vilhelmus Fulq's Magister Templi cum concilio »
[1 135]
juin 1239: « & vobis Guilhermo Fulconis Præceptori Domorum Militiæ Templi in tribus regnis Hispaniæ »[1 136]
22 juillet 1239: « D. Guilherme Fulcom, Mestre nos trez Reinos, e Commendadore da Ordem do Templo em Portugal D. Pedro Costem »[1 112]

Il tombe malade et sa mort provoque un conflit majeur entre les templiers de Portugal et ceux de Castille et León à propos de sa succession dont on trouve mention dans les retraits de la règle du Temple[186],[185].
Vacant c. 1240[N 129] [Aucun maître officiel des trois royaumes d'Espagne]
À la suite du décès de Guillermo Fulconis, scission entre les Templiers de Castille et León et ceux de Portugal. Un lieutenant (« en luec de Comandeor »)[N 130] pour chaque royaume[185]:
fr. Adam pour la Castille et le León

fr. Raimond de Lunel pour la baillie de Portugal
fr. Martín Martínez
(† mai 1248)[1 137]
1241 - 1244[186] ((la) : Martinus Martini)
((pt): Martim Martins)
1241 : (la) « preceptor domorum militie Templi in tribus regnis Yspanie »
[1 138]
1244 : (la) « magister Templi in tribus regnis Yspanie » comme signataire du traité d'Almizra (26 mars 1244)
[1 139],[1 140]
Attesté avec ce titre jusqu'au 13 septembre 1244
[1 141],[1 142]
Il prend part au siège de Séville entamé en juillet 1247 et meurt après neuf mois[1 137]
fr. Pedro Gómez 1247[N 131] - 1249[208] ((la): P. Gomecii)
juin 1247: « frater P. Gomecii, Militiae Templi in tribus Regnis Hispaniae Magister »
[1 143]
mai 1248: « Pedro Gomes Mestre dos Templarios nos tres Reynos de Espanha » pendant le siège de Séville[1 146]
février 1249: « P. Gomecii magistrum et fratres domus milicie templi[1 147]
Autres sources:[1 148],[1 145]
fr. Paio Gómez 1250 - 1253[208] ((la): Pelagius Gomesii)
Il renonce à sa charge en 1253
[208].
fr. Martín Núñez 1253 - 1265[208] ((pt): Martinho Nunes)[679],[1 149],[1 150]
fr. Lope Sánchez 1265[208],[1 151]-1266[176] Il cumule cette charge avec celle de visiteur pour la péninsule ibérique[1 152]
fr. Juan Eanes 1267-1268[208],[1 153] Peut-être commandeur de Benavente (1271/72) s'il s'agit de Oyraz Eanes[211],[1 154] ?
fr. Guillén 1269-1273[208],[1 153],[1 155] [176]
Gonçalo Martins 1266[679](1269) - 1271

Commandeur d’Acre (1262)[1 156].

fr. Garci Fernández 1271[176] ou 1272[208] Uniquement en Castille et León[208]
Beltrão de Valverde 1273 - 1277 (Beltran de Valverde)[679]
João Escritor 1280 - 1283[679]
fr. João Fernandes 1283 - 1285 Poussé à l'exil par Gómez García en 1285[187], il ne dirige plus que la baillie de Portugal jusqu'en 1288 tout en continuant d'acter avec le titre de maître des trois royaumes[N 132].
Camérier du pape à partir de 1296
[1 157],[1 158],[1 159]

Baillie de Portugal[modifier | modifier le code]

Période pendant laquelle les commanderies portugaises furent encadrées par un commandeur de Portugal ((la):« Commandator Templi totius Portugalis, ... in Portugalia ») subordonné au maître des trois royaumes d'Espagne. On trouve également des maîtres de Portugal pendant cette période, alors que la dignité de maître des trois royaumes d'Espagne existe toujours.

Commandeur[678] Période Commentaires
fr. João Domingues 1208[204] Précepteur de la baillie de tomar (1177)
fr. Simeão Mendes 1214[1 099] (la):Simeom Menendi, commandator Templi in Portugalia[1 160]
Commandeur de Tomar (1230/31)[1 161]
... ... ...
fr. Pedro Anes 1223[186]-1224[205] (la): Petrus Joannis,
Apparaît uniquement en 1223
[1 112],[186],[1 162], Capêlo proposant d'étendre la période jusqu'à 1224[205], une source plus ancienne mentionnait 1221-1224[1 163].
fr. Martim Sanches
(† 1234)[1 112]
1234 (?) [Dates incertaines][N 133]
((la): Martinho Sanches)
((es): Martín Sánchez)
Les sources primaires indiquent qu'il était :
Maître de Castille et León (c. 1224)
[1 113],[1 114]
Commandeur du Temple en Galice, actant au nom de Pedro Alvítiz, alors maître des trois royaumes (1227)
[1 168] qui avait conservé sa charge[1 108].
Maître des trois royaumes d'Espagne en 1228
[1 117],[N 134] mais il semble renoncer à sa charge, remplacé par Guillermo Fulconis[186] ou Estevão de Belmonte[205].
Il a bien été élu commandeur de Portugal
[186] mais il est mort avant de se rendre dans sa baillie, tel que mentionné dans le retrait no 581 de la règle française du Temple[1 118].
Pas de sources primaires relatives à ses fonctions en 1225-26 mais après 1229, il n'a plus de titre si ce n'est celui de frère jusqu'à son élection comme commandeur de Portugal qui aurait donc eu lieu en 1234, année de sa mort d'après Viterbo
[1 112].
fr. Pedro Costem 1239[1 112],[1 170] (la): P. Costem, Comendatoris Templi Ordinis in Portugalia.
Ou en 1238 (?) tel qu'indiqué dans la source primaire (Figueiredo)
[1 171].
fr. Raimond de Lunel c. 1240[N 129] [Tenant lieu de commandeur][185],[N 130]

Chamberlain de Tortose (1228-1231)[148]
Commandeur de Tortose (1234)[148],[276]
Chamberlain, tenant lieu de commandeur de Monzón (1238)[276]
fr. Rodrigo Dias 1242[1 172] [Incertain]
Pas de sources primaires, Il apparaît dans une liste publiée par Figueiredo en 1800
[1 173], l'information étant reprise par Viterbo[1 112] et figure toujours dans les listes proposées par certains historiens portugais[1 172],[1 174]
fr. Gonçalo Fernandes 1253[1 150] Commandeur de Portugal, [1 150]
On trouve également Gonçalvo Fernandes avec ce titre en 1262[1 175]
fr. Afonso Gomes 1261[1 176] (la):Alfonsus Gomecii, magister milicie Templi in Regno Portugalie.
À ce moment-là, le maître des trois royaumes d'Espagne semble être Martín Núñez
[208].
On retrouve le même nom de 1288/89 à 1290
[205],[1 177].
fr. Gonçalvo Fernandes 1262[1 175] Commandeur majeur de Portugal.[1 175]
Même individu qu'en 1253 ?
fr. Gonçalo Martins 1265-1271
[205],[1 178],[1 150]
(Gonsalve Martin, maître de Portugal)
Commandeur d'Acre (1261-1262)
[1 179],[1 156]
Durant cette période, on trouve comme maître des trois royaumes d'Espagne
[208] :
fr. Lope Sánchez (1265)
[1 151], Juan Eanes (1267-1268)[1 153], fr. Guillén (1269-1273)[1 153],[1 155]

Province de Provence[modifier | modifier le code]

La stricte notion de province de Provence n'apparaît qu'à partir de 1240 alors qu'auparavant les maîtres de province portaient le titre de Maître en Provence et partie des Espagnes[266],[6] et il existait un maître de la baillie de Provence subordonné au maître de cette province.

C'est pendant la maîtrise d'Estève de Belmonte que s'opère cette scission entre la province d'Aragon et de Catalogne et la province de Provence[266], Raymond de Serra devenant alors maître de la province ibérique. Le titre de maître en Provence et parties des Espagnes n'étant plus porté par aucun maître.

Maître Période de maîtrise Commentaires et autre(s) fonction(s)
Estève de Belmonte 1246[150] (la): Stephanus de Belmonte, de Bellomonte
(en): Stephen of Belmonte
(fr): Estève de Bellomonte, Étienne de Belmonte

Commandeur de Castellote (1217-1220), Villel (1221), Cantavieja (1224)
[148]
Maître de Castille, León et Portugal (1229/30-1237/39)[66]
Maître de Provence et partie des Espagnes (1239)[66],[150]
Rostan de Comps 1247 3 janvier 1247: « Frater Rostagnus de Comps, preceptor major domorum milicie Templi in Provincia, a civitate Aquensi usque ad Niciam »[1 180]

Commandeur du Ruou (1216, 1225-1229, 1235/36, 1248/49)
Commandeur de Richerenches (1232)[1 181]
Roncelin de Fos 1248-1250[150]
Raimbaut de Caromb 1251-1259[150] (la): Rembaudus de Carone
16 mars 1254: « fratris Rembaudi de Carone, magistri tunc Provincie »
[1 182]
Roncelin de Fos 1260-1263[150]
Raimbaut de Caromb 1263[150],[566]
Roncelin de Fos 1263-1267[150] (la): Roncelinus de Fos
21 janvier 1264: « preceptoris domus Militie Templi in Provintia »
[1 183]
18 mars 1264: « magistri domorum ordinis Militiæ Templi in Provincia »[1 184]
22 juin 1264: « magistri domorum Militiæ Templi in Provincia »[1 185]
Francon de Bort (Franco de Borto) 1267[126],[150]
Roncelin de Fos 1267-1278[150] (la): Roncelinus de Fos
13 oct. 1269: « magistro domorum milicie Templi in Provincia »
[1 186]
1274: « Ronsoli de Fos », commandeur / maître des maisons de la cavalerie du Temple en Provence[1 187]

Maître de la province d'Angleterre (1250/52-1259)
Pons de Brozet 1280-1292[150] (la): Poncius de Broeto, de Brozeto
(fro)/(oc): Pons de Breoito, del Broet
18 oct. 1281: « domino fratre Poncio de Broseto, magistro domorum Templi in Provincia »
[1 188]
09 février 1282: « dominus Petrus de Broseto, magister domorum milicie Templi in Provincia »[1 189]
15 avril 1284: « Pontius de Broeto, magister domorum militiae Templi in Provincia »[1 190]
04 avril 1288: « Nos, frayre Pons de[l] Broet, cavalier, humil maestre de las maysos del Temple de la cavalaria del Temple en la Provincia e en la Gasconha... e expressa voluntat de frayre Celebru de Pi[N 135], cavalier e comandador de la mayso de la cavalaria del Temple de Montsaunes e de sa baylie »[1 191]

Commandeur de Jalès (1260-1265)[451]
Commandeur de la baillie de Carcassonne et de Razès (1273-1274)[451]
Commandeur de Saint-Gilles (1292)[1 192]
Visiteur cismarin (1288) [?][1 193],[N 136]
Ripert du Puy 1292[150]
Guigue Adhémar 1293[150],[1 196] -1296 (la): Guigone, Guigonis Ademarii, Adzemarii
« domini fratris Guidonis Ademarii, venerabilis magistri domorum dicte Milicie Templi in Provincia »
[1 197]
1295 (procès, 1308): « dominus Guigo Ademarii, locum tenens magistri dicti ordinis in Provincia »[1 198]

Frère, commanderie de Montélimar (1280-1281)[1 199]
Commandeur de Sainte-Eulalie (?-1293)
Pons de Brouzet 1296[1 194],[1 200] (la): Poncius de Broet, Pontius de Brocheto
Guigue Adhémar 1296-1300[150] (la): Guidonis Ademarii
(fr): Gui Ademar
1298: « domini Guidonis Ademarii militis magistri seu preceptoris provincialis domus milicie Templi »
[1 201]
1301 (procès, 1308): « dominus Guigo Ademarii, preceptor major in Provincia templarius »[1 202]
Bernat de Roca 1300-1303[150] (la): Bernardus de la Roca, de Rupe, de Ruppe
(fr): Bernard de la Roche, de Laroque
1302 (procès, 3 avr. 1310): « fratrem Bernadum de Rocha militem Provincie, preceptorem Provincie »
[1 203],[1 204]

Commandeur de Carnac (1278-1279, 1281)
Commandeur de La Selve (1281-1282)
Commandeur d'Argentens, maître de l'Agenais (1289, 1297-1299)

Commandeur de Montricoux (1300) et de Vaour (1303)
Tenant lieu de visiteur de Provence (1303)
Guigue Adhémar 1303[1 194],[1 205]
16 mars 1302: Déclaration d'honorabilité de Guigue Adhémar, précepteur du Temple en Provence par Richard Neveu, réformateur royal[1 206]
1303 (procès, 1310): « fratrem Guigonem Ademarii, magistrum tunc dicti ordinis in Provincia »[1 207]
1305 (procès, 1310): « dominum Guigonem Ademarii, magistrum dicti ordinis in Provincia »[1 208]
Bernat de Roca 1303-1308[150] (la): Bernardus de Rocha

Voir période 1300-1303

Baillie de l'Agenais[modifier | modifier le code]

(la): domorum militie Templi in Agennensibus

Classée comme faisant partie de la province de Provence d'après Émile-Guillaume Léonard avec Argentens pour commanderie principale au XIIIe siècle[451],[N 137]. La titulature la plus fréquente étant celle de commandeur de l'Agenais sans que l'on puisse déterminer l'aire géographique exacte mais en 1259, Bernard Guilhem d'Aspet est qualifié de commandeur de la dite maison d'Argentens et de toutes les autres maisons du Temple d'Agen sous la Garonne. Ce qui permet de constater que la Garonne constituait une limite provinciale pour les templiers mais aussi que l'Agenais templier n'avait rien à voir avec l'Agenais tel qu'on l'entend de nos jours car il se trouve au-dessus de la Garonne. Auparavant ces possessions dépendaient du maître de Gascogne et l'ensemble de ces informations est en contradiction avec l'hypothèse d'Antoine du Bourg selon laquelle Brulhes était le siège cette baillie[1 210],[N 138]. Néanmoins, à la fin du XIIIe siècle, Brulhes constituait une petite baillie regroupant les possessions entre la Garonne et le Lot[1 213],[N 139].

La liste dressée par Antoine du Bourg en 1883[811] comporte quelques imprécisions de dates et est incomplète, il est préférable de consulter les travaux d'Émile-Guillaume Léonard publiés en 1930[812], affinés par Jacques Clemens en 1997[808]. Monique Sieuzac, qui n'est pas historienne, a publié en 2007 une liste légèrement plus étoffée pour l'Agenais mais qui reprend la plupart des informations d'Antoine du Bourg sans correction de dates. On y trouve également des listes concernant les commanderies, notamment Argentens mais les sources primaires ne sont pas précisées dans les deux cas[816].

On trouve fréquemment les noms des premiers maîtres de Gascogne en tant que maîtres de l'Agenais car ceux-ci administraient cette région mais la baillie de l'Agenais n'est constituée que plus tard et il n'y a pas de chartes mentionnant un maître de l'Agenais avant le XIIIe siècle.

Maître Période de maîtrise Commentaires
... ...
fr. Martin de Nesse c.1226 - 1228
?-1233[N 140]
(la): Martinus de Nessa, de Nissa
c.1226: « comanador de la bailia Agennensis et Vasatensis »
[1 214]
1228: « Commendator domorum templi d'Agenes »[1 215]
1233: « maestre d'Ajenes, comanador d'Argenten »[1 215]

Commandeur d'Argentens (1203, 1226, 1228, 1230)[812]
Commandeur de la baillie de Toulouse (1228-1229, 1231, 1233-1236)[812]
Commandeur du Mas Deu (1240-1241)[1 216]
fr. Fortanier de Seados après 1233[1 215] - 1240 (la): Fortius de Seador, de Senador, Fortanerius de Seados
(fr): Forlamer de Seados, Fortaner de Ciadoux
[811]
« For. de Seador, comanador de la Bailia d'Ajenes » [1 215]
1240: « Fort Aner de Sanados (?) de Agenes erat magister »[1 214]
[Du Bourg indique à tort 1230-1236][N 141]

Commandeur d'Argentens (1230, 1232, 1236)[812]
Commandeur de Montsaunès (1241[1 217], 1244[1 218], 1248[1 219], 1249)[812]
fr. Arnaud Raymond de la Mothe 1241 - 1247 (la): Arnaldus Raimundus de la Mota
1241: « Comandador de la masos de la cavaleria del Temple en Agenes »
[1 215]
1242: « Arnat Ar era commanair de bailia d'Agenes et de Basades »[1 214]
1245: « Arn. R de la Mote ere Comandair [comanair] de les [las] maisons del temple de[l] Comanement d'Agenes »[1 220]
1246: « comandaire de las maisons del temple de tot Agenes »[1 215]
1247: «  Arn. R. de Lamota, comandair de las maisons del temple de Agenes e de Basades »[1 214]
fr. Bernard Guilhem d'Aspet 1248/49 - 1267 (la): Bernardus Guillelmus d'Aspet
1248/49: « fraire Bernat Guilhelmi Comandaire de las maisons [maizos] del Temple d'Aganès [Ajanes] »
[1 221]
1255: « comandaire de las mashos de la cavaleria del Temple en Agenes »[1 215]
1259: « preceptor domorum milicie templi Agennesis »[1 215]
1260: « frai W. Cambrer de la mezissa maison d'Argenten, tenen loc de frai B. W. d'Aspel comanador dela dita maison d'Argenten »[1 222]
1261: « comandaire de totas las maisos del temple de Ajanes »[1 215]
14 janvier 1262: « fray B. W. d'Aspet, comandaire de la dita maizon d'Argente e de totas las autras maizons del Temple d'Agenes desa Garona »[1 223]
1266: « comandador d'Argenten e de las altras maisos del ordre de la Cavararia del Temple en Agenes »[1 215]
1263-1265, 1267: commandeur d'Argentens « Argente e de (totas) las autras maizons d'Agenes desa Garona »[1 223],[N 142]
fr. Pierre d'Andiran 1267 [Incertain][N 143]
(la): ?
(fr): Pierre d'Audiran
1267: Commandeur de l'Agenois, à Romestaing
[1 224]

Ou commandeur de Romestaing [?][1 225]
fr. Arnaud d'Auron (1271)[N 144] 1273-1275[812] [Sources contradictoires][N 145]
fr. Pierre de Sombrun c.1276-1285[811],[812],[816] (la): P. de Sombrun, Petrus de Sombrini
(en): Peter of Sombrun
17 juillet 1278: « Petrus de Sombrini, preceptor Argentini »
[1 209]
1280: « comandair en Agenes à la maizo del Temple d'Argenten »[1 215]
1283: « cavoer, comandaire de la cavalerie du Temple de l'abescad d'Agenes »[1 215],[N 146]
1285: « Comandador de la mayson d'Argenten, in tota senescalia Agennensi »[1 215]

Commandeur de Montsaunès (1270-1271)[1 226]
Commandeur de Bordères (1272, 1274)
fr. Bernard de La Roche 1289[812],[1 214] (la): Bernardus de la Roca
(ca): Bernat de Roca
(fr): Bernard de Laroque
1289: « comandador de la maio d'Argenten e de las autras maios del Temple en Agenes »
[1 214],[1 227]
10 avril 1289: « commandeur del ordre de la cavareria del temple de la maison d'Argenten e de las autras maios del temple en Agenes desa Garona »[1 214]

Commandeur de Carnac (1278-1279, 1281)
Commandeur de La Selve (1281-1282)
Maître de la province de Provence (1300-1303)
fr. Sénebrun de Pins c. 1290-1293[N 147] [Dates incertaines][N 147]
(la): Celebrunus, Cenebrunus, Cerebrunus de Puni, Senebrunus de Pinu, de Prani[N 148]
(fr): Célestin, Cénebrun, Cérebrun de Pins

Commandeur de Montsaunès (1278-1280, 1287-1288, 1302-1303)
[N 149]
Commandeur d'Argentens sans la baillie () [douteux]
fr. Bernard de La Roche 1297-1299[812] (la): Bernardus de la Roca
(ca): Bernat de Roca
(fr): Bernard de Laroque
juillet 1298: « comandai de las maizos de la cavaleiria del Temple en la bailia d'Argenten »
[1 228]

Commandeur de Carnac (1278-1279, 1281)
Commandeur de La Selve (1281-1282)
Maître de la province de Provence (1300-1303)
fr. Barral de Gauzignan[N 150] 1300[812] (la): Barralus de Gravinha, de Grasilhano
(fr): Barral de Graulhet, de « Grazillhano », Barrau de Grasillon, de la Graynhia, Bernard de Graigne
1300: « comanair d'Argenten e de tot son bayliage »
[812]

Commandeur de Saint-Gilles (c.1196)[1 229]
Tenant lieu de maître de Provence (c.1298)[1 230],[N 42]
Commandeur d'Argentens (1299-1300[1 231], 1300-1302)[816],[1 212]
fr. Ratier de Limousin 1303[812] (la): Raterius de Lemozi, Racterius de Lemovicinio, Rancerius de Lemovicinio
(fr): Iter de Limousin, Ratier de Lemosin, Rattier du Limousin
1303: « preceptorem balivie de Argentesio »
[1 232]

Commandeur de Carnac (1283)
Tenant lieu de commandeur de La Capelle-Livron (1291)
Commandeur de La Capelle-Livron (1292-1294)
Commandeur de La Selve (1306-1307)
fr. Bertrand de Trèbes
(ou de Tarbes ?)
1307 (la): Bertrandus de Terbis
(oc): Bertran de Trebes
(fr): Bernard[sic] de Trèbes
[1 233]
1307: « frater Bertrandus de Terbis preceptor domorum de Argenteno et de Gimbreda eiusdem ordinis militie Templi Agennen »[1 234]

Commandeur de Saint-Léon (1293)[1 235]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pas de commanderie attestée, les possessions dans le sud étant administrées à partir de la commanderie de Garway[14] et aucun templier ne semble avoir été arrêté au pays de Galles[15], cf. Liste des commanderies templières au Pays de Galles. Mais au nord (Denbighshire/Flintshire) une maison du Temple située entre le château fortifié de Rhuddlan et celui près de Basingwerk avait été fondée à l'initiative d'Henri II (roi d'Angleterre) en 1158[16].
  2. Aucune référence n'est adossée à cette liste. Pour ne citer que le premier de ces dignitaires, Hugh of Argentine, l'auteur indique 1140 dans sa liste[23], le mentionne p. 74-75 pour l'année 1142 en indiquant une charte mais sans indiquer dans quel ouvrage ou collection elle se trouve...
  3. Evelyn Lord ne précise pas ses sources[23] mais ces informations correspondent à ce que l'on trouve chez Émilie Amt[30] et chez Parker[24]. L'authenticité et les dates des chartes publiées par Béatrice Adélaide Lees concernant 1176-77[38] ne semblent pourtant pas avoir été contestées.
  4. Ce dignitaire ne figure pas dans les listes connues de ces maîtres de province en Angleterre. L'hypothèse est suggérée par Trevor Foulds et demande être vérifiée car la titulature employée dans la charte ne précise pas s'il s'agit du maître en Angleterre et est assez inhabituelle: « Hiis testibus : Waltero magistro de Templo », Cartulaire de Beauvoir, donation faite par Robert alias Oliver Deyncourt au moment de son entrée dans les ordres comme moine de cette abbaye[39].
  5. Aucun historien n'a été en mesure de dater précisément cette charte. Il s'agit de la confirmation d'un accord passé entre l'abbaye de Kirkstead et Richard de Hastings en 1155[40]. Le cartulaire de Kirkstead indique entre 1155 et 1161[41]. La période précise durant laquelle Richard de Hastings a été maître de cette province n'est pas connue. Il est attesté en 1155 puis en 1176/77, les autres documents où il apparait n'étant pas datés.
  6. Cette liste établie par les Hospitaliers contient un certain nombre d'erreurs liées à une confusion entre certains maîtres de Province et les maîtres de l'ordre qui se sont rendus en Angleterre comme Jacques de Molay en 1295. Dans le cas présent, peut-être qu'une erreur de date, il s'agirait alors de d'Amblard de Vienne (1261-1266).
  7. « De discordiis in Wasconia sedandis » où apparaît « Fratrem R. Magistrum Militiae Templi in Anglia », le 13 juin de la 36e année du règne d'Henri III (1252)[56]. R(obert de Sandford) d'après Mansuet[13] ou plutôt R(oncelin de Fos) qui apparaît en 1250-51 et 1253[12]. À noter qu'Evelyn Lord ne mentionne pas Roncelin de Fos en Angleterre[23] contrairement à Pierre-Vincent Claverie qui indique qu'il a occupé cette charge de 1252 à 1259 et que ce dignitaire a été commandeur de Tortose (1241/42)[54] puis maître en Provence en 1248-50 et en 1260-78[55].
  8. Incertitude et divergences de point de vue selon les auteurs. Alain Demurger pense qu'il cumulait la maîtrise d'Aquitaine et d'Angleterre tout en étant visiteur général de 1266 à 1271[64]. Evelyn Lord l'exclut de la liste des maîtres d'Angleterre[23]. Du strict point de vue des chartes, il est maître d'Aquitaine et visiteur général en 1266 et 1269, la charge de visiteur général incluant à ce moment-là la France, l'Angleterre, l'Allemagne et la Provence[65]. Il n'y a pas d'autre nom recensé dans les chartes pour le maître d'Angleterre durant cette période et aucune charte ne mentionne précisément Humbert avec le titre de maître d'Angleterre avant juin 1269. Durant cette période, on trouve Amaury de La Roche en France, Widekind en Allemagne et Roncelin de Fos en Provence. Pour l'Aquitaine, il a également un successeur attesté à partir de 1269: Jean le Français (1269-1276)[66].
  9. Novembre 1309 ⇒ 4° Interrogatoire : « Frater Richardus de Peitevyn...quod receptus fuit apud Dineslee...quadraginta duobus annis jam elapsis...per fratrem Himbertum Peraut tunc magnum praeceptorem in Anglia », 42 ans soit 1267, idem pour le 5° « Willielmus de la Forde » il y a 40 ans, le 8° « Thomas de Tholouse » il y a 43 ans et enfin « Alexander de Bulbecke (42°) il y a 30 ans[67]. Incertitudes sur la précision de ces dates.
  10. Mancester d'après Evelyn Lord[88], Manchester ?, « Manecestria » correspond à Mancetter selon une autre source[92].
  11. Émile-Guillaume Léonard n'indique pas le prénom et ne donne pas de date pour ce maître du Poitou (Pictavie), vers le milieu du XIIe siècle (« Tempore incerto, medio aut exeunte XIIe sæculo »). Même constat concernant le prénom chez Jean-Claude Bonnin[99] et pour l'abbé de La Boutetière[100]. Il figure pourtant parmi les témoins du traité de paix entre Henri II d'Angleterre et Louis VII le Jeune en 1160 sous le nom de Petro Episcopo mais sans titre particulier (Templi fratribus, frères du Temple), seul Guillaume Pavet y étant désigné comme maître du Temple (Willelmo Pavet magistro Templi) mais sans précision géographique (il est en fait maître de la province de Gaule donc de France). Quatre autres noms de dignitaires templiers apparaissent également parmi les témoins: Otton de Saint-Omer (Ottone de S. Audom[aro]), Gilbert de Lacy (Giliberto de Laci), Richard de Hastings (Ricardo de Hasting) et Robert de Pirou (Roberto de Piro), tous frères du Temple[102].
  12. La charte n'est pas datée. Émile-Guillaume Léonard ne s'est pas prononcé et le plaçait avant Guillaume Arnaud (1201), au XIIe siècle tout au moins. Il mentionne un autre document non daté lui aussi où le titre est : « magister in Aquitania »[101].
  13. Figure dans la « Liste des maîtres templiers en Aquitaine et des prieurs hospitaliers du prieuré de Poitou-Aquitaine » établie par Alain Jacquet, l'auteur précisant qu'il est maître en France[108]. Attesté comme maître de la province de France en 1209. Pas de charte avec le titre de « magister in Aquitania », uniquement « magister cis mare » en 1207 (actes relatifs à la Commanderie de La Rochelle[109] et à la commanderie de Coudrie au sujet de Pornic, seigneurie de Rays[110]).
  14. Marie Luise Bulst-Thiele propose 1236-1246 comme période en tant que commandeur d'Aquitaine (Bulst-Thiele 1974, p. 217) avec comme preuve à l'appui des documents de l'année 1236 et 1242 (note 3) ainsi que cette lettre datant de 1243 x 1247 où on trouve Warinus de Sonariis (note 4). Le prénom en latin correspond à Garin et non à Guillaume. Une lettre d'Isabelle d'Angoulême du 02 juin 1246 montre que Guillaume était encore maître d'Aquitaine (Teulet et Laborde 1866, p. 622-623 (n°3524)). Néanmoins il est enregistré sous le nom de William de Soum' par les archives du Royaume-Uni (Public Record Office 1968, p. 54).
  15. Dates établies par déduction, les maîtres étant nommés pour 4 ans.
  16. a b et c Problème de chevauchement de dates entre A.J Forey et Damien Carraz, début en tant que commandeur de Provence en 1217 d'après Carraz 2005, p. 319 alors qu'il semble toujours commandeur de Novillas en 1218 selon Forey 1973, p. 438.
  17. Émile-Guillaume Léonard indique 1279-1288 citant une série de documents couvrant cette période[142] mais pas celui relatif au testament de Robert V d'Auvergne qui est antérieur[157], avant lui Trudon des Ormes proposait 1279-1289 sur la base des interrogatoires du procès[158].
  18. À priori l'année est erronée.
  19. À priori uniquement sous la forme Madico dans les sources directes mais dans les interrogatoires du procès où il est mentionné, on trouve les graphies Madico, Madito, Madit, Mait et Mandito, cf. (Michelet 1851, p. 529).
  20. Information sans source primaire qui provient de M. Déribier Du Châtelet, Dictionnaire statistique du département du Cantal, vol. 4, (lire en ligne), p. 49.
  21. Par exemple la succession de Guilherme Fulcon mentionnée dans la règle du Temple[185] ou encore la période de maîtrise du frère Guillèn (1269-1273) qui n'apparaît jamais au Portugal[186].
  22. Du point de vue de la province templière, la Castille et le León ont été séparés à la suite du conflit qui opposa les deux royaumes (1178-1180). À Rodrigo succède Garniero comme maître de Castille (1183)[200].
  23. Commanderie de Ceinos (Liste des commanderies templières en Castille-et-León) d'après Martínez Díez[210], on trouve dans cet acte relatif à Valencia del Ventoso, Garci(a) Fernández, maître de Castille et León, Paio Gomez, commandeur de Xerèz (Jerez de los cabalerros, Estrémadure) et de Castilbranco (Castelo Branco, Centre du Portugal), Oyraz Eanes (Juan Eanes ?), commandeur de Benavente (Castille et León) et Gomez Garcia, commandeur de Sassivoz (Ceinos, Castille et León). Le document se trouve dans le Bulario de Agurleta, fol. 266, script. 14, n. 3[211] mais curieux mélange d'espagnol et de portugais, pas en latin.
  24. On trouve ces deux graphies uniquement dans les ouvrages qui mentionnent sa période en Aquitaine (1166-1173).
  25. Doute possible sur le fait que le dignitaire nommé Aimo ou encore Amions en 1183 et qualifié de maître en France soit le même que Amio de Ays ou des Haies attesté comme maître cismarin sans discontinuer de 1179 à 1186. J. Burgtorf pense que la charte de 1183 où Aimo s'intitule « magister milicie Templi » ne permet pas de corroborer le fait qu'il soit maître de la province de France cette année-là mais plutôt maître cismarin puisque l'on trouve un autre document en 1983 avec ce titre (« Amio magister milicie Templi citra mare, Paris »)[242]. Émile-Guillaume Léonard ne l'incluait pas non plus dans la liste des maîtres de la province de France[243] alors que Victor Carrière est formel sur l'existence du frère Amion, commandeur de la province de France en 1183 s'appuyant sur une charte dans laquelle il s'intitule « Amions fratrum templariorum in Francia commorantium [dictus] magister »[244]
  26. Malgré la proximité des événements (1190 dans les deux cas), ce sont vraisemblablement deux individus distincts. Le plus connu (Robert de Milly (en)) fut chambellan des comtes de Champagne (Henri II de Champagne, Thibaut III de Champagne et Thibaut Ier de Navarre) et est devenu « confrater » du Temple avant de se croiser en 1190[250]. De ce fait, il paraît peu probable qu'il ait pu être maître de la province de France cette année-là. À son retour de Terre sainte, il a continué à effectuer de nombreuses donations envers l'ordre[251], ce qui tend à prouver là encore qu'il n'a pas été maître de Province car l'entrée dans l'ordre comme frère impliquait l'abandon de toutes ses possessions. Certains de ces actes mettent également en évidence qu'il est toujours marié[252], condition incompatible avec une appartenance à l'ordre. L'hypothèse que Robert de Milly, maître de la province de France[249] se soit croisé également est à envisager dans la mesure où il est déjà mentionné par Léonard en 1180 et qu'il n'apparaît plus dans les sources après 1190. La parenté entre ces deux individus reste à étudier.
  27. Les deux seules sources primaires existantes mentionnent « (la): Monteletardi », traduit initialement en Montletard/Mont-Letard puis en Montliard (Loiret) par Victor Carrière en 1919[227], cette dernière graphie étant toujours usitée[257]. Du point de vue de l'analyse toponymique et anthroponymique, on trouve également la graphie latine « Monteletardi » se rapportant au Prieuré Saint-Thomas de Molitard (Prioratus de Monte Letardi, de Monteletardi, en 1320 et 1351), diocèse de Chartes, doyenné du Dunois, commune actuelle de Conie-Molitard (Eure-et-Loir).
  28. Erreur très répandue dans les ouvrages du XVIIIe et XIXe siècles mais également chez Victor Carrière en 1919[227]. D'une part il était déjà maître de l'ordre depuis 1194 mais de surcroît il occupait la charge de maître cismarin avant de se faire élire (1190-1193)[260]. Pour l'anecdote, Victor Carrière, toujours prompt à tancer ses confrères (Léonard[261], Menche de Loisne[249] et al.), en particulier sur l'étroitesse de leurs champs de recherche, a continué à propager cette erreur en se contentant de faire confiance à L'art de vérifier les dates[262]. L'erreur semble avoir pris naissance chez Mansuet jeune: « le Frere Gilbert Horal ou Éral, nommé d'abord précepteur de France dans les histoires de Bourgogne & de Languedoc »[263] alors que les sources indiquées par cet auteur ne mentionnent pourtant pas Gilbert de Hérail comme maître en France[264].
  29. Ne figure pas dans la liste des maîtres de la province de France établie par Émile-Guillaume Léonard[243]. Victor de Beauvillé indique que cette charte se trouve (trouvait ?) aux archives du département de la Somme[268], elle doit être absente de la collection d'Albon. Pons de Rigaud est également maître cismarin l'année précédente[269] puis de nouveau fin 1198 mentionné dans les registres épistolaires du pape Innocent III au sujet d'un différend qui opposait les templiers de Montpellier et le chapitre de la cathédrale de Maguelone depuis avril 1197 et qui fut réglé à Arles par l'archevêque Imbert d'Eyguières[270]. Émile-Guillaume Léonard indique qu'il est maître cismarin sans discontinuer de 1196 à 1202, peut-être de 1193 à 1207[111]. À priori c'est inexact car il s'agit d'une charge temporaire[271]. On trouve par ailleurs Pons de Rigaud qualifié de maître en Italie, Provence et Espagne en 1200[272] et il se trouve à Acre en 1201[273].
  30. Émile-Guillaume Léonard indique 1207 (Coudrie et Angers), 1209 (Lagny-le-Sec) et 1211 (Fretay)[111]. On trouve ⇒ Noël 1206: « Frater Guillelmus Oculus Bovis, miliciæ Templi citra mare magister humilis » (Bayeux)[286] ; 1207: « frater Willelmus Oculus Bovis, magister militie Templi citra mare » (La Rochelle)[109], « fratris Willelmi Oculi Bovis, domorum Templi cis mare magistri » (Coudrie)[110] ; Pons de Rigaud en tant que maître cismarin en 1207-1208 [à vérifier] ; 1208: « frater W. Oculus Bovis, pauperis militiæ templi citra mare Minister humilis » (synode d'Halberstadt)[287] ; 1209: « magister cismare Guillelmus Oculus Bovis... Praeceptor Franciens Andreas de Colours » (don numéraire au Temple par Bérengère de Navarre, douairière du Maine)[288] ; 1211: « ? » (Fretay, non consulté, « A.D. 86-3 H 1, chartrier de Fretay », mentionné par Léonard) ; 1273[sic]: « Guill. Oculus Bovis, fratrum milicie Templi citra mare » (transaction sur l'enclos de l'abbaye Saint-Aubin d'Angers)[289].
  31. date indiquée dans la Gallia christiana[300] mais qui pourrait être erronée si on suit l'opinion d'Ambroise Tardieu, celui-ci proposant 1309[301]. Auquel cas il s'agit de Gérard de Villers, dernier maître de la province. Dans cet acte figure Johannes Senaldi, commandeur de la Fouilhouze or on trouve un commandeur du même nom durant le procès de l'ordre du Temple. Opinion partagée par Roger & Anne-Marie Sève dans : Sève 1986, p. 278.
  32. On ne peut pas affirmer qu'il s'agit de Guillaume de l'Aigle, commandeur de Normandie même si cette assertion est plausible compte tenu de la proximité des dates et du fait que le commandeur de Normandie avait été envoyé en Écosse en 1219 comme ambassadeur par le roi de France. Le doute subsiste dans la mesure où le sceau et le contre-sceau de G. de Aquila en 1222 (sceau: coupole du temple, contre-sceau: « homme ou enfant nu tenant une épée la pointe en haut, dans la main droite, adextrée d'un croissant »)[302] n'ont rien à voir avec le sceau de Guillaume de l'Aigle,commandeur de Normandie en 1227 (un aigle à deux têtes)[303].
  33. a b et c Le prénom exact n'apparait pas dans l'unique charte de ce maître de la province de France telle qu'elle est transcrite par l'abbé Daniel Haigneré (« G. de Aquila »)[302], c'est également sous cette forme qu'on le trouve chez Émile-Guillaume Léonard[243] et dans une version numérisée de cette charte[304]. Dans un ouvrage plus ancien de Jacques Malbrancq on peut lire Gérard (« Gerardus de Aquila »)[305], également répertorié sous ce nom chez Bréquigny[306]. À la même époque, on trouve comme commandeur de Normandie un certain Guillaume de l'Aigle (1219, 1226-1227). Néanmoins le sceau de 1222 (coupole, homme assis)[302] diffère totalement de celui de Guillaume de l'Aigle en 1227 (aigle à deux têtes)[303].
  34. Mentionné en 1224 uniquement par l'abbé Ythier[296]. La charte concernée semble avoir disparu ou alors il s'agit d'une erreur de date puisque ce dignitaire est attesté dès l'année suivante et que l'on trouve en 1223 et 1225 Pierre de Saint-Romain et Jean de Tournus qui tient lieu de commandeur en l'absence du maître de la province.
  35. Information qui provient de l'abbé Ythier dans Histoire ecclésiastique de Provins, t. VII et que l'on retrouve dans Bibliothèque de l'École des chartes, 1858, tome quatrième. Delphine Marie indique Pons d'Albon, 1236-1240 sans interruption (Marie 2004, p. 154), en contradiction avec la charte de Pierre de Saint-Romain en juin 1238 (Burgtorf 2008, p. 617). Émile-Guillaume Léonard le mentionne en 1236, 1238, 1240 et 1246 (Léonard 1930, p. 115). La charte de 1236 contient l'abréviation P., ce qui peut correspondre à l'un ou l'autre de ces dignitaires.
  36. Publiée dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, tome XXI[324]. Extraits publiés par Bulst-Thiele (Bulst-Thiele 1974, p. 212) : « Et sachiez que nostre mestre en Bohaine, en Hongrie(?), em Poulaine, en Alemaigne, et en Morainne n'est pas venu a nostre chapitre ». La mention de la Hongrie paraît erroné, il doit s'agir de la Poméranie ((la): Slavia, (fro): Slavie) mais c'est ce qui apparaît dans le recueil et on trouve la même information chez Demurger qui publie une partie du texte en français moderne (Demurger 2008, p. 253). La confusion entre la Poméranie (Slavia) et la Slavonie (Sclauonia) est fréquente, Sclaves et Venèdes étant des synonymes de Slaves en français et se rapportent à ce territoire au nord-est de l'Allemagne et au nord-ouest de la Pologne. À cette date, on trouve fr. Gebhard, maître sans précision du titre régional « Magistri Gebehardi militiae Templi Praeceptoris » (Smith 1995, p. 359), vraisemblablement d'Allemagne puisqu'en 1238, il est « magister in Teutonia » et en 1244 « preceptor per Alemmaniam ». Raimbaud de Caromb était quant à lui maître en Hongrie l'année précédent cette lettre « Magistro domus Templi per regnum Hungarie » puis visiteur cismarin de 1240 à 1246 (Carraz 2005, p. 302)ou à partir de 1246 (Carraz 2012, p. 791). Damien Carraz pense que c'est de Caromb dont il s'agit notamment pendant la bataille de Mohi (Ibid.).
  37. a et b « Renaudus, frater militiae templi, perceptor balliviae de Landrecesio » si on suit l'opinion de Marie-Luise Bulst-Thiele[328], partagée par Jochen Burgtorf[325] bien qu'il puisse s'agir d'un frère Renaudus totalement distinct. La baillie de Landrecies (orthographié « Landrecesio » dans l'exemplaire de cette charte figurant dans le cartulaire de Hainaut[329], « Laudimesio » dans celui de la collection d'Albon, Nouvelles acquisitions latines, ms. 49, f. 101) n'est pas mentionnée dans d'autres documents, sachant que la commanderie templière connue la plus proche serait celle de Saint-Aubin[330], la charte traitant justement d'un accord au sujet de l'étang de S. Albano (Saint-Aubin) conclu avec Bouchard d'Avesnes. D'après Émile-Guillaume Léonard, (trad. Marion Melville), Tableau des Maisons du Temple en France et de leurs commandeurs: 1150-1317, Ed du Giet, 1980, Renaudus était commandeur de la baillie du Laon (Laudunensis).
  38. La date de l'unique charte mentionnant Guy de Bazainville en 1243 parait curieuse car on trouve en janvier et juillet[327] de la même année le frère Renaud de Vichiers qui est formellement attesté entre 1242 et 1248. Peut-être faut-il reconsidérer l'année qui serait alors 1253.
  39. Burgtorf ne mentionne aucune pièce pour 1244 et 1245[325] et Guy de Bazainville parait occuper cette charge en mars 1243[128], ce qui laisserait penser qu'il y a une interruption pour ce dignitaire. Or Renaud de Vichiers apparaît dans deux chartes de 1243 (janvier et juillet). Par ailleurs il existe aussi une charte de février 1244[333] ainsi qu'une charte en juin 1245 et une pour décembre 1245[334] où on trouve de nouveau Renaud de Vichiers.
  40. a b et c Problème de chevauchement de dates: Foulques de Saint-Michel (1256-1258)[257] apparait dans une charte datée d'avril 1256 or en mai 1256, Amaury de La Roche semble occuper cette charge[358]. La date de l'une des deux chartes doit être erronée. On précisera que la graphie « Emauricus de Ruppe » (charte rédigée à Troyes)[358] est également employée dans une charte de 1266 en Champagne[359]. Aucune charte n'indique le nom du maître de la province de France entre 1259 et 1260.
  41. Il ne l'était plus en 1265, devenu visiteur de France lorsqu'il reçoit Jacques de Molay dans l'ordre en présence d'Amaury de La Roche, son successeur à la tête de la province de France, cf. Demurger 2008, p. 416.
  42. a b c d e f g h i j et k La locution latine correspondante est « Locum tenens ». Il ne s'agit pas d'un lieutenant au sens actuel de ce terme, à savoir un subordonné permanent de ce dignitaire chargé de certaines tâches (le compagnon). Le Tenant lieu, toujours un templier avec un rang moins important, prenait sa place durant l'absence du titulaire ou actait comme tel en attendant la nomination d'un nouveau dignitaire à la suite de son décès par exemple. Il arrivait que le dignitaire soit mandaté pour une mission particulière à l'extérieur de sa province, convoqué à un chapitre général de l'ordre ou encore parce qu'il s'est rendu au couvent de l'ordre en Orient.
  43. Procès, interrogatoire du frère Guy de l'Oratoire, commandeur de la Sablonnière: « Item frater Guido de Oratorio...quod fuit receptus apud Moisiacum Meldensis diocesis, illo anno quo fuit ultimum concilium Lugduni, per fratrem Petrum Normanum militem, magistrum de Alneio(sic)... »[386] que Laurent Dailliez analyse en : « Guy de l'Oratoire - sergent, commandeur de la Sablonnières - Moissy, par Pierre Normand, commandeur d'Aulnay en 1275 »[387]. Trudon des Ormes indiquait: « en la maison de Moisy du diocèse de Meaux, l'année même du dernier concile de Lyon (1274), alors qu'il était maître ou précepteur du Laonnais »[388]. D'une part Dailliez ne précise pas de quel Aulnay il peut s'agir et il n'y a pas de commanderie de ce nom attestée, encore moins une baillie de ce nom. D'autre part ce serait le seul exemple d'un commandeur de maison (Aulnay) qui effectue une réception dans une autre maison (Moisy). Ce sont les maîtres de Province ou de baillie qui lorsqu'ils étaient présents effectuaient la réception d'un nouveau frère en lieu et place du commandeur de la maison. L'opinion de Trudon des Ormes parait plus plausible dans la mesure où Pierre le Normand est mentionné comme commandeur de la baillie du Laonnais vers 1275[389] et formellement attesté avec ce titre l'année suivante (1276) alors qu'il tient lieu de commandeur en France[382].
  44. Vers 1269-70 d'après Trudon des Ormes mais c'est forcément avant sa période en Aquitaine.
  45. 1288⇒« frater Gauffridus de Vicherio, humilis in regnis Franciae, Angliae et Almaniae domorum militiae Templi generalis visitator »[396].
  46. 31 mai 1262, Acre: « frere Guillaume de Malai tenant leu de mareschal ; frere Guilliaume de Malai tenant leu de mareschau » (Burgtorf 2008, p. 682). Il occupe la fonction temporairement en attendant la nomination officielle d'un nouveau maréchal.
  47. 18-19 décembre 1262: « frere Guillaume de Malay mareschal ; frere Guillelme de Malay mareschau dou Temple » (Burgtorf 2008, p. 682).
  48. a et b Trudon des Ormes 1899, p. 231. Source indirecte issue du procès (Michelet 1851, p. 139), interrogatoire du frère Jean Senandi qui dit avoir assisté à la réception du frère Odon de Belna par « frater Hugo de Penrando... qui tunc erat preceptor de Cabilone » mais sans pouvoir préciser quand.
  49. a et b Peut-être depuis 1294 cumulé avec ses fonctions de maître de province si on suit l'opinion d'Alain Demurger et de Delphine Marie. Mais du point de vue des titres employés dans les chartes, il n'est attesté qu'à partir de 1299 comme Visiteur: fév. 1297: « Hugoni de Paralto preceptori Domus Militie Templi Jerosolimitani... per Domum Militie Templi Jerosolimitani in partibus Cismarinis  » (verse 6000 florins aux légats du pape par ordre de Jacques de Molay) (Digard 1907, p. 914-915 (n°2323-2324)) mais il est maître de France à ce moment-là ; 1299: « fratri Hugoni de Paraudo venerabili visitatori domorum milicie Templi conventuali » (Vaivre 2005, p. 24 (note 103)), « frater Hugo de Peraudo domorum Milicie Templi visitator generalis in Anglia / domorum visitator generalis » (Cole 1844, p. 152, 159-163, 172) au moins depuis mars ; fév. 1300: « religioso frater Hugoni de Paraudo venerabili visitori generali domus milicie Templi nomine Francie » (Marie 2004, p. 34) ; juillet 1302: « Frater Hugo de Peraudo generalis visitator domorum Milicie Templi in Anglia » (Cole 1844, p. 173-174) ; juillet 1302: « Frere Hugues de Peraut, Generals visiteures de Mesons de la chevalerie dou Temple deça mer » ; 10 août 1302: « Hugonis de Peraut, visitatoris generalis domorum militiae Templi in citra-marinis partibus » (Bréquigny, Pardessus et Laboulaye 1863, p. 559) ; mars 1303: « Frater Hugo de Peraudo domorum Templi visitator generalis » (Cole 1844, p. 171) ; oct. 1304: « fratris Hugonis de Perando, generalis visitatoris domorum cismaritim militie Templi »[420] ; avr. 1305: « frere Hugues de Paraut visiteurs generauls des maisons de la chevalerie dou Temple » (Marie 2004, p. 34) ; 1306: « Hugo de Perando, visitator militiae templi Ierosolimitani in Francia » (Lanhers 1884, p. 192 (n°1037)).
  50. Apparaît avec le titre de commandeur de Laumusse et de Belleville. E.G Léonard pense qu'il est en fait commandeur de la baillie de Bourgogne (Léonard, 1930, Domus comitatus Burgundiæ): Annis 1254 et 1255 in chartis Muciæ apparet Parisius, « præceptor de la Musce et de Belleville ». Sed Templarius iste re vera præceptor Burgundiæ erat.
  51. Nombreuses sources relatives à ce dignitaire templier, cf. Burgtorf[443] mais en ce qui concerne sa période en Bourgogne on croyait ne disposer que de l'interrogatoire de deux templiers à Nicosie qui indiquaient avoir été reçus à la Laine par Aymon. L'abbé Clouet le mentionnait, sans préciser ses sources, dès 1300 dans Histoire de Verdun avec le titre de « maître et commendeur de la baillie de Lorraine et Grande Bourgogne »[442] et il semble avoir succédé à Jean de Mars en Lorraine au moins depuis 1296[444] . Jean-Marc Roger a retrouvé la source.
  52. La charte indique qu'il est maître (templariorum magistro) mais ne précise pas si c'est bien de Flandre bien que cela paraisse plausible. cf. Gallia christiana, vol. III, (lire en ligne), p. 81 (n°6, Instrumenta ad tomum III, Ecclesiae Atrebatensis).
  53. Probablement le même individu, frater Gobertus mentionné en 1194 dans Trudon des Ormes 1894, p. 140-141, 143, 310 (n°13). La maison du Temple d'Aimont faisait partie de la baillie de Ponthieu.
  54. « Magister fratrum militi Templi in Brabantia et in Hasbania », « fratrem Walterum præceptorem domorum balliviæ militiæ Templi in Hasbania »[473].
  55. Le document original n'a pas été consulté, erreur de traduction ? D'un point de vue géopolitique, il semble curieux de trouver un commandeur commun à cette date alors que Thomas II de Piémont, comte de Flandre et de Hainaut est en conflit avec Henri II de Brabant.
  56. Information donnée par Trudon des Ormes dans son étude sur les templiers en Picardie (Trudon des Ormes 1894, p. 138) mais l'auteur infirme cette hypothèse en 1897 car ce dignitaire était en fait procureur de l'ordre en France (Trudon des Ormes 1899, p. 256). Émile-Guillaume Léonard l'inclut malgré tout dans cette liste (Léonard 1930).
  57. À l’exception de Robert de Beauvais (ou de Saint-Just ?) en 1291 absent chez Léonard
  58. Dans ce document, Robert dit de Beauvais occupe un rang supérieur à Jean de Maimbressy (« Johanne de Membrechy preceptore domûs de Castelleto in Viromandia, nostre diocesis, procuratore substituto a Roberto dicto de Belvaco, presbytero, procuratore generali domûs et fratrum templi ». Trudon des Ormes l'avait initialement inclus dans la liste des commandeurs du Vermandois (Trudon des Ormes 1894, p. 264) et du Ponthieu (Trudon des Ormes 1894, p. 100-101, 111, 181) mais a infirmé ensuite cette hypothèse (Trudon des Ormes 1899, p. 256). Léonard ne le prend pas non plus en compte dans cette liste. On y trouve également Geoffroy de Vichiers, visiteur général des maisons du Temple dans les royaumes de France et d'Angleterre (Trudon des Ormes 1894, p. 349 (doc. 49)).
  59. Róbert de Gudde en 1280 et 1295, Theouron de Provence en 1303. Barletta était le point de départ privilégié pour l'Orient.
  60. On trouve souvent des listes des maîtres en Hongrie avec des noms des maîtres de la province d'Allemagne, notamment Widekind et Friedrich von Alvensleben (de). Il ne semble pas y avoir de chartes mentionnant ces deux maîtres dans le royaume de Hongrie. L'erreur parait prendre sa source chez Dithmar qui désigne le dernier maître d'Allemagne comme « Domorum militiae Templi per Allemaniam et Sclavoniam præceptor »[537] littéralement maître d'Allemagne et d'Esclavonie, information reprise entre autres par l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres[538] bien que les deux ouvrages ne mentionnent pas la Hongrie. On trouve à des périodes concordantes un maître distinct pour chacune de ces provinces et l'expression « Slaviam / Slauiam » apparait systématiquement dans des chartes qui se rapportent aux possessions des templiers dans la marche de Brandebourg, les duchés de Poméranie et dans le royaume de Pologne à savoir en Pologne et dans le nord-est de l'Allemagne d'aujourd'hui.
  61. 1219 d'après Stossek[548] mais la source qu'il indique mentionne 1217[549].
  62. cf. Demurger 2008, p. 370, « locotenente regio in Croatia e Dalmatia »[550]
  63. Vrána (hr), commanderie principale des templiers dans le royaume de Hongrie[534].
  64. Source secondaire provenant des archives de la famille des comtes d'Eberstein (de) dans laquelle ce dignitaire est qualifié de « grand visiteur et commandeur templier », tué en 1230 alors qu'il visitait la Hongrie, « in peripheria Liptoviensi, in monte Mnich ad S. Martinum »[559], près de Liptovský Mikuláš, actuellement en Slovaquie mais qui faisait partie à l'époque du royaume de Hongrie. La titulature de grand visiteur n'était pas en usage à cette période, il s'agit peut-être du visiteur cismarin mais en aucun cas d'un maître de la province de Hongrie. Aucune autre charte ne mentionne ce dignitaire de l'ordre du Temple.
  65. Uniquement 1246 d'après Marie-Luise Bulst-Thiele (Bulst-Thiele 1974, p. 201,note 62), Miha Kosi qui cite Bulst-Thiele (Kosi 2001, p. 160-161, note 116) ou encore Damien Carraz (Carraz 2012, p. 791). On trouve également 1240 dans certains livres dont Carraz dans un précédent ouvrage (Carraz 2005, p. 320), sa source étant E.G Léonard, Gallicarum militiae Templi domorum, 1930, p.16-17 où figure une liste des maîtres deçà-mer et des visiteurs. Il l'était déjà en octobre 1245 lorsqu'il désigne Jacopus de Boscho comme maître de la province d'Italie[568]
  66. a et b Sur le document original consultable aux archives nationales hongroises[570], la date exacte n'est pas visible, on ne voit que la fin: « M M ...(r/n)agesimo » bien que l'espace manquant laisse peu de place pour écrire « quadragesimo » au lieu de « nonagesimo ». Ce document a été daté de 1240 par Wenzel Gusztáv dans le Codex diplomaticus Arpadianus (Wenzel 1869, p. 114 (doc. 73)). C'est également cette date qui est indiquée dans le Codex diplomaticus Regni Croatiae, Dalmatiae et Slavoniae (Smičiklas 1906, p. 121 (doc. 111)). Lajos Thallóczy fut le premier à corriger cette date dans le Codex diplomaticus partium regno Hungariae adnexarum (Thallóczy 1912, p. 23-24 (doc. 16)). Il est officiellement archivé pour l'année 1290 (N° 40197).
  67. L'erreur semble provenir de la mention d'un sceau de Terricus de Nussa en 1237 insérée au milieu d'une liste de sceaux templiers par G. C. Bascapè en 1959 dans son étude des sceaux des ordres militaires et hospitaliers[575], erreur reprise ensuite par Paul de Saint-Hilaire[401]. L'illustration de ce sceau est identique à celui du prieur hospitalier de la langue d'Angleterre, avec le même nom et la même année, qui est conservé au British Museum[576]. Une autre source qui pourrait également prêter à confusion mentionne un Terricus de Nussa comme commandeur templier de Radnage (Angleterre) en 1237[577]. Probablement le même dignitaire hospitalier car Radnage (Radenach) appartenait déjà en partie aux hospitaliers et il n'y a pas de commanderie templière attestée à cet endroit.
  68. Il s'agit de Guillaume de Sonnac[580], maître de l'ordre (1247-1250). Il n'est pas maître en Hongrie. La charte mentionne: « Hec est concordia inita inter Jacobum Teupolum dei gratia inclitum ducem Veneciarum ex una parte, suo nomine et communis Veneciarum, et fratrem Jacobum de Turrisellis ex altera, nuncium venerabilis fratris domini Guilielmi de Sonai magistri domus milicie Templi... ut apparebat per litteras sigillatas dicti magistri, presentibus et consencientibus fratre Harmanno de Burgo praeceptore in Campania et Marchia Tarvisina et fratre Jordano preceptore Oranie et Sennie » (Smičiklas 1906, p. 350-351, doc. 314) ou selon une autre interprétation « fratre Jacobo de Turisellis ex altera, nuntio fratris Guilelmi de Sonar magistri domus militiae Templi, consentientibus fratre Hermano de Burgo praeceptore in Campania et Marchia Tarvisina, et fratre Iordano praeceptore Vranae et Senniae »[581]. Accord entre Jacopo Tiepolo, doge de Venise et le représentant du Temple (envoyé) frère Jacques de Turrisellis, muni d'une lettre ,semble-il scellée, du maître de l'ordre Guillaume de Sonnac en présence et avec l'accord d'Hermann, commandeur en Campanie et dans la marche de Trévise et de Jourdain, commandeur de Vrana et de Szeng.
  69. Bulle du pape Grégoire X en 1275 confirmant les privilèges des templiers en Hongrie et dans laquelle on retrouve les privilèges accordés par les rois successifs de ce royaume, Béla IV de Hongrie, Étienne V de Hongrie, Ladislas IV de Hongrie. Certaines date ne sont pas mentionnées mais Franko apparait clairement en 1268 et après[588].
  70. a b c d e et f L'historien Juraj Belaj pense que Guillermus de Peymes, Gwilermus, Guillermus de Suaseto et Guyllermus de Novis sont un seul et même individu[589]. Lelja Dobronić (hr) relève quant à elle que selon les publications la charte de 1292 mentionne Guyllermis de Novis (Smičiklas 1909, p. 98-99 , doc. 79) ou Guyllermis de Peimis (Wenzel 1873, p. 79-80, doc. 57), (Tkalčić 1889, p. 70-71, doc. 82)[539]. Sur l'exemplaire de cette charte dans les archives hongroises (numérisé et consultable en ligne) figure Guyllermis de Novis[590]. Elena Bellomo pense que Guyllermus de Novis est celui qui fut maître de la province d'Italie de 1285 à 1290 (Guiglielmo de Noves)[569] donc un dignitaire distinct de celui qui apparaît en 1286 (Gwilermus) et 1289 (Guillermus de Suaseto) comme maître de Hongrie.
  71. En 1280 tel qu'il figure dans trois documents des registres angevins de Naples[597],[598] et non 1295 comme indiqué dans l'ouvrage de Lelja Dobronić (hr)[539]. Dobronić prenant sa source chez Wenzel Gustáv, deux documents qu'il date à tort de 1295 (N° 152-153)[599], un troisième toujours à propos de ce même Robertus de Gudde étant bien daté de 1280 (N° 80)[600] mais Dobronić ne fait pas mention de ce dernier. La source primaire est pourtant commune à tous ces ouvrages (Registri Angioini Vol. 35 - Carolus I. 1279. B. fo  26-27)[601]. Il s'avère également qu'il se trouve à Naples en 1295 envoyé par Yvan Gürding et de nouveau en qualité de maître de Hongrie[602],[603]
  72. Le document où apparait son nom est daté de 1324[610] mais il fait référence aux privilèges accordés aux templiers en 1286 par Élisabeth la Coumane, reine de Hongrie[611],[612].
  73. il s'agit du prieur de Hongrie de l'ordre dominicain, le document pourrait porter à confusion car il fait référence à des documents émanant de Vilmós de Peymes en 1284 qu'il authentifie[616]. L'expression prior provincialis Hungarie n'était pas en usage chez les templiers.
  74. La Campagne et Maritime était une province pontificale faisant partie de la province d'Italie[625] alors que la terre de Labour faisait partie du royaume de Sicile et dépendait de la province des Pouilles puisqu'on trouve mention d'un précepteur de la baillie des Pouilles et de la terre de Labour, cf. (it) Hubert Houben, « Templari e Teutonici nel Mezzogiorno normanno-svevo », dans Il Mezzogiorno normanno-svevo e le crociate : atti delle quattordicesime giornate normanno-sveve, Bari, 17-20 ottobre 2000, vol. 14, Edizioni Dedalo, coll. « Atti del Centro di studi normanno-svevi dell'Università degli studi di Bari », , 417 p. (ISBN 978-8-8220-4160-9, lire en ligne), p. 261.
  75. Description de la charte (pas de texte original) dans Fedele Savio, Gli antichi vescovi d'Italia dalle origini al 1300 descritti per regioni: la Lombardia, 1932, vol. 2, p. 449 : 17 mai 1205, « Bernardo vescovo di Pavia, ed i suoi canonici confermano a Barocio, maestro della milizia del tempio in Italia, l'investitura dell'ospedale di S. Eustachio un miglio discosto da Pavia ». À priori la donation initiale avec les mêmes protagonistes (il semblerait qu'il s'agisse du même document avec une erreur de date) remonterait à 1201, cf. Robolini, Notizie appartenenti alla storia-della sua patria, 1830, vol. 4, p. 68, lire sur archive.org
  76. Homonyme ou peut-être Henri de Trévise que l'on trouve à partir de 1268 ? Il s'agit du commandeur de Pavie à qui a été donné l'église de San Giacomo di Tortona en 1252.
  77. Titulature inhabituelle pour le milieu du XIIIe siècle: « rector et minister pro Templo in Lombardia », cf. Bellomo 2008, p. 98, 364.
  78. La titulature employée en 1169 ne permet pas d'être certain qu'il n'est maître que de la Lombardie.
  79. Pavie était une commanderie importante et il se pourrait qu'il soit le commandeur de cette baillie en 1268 alors que frère Nicolao est commandeur de la maison du Temple de Pavie car dans l'énumération des commandeurs présents, il figure devant: « fratre Gabriele de Gambalara, fratre Nicolao preceptore domus Papie ». Elena Bellomo n'évoque pas cette éventualité mais s'interroge sur l'absence de titre en 1268[663].
  80. Dans certains ouvrages[686], on trouve le nom de Vasco Bernardes au lieu de Fernandes en référence au dernier maître du Temple du Portugal qui est devenu commandeur de Montalvão. Source primaire non consultée.
  81. (la): præceptore Templi de bajulia de Tholosano. Exemple Bertrand de la Roche qui figure comme témoin en 1218 dans un hommage d'Amaury de Montfort[694].
  82. Les corrections apportées par Damien Carraz sont entre parenthèses. Pour frère Arnaud de Torroge, Damien Carraz indique comme fin l'année 1180 alors que A.J Forey indique 1181. Diffère également pour frère Gérald de Caercino, pour Carraz 1195-1196 alors que A.J Forey n'indique que février 1196. Décalage d'un an pour Guillaume de Montredon (es), 5 ans à partir de 1213 et non pas de 1214 pour A.J Forey. En 1910, Joaquím Miret y Sans a publié une première liste de ces maîtres comprenant également celle des commandeurs des maisons en Aragon et en Catalogne[696]. Liste également disponible chez A.J. Forey qui propose en plus celle des lieutenants de la province.
  83. A.J Forey et Damien Carraz proposent Guy comme prénom, pourrait correspondre à Guigue(s) vu la graphie employée dans cette charte: « Guingo » plutôt que « Guido, Guidonis ».
  84. Guiraldus de Caercino, Templier présent à Arles en 1187[751]. Même individu.
  85. a et b Accord entre les religieux de Maguelone et les templiers de Montpellier[772]. Outre Raimond de Gurb, maître de Provence et parties des Espagnes et Foulques de Montpezat (ca), commandeur de la baillie de Provence, cet accord contient les noms de nombreux autres commandeurs des maisons du Temple dans cette province templière en 1200 réunis à l'occasion du chapitre annuel. Le cartulaire de Maguelone ne contient pas la lettre que l'on trouve dans les registres épistolaires d'Innocent III au sujet du différend opposant la commanderie de Montpellier à ces mêmes religieux fin 1198, contentieux ayant débuté en avril 1197[773] et qui est mentionnée dans cet accord (p. 457).
  86. Pons de Rigalt est la graphie employée par Miret y Sans[696]. Pere d'Urgell ((la): Petro de Urgelli), qui pourrait être un autre dignitaire, est le nom que l'on va trouver dans une des versions d'une charte du 14 mai 1204/05 émise par Pierre II d'Aragon pour la commanderie du Mas Deu[776]. Cette charte a également été publiée avec le nom de Pons de Rigaud[777].
  87. En 1219, ce dignitaire apparaît avec le titre suivant : « Guillelmo de Cerzols, magistro Yspanie » alors qu'il se trouve à Roaix dans le Vaucluse[788]. Maître de la baillie d'Espagne ? Probablement le même individu que William of Sartol mentionné comme lieutenant de la province de Provence et parties des Espagnes en 1219 par A.J Forey et que Guillèm de Fortol, vice-maître de cette même province en 1218-1219 d'après Miret y Sans[148],[696]. Les maîtres de Provence et parties des Espagnes avaient des seconds, un pour la Provence qui est avéré et un pour l'Espagne au sens Aragon & Catalogne ? Sachant que les lieutenants au sens « tenens locum » semblent plutôt se substituer au maître lorsque celui-ci est absent ou dans l'attente de la désignation d'un nouveau maître. A.J. Forey ne précise pas si la liste des lieutenants qu'il propose se rapporte à la province dans sa globalité ou uniquement aux commanderies du royaume d'Aragon. S'il s'agit du même individu, sa présence dans le Vaucluse laisse penser que l'aire d'influence de ces lieutenants couvrait l'ensemble avant la séparation de la province vers 1240. Concernant la titulature de maître d'Espagne, « magistro Yspanie », il ne faut pas confondre avec la maîtrise des trois royaumes d'Espagne qui correspondent à la Castille, au León et au Portugal. On trouve Fernando Díaz au début du XIIIe siècle[789] puis Pedro Alvítiz en 1216 qui sont qualifiés de « magister militie Templi in Hispania » . Pedro Alvítiz étant le premier attesté à porter le titre de maître des « trois royaumes d'Espagne » à partir de 1220[184].
  88. a et b Léonard indique 1207-1214 mais il y a nécessairement eu interruption puisqu'il commandait le Puy-en-Velay en 1210[795] et Pézenas en 1213 puis en 1218-1219.
  89. Astruch de Clairmont dans la liste proposée par Paul de Saint-Hilaire[401] qui semble avoir pris sa source chez Miret y Sans où on trouve Astruch de Clarmont[696]. L'origine de cette graphie semble provenir d'une des versions du Llibre dels fets communément appelé chronique du roi Jacques Ier d'Aragon. Le plus ancien manuscrit connu en catalan contient pourtant Nastruch de Belmont[807]
  90. Ces dignitaires que l'on voit recevoir les premières donations dans l'Agenais sont maîtres de Gascogne, la baillie de l'Agenais n'existe pas encore. La plupart des chartes sont indiquées dans les commentaires se rapportant à chacun de ces dignitaires.
  91. Les dates généralement proposées semblent erronées. À commencer par Jacques Clemens qui indique c.1154-1159[815] mais comme ses recherches sont centrées sur l'Agenais, il a omis Guillaume de Verdun attesté en 1156[812]. Antoine du Bourg indiquait 1155-1158[811], information reprise à l'identique par Monique Sieuzac[816]. La mise au jour d'une charte de 1167 dans les archives d'Argentens[817] montre que ce dignitaire est toujours vivant et décale de facto les débuts supposés de son successeur, Hélie Focald qui n'est alors que commandeur de Cours (Lot-et-Garonne).
  92. La date de donation du fief d'Argentens, point de départ de la future commanderie de ce nom n'est pas connue car la charte n'est pas datée. Antoine du Bourg ne propose pas de date précise (Bourg 1883, p. 381-382) mais indique indirectement entre 1155 et 1158, à savoir la période qu'il donne pour Augier de Bedeisan comme maître de Gascogne (Bourg 1883, p. 25), partant du postulat qu'Hélie Focald lui aurait succédé en 1159 et qu'il est mort entre-temps (Bourg 1883, p. 382-383, XLIX (n°68-B)). Émile-Guillaume Léonard indique également que Augier a été maître de Gascogne avant 1159 et que Hélie Focald lui succède cette année-là[812]. Sachant que Augier est toujours vivant en 1167, actant devant Hélie dans une charte par laquelle Raymond de Bouglon cède la moitié de la dîme de Saint-Hilaire de Cavagnan (Dubourg 2001, p. 48), (Bourg 1883, p. LI (n°72)) et que ce document ne date pas de c.1160 contrairement à ce que pensait Antoine du Bourg. Cette donation est vraisemblablement plus tardive.
  93. Donation par Raymond de Bouglon de la moitié de la dîme de Saint-Hilaire de Cavagnan. Dans l'ouvrage d'Antoine du Bourg, cette charte n'a pas de date (Bourg 1883, p. LI (n°72)). Il indiquait c.1160, antérieur à 1165 (Bourg 1883, p. 402). Or elle date en réalité de 1167 (Dubourg 2001, p. 48) et il existe deux actes qui le prouvent: Archives départementales de Haute-Garonne, Série H, Commanderie d'Argenteins, H MALTEINV 35-36, « Romestaing, Cartulaire n°8 (pièces n°30-31) ». La présence du frère Augier permet d'infirmer certaines dates proposées par Antoine du Bourg, de reconsidérer la période pendant laquelle Augier de Bedeisan est resté maître de Gascogne au-delà de 1167 et montre qu'Hélie n'est encore que commandeur de Cours/Romestaing. Ce dernier part ensuite pour Narbonne la même année[819] et est encore dans cette région en 1171 comme commandeur de Périès[820], ce qui amène à penser que Augier était encore vivant à cette date car Hélie ne semble pas avoir pu être maître de Gascogne avant 1172 et on a la preuve qu'il est bien son successeur peu après la donation de l'église d'Argentens (Bourg 1883, p. XLVIII-XLIX (n°68-B)).
  94. Et non en 1158/59 comme le supposait Antoine du Bourg car toujours vivant en 1167.
  95. Nombreuses incertitudes et informations contradictoires concernant la période exacte pendant laquelle il a été maître de Gascogne. Les dates proposées par Antoine du Bourg en 1883 (Bourg 1883, p. 25) sont invalidées par des publications plus récentes. À commencer par Émile-Guillaume Léonard qui proposait de 1159[sic] à 1175 (Léonard 1930, p. 82), ce qui infirme les dates généralement indiquées par de nombreux auteurs (1159/61 - 1165/69) sur la base des travaux initiaux d'Antoine du Bourg. Néanmoins les chartes où il apparait en tant que maître de Gascogne ne sont pas datées (cf. les différentes chartes mentionnées dans les commentaires et son parcours) et on constate que d'une part son prédécesseur Augier de Bedeisan est toujours là en 1167[817] et que d'autre part il semble avoir été commandeur de Cours bien après[824] la date généralement admise qui était uniquement 1160/61. La charte de 1167 (donation de Saint-Hilaire de Cavanac pour les templiers de Romestaing) que Antoine du Bourg situait vers 1160 montre qu'Augier occupait un rang plus élevé qu'Hélie et que ce dernier est encore à Cours (Dubourg 2001, p. 48). L'une des autres rares chartes datées de cette période ne précise pas le rang de ce dignitaire mais il semblerait qu'il soit déjà commandeur de Cours/Romestaing (1160) (Dubourg 2003, p. 131). A ceci se rajoute un ensemble de chartes qui le situent dans l'Hérault de 1167 à au moins 1171. Parmi les informations qui viennent contribuer à cette confusion il y a les dates proposées par Antoine du Bourg concernant Gaston de Castelmoron, commandeur de Cours (1175), de Gimbrède (1160-61) et maître supposé de l'Agenais (1176-1180) qui sont également contradictoires. Émile-Guillaume Léonard ne le mentionne pas pour Cours et indique 1175 pour Gimbrède. L' abbé Bénaben indique 1169-1179 comme commandeur de Gimbrède[825]. Hélie et Gaston apparaissent ensemble dans ces deux documents non datés dans lesquels Hélie est maître de Gascogne (chez Antoine du Bourg: n°71, 2°paragraphe où Gaston est commandeur de Cours, n°68, dernier paragraphe où il est commandeur de Gimbrède, aucun document où il est maître de Gascogne...).
  96. Source incohérente (Clemens 1997, p. 26 (note 109)). L'auteur indique comme référence la prise de possession de l'Agenais par Philippe IV le Bel qui a eu lieu un siècle plus tard (1271)[827]. Aucune information sur les archives où se trouve cette charte.
  97. Donation des terres d'Arrivet, Sainte-Quitterie de Rives, aujourd'hui Sainte-Quitterie de Béas? C'est une des chartes qui pose problème car le siège de Castillon, seule indication temporelle du document, a eu lieu en 1161 mais aussi en 1175. Antoine du Bourg pensait à celui de 1161, Émile-Guillaume Léonard à celui de 1175 car c'est la date qu'il donne pour les trois dignitaires templiers présents dans cette charte.
  98. Donation par Raymond de Bouglon de ses terres de Cours-les-Bains. Charte non datée que M. Veilhon situe vers 1160 et qui provient du cartulaire de Cours. Cet auteur mentionne qu'il a été commandeur de Cours de 1160 à 1175 (à tort car il devient commandeur de la baillie de Narbonne de 1167 à 1171). Afin d'éviter toute confusion, cette charte correspond au 1er paragraphe du document n°71 publié par du Bourg, le 2° paragraphe est plus tardif, Hélie est alors maître de Gascogne, « in manu Heliæ Focalt qui tempore illo Magister Vasconiæ » et Gaston de Castelmaurin, commandeur de Cours: « Gastonis de Castelmaurun qui comandator de Curnis existebat ». Gaston de Castelmaurin, également connu comme commandeur de Gimbrède , du temps où Hélie était maître de Gascogne, « dederut Deo et domui Templi terram d'Arrivet post longum tempus annuit Arnaldus Guillelmus Eliæ Folcaudi, Magistro domum tocius Vasconiæ, in domo Agenensi manente comandatore Jordan de la Contrariâ, Gastons de Castedmauron comandatore de Gimbrède » (donation des terres de Sainte-Quiterie de Rives)[832]. Émile-Guillaume Léonard situe le document n°68 (dernier paragraphe) en 1175[812] et l'abbé Bénaben précise que Gaston apparait en tant que témoin dans les archives d'Argentens, avec le titre de commandeur de Gimbrède entre 1169 et 1179[825]. À la vue de ces différentes pièces non datées et publiées par Antoine du Bourg, il y a manifestement des contradictions dans l'analyse que cet auteur en a fait. Les périodes proposées pour Hélie Focald, Gaston de Castelmauron et Jordan de Contraria semblent contradictoires voir erronées. Antoine du Bourg a peut-être été induit en erreur par la mention « Quo tempore Pictavensis Consul insedit Castillon »[832] du document n°68, pensant qu'il s'agissait du siège de Castillon (en) par Henri II d'Angleterre en 1161[833]. Or il s'avère que le château de Castillon au nord-est d'Agen et au nord de Bon-Encontre a été assiégé une deuxième fois en 1175 par Richard, alors comte de Poitiers et futur roi d'Angleterre[834], ce qui permet de corroborer la date indiquée par Émile-Guillaume Léonard.
  99. Ni Hélie Focald ni Pierre de Saint-Jean n'ont de titre précis dans cette charte que l'on trouve dans le cartulaire de Douzens[835] mais Hélie intervient vraisemblablement au titre de commandeur de la baillie de Narbonne et Pierre est connu cette année-là comme maître de la baillie de Carcassonne et commandeur de Douzens (Gérard, Magnou et Wolff 1965, p. XXXIX), la donation du seigneur de Domneuve portant sur des biens dans ces deux baillies. Le château de Domneuve se trouvait au sud-est de Carcassonne et au sud-ouest de Narbonne 42° 53′ 54″ N, 2° 44′ 51″ E.
  100. Le nom de la baillie n'est pas précisé. Nicole de Peña indique baillie de Quercy[sic] contrairement à E.G Léonard qui mentionne la baillie de Gascogne[812]. Peut-être la baillie de l'Agenais comme le pensait Antoine du Bourg[847] car on y voit aussi le commandeur de Cours (Lot-et-Garonne), Bernat Ug et le commandeur de Golfech, Guillaume de Brassac. cf. Liste des commanderies templières en Aquitaine et en Midi-Pyrénées.
  101. a b et c Dates établies par déduction. Frère Hugues de Barcelone étant mentionné de 1155 à 1173 en tant que maître (en Provence)[150],[848] et attesté de 1159 à avril 1162 comme maître de Provence et partie des Espagnes[148].
  102. Dans les interrogatoires du procès, on trouve par exemple : « Qui frater Petrus Ultramontanus preceptor magnus Apulee et Ap[rut]ii »[895]. Le titre ne se limite pas aux possessions dans les Abruzzes et les Pouilles actuelles mais bien à l'ensemble du sud de la botte italienne, à savoir la Sicile citérieure (royaume de Naples).
  103. Pas de date précise. Andreas Armani de monte Oderisio indique avoir été reçu du temps où Boniface VIII était pape donc entre 1295 et octobre 1303 par le grand commandeur des Abruzzes et des Pouilles qui était Petrus Ultramontanus et qui est maintenant Oddo de Valdric[897].
  104. « nostre amez frere Lorent de Biame, jadis commandaur de Apuli », extrait d'une lettre adressée à Laurent de Beaune (Laurencius de Belna) au cours du procès à Paris (Michelet 1841, p. 71). Au prime abord, le terme Apuli peut prêter à confusion (notamment dans l'ouvrage de Paul de Saint-Hilaire)[401] mais l'analyse par Alain Demurger de l'ensemble des documents relatifs aux interrogatoires parisiens montre qu'il s'agit en fait du commandeur d'Épailly[900].
  105. Damien Carraz considérait, dans son premier ouvrage (Carraz 2005, p. 306 (note 100)), que Peire et Jaufré de Pierrevert étaient deux individus distincts contrairement à certains historiens italiens. Il évoque l'éventualité que ce puisse être une seule personne dans une parution de 2012: fiche prosopographique de Jaufré de Pierrevert (Carraz 2012, p. 797). À priori, le titre de maître dans les Pouilles et dans les Abruzzes correspond à celui de maître dans le royaume de Sicile. Pendant les interrogatoires du procès à Chypre, le frère Simon de Racanato indique avoir été reçu à Barletta il y a sept ans par Jaufré de Pierrevert, maître de l'ordre dans les Pouilles[911] alors que l'on trouve le nom de Peire de Pierrevert « au-delà des montagnes » dans les interrogatoires qui se sont déroulés dans les états pontificaux et les Abruzzes à peu près aux mêmes dates[912]. Deux individus distincts?
  106. À priori Szydłów (en) puisque la charte émane de l’évêque de Lebus (en), Henri[938] et qu'il s'agit d'un bien dans le duché de Silésie.
  107. A priori, il était déjà templier en 1253. Un frère Widekinus apparait dans une charte de 1253 signée à Magdebourg pendant la maîtrise du fr. Heinrich[944]
  108. a et b Date incertaine qui figure dans certains ouvrages du XIXe siècle. Le premier auteur qui a proposé d'identifier Gebhard comme étant le « Magistro fratibus Domus militie Templi in Teutonia » qui apparait sans être nommé dans une confirmation du pape Grégoire IX en 1238[950] est S. W. Wohlbrück (de) dans Geschichtliche Nachrichten von dem Geschlechte Alvensleben und dessen Gütern, 1819, vol. 1, p. 213[951]. Information reprise par Joseph Hormayr zu Hortenburgen en 1842 lorsqu'il dresse une liste des maîtres de la province d'Allemagne[952]. Même information annotée dans Lehmann et Patzner 2004, p. 19 (note 6).
  109. Paul Vincent Smith indique à tort que fr. Gebhard n'apparait jamais avec un titre régional[954]. Dans la source qu'il cite pour 1244, Gebhard est pourtant mentionné comme « preceptori domorum militie Templi per Alemanniam »[955],[956].
  110. Trois documents en relation avec son frère, Emcho (de), évêque de Freising. Le premier en langue germanique où il a le titre de « maister Weilent » (p. 454, doc. 413, août 1295), les deux suivants en latin et il y apparaît sans titre particulier (p.460, doc. 419, sept 1297) dont un qui stipule bien qu'il n'est plus maître en Allemagne, « Fridericus quondam magister Templi » (p. 457, doc. 416, oct. 1296)[962]. Dans ce même ouvrage, figure une charte de 1285 où il est maître, p. 429, doc. 392.
  111. Cette charte date bien du 7 mai mais il parait plus plausible que ce soit l'an 1302 et non 1303 car dès avril 1303, on trouve Frédéric de Alvensleben qui est maître de cette province et qui tient un chapitre provincial à Lietzen (Leśnica). Ce maître est sans doute mort peu avant.
  112. Maître ou simplement commandeur de Prague ? Le titre de maître (magister) était généralement réservé aux maîtres de province mais on trouve habituellement l'expression magister domorum templi in... à savoir le maître des maisons du Temple d'une région donnée. Concernant la province d'Allemagne au sens large, fr. Widekind est attesté en 1262[981], 1268, 1271 et 1279[982]. Ces maîtres étant en général nommés pour 4 ans, on ne peut pas affirmer qu'il était à la tête de cette province en 1267 ou qu'il a conservé cette maîtrise sans interruption de 1261 à 1279. Mais on ne peut pas pour autant être certain que Sulislav occupait une fonction autre que celle de commandeur d'une maison du Temple, en l’occurrence Prague.
  113. Quelques noms des autres templiers présents en Moravie à cette période apparaissent dans d'autres documents de ce même ouvrage: fr. Cuno, fr. Cunradus (Commanderie de Jamolice, 1242)[985]
  114. Pour les templiers de Doncourt et de Pierrevillers (Henry 2006, p. 98). Concernant ceux de Norroy et de Marbotte en 1228 (Roger 2001, p. 112). Déjà en 1160 pour la commanderie de Marbotte mentionné par Auguste Digot (Digot 1868, p. 278-279). À priori ce serait Guillaume Pavet mais l'auteur ne le précise pas. On voit aussi le commandeur de Bourgogne et de Lorraine Aymon Oisiliers intervenir en 1300 (Clouët 1870, p. 80).
  115. Guillaume de Mallain qui n'est autre que Guillaume de Malay, le commandeur de la province de France entre 1283 et 1285 (Demurger 2008, p. 162, 313). Auguste Digot supposait à tort qu'il était commandeur de Brouvelieures (Digot 1868, p. 285) et Michel Henry indique qu'il était peut-être maître de Lorraine (Henry 1998, p. 111).
  116. a et b Dans les interrogatoires du procès de l'ordre, Aymon d'Oiselay est presque toujours cité comme Maréchal de l'ordre, rang qu'il occupait au moment de l'arrestation des templiers mais aussi comme commandeur de la bailli de Bourgogne (Burgtorf 2008, p. 463-464)(Schottmüller 1887, p. 169 (n°6), 199 (n°49)) en 1303. Il apparaît également dans des documents relatifs aux templiers de Lorraine ⇒ En 1296, Jean Haimmes d'Oixeleir (Huguenin 1853, p. 20) ; En 1300, frère Hennes d'Oixelier ou d'Oiseley (Clouët 1870, p. 80) ; En 1302, Aymon du Zelet (Henry 2006, p. 72) à chaque fois commandeur de Lorraine. Michel Henry mentionne, sans doute à tort, Aymon du Zelet comme commandeur de Virecourt (1298-1302)(Henry 2006, p. 75). Une autre charte de 1302 où l'on voit frère Hannes, maître et commandeur de la baillie du Temple [Il s'agit toujours d'Aymon Oiselay] confirme ce regroupement entre la Lorraine et la Bourgogne puisqu'on y trouve la mention des commandeur de Xugney, Pierrevillers, Metz et La Laigne en Bourgogne (Hammerstein 1895, p. 24 (n°72)). Pierre-Vincent Claverie a publié un article sur ce dignitaire[1 011] (source non consultée) tout comme Jochen Burgtorf mais ce dernier ne mentionne pas la période en Lorraine[443].
  117. Erreur initiée par Digot 1868, p. 287 et reprise par Michel Henry (Henry 2006, p. 72, 75) qui le qualifie pourtant bien de maître de Lorraine (Henry 2006, p. 97) sur la base d'un acte de février 1239 qui concerne la commanderie de Norroy et dans lequel son titre est bien celui de maître de Lorraine (Bonnardot 1873, p. 247), (Philippe et Florence 2004, p. 183).
  118. Accord de paix entre les templiers de Lorraine et Wacelon d’Avilliers: p. 17, onzième charte. Y figure également Raoul d'Apremont: « par l'o_troi et par lo crant de freire Rou d'Aspremont, et des altres freires ». La commanderie de Marbotte n'est pas explicitement citée mais comme cette charte provient du cartulaire de Marbotte, on peut supposer que Raoul d'Apremont en est alors le commandeur.
  119. (la): præceptor domorum Templi de Mucia et de Ballivia, præceptor de la Musce et de Belleville. E.G Léonard pense que cela correspond à la baillie de Bourgogne.
  120. a et b Michel Henry indique 1264-1287 (Henry 2006, p. 72) sans interruption mais cette proposition paraît infondée, tout comme celle d'Hammerstein: 1275-1288 (Hammerstein 1895, p. 6) mais elle est partagée par Jean-Marc Roger 2001, p. 114. La pierre tombale du frère Jean (oratoire de Metz) suggère que ce dernier a été maître de Lorraine de 1275 à février 1288, 13 ans (Trapp et Mercier 2008, p. 41). Frère Martin retrouve éventuellement ce rang à la suite de son décès avant de céder la place à Jean de Mars (1289). On retiendra plutôt les dates données par Émile-Guillaume Léonard, à savoir 1269-1274 sachant qu'il a lu la publication d'Hammerstein. Commandeur de Metz Durant l'intervalle ? Il faudrait pour cela vérifier deux documents mentionnés par Hammerstein relatifs à la commanderie de Metz et dans lesquels Martin apparaît car il indique qu'il y figure comme « maître de Lorraine »: 1275 et 1277 (Hammerstein 1895, p. 18, n°32 et 34) provenant de l'inventaire des titres de la commanderie magistrale du petit Saint-Jean de Metz, f.12-13, anciennes archives du grand prieuré de Champagne (Voulaines), aujourd'hui archives de Moselle, série H 4601, registre de Voulaines, n°16 et 19. La note descriptive de ces deux documents a été reprise par Michel Henry (Henry 1998, p. 256, n°127 et 129) mais pas le texte original.
  121. Il existe un 3° acte pour 1271: traité de réconciliation entre Martin, commandeur de la baillie de Lorraine et le chapitre de Saint-Die, cf. N. F. Gravier, Histoire de la ville épiscopale et de l'arrondissement de Saint-Dié, Épinal, 1836, p. 157, lire sur Google Livres.
  122. Archives départementales de la Meuse, 4 H 6, p. 222. Charte issue d'un recueil de copies du XVIIe siècle que Jean-Marc Roger qualifie de suspecte (Roger 2001, p. 113, note 6-7). Peut-être une simple erreur de date du copiste ? À rapprocher éventuellement de la période du frère Jean qui fut maître pendant treize ans et qui est mort en février 1288[1 042]. Cette charte pourrait plutôt dater de 1284 puisque frère Martin est formellement attesté entre 1269 et 1274.
  123. Michel Henry considère à tort que le frère Hannes mentionné par Hammerstein et Aymon du Zelet qui apparaît dans les pièces du procès (Aymo deu Zelet, Michelet 1851, p. 268) sont deux individus distincts[1 017]. La période 1296-1306 proposée par Hammerstein[1 027] va un peu trop loin mais il s'agit bien de Aymon d'Oiselay que l'on trouve déjà en 1296[1 048]. On trouve ensuite Henri de Vauquelours en 1304 puis frère Demanges, dernier commandeur connu en 1306, Cf. (Roger 2001, p. 115).
  124. Information donnée par Michel Henry sur la base d'une assertion qu'il tire des interrogatoires publiés par Michelet: Dans Itinéraires templiers en Lorraine, p. 126, il parle de l'interrogatoire du « frère Gérard, sergent du Temple de la commanderie de Virecourt qui indique avoir été reçu par Aymon d'Oyselier, commandeur » or la référence qu'il mentionne correspond à l'interrogatoire du frère Raynaldus Belli Pili , reçu à Payns par Jean de Mars et qui indique avoir assisté à la réception de frère Gérard dans la chapelle de Virecourt par Aymon d'Oiselay mais il ne précise pas qu'il en était le commandeur (Michelet 1851, p. 267-268). Dans Les ordres militaires en Lorraine, p. 75, on constate la même assertion, Michel Henry partant du principe qu'il ne devient maître de la baillie qu'en 1302 et qu'il était commandeur de Virecourt avant, au moins depuis 1298 lorsqu'il est aux côtés d'Hugues de Pairaud toujours sur la base des pièces du procès (Michelet 1851, p. 263-268). Mais qu'il s'agisse de l'interrogatoire du frère Johannes de Chali ou de celui de Raynaldus Belli Pili, jamais ils ne précisent son rang et encore moins qu'il était commandeur de Virecourt. Il était déjà commandeur de la baillie de Bourgogne et de Lorraine et non de cette maison.
  125. a et b Charte du frère Domange du 05 janvier 1306 relative à un don fait aux templiers et à une prébende accordée par lui et dans laquelle on trouve le nom de plusieurs commandeurs: qu'alors estoient Commandeur, Scavoir, à Lineyville, seigneur Henri, Aumosnier du duc de Lorraine, Frere Louis à Gilocourt, Freire Piere Commandour de nostre Maxon de Mes & de Pierrevillers. (François et Tabouillot 1781, p. 244). Jean-Marc Roger en déduit qu'il devait déjà être maître de la baillie de Lorraine bien que son titre ne soit pas précisé (Roger 2001, p. 115 (note 10))
  126. Archivo Histórico Nacional, Tumbo Menor de Castilla, nº 101, pp. 337- 339. Publié dans O'Callaghan, Hermandades between the Military Orders[1 113], publication partielle dans Mascareñas, Apología en 1651[1 114].
  127. « quinque regnis Hyspanie » soit les cinq royaumes d'Espagne. Avis divergents selon les auteurs quant à l'aire géographique concernée. La source dans laquelle est publiée cette charte indique que cela correspond à: Portugal, León, Castille, Aragon et Navarre[1 124] mais ce n'est pas l'avis de Gonzalo Martínez Díez qui infirme cette hypothèse (León, Castille et Portugal uniquement)[1 125]. Ferdinand III de Castille était roi de Castille depuis 1217 et du León à partir de 1230 reformant ainsi la couronne de Castille.
  128. L'acte où il apparaît ne serait pas de 1239 mais de 1228 d'après Pereira Martínez[186] qui se base sur l'édition révisée de l'ouvrage de Viterbo par Mário Fiúza[1 129]. José Manuel Capêlo n'est pas de cet avis, le donne comme maître des trois royaumes de 1239 à 1242, élu lors d'un chapitre en mai 1239, il ne mentionne qu'un seul acte en juin 1239 relatif à la donation faite à Fonte Arcada (pt) par Froilhe Hermigues (Fruíla Ermiges) de Lauredo ((la): « quam habeo in Lauredo prope Caldis de Arregos »[1 130]. À priori Louredo de Baixo, Miomães (pt)) près de Caldas de Aregos (pt)), Santa Olaia (pt) et Cinfães[1 131]. Froilhe Hermigues ayant déjà donné Vila Franca de Xira[1 112],[1 132] et toutes ses possessions en Castille et au Portugal en 1228[1 133]. Les sources primaires ont été publiées dans un ouvrage du XVIIIe siècle (Bernardo da Costa, 1771), deux documents tous deux datés de 1277[1 134] dans le calendrier julien, donc 1239.
  129. a et b Date indéterminée, les retraits relatifs à cet événement ne mentionnent pas de date[185] mais postérieur à juillet 1239 et antérieur à la nomination de Martín Martínez qui est attesté en 1241.
  130. a et b « Et quant il fu mort frere Adam dist que il estoit en luec de Comandeor, et frere Reimont de Lunel dist qu'il avoit esté avant de lui, et sur ce orent contrast; »[185]
  131. À partir de juin 1247 si on suit l'opinion de Carlos Pereira Martinez[208] qui prend sa source chez Viterbo[1 143] sachant que ce dernier cite le Torre do Tombo, Leitura Nova, liv. 53 (Livro de Mestrados), fol. 36. La classification des archives nationales portugaises a été modifiée depuis, le « livre des maîtres » ayant été numérisé (lire en ligne) mais la charte relative à la donation de Maria Paes dans laquelle il apparaît (fol. 36) semble avoir été perdue ou tout au moins n'a pas été numérisée, cf. l'index des documents numérisés et rattachés à ce livre (même lien). Les historiens portugais proposent 1248[1 144],[1 145] comme année d’élection partant du principe qu'il n'aurait remplacé Martim Martins (Martín Martínez) qu'à la suite de son décès en avril/mai 1248 (après 9 mois de siège) pendant le siège de Séville. Rien ne permet d'affirmer que Martín Martínez était toujours maître des trois royaumes pendant ce siège, tout au moins on sait qu'il y a participé et qu'il y a été tué grâce à une chronique de l'époque[1 137], une autre chronique confirmant la présence autour de Séville de Pedro Gómez, maître des trois royaumes le 05 mai 1248[1 146].
  132. Officiellement il est resté maître des trois royaumes jusqu'en 1288 mais dans les faits, Gómez García est le seul à acter en Castille et León à partir de 1285 bénéficiant de l'appui du nouveau roi Sanche IV de Castille[187].
  133. Nombreuses sources contradictoires[176],[1 112],[1 114],[1 164],[1 165],[1 166],[1 162],[1 167].L'opinion des historiens portugais est qu'il était maître de Portugal de 1224 à 1229 et des trois royaumes d'Espagne[205] mais ce n'est pas l'avis des historiens espagnols notamment Pereira Martínez[1 098].
  134. Donation de Froilhe Hermigues dont on peut consulter l'original aux archives nationales du Portugal[1 133] ou lire la transcription dans Costa 1771, p. 265-266 (doc. 49). Il préside également le chapitre provincial de l'ordre à Castelo Branco cette année là[1 112]. On trouve également mention de ce maître dans les archives de l'ordre de Calatrava en tant que maître en Castille et León[1 114] à priori en 1228[1 169].
  135. Sénebrun de Pins, commandeur de Montsaunès. C'est à priori ce dignitaire qui devient commandeur de la baillie d'Argentens (baillie de l'Agenais) vers 1290. La période proposée par Antoine du Bourg en tant que maître de l'Agenais, à savoir 1286-1290 (Bourg 1883, p. 25) est remise en cause par cette charte de Coutumes où il est toujours commandeur de Montsaunès et de sa baillie.
  136. Source indirecte, interrogatoire du frère Pons Seguin (Poncius Seguini) interrogé en 1310 qui indique qu'il a été reçu 22 ans auparavant à Montpellier par Pons de Brozet qui était alors : « tunc magistrum provincialem dicti ordinis in istis partibus citra marinis »[1 193]. Dans le même document, le frère précédent Guillelmus Penchenati indique avoir été reçu il y a 15 ans (c.1195) lorsque Pons de Brozet était commandeur de Provence (Poncius de Brozeto, magister tunc dicti ordinis in Provincia). Permet de corroborer l'opinion de Trudon des Ormes à partir des documents de Baluze concernant 1196 en Provence[1 194]. On trouve une deuxième mention relative à la fonction de maître cismarin de Pons de Brozet cumulée avec la maîtrise de Provence : Johannes de Urferia, reçu à Jalès entre 13 et 15 ans auparavant par « Poncius de Brozeto, miles, magister dicti ordinis in Provincia & in partibus citra marinis »[1 195]
  137. À titre d'exemple, une charte de 1278 où on trouve Pierre de Sombrun contient : « Preceptores de Argentino et de Bodraco et de Viuses, procuratores Magistri Militie Templi in Provincia »[1 209] ⇒ Les commandeurs d'Argentens, de Bordères et de Vieuzos, procurateurs du maître de la chevalerie du Temple en Provence.
  138. Dans son ouvrage, aucun commandeur de Brulhes[1 211] n'apparait avec le titre de commandeur/maître de l'Agenais contrairement à de nombreux commandeurs d'Argentens[811],[1 212].
  139. En 1284, le frère Ripertus est « comandayre de las mayos de la cavalaria del Temple entre Garona e Dordonha ». Bertrand de la Selve, commandeur de Brulhes (1288-1290) est qualifié de « comandaire del Temple de Brulhs e de las autras mayos del Temple que son entre Guarona e Dordonha » en 1290[812], il s'agit donc des possessions au nord de la Garonne. D'après Antoine du Bourg, Bertrand est ensuite lieutenant (tenant lieu, locum tenens) de la baillie de l'Agenais (1290-1295)[811] et on retrouve la même information chez Monique Sieuzac[816] sauf que ce dignitaire est connu comme commandeur de Jalès en 1291. Certaines imprécisions chez Antoine du Bourg invitent à vérifier cette assertion.
  140. En contradiction avec la liste proposée par Antoine du Bourg qui indique Forlamer de Seados (1230-1236)[811]. Cet auteur ne le mentionne que comme commandeur d'Argentens.
  141. Voir Martin de Nesse, son prédécesseur attesté en 1230 et 1233[1 215].
  142. Commandeur d'Argentens et des maisons du Temple en Agenais sous la Garonne. Bruhles est alors chef-lieu de baillie pour les possessions dans l'Agenais entre la Garonne et la Dordogne. Son titre est similaire à celui de 1262 avec de légères variantes dans l'intitulé selon les années: 1263 ⇒ « e de las autras maizons d'Agenes desa Garona », 1264 ⇒ « comandaire de la maizon d'Argente, e de totas las autras maizons d'Agenes desa Garona », 1265 ⇒ « comanador de la mazon del Temple d'Argente e de las autras maizons d'Agenes desa Garona », 1267 ⇒ « comanador de la maizon de la cavalaria del Temple d'Argente e de las autras maizons d'Agenes desa Garona » (Clemens 1997, p. 26, 28, (note 123)). Émile-Guillaume Léonard indique 1267 comme dernière année (Léonard 1930, p. 83).
  143. Partant du principe qu'à cette époque, les commandeurs d'Argentens étaient systématiquement maîtres de la baillie de l'Agenais. C'est un fait avéré depuis fr. Martin de Nesse en 1233 jusqu'à au moins Bernard de La Roche en 1289. Il n'y a qu'à l'époque des maîtres de Gascogne que l'on trouve des commandeurs d'Argentens distincts. Dans le cas présent, il semble commandeur des templiers de l'Agenois, acte à Romestaing où P. de San Pau était alors le commandeur. Il faudrait consulter le document original (archives du département de la Haute-Garonne, Fonds de Malte, H MALTEINV 36, commanderie d'Argentens, Romestaing L. I.) car les diverses interprétations qui en ont été faites paraissent contradictoires (cf. Bourg 1883, p. 403 ; Dubourg 2003, p. 131). Antoine du Bourg indiquant commandeur de Romestaing alors que Émile-Guillaume Léonard ne le mentionne pas que ce soit comme commandeur d'Argentens ou de Romestaing. Pierre Barrau (Petrus Barraus) est mentionné à tort par Dubourg, il apparait à Romestaing en 1167, pas en 1267 (Léonard 1930, p. 83). « maester d'Agenes, a Romestang » ?
  144. En 1271, frère Arnaud d'Aule, commandeur du Temple règle un litige concernant l'église Saint-Vincent-du-Temple de Port-Sainte-Marie qui dépendait de la commanderie d'Argentens (Dubourg 2006, p. 21). Pourrait être Arnault Dauron, le commandeur d'Argentens attesté en 1273-1275.
  145. Généralement mentionné de 1163 à 1175 par les auteurs qui suivent la chronologie proposée par Antoine du Bourg[811],[816]. Les débuts supposés en 1163 sont en contradiction avec son prédécesseur Bernard Guilhem d'Aspet que l'on trouve au moins jusqu'en 1267[812],[1 215],[1 214]. E.G Léonard ne le mentionne que comme commandeur d'Argentens (1273-1275). C'est d'ailleurs uniquement avec ce titre qu'on le trouve dans deux chartes de l'année 1174[1 187] mais la plupart des commandeurs connus d'Argentens au XIIIe siècle sont attestés comme commandeurs de la baillie de l'Agenais au même moment.
  146. En 1283, on trouve également une charte rédigée à Montpellier, mais sans le nom du dignitaire, qui mentionne le « preceptor domus milicie templi de Argenteno Agennensi ultra Garonnam » (Clemens 1997, p. 28). Vraisemblablement Pierre de Sombrun.
  147. a et b Nombreuses sources contradictoires. Sans doute le même dignitaire que le commandeur de Montsaunès que l'on trouve en 1278-1280 et 1287 selon Émile-Guillaume Léonard (Léonard 1930) mais également en 1288 puis en 1302-1303 (cf. les commentaires sur ce dignitaire). Les dates proposées par Antoine du Bourg comme commandeur de l'Agenais (1286-1290) se chevauchent avec une de ses périodes à Montsaunès (1287-1288) et il n'y a rien qui permette de penser que le commandeur de Montsaunès et celui d'Argentens sont deux individus distincts. Monique Sieuzac indique par ailleurs commandeur d'Argentens de 1290 à 1293 et Thézan-Gaussan indiquait avoir trouvé une charte dans le fonds de Malte où il est commandeur d'Argentens en 1290 (Thézan-Gaussan 1879, p. 123). On trouve également Bertrand de la Selve, connu comme commandeur de Brulhes, qui est mentionné par Antoine du Bourg comme lieutenant du commandeur de la baillie d'Agenais (« tenens locum », en l'absence ou en attendant la nomination du commandeur) entre 1290 et 1295 (Bourg 1883, p. 25). Cette information d'Antoine du Bourg est plutôt à prendre dans le sens en 1290 puis en 1295 car la charge de lieutenant (tenant lieu) était provisoire. Comme il ne s'agit que de sources indirectes et faute de pouvoir consulter les chartes relatives à Argentens dans lesquelles ces deux dignitaires apparaissent (H Malte,fonds d'Argenteins), on ne peut pas donner la période exacte pendant laquelle Sénébrun de Pins a été commandeur de l'Agenais et d'Argentens. Mais à priori pas avant 1290.
  148. Mentionné dans le procès de l'ordre du Temple, interrogatoire de Hugo de Calmonte en janvier 1311. Il se trouvait à Toulouse (Senebruno de Puni) lorsque Pons de Brozet (Poncius de Broet), maître de la province de Provence a reçu ce templier dans l'ordre il y a 16 ans donc vers 1295/96 (Michelet 1841, p. 402-403). lire sur Google Livres. Le premier templier cité après Pons de Brozet est Guillaume de Folhaquier (Guillelmus de Folhaquerio), connu comme lieutenant puis comme commandeur de La Selve en 1287 et 1289 (Léonard 1930). Mentionné une deuxième fois (interrogatoires du 22 mai 1310 au Verger, Clermont-Ferrand): « fratrem Senebrunum de Prani militem, ... preceptorem tunc de Montsannes » ayant reçu Guillelmus de Cardalhac il y a 13 ans (donc vers 1297) dans la chapelle de la maison du Temple de Boudrac (Bendra) (Michelet 1851, p. 256-257
  149. Il a été commandeur de Montsaunès plusieurs fois car d'autres noms s'intercalent, notamment Bernardus W. d'Espello (1279) et Arnaud de Calmont (Arnaldus de Cavomonte, 1290) (Léonard 1930) et on peut affiner ces périodes à partir des chartes de coutumes de Montsaunès et de Plagne mais aussi grâce à deux interrogatoires du procès. Par contre les dates proposées par Antoine du Bourg sont en contradiction avec Émile-Guillaume Léonard.
  150. Sources divergentes sur le toponyme qui correspond à (la): « Gravinha ». Damien Carraz l'associe à Gauzignan (Saint-Césaire-de-Gauzignan?) . Antoine Du Bourg proposait Graynhia (Bourg 1883, p. 394), ce qui semble correspondre à Grignan dans la Drôme or on ne trouve aucun document dans les archives du Dauphiné avec cette graphie. On voit également Barrau de Grasillon (Grésillon?) et Bernard de Graigne (Thézan-Gaussan 1879, p. 123) qui doivent être un seul individu. Monique Sieuzac propose Graulhet dans le Tarn (Sieuzac 2007, p. 18).

Références[modifier | modifier le code]

Modèle:Références nombreuses

Modèle:Portail