Laimont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Laimont
Laimont
Voie romaine Reims-Toul à Laimont.
Blason de Laimont
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Bar-le-Duc
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Revigny-sur-Ornain
Maire
Mandat
Didier Laurent
2020-2026
Code postal 55800
Code commune 55272
Démographie
Gentilé Limounis [1]
Population
municipale
451 hab. (2018 en diminution de 0,44 % par rapport à 2013)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 06″ nord, 5° 02′ 28″ est
Altitude Min. 147 m
Max. 195 m
Superficie 10,77 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Bar-le-Duc
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Revigny-sur-Ornain
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Laimont
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Laimont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laimont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laimont
Liens
Site web http://www.laimont.fr/

Laimont est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Laimont est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bar-le-Duc, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 86 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (80,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (42,1 %), prairies (28,7 %), forêts (15,4 %), zones agricoles hétérogènes (6,3 %), zones urbanisées (4,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,8 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans cette commune on retrouve Fontenoy, un petit village qui fut à l'époque un village de 121 habitants. Il fut complètement détruit lors de la Première Guerre mondiale. Deux maisons ont survécu à la Seconde Guerre mondiale. Elles se trouvent à 1,2 km de Laimont.

Il existe non loin, deux fermes dites de Gros terme et Saint Hould.

Le c'est le « combat de Laheycourt, Villers-aux-Vents, bois de Laimont ».
En se rendant sur les crêtes au nord de Villers-aux-Vents (cote 190), le 31e régiment d'infanterie se heurte à l'ennemi à Laheycourt; en combattant, il va occuper la position assignée qu'il défend avec acharnement toute la matinée malgré des pertes considérables.
Mais le ravitaillement en cartouches des unités se fait difficilement et le repli s'exécute sur Laimont, où le régiment reçoit l'ordre d'organiser et de tenir coûte que coûte la lisière du bois à l'est de ce village, au nord de la route de Bar-le-DucChâlons.
Du 7 au , le régiment tient cette position sans défaillance. Malgré les pertes causées par les violentes rafales d'artillerie ennemie, malgré la faiblesse des effectifs, le régiment résiste vigoureusement à toutes les tentatives ennemies de forcer nos lignes.
Le , l'ennemi bat en retraite et la poursuite commence dans la direction du nord par Belval, Froidos, Avocourt.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[9] :

  • total des produits de fonctionnement : 555 000 , soit 1 193  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 404 000 , soit 869  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 432 000 , soit 930  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 217 000 , soit 468  par habitant ;
  • endettement : 527 000 , soit 1 132  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 8,29 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 16,09 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 23,99 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Pierre Parisse UMP Conseiller général du canton de Revigny-sur-Ornain (2000-2008)
2008 mai 2020 Philippe Vautrin    
mai 2020 En cours Didier Laurent [10]   Agent de maîtrise

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2018, la commune comptait 451 habitants[Note 3], en diminution de 0,44 % par rapport à 2013 (Meuse : −3,51 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
750754737749773756758771773
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
678695683652656632624576528
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
561509461329336320313336328
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
371341344410451441436451464
2018 - - - - - - - -
451--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le Festival des granges (sous-titré sur la route des guitares acoustiques) s'y déroule fin août depuis 2004. Ce festival de musique a pour thème la guitare acoustique dans différents styles (chanson, jazz, blues, pop, world music...)[15].

Il y a beaucoup d'activités grâce au L.A.S (Laimont association sportive ) dirigée par monsieur Didier Laurent.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune accueille un site de stockage de déchets dangereux[16] (voir : Gestion des déchets dans le Grand Est).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Remi.
Le monument sur la route vers Bar-le-Duc.
  • Une voie romaine Reims-Metz traversait le territoire de la commune d'ouest-nord-ouest à est-sud-est, en suivant les actuelles routes départementales D 75 et D 994.
  • Une église du XVe et XVIIe siècles, dédiée à Saint Rémy, classée MH le [17] propriété de la commune, mais qui initialement faisait partie du château. Statue[18] de la Vierge à l'Enfant dite de Sainte Hoïlde (classée MH) en pierre taillée peinte (polychrome) du XVIIIe siècle; hauteur : 152 cm. Cloche[19] dite de l'an XII, en bronze qui chante le Fa dièse 3, datant de 1803 (hauteur : 93 cm, diamètre : 95,5 cm).
  • Monuments commémoratifs[20].
  • Un monument en hommage au lieutenant Boncourt, aviateur qui s'est écrasé sur le terrain de la commune le en se rendant à Toul[21].
  • On peut aussi trouver le lavoir, à l'époque une tuilerie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les 2 Justes parmi les Nations de la commune :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Laimont Blason
De gueules à trois lions d'or.
Détails

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meuse-55
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 22 mars 2015 sur l'Internet Archive).
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. Site du festival
  16. http://infoterre.brgm.fr/rapports/78-SGN-095-LOR.pdf
  17. Notice no PA00106547, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Statue : Vierge à l'Enfant dite de Sainte Hoïlde », sur https://www.pop.culture.gouv.fr/ (consulté le ).
  19. « Cloche dite de l'an XII », sur https://www.pop.culture.gouv.fr/ (consulté le ).
  20. Monument aux Morts; Plaque commémorative; Monument commémoratif 5e Corps d'Armée; Vitrail commémoratif
  21. Lieutenant Marie Henri Antoine Boncourt