Grand (Vosges)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Vosges
Cet article est une ébauche concernant une commune des Vosges.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Grand
Grand
Amphithéâtre de Grand.
Amphithéâtre de Grand.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Canton Neufchâteau
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Neufchâteau
Maire
Mandat
Didier Poilpre
2014-2020
Code postal 88350
Code commune 88212
Démographie
Gentilé Grandésinois ou Grandésiniens
Population
municipale
404 hab. (2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 10″ Nord 5° 29′ 12″ Est / 48.3861111111, 5.48666666667
Altitude 370 m (min. : 331 m) (max. : 443 m)
Superficie 36,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Grand

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Grand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grand

Grand est une commune française située dans le département des Vosges, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Cité religieuse importante au temps de l'empire romain, peuplée à l'époque d'environ 20.000 habitants, ayant vu la construction d'un amphithéâtre de 17.000 places, d'une basilique avec une mosaïque restée sur son emplacement d'origine, une des plus étendue et coloriée d'Europe occidentale, et probablement d'un temple très important dédié au dieu Apollon sur une source gauloise, ayant vu la visite de plusieurs empereurs romains, elle est tombée dans l'oubli au cours du moyen âge. Sa situation à l'écart des routes commerciales, sur un plateau calcaire isolé, explique que la population est tombée au chiffre d'environ 400 habitants. Ses vestiges archéologiques importants font l'objet d'études dans le cadre du Site archéologique de Grand.

Ses habitants sont appelés les Grandésinois ou plus couramment Grandésiniens.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe à 22 km à l'ouest de Neufchâteau, aux confins du département des Vosges, à la limite du département de la Haute-Marne et de la Meuse sur un plateau calcaire entouré de forêts.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Camille Jullian écrit « La moitié de la vie dévote, pour le moins, se passe auprès des fontaines ; et les lieux de rendez-vous les plus populaires, ceux où l'on rassemble le plus d'idoles, de chapelles et de croyants, sont ceux où la multiplicité des eaux peut faire croire aux hommes que les dieux y tiennent assemblée » et fait naître l'hypothèse d'un temple des eaux appartenant à Apollon Grannus situé à Grand [1]. Il met en relation Grannus et le site de Grand, « ville mystérieuse où mille dévots se donnaient rendez-vous » (Jullian 1920-1926, t. VI, p. 47), que Caracalla aurait visitée (Jullian 1920-1926, t. VI, p. 44), où Constantin aurait eu la vision d'Apollon accompagné de la Victoire (Jullian 1920-1926, t. VII, p. 107), ou citée par la Passion tardive de saint Élophe[2] martyrisé en compagnie de sa sœur Libaire par l'empereur Julien. D'après Jullian, Apollon aurait été l'héritier de l'antique dieu gaulois Bélénus (Jullian 1920-1926, t. VII, p. 106-107).

Cette hypothèse, confortée par la présence probable d'une importante source, se transforme progressivement en certitude : tout en citant la position réservée d'Auguste Allmer, pour qui Grannus n'était pas un dieu de la Gaule (Allmer 1890, p. 298-302), Albert Grenier note que « c'est à Grannus, surnom d'Apollon, que l'on rapporte l'origine du nom de Grand (Vosges). »[3]. Il est à noter que la ville de Grand est identifiée sous le nom de Andesina sur la Table de Peutinger, et que le nom de Grand serait un dérivé du nom du dieu Grannus, la ville ayant été le siège de l'Aquae Grannus. Cette origine expliquerait aussi le nom de la gentilé des habitants de Grand, dénommés Grandésiniens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Site archéologique de Grand.

Le nom antique de Grand serait Andesina selon la "Table de Peutinger", carte routière de l'époque romaine recopiée au Moyen Âge.

Les nombreux témoignages de la présence romaine dans les villages environnants ne font que confirmer la situation de ce centre gallo-romain au croisement de voies terrestres militaires et commerciales : Liffol-le-Grand, Soulosse-sous-Saint-Élophe, Naix-aux-Forges...

Il a en effet pris une importance notable comme en attestent les vestiges d'aménagement hydraulique et de lieux de spectacles, sans commune mesure avec la localité à l'époque contemporaine. Longtemps considéré par les archéologues et les historiens comme étant une ville-sanctuaire, dédiée au dieu Apollon et à son homologue Grannus, le temple en question n'a pourtant pas été retrouvé (il se trouverait en dessous de l'église actuelle). On considère toutefois la cité antique comme une agglomération secondaire, comprenant environ 20 000 habitants.

Andesina se trouvait sur le territoire des Leuques et ce plateau sans rivière était alimenté en eau par des aqueducs souterrains[4],[5].

Quelques périodes ou dates religieuses sont proposées :

  • 80 : Construction de l'amphithéâtre débutant sous le règne de l'empereur Titus
  • 213 : Hypothèse (infirmée par les historiens actuels) du passage de Caracalla à Grand ;
  • 1789 : Colmatage de la source miraculeuse de sainte Libaire[7].

L'essentiel de la redécouverte de cette cité gallo-romaine oubliée se place dans les deux derniers siècles au plan archéologique.

En 2012, le conseil municipal engage les procédures afin de renommer la commune « Grand-la-Romaine ». Le dossier a été déposé en préfecture sans que, après avis du sous-préfet de l'arrondissement de Neufchâteau, la consultation préalable de la population annoncée par le maire ait été organisée (voir les Potins du conseil du 15 juin 2012). Le Conseil Général des Vosges, consulté en 2013, a émis un avis favorable. Les autres autorités consultées ne se sont pas encore prononcées. La décision sera prise par décret en Conseil d'État (article L.2111-1 du code général des collectivités territoriales).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[8] :

  • total des produits de fonctionnement : 458 000 €, soit 1 055 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 280 000 €, soit 646 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 234 000 €, soit 538 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 172 000 €, soit 395 € par habitant.
  • endettement : 136 000 €, soit 314 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 19,20 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 6,95 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 16,72 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 mars 2001 Guy Lejeune    
mars 2001 mars 2008 François Florion (1951-2015)   Agriculteur
mars 2008 mars 2014 Jean-Louis Mongin    
mars 2014 en cours Didier Poilpré    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Avec Rouvres-en-Xaintois, Aouze et Soulosse-sous-Saint-Élophe, Grand est l'une des quatre communes vosgiennes à avoir manifesté son intérêt pour les investigations conduites par l'ANDRA dans le cadre de la recherche d'un site susceptible d'accueillir un centre d'enfouissement de déchets nucléaires de type FA-VL (Faible Activité Vie Longue). Les deux premières communes se sont désistées.

Le nouveau conseil municipal issu du scrutin de mars 2014 a adopté le 4 juin 2014, à l'unanimité des membres présents et représentés (9), une délibération qui annule la candidature de Grand décidée par l'ancien conseil le 2 juillet 2008.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 404 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
1 079 1 164 1 174 1 209 1 254 1 300 1 314 1 292 1 244
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 270 1 259 1 195 1 193 1 182 1 130 1 070 974 917
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
821 645 631 635 616 568 581 577 629
1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012 2013 -
593 595 540 509 459 459 406 404 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Statue équestre de Jupiter (Musée lorrain)
Article détaillé : Site archéologique de Grand.
Article détaillé : Amphithéâtre de Grand.
  • Avec sa capacité de 17 000 places, il se classe parmi les dix plus vastes du monde romain. En 1995, une couverture de gradins en bois a été installée dans un souci de préservation. Il fait partie des « semi-amphithéâtres ».
  • Une mosaïque de 232 m2 a été dégagée en 1883, une des plus grandes en Europe.
Article détaillé : Mosaïque de Grand.
  • Vestiges de remparts qui entouraient initialement le village (la « voie close »)
  • Église Sainte-Libaire construite sur un site antique (occupé par un temple d'Apollon) entre la fin du XVe siècle et la première moitié du XVIe siècle, restaurée à la fin du XVIIIe siècle[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal, 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Grand p. 583
  • Jean-Paul Bertaux, Pierre Deletie, Yves Lemoine, De la truelle ... au radar : 30 années de recherches géophysiques à Grand, Vosges
  • René Dinkel, L'Encyclopédie du patrimoine (Monuments historiques, Patrimoine bâti et naturel - Protection, restauration, réglementation. Doctrines - Techniques - Pratiques), Paris, éditions Les Encyclopédies du patrimoine, , 1512 p. (ISBN 2-911200-00-4)
    Chapitre X Les espoirs des laboratoires 2 - La prospection géophysique, pp 270-273
  • Thierry Dechezleprêtre (dir.), Sur les traces d'Apollon : Grand la Gallo-Romaine, Paris, Somogy Éditions d'Art, , 128 p., 100 ill. (ISBN 9782757203521)
  • Collectif, Grand : Prestigieux sanctuaire de la Gaule, Dijon, Archéologia, coll. « Les dossiers d'archéologie » (no 162),
    Ouvrage de synthèse sur la ville gallo-romaine
  • Edmond Frézouls (dir.), Les villes antiques de la France, Belgique 1, AECR, Strasbourg, 1982, p. 177-234
  • Amphithéâtre gallo-romain; Mosaïque de la basilique gallo-romaine, par Olivier Petit, Patrimoine de Lorraine, 2015
  • Chiffres clés publiés par l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Dossier complet
  • Inventaire national du patrimoine naturel de la commune
  • Cavités souterraines : cavités naturelles : LORAW0018218 Réseau de l'Eglise; LORAW0018217 Réseau Sud; * LORAW0018220 Puits de la Basilique. Ouvrages civils : LORAW0018219 Réseau du Grand Jardin - entrée rue du Bois; * LORAW0017415 Aqueduc de la rue du Bois

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (Jullian 1920-1926, tome VI, p. 56)
  2. Actes des Saints 16 octobre, p. 2.
  3. Albert Grenier (préf. Camille Jullian), Manuel d'archéologie gallo-romaine, Paris, A. Picard, , partie II, chap. 1 (« L'archéologie du sol. Les routes. »), p. 313
  4. Cavités souterraines
  5. Étude de la ressource en eau du site gallo-romain de Grand et de sa gestion antique
  6. LOMBARD –JOURDAN (Anne) Montjoie et saint Denis! (1989), p. 112-124.
  7. La plaine vosgienne à l'époque gallo-romaine. Soulosse-sous-saint-Elophe. Liffol-le-Grand. Grand, Itinéraire du patrimoine, éditions Serpenoise, 1999, no 58, p. 18 (ISBN 2-87692-211-8)
  8. Les comptes de la commune
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  11. (fr) Le patrimoine architectural et mobilier de la commune sur le site officiel du ministère français de la Culture (base architecture et patrimoine), photographies de Alain George, Louzier, Bourbonnais, Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (archives photographiques) diffusion RMN, et service de l'inventaire général de la Région Lorraine
  12. « Biographie de Victor Mourot, prêtre, écrivain », sur le site personnel de Bernard Visse (consulté le 2 mars 2016)