L'Homme aux semelles devant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
L'Homme aux semelles devant
Artiste
Date
Type
Technique
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

L'Homme aux semelles devant est une œuvre de l'artiste français Ipoustéguy rendant hommage à Arthur Rimbaud, située à Paris.

Localisation[modifier | modifier le code]

La sculpture est située dans le musée de la Sculpture en plein air dans le 5e arrondissement de Paris, où elle a été déplacée à l'automne 2018[1]. Elle était située précédemment face à la bibliothèque de l'Arsenal, sur la place du Père-Teilhard-de-Chardin, dans le 4e arrondissement.

Description[modifier | modifier le code]

Arthur Rimbaud est ici représenté dans une horizontalité faisant référence au Bateau ivre (« Comme je descendais des fleuves impassibles »). De plus, Ipoustéguy a voulu représenter à la fois le poète et l'aventurier, et cette singularité de celui qui est parti en pleine gloire vers des contrées lointaines.

Historique[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une commande du président de la République de l'époque, François Mitterrand, en hommage à Rimbaud qui était surnommé « l'homme aux semelles de vent » par Verlaine[2]. Elle s'inscrit dans une série de commandes publiques de monuments en hommage à des grands hommes, commencée en 1984 par Mitterrand, tels que lHommage à Georges Pompidou par Louis Derbré ou lHommage au capitaine Dreyfus par Tim[3].

Commentaire[modifier | modifier le code]

Selon Martine Boyer-Weinmann, la figure de Rimbaud dans cette sculpture est « produit de synthèse entre la photo de Carjat et le Coin de table de Fantin-Latour »[4].

Artiste[modifier | modifier le code]

Ipoustéguy (1920-2006) est un artiste français.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Paris : L'homme aux semelles devant, hommage à Arthur Rimbaud de Jean-Robert Ipoustéguy [Edit 2019 : Oeuvre à découvrir port Saint Bernard, jardin Tino Rossi] », sur parisladouce.com, .
  2. « Sculpture », sur ipousteguy.com, (consulté le 13 juin 2010).
  3. Claude Allemand-Cosseau, « Le rôle de la commande publique de l'État aux artistes vivants depuis la fin du XVIIIe siècle », sur louvre.fr, (consulté le 13 juin 2010). Version enregistrée par Internet Archive.
  4. Martine Boyer-Weinmann, « Le Rimbaud de Carjat : Une photofiction biographique », Recherches & Travaux, no 68,‎ , p. 87–95 (ISBN 2-9518254-8-X, lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]