Louis Derbré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis Derbré
Paris 75006 Jardin du Luxembourg - Terrasse du Fer à Cheval.jpg

Le Prophète, œuvre monumentale en bronze (2008) de Louis Derbré, exposée dans le jardin du Luxembourg (Paris).

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ErnéeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Œuvres réputées

Louis Derbré, né le à La Gandonnière, à Montenay et mort le à Ernée[1], est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Derbré ne reste qu'un an à Montenay et, jusqu'à l'âge de 19 ans vit sa jeunesse à Ernée, travaillant la terre de la ferme familiale. Après son mariage, il monte à Paris, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il s'engage comme manœuvre dans une maison d'édition artistique, où il rencontre des étudiants des beaux-arts. Il fréquente un atelier de sculpture et s'initie à ce métier.

Sa première production est le portrait d'un copain d'atelier qui fréquentait l'atelier[réf. souhaitée]. Il présente cette première œuvre au jury du prix Fénéon en 1951, il obtient le prix Fénéon, remis par le poète Louis Aragon, première marche de son ascension. En 1953, il reçoit le prix national de l'école des Beaux-Arts.

Devenu l'assistant du sculpteur Émile Gilioli, il affirme son art personnel. Il est révélé au grand public lors de l'exposition « Rodin, Maillol, Derbré », organisée par la galerie Hervé Odermatt, avenue Matignon, à Paris, en 1962. En 1964, il est à la création de la biennale Formes nouvelles, ainsi qu'au Groupe des neuf, dirigé par Juliette Darle. Il expose à Montréal en 1967. En 1972, il érige La Terre à Tokyo, place Ikebukuro, dont la réplique s'élève au quartier de la Défense à Paris, et aussi à l'intérieur de la brasserie La Coupole, à Paris-Montparnasse.

Il s'inscrit dans la lignée de maîtres qui plongent leurs racines dans l'Antiquité et qui passe par les « grands » de la sculpture française : Rude, Rodin, Maillol.

En 1991, Louis Derbré quitte son atelier d'Arcueil pour retrouver la Mayenne et s'installe à Ernée où il finit ses jours[1]. Il y installe sa fonderie d'art ainsi que son lieu de création et d'exposition, l'espace culturel Louis-Derbré. Plusieurs de ses œuvres sont installées dans la ville d'Ernée et dans de nombreuses villes en Pays de Loire.

Là, il crée un ensemble de six sculptures monumentales en bronze, le Mémorial pour la Paix, pour le parc-cimetière d'Oasa, près d'Hiroshima, au Japon.

L'Amour, œuvre de Louis Derbré exposée devant l'hôtel de ville d'Alençon.

Aujourd'hui, l'héritage artistique de Louis Derbré est géré par l'association culturelle Louis-Derbré.

Sa fille, Mireille Derbré, est artiste-peintre. Elle vit et travaille à Biarritz.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alan Nagard, « Louis Derbré. Une vie entière consacrée à son art », Ouest-France,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Moins célèbre en France mais tout aussi connu à l'étranger, Raymond Dubois est lui aussi un sculpteur ernéen célèbre.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Derbré, De terre et de bronze, photographies de Philippe Schaff, Shirine Éditions, 1998, 271 p. (ISBN 978-2913267015).