Abracadabrantesque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abracadabrantesque est un néologisme dérivé d’abracadabra, dont la création est attribuée à Arthur Rimbaud mais dont on trouve la première occurrence dans un ouvrage[1] de Mario Proth de 1865.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mario Proth[modifier | modifier le code]

À la page 125 de son livre Les Vagabonds, Mario Proth écrit :

« Il a usé le plaisir sans trêve, les voluptés faciles, l'excentricité superbe, l'orgie abracadabrantesque [2]. »

Arthur Rimbaud[modifier | modifier le code]

Reprenant un sobriquet attribué par Théophile Gautier à la duchesse d'Abrantès (la duchesse d'Abracadabrantès, voir Le Chat botté de Patrick Rambaud), Rimbaud utilise ainsi l'adjectif, en 1871, dans le poème Le Cœur supplicié (« Mon triste cœur bave à la poupe […] »), inclus dans une lettre à son professeur de rhétorique Georges Izambard.

Il existe trois versions différentes de ce poème, intitulées Le Cœur supplicié, Le Cœur volé, et Le Cœur du pitre.

Pour certains experts[Qui ?], Rimbaud aurait subi un viol durant la Commune de Paris, qu'il relate dans ce poème. « Abracadabra » est une formule magique censée éloigner certaines maladies.

« Ô flots abracadabrantesques

Prenez mon cœur, qu'il soit sauvé.
Ithyphalliques et pioupiesques

Leurs insultes l'ont dépravé ! »

Jacques Chirac[modifier | modifier le code]

Le , au cours d'un entretien[3] télévisé qui a rendu célèbre le terme « abracadabrantesque », le président de la République française Jacques Chirac utilise cet adjectif pour qualifier les accusations posthumes[4] de Jean-Claude Méry sur les financements occultes du RPR. Selon la presse[5], l’usage de cet adjectif rare aurait été suggéré par Dominique de Villepin, amateur de mots précieux et de poésie. C’est Jacques Chirac qui aurait popularisé l’expression[6] qui depuis est parfois reprise dans les médias.

Le terme est resté et a souvent été repris depuis dans le sens d’« abracadabrant », invraisemblable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir sur Gallica.
  2. Exemplaire de la Bibliothèque nationale de France, page 125.
  3. Transcription de l’interview de Jacques Chirac par Élise Lucet au 19/20 de France 3
  4. « Journal télévisé de France 2 » [vidéo], sur ina.fr du 21 septembre 2000 relatant l'interview de Jean-Claude Méry et la réaction de Jacques Chirac (archive INA).
  5. Chirac - Le vieux lion (1981-2006), documentaire réalisé par Patrick Rotman, diffusé sur France 2 le 23 octobre 2006
  6. Isabelle Mandraud, dans l'édition du Monde du 12 janvier 2007, La “bravitude” fait débat sur Wikipédia (autre lien), écrit : « "Abracadabrantesque", popularisé par Jacques Chirac, en septembre 2000, pour qualifier des accusations concernant le financement occulte du RPR, figure déjà sur Wikipédia. »

Référence[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :