Abracadabrantesque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abracadabrantesque est un adjectif dérivé d'abracadabra utilisé pour qualifier une chose incroyable. La création de ce néologisme est attribuée à Arthur Rimbaud en 1871, mais on en trouve une occurrence antérieure dans Les Vagabonds de Mario Proth publié en 1865. Il est popularisé en 2000 par Jacques Chirac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mario Proth[modifier | modifier le code]

À la page 125 de son livre Les Vagabonds[1], Mario Proth écrit :

« Il a usé le plaisir sans trêve, les voluptés faciles, l'excentricité superbe, l'orgie abracadabrantesque. »

Arthur Rimbaud[modifier | modifier le code]

Lecture du poème.

Reprenant un sobriquet attribué par Théophile Gautier à la duchesse d'Abrantès (la duchesse d'Abracadabrantès, information rapportée par Jean Tulard en 1971 dans sa Bibliographie critique des Mémoires sur le Consulat et l'Empire[2]), Rimbaud utilise ainsi l'adjectif en 1871, dans le poème Le Cœur supplicié (« Mon triste cœur bave à la poupe […] »), inclus dans une lettre à son professeur de rhétorique Georges Izambard.

Pour certains experts[Qui ?], Rimbaud aurait subi un viol durant la Commune de Paris, qu'il relate dans ce poème. « Abracadabra » est une formule magique censée éloigner la fièvre[3].

Ô flots abracadabrantesques
Prenez mon cœur, qu'il soit sauvé.
Ithyphalliques et pioupiesques
Leurs insultes l'ont dépravé !

Jacques Chirac[modifier | modifier le code]

Le , au cours d'un entretien télévisé avec Élise Lucet au 19/20 de France 3[4],[5], le président de la République française Jacques Chirac qualifie d'« abracadabrantesque » les accusations posthumes de Jean-Claude Méry sur les financements occultes du RPR. Selon la presse[6], l’usage de cet adjectif rare aurait été suggéré par Dominique de Villepin, amateur de mots précieux et de poésie. C’est Jacques Chirac qui aurait popularisé l’expression[7] qui, depuis, est parfois reprise dans les médias.

Le terme est resté et a souvent été repris depuis dans le sens d’« abracadabrant », invraisemblable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mario Proth, Les Vagabonds, Paris, Michel-Lévy frères, , 324 p., p. 125 [lire en ligne].
  2. Tereza Caillaux de Almeida, « L’échec des campagnes napoléoniennes au Portugal dans les Mémoires des officiers français », Rives méditerranéennes, no 36,‎ , p. 59–69 (DOI 10.4000/rives.3912, lire en ligne, consulté le 13 juillet 2020)
  3. Philippe Sollers, Littérature et politique, Paris, Flammarion, , 806 p. (ISBN 978-2-08-125285-1), p. 62–63, « Chirac et Rimbaud », .
  4. « Discours et interview télévisée de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur la démocratie, la réforme de l'Etat, le référendum instituant le quinquennat, l'affaire Méry, le financement des partis politiques, la question Corse, le partage des fruits de la croissance, la décentralisation et le développement de la Région Poitou-Charente et de la Charente, Rouillac le , Angoulême les et  », sur vie-publique.fr.
  5. « Reprise Jacques Chirac au 19/20 », extrait du 19/20 rediffusé le jour même dans le Journal de 20 heures de France 2, INA.
  6. Chirac : Le vieux lion (1981-2006), documentaire réalisé par Patrick Rotman, diffusé sur France 2 le .
  7. Isabelle Mandraud, « La “bravitude” fait débat sur Wikipédia », Le Monde,  : « "Abracadabrantesque", popularisé par Jacques Chirac, en septembre 2000, pour qualifier des accusations concernant le financement occulte du RPR, figure déjà sur Wikipédia. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Rheims, Abracadabrantesque ! Dictionnaire des mots inventés par les écrivains des XIXe et XXe siècle, Paris, Larousse, coll. « Le souffle des mots », 357 p. (ISBN 2-03-532275-8).

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Pschitt !, onomatopée reprise par le même président français.