Accroupissements

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur les autres projets Wikimedia :

Accroupissements
Informations générales
Titre
AccroupissementsVoir et modifier les données sur Wikidata
Auteur
Création
Dédicataire
Contenu
Incipit
« Bien tard, quand il se sent l’estomac écœuré… »Voir et modifier les données sur Wikidata

Accroupissements est le titre d'un poème d'Arthur Rimbaud écrit en 1871. Il est inséré dans la lettre adressée à Paul Demeny du 15 mai 1871 (dite « Seconde lettre du voyant »).

Ce poème, le dernier des trois contenus dans cette lettre (après Chant de guerre parisien et Mes petites amoureuses) est présenté ironiquement par son auteur comme un « chant pieux ».

Composé de sept quintils d'alexandrins, Accroupissements raconte les trois moments de la journée de « frère Milotus », rythmés par ses défécations.

Derrière la figure de frère Milotus, le critique Steve Murphy estime qu'il faut en fait reconnaitre l'essayiste ultramontain Louis Veuillot[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Setve Murphy, « Accroupissements ou la physiologie d'un obscurantiste voyant », in Rimbaud et les sauts d'harmonie inouïs, Actes du colloque international de Zurich, 24-26 février 2005, Eurédit, 2007, p. 241-251.